La mauvaise santé de l'économie chinoise se confirme

 |   |  338  mots
(Crédits : © Wong Campion / Reuters)
L'activité manufacturière se contracte pour la deuxième mois consécutif, selon l'indice PMI, publié au lendemain de l'annonce d'une baisse des taux d'intérêt

L'activité manufacturière en Chine s'est contractée en janvier pour le second mois consécutif, selon un indicateur officiel publié dimanche au lendemain de l'annonce par la Banque centrale d'une baisse des taux destinée à stimuler l'économie.

L'indice PMI des directeurs d'achat calculé par le Bureau national des statistiques (BNS) s'est établi pour le mois dernier à 49,9, contre 49,8 en janvier.

Un chiffre supérieur à 50 marque une expansion de l'activité manufacturière, tandis qu'un indice inférieur à ce seuil signale une contraction. Les chiffres de janvier représentaient la première contraction en 27 mois.

Baisse des taux d'intérêt

La Chine a vu sa croissance économique ralentir fortement en 2014, à 7,4%, glissant à un niveau plus vu depuis près d'un quart de siècle, selon des chiffres gouvernementaux.

Pour tenter de faire face à cet essoufflement, la Banque centrale chinoise (PBOC) a annoncé samedi la baisse de son taux de dépôts à un an de 25 points de base, à 2,5%, et une baisse dans la même proportion de son taux de prêts à un an, à 5,35 %.

La Banque avait souligné que le niveau d'inflation "historiquement bas" en Chine expliquait en partie sa décision. L'inflation en Chine a ralenti brutalement en janvier, plongeant sous 1% pour la première fois depuis plus de cinq ans et réveillant le spectre de tensions déflationnistes.

La dernière réduction des taux de la banque centrale chinoise était intervenue en novembre, pour la première fois depuis 2012. La Banque avait alors réduit ses taux de dépôt de 25 points de base et son taux de prêt à un an de 40 points de base.

Jouer sur la consommation

L'indice PMI provisoire calculé par la banque HSBC faisait état vendredi d'un léger rebond de l'activité manufacturière en février, à 50,1, contre 49,7 en janvier. L'indice définitif sera diffusé lundi.

Les autorités chinoises tentent de gérer l'essoufflement de l'économie en faisant de la consommation des ménages un nouveau moteur de croissance comme dans les économies américaine et japonaise,

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/03/2015 à 21:24 :
la craie croissance économique française était -5%, vu les centrales nucléaires ferment l'un après les autres
a écrit le 01/03/2015 à 18:31 :
Un attérissage de l'écononmie mondial est en marche... La croissance telle que les générations précédentes l'ont connue et l'ont établie en paradigme inamovible doit se renouveller : ressources, soutenabilité sociale, énergie. La croissance ne peut pas se faire à long terme ne peut se faire en consumant hommes et planète. On roule, on accélère, ennivré par la vitesse de ce monde mais on descend les freins aérodynamiques quand-même… Espérons que l'attérissage se fasse en douceur et qu'il n'ait pas de commandant "héros" américain aux postes de commande !!
Réponse de le 02/03/2015 à 4:02 :
tellement vous écrivez du blabla, que ça en pèse dix tonnes.
a écrit le 01/03/2015 à 15:46 :
La Chine est en effet a un tournant, virage technologique, hausse des coûts, lutte contre la corruption, développement de la consommation intérieure madeleine on China. Intéressant à voir depuis Pékin !!!! Mais au moins ici tout bouge !!!
Réponse de le 01/03/2015 à 18:20 :
Comme lors des 30 glorieuses en France. Facile de cracher dans la soupe !
Réponse de le 01/03/2015 à 20:08 :
Et bon, dans 10 ans quand le cancer des bronches ou des poumons pointera son nez, le système social français sera le bienvenu...
Réponse de le 01/03/2015 à 23:50 :
@LIVE in Beijing
"Mais ici au moins tout bouge". Il s'agit surtout d'agitation.Un frénésie avant le chant du cygne.
Réponse de le 02/03/2015 à 14:48 :
" Intéressant à voir depuis Pékin !!!! Mais au moins ici tout bouge !!! "
le cliché de l'expat...
Réponse de le 02/03/2015 à 14:52 :
" Intéressant à voir depuis Pékin !!!! Mais au moins ici tout bouge !!! "
C'est bizarre car dans ma boite (éditeur logiciel financier incontournable, 99% de bac+5 grandes écoles groupe A) ca ne se pousse pas vraiment au portillon pour aller au bureau de Pékin.
Pour Singapour, Tokyo et Hong Kong oui mais Pékin non...

" Il s'agit surtout d'agitation.Un frénésie avant le chant du cygne. "
mouais ca rien ne permet de le savoir ou de le prédire.
Ca fait un peu mauvais perdant comme remarque :-/
a écrit le 01/03/2015 à 14:34 :
Les Chinois devraient prendre l'exemple de l'Inde qui a enfin décidé de développer la sécurité sociale universelle, ses infrastructures de transport (TGV) et de stimuler sa demande intérieure. La GB et les USA l'ont fait il y a 70 ans et devraient même continuer a le faire. Les Bric sont a un tournant historique de leur développement, si ils arrivent a faire cette mutation, ils auront un très net avantage et une stabilité a long terme indispensable.
Réponse de le 01/03/2015 à 16:18 :
La Chine a déjà le premier réseau de TGV du monde. L'Inde est un nain à côté de la Chine
Réponse de le 01/03/2015 à 17:13 :
Il y a déjà des TGV et les taux sont bas pour essayer de favoriser la croissance. Malheureusement on a l'impression que tout partait dans du ciment et des parpaings car à part le BTP c'est plutot mou. Et son sait ce que donne à terme la croissance focalisée sur une bulle immobilière...
Réponse de le 02/03/2015 à 4:03 :
en meme temps, les chinois ont besoin de logements, car ils sont nombreux, tandis qu'en france, à part pour les retraités, je vois pas.
Réponse de le 02/03/2015 à 14:55 :
vous n'habitez clairement pas à Paris, Lyon, Marseille, etc (bref là où il y a du boulot) pour ne pas voir un besoin en logement en France!
a écrit le 01/03/2015 à 13:51 :
Finalement, ils suivent un mouvement mondial : on demande au peuple de se saigner pour régler des dettes qui sont censées être remboursées par la consommation !
Cherchez l'erreur...
a écrit le 01/03/2015 à 12:40 :
C’est comique ! ils comptent tous sur la consommation des ménages en faisant tout pour les rendre indigents ou encore malades de ce qu’ils consomment (y compris l’air) ou encore du stress vécu au quotidien …
Ils vont tous l’attendre longtemps la croissance.
a écrit le 01/03/2015 à 11:58 :
L'activité manufacturière de la Chine ne peut plus chaque année progresser de 6 à 10 % . La Chine manufacturière était parti de presque rien . Maintenant elle est presque au sommet , sa progression ne pourra plus être de 6 à 10 % chaque année . Maintenant elle s'organise autrement avec une vraie industrie manufacturière qui doit trouver des accords avec le reste du monde .
On aimerai bien nous en Europe , surtout la France avoir une progression manufacturière de seulement de la moitié de la Chine .
a écrit le 01/03/2015 à 11:54 :
La Chine n'ayant pas de contraintes ni de pression extérieure devrait surmonter facilement et rapidement ces problèmes.
a écrit le 01/03/2015 à 11:51 :
Qui croit encore à des chiffres de croissance de 7% en Chine? La vérité est au mieux proche de 2% quand on sait que la consommation d'électricité stagne depuis 3 ans...
Réponse de le 01/03/2015 à 12:38 :
Oui mais je ne suis pas sûr que la croissance se résume à la consommation d'électricité. Ce qu'on voit, c'est que les ventes automobiles continuent de croître rapidement, certes moins que les autres années, mais de + 15% en 2014 tout de même.
Réponse de le 01/03/2015 à 15:19 :
La baisse du prix du pétrole est un autre marqueur du ralentissement Chinois. En baissant ses taux la Chine retarde le moment ou sa bulle immobilière va éclater mais elle ne pourra pas créer les conditions pour empêcher l'éclatement. Les 6 prochains mois vont être décisif, soit ils sont arrivés à finalement faire un 'soft landing' après des années de surchauffe, soit tout pète!
a écrit le 01/03/2015 à 11:42 :
L'Allemagne devrait suivre la tendance et rechercher dans la consommation des ménages "un moteur de croissance". Le Hic, c'est que la croissance on risque de pas la revoir de sitôt. Comme pour les voitures, les moteurs sont de plus en plus petits et on leur demande toujours plus de puissance. Il y a une limite à tout.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :