Sarkozy-Merkel : les détails du nouveau traité européen

 |   |  1058  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les deux chefs d'Etat ont enfin parlé d'une même voix. Découvrez le détail de l'accord.

Le discours de ce lundi, à 15 heures, a finalement permis de combler le fossé qui les sépare. Qui a gagné le bras de fer ? A vous de juger.

Voici les principaux points sur lesquels Angela Merkel et Nicolas Sarkozy avaient émis de fortes divergences dans leurs discours de jeudi et vendredi dernier. De quoi aider à décrypter les décisions de ce lundi.

1 - Le style

La mise en scène et le style volontairement dramatisant du texte, tout contribuait à donner au discours de Nicolas Sarkozy un aspect solennel. En s'adressant directement aux Français, le président de la République a donné à cette intervention une forte dimension de politique intérieure. À la fois pédagogue et chef politique, Nicolas Sarkozy a réecrit à sa façon l'histoire économique des trente dernières années, insistant sur des sujets sensibles en politique intérieure. Une sorte d'enseignement préparatoire à une nécessaire réforme de la zone euro, sans fournir plus de détails.

Angela Merkel, elle, s'adressait aux députés allemands. Une obligation avant tout sommet européen pour "informer" la représentation nationale. Le propos a été logiquement plus technique, plus court et plus précis. Ainsi, omises par Nicolas Sarkozy, la place de la Cour de justice de l'Union européenne ou la recapitalisation des banques ont été abordées en détail.

2 - Les euro-obligations

Absente du discours français, l'idée des emprunts communs des pays de la zone euro a été clairement repoussée par la chancelière qui n'y voit pas une solution durable à la crise. Il n'est pas pensable pour Angela Merkel d'accepter une responsabilité pour les dettes contractées par les autres pays.

Résultat des courses : Nicolas Sarkozy s'est finalement rangé au discours d'Angela Merkel : "Les eurobonds ne sont en aucun cas une solution à la crise".

3 - Le rôle de la BCE

Le président de la République a évité la confrontation avec l'Allemagne sur le rôle de la banque centrale, en particulier sur la notion de « prêteur en dernier ressort ». Angela Merkel a donc eu la voie libre pour défendre une BCE « ancrée dans sa tâche de stabilité monétaire ». Et la dirigeante chrétienne-démocrate de rejeter toute comparaison avec les banques centrales américaines ou britanniques « dont les tâches ne sont pas les mêmes ».

Résultat des courses : Les deux dirigeants ont réaffirmé leur confiance en la Banque centrale européenne et leur promesse de s'abstenir de commentaires sur la politique de la BCE.

4 - L'union budgétaire

Le terme a été prononcé par Angela Merkel. Pour elle, l'Europe n'a "jamais été aussi près d'une telle union", désormais "nécessaire". La chancelière a cependant assuré que dans ce cas le droit du Bundestag serait préservé, notamment celui de définir le budget fédéral. Mais l'Union devra reposer sur des "règles strictes communes, au moins dans la zone euro".

Nicolas Sarkozy, lui, s'est bien gardé d'être aussi clair. Ne prononçant pas le mot d'union budgétaire, il a appelé à "examiner" et à "discuter ensemble" les budgets. Quant au contenu de cette union, Angela Merkel a très clairement défendu l'automatisation des sanctions pour les pays à déficit excessif, tandis que Nicolas Sarkozy a seulement défendu l'étrange idée de "sanctions plus automatiques". En revanche, les deux dirigeants s'accordent sur la nécessité de règles d'or s'appliquant à tous les pays membres et sur la nécessité de réformer les traités.

Résultat des courses : le mot d'Union budgétaire n'a pas été prononcé. Concernant la règle d'or, en revanche, Paris et Berlin veulent "une règle d'or renforcée et harmonisée". Merkel : "La règle d'or doit être un véritable engagement national de chaque pays"

5 - Les contrôles

C'est encore le grand point de divergence entre Paris et Berlin. À Toulon, Nicolas Sarkozy a défendu une Europe des gouvernements pour dépasser le débat entre "partisans de l'Europe des nations et partisans de l'Europe fédérale". "C'est par l'intergouvernemental que passera l'intégration européenne", a-t-il martelé. Ce n'est pas l'avis de la chancelière qui a réclamé la possibilité d'une plainte devant la cour de justice européenne contre les mauvais élèves. Une idée que Paris rejette et qui n'a même pas été évoquée à Toulon.

Résultat des courses : La cour de justice de l'Union européenne vérifiera si les budgets respectent la régle d'or. Sarkozy : "La cour de justice ne pourra annuler les budgets nationaux, c'est impossible. En revanche, on peut demander à respecter la règle d'or et la cour de justice peut vérifier"

6 - L'axe franco-allemand

Le président de la République a insisté sur la nécessité de la convergence franco-allemande. Mais, en fait, il s'agit plutôt d'un chemin français. Angela Merkel n'a pas évoqué un travail en commun spécifique avec Paris. Elle a indiqué que le projet sera présenté par Herman Van Rompuy, et affirmé que si la République fédérale voulait développer la "culture de la stabilité" en Europe, elle ne voulait pas "dominer".

Résultat des courses : L'accord franco-allemand fera l'objet d'une lettre mercredi à Van Rompuy. Sarkozy :  "Il y a entre nos deux pays 70 ans d'affrontements et 70 ans de paix. Où voulons-nous que soit l'avenir ?"

Rappel des principaux points de ce traité à l'initiative du couple franco-allemand :

- L'accord devrait entrer en vigueur en mars prochain

- Jeudi, si aucun accord n'est trouvé à 27, la France et l'Allemagne iront "à marche forcée" vers un traité à 17. Il pourra donc être approuvé avec une majorité de 85%.

- Le principe des euros-obligations est rejetté

- Sanctions automatiques pour des déficits supérieurs à 3%

- Mise en place d'une réunion tous les mois durant la crise

- Mise en place d'une règle d'or

- Rôle de la BCE : "confiance dans la BCE et indépendance".

- Pérenniser le FESF, le mettre en place dès 2012 avec une majorité de 85% pour les décisions importantes.

- La cour de justice de l'Union européenne vérifiera si les budgets respectent la régle d'or.


L'intégralité de la conférence de presse en vidéo

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/12/2011 à 22:29 :
La question que se pose l'auteur "Qui a gagné le bras de fer ?" (entre Merkel et Sarkozy) est révélatrice du problème actuel de l'Union Monétaire.
Qu'en est-t-il des autres quinze membres de la zone euro?
Il semble que seulement les intérêts de la France et de l'Allemagne soient pris en considération, il ne faut donc pas s'étonner si par la suite les autres membres considèrent que les accords résultant de cette entente, disons complicité, ne se sentent pas moralement liés par les décisions prises sous le diktat franco-allemand.
a écrit le 07/12/2011 à 15:49 :
Sarkozy et Merkel ont vraiment fait du bon boulot. Ceci dans un contexte de crise et de dénigrement sans pareil. Je crois qu'on peut leur dire merci. Maintenant souhaitons que le week end verra se concrétiser les espérances.
Réponse de le 07/12/2011 à 18:41 :
Je ne vois vraiment où se trouve l'avancée. Le MES n'est rien d'autre qu'un fonds pour cacher des actifs toxiques. Bref, de l?enfumage, et je ne suis pas persuadé que les marchés en soient dupes très longtemps. Le grand problème de l'Euro reste la disparité des différents pays qui en font partie. Avant de créer une monnaie, n'a-t-on pas vu d'abord se créer un Etat ? En l'espèce, se fut l'inverse, et nous risquons de le payer très cher.A vouloir mettre la charrue avant les b?ufs, cette dernière n'avance pas....
a écrit le 07/12/2011 à 9:57 :
bon !! voyons voir !! . Règle d'or, déficit de 3% maximum, il y avait déjà la même chose dans le traite de Maastricht avec tout le succès que l'on connait . Y'a-t-il une raison qui ferait que cela va changer ? -- Réunion mensuelle, comme en ce moment, une réunion pour fixer la date de la prochaine ? et le menu du diner ?
a écrit le 07/12/2011 à 8:19 :
La seule et vraie solution réside dans une banque jouant pleinement son rôle à l'instar des banques centrales de tous les autres états. Avant la modification effective des statuts de la BCE ce rôle pourrait être rempli par l'intermédiaire du FESF.
a écrit le 07/12/2011 à 6:34 :
Si Sarko continue comme ça; nous vivrons tous en Germanie
Réponse de le 07/12/2011 à 22:11 :
deja fait euro = marck
donc impossible pour les autres de survive pas suicidaire les english.
Impossible de baisser ou on brade l'eu au chinois (dollars)
a écrit le 07/12/2011 à 6:07 :
Oh SARKO, si tu savais, tout le mal que tu nous fait...
a écrit le 06/12/2011 à 18:58 :
Nous sommes restés dans l'immobilisme le plus total, mais le plus grave est le décallage entre les propos qu'on nous tient en France avec ce que nous pouvons entendre et voir venant de notre autre partenanire. Nous continuons à faire le grand écart, cela ne restera pas sans de graves conséquences. Il faut redonner la parole au peuple pour faire un choix sur l'europe que nous désirons; fédérale où pas. C'est là le fond du problème. Merci madame Merkel de ne rien céder. Il est grand temps que nous ayaons des explications franches.
a écrit le 06/12/2011 à 16:57 :
Je suis très satisfais de ce traité et l on peut dire qu il a été lent a etre mis en oeuvre et je dis à MME MERJKEL et à MR SARKOZY qu ils ont bien merités des patries aussi bien allemandes que françaises je leurs donne un 20 sur 20 pour ce qu ils ont faits et maintenant il va falloir trimer pour réparer toutes les erreurs commises depuis 1974 car c'est a partir de cela que tout s est détérioré mais BRAVO quand meme vous ete des champions.
Réponse de le 06/12/2011 à 19:52 :
Sarkozy sort de ce corp on t a reconnu
Réponse de le 07/12/2011 à 15:46 :
D'accord avcec Doudou
a écrit le 06/12/2011 à 16:45 :
Cet accord est un simple rappel du traité de Maastricht assorti de sanctions qui seront inapplicables. Que de vociférations pour ne rien faire. Cette mise en scène sent la man?uvre politicienne à plein nez. Les Français ne sont pas aussi stupides que certains le pensent ou le souhaitent. Malheureusement les financiers ne le sont pas davantage; la spéculation peut continuer.
Réponse de le 07/12/2011 à 9:47 :
tout à fait !!! il en a fallu des sommets et des réunions ( et des bouffes !! ) pour nous ressortir le traite de Maastricht. On nous prendrait pas pour des c... quelque part ?
Réponse de le 07/12/2011 à 15:48 :
Le troll tu penses qu'à la bouffe ! Deuxième avis : "on ne te prend jamais que pour ce que tu es" (maxime générale)
a écrit le 06/12/2011 à 16:31 :
Je ne vois pas en quoi ce projet de nouveau traité est susceptible de résoudre le problème de la dette des pays de l?euro, à très court terme (pour rassurer les marchés) et plus long terme (pour nous rassurer dans notre quotidien) si l?on persiste à toujours vouloir considérer la BCE comme une espèce d?icône intouchable, au-dessus de la mêlée, se contentant de jouer des intérêts pour tenir à bout de bras un euro fort mais surtout et depuis longtemps complètement déconnecté de la réalité des pays concernés, y compris l?Allemagne, dont il est la monnaie.
La finalité de l?euro est d?être bien au service des peuples et non pas l?inverse, et la BCD doit d?urgence jouée son rôle de véritable banque centrale faute de quoi la stabilité souhaitée par Angela va se constater par une faillite quasi générale. Ce qui n?empêche d?ailleurs pas la règle d?or (mais avec quand même des déficits à 3% !) et surtout les mesures de désendettement qui sont aussi urgentes à prendre, sans pour cela les faire porter une nouvelle fois sur le citoyen lambda qui une fois de plus se retrouve couillonné
a écrit le 06/12/2011 à 13:41 :
"Sarkozy-Merkel : les détails du nouveau traité européen" rien que le titre de l'article devrait faire dresser les cheveux aux autres Européen.
Ces détails ne sont que la position de la France et de l'Allemagne, il y a 17 pays dans la l'union monétaire et on fait comme si la France et l'Allemagne dictaient aux autres ce qui devait se faire.
C'est précisément cette façon de procéder qui a conduit l'union monétaire au bord du gouffre. Des décisions ont été prises qui n'étaient que dans l'intérêt de ces deux pays, le résultat nous le voyons, il est temps que les autres pays s'insurgent contre le diktat germano-franco-allemand. (respectons les proportions!)
a écrit le 06/12/2011 à 12:14 :
Sarkozy n'a pas fait son discours de Toulon devant la Nation mais uniquement devant 5000 inscrits à l'UMP. Angela Merkel l'a fait elle devant les représentants du Bundestag, le parlement Allemand .Voilà la différence entre Sarkozy et Merkel. L'un est le Candidat unique de l'UMP et Merkel agit en "Social démocrate". Pour moi la différence est énorme.
a écrit le 06/12/2011 à 10:38 :
Tout ce qu'ils essayent de mettre en oeuvre sur les réductions de déficits ne marchera que si on arrive à franchir l'obstacle que l'on a à court terme: comment se financer en attendant.

Merkel veut l'ignorer et Sarko accepte de ne pas en parler.

Donc on va peut être se prendre le mur très bientôt: ce sera au hasard de décider (les marchés sont quand même ce qu'il y a de plus aléatoire).
a écrit le 06/12/2011 à 10:09 :
un budget peut sembler en equilibre lorsqu'il est etabli et etre en desequilibre à la fin que va faire l'etat? il emprunte ou il suspend tous les paiement : des fonctionnaires retraites police armee hopitaux on ne paie pas les travaux effectues et l'etat cesse de fonctionner pendant un mois ou deux. la regle d'or elle sera comme toutes les lois respectee si on le peut sinon il faudra bien faire autre chose
Réponse de le 06/12/2011 à 12:56 :
l?exemple que vous citez se passe tous les jours de par le monde et plus près de nous en Espagne où des municipalités ne paient plus leur personnel ni leurs agents de police quant à l?éclairage publique, il reste quelque peu absent. Si je ne me trompe, c?est également le cas aux Etats Unis. Maintenant que feriez vous si vous aviez dépensé plus que ce qui était prévu ? taper les copains ? la famille ou le banquier qui dès lors exigerait d?en savoir plus ?
a écrit le 06/12/2011 à 10:05 :
Les cancres veulent donner des leçons. C'est maintenant que l'on veux appliquer la règle d'or. On a été incapable de gérer le pays depuis 10 ans. On découvre que le déficit n'est pas bon. On a des tocards. On est mal barré ...
a écrit le 06/12/2011 à 10:04 :
On en veut pas du 4 REICH programmé par les banquiers, et tombé dans une démocratie fasciste, les USA ont le pseudo Patriot Act pour contrôler leur population, nous en Europe nous avons l'écrasement par les taxes, pour contrôler le peuple, terminé l'euro, merci Giscard, Delors et les banquiers, annulons la loi de 1973 et basta
a écrit le 06/12/2011 à 10:02 :
Merkel et Sarkozy piétine la démocratie et nous mène à la Schlague si les gens descendent dans la rue ce ne sera que justice
a écrit le 06/12/2011 à 10:01 :
Il ne s'agit que de demi mesures. Le but qui se profil de plus en plus est de gagner du temps et de retarder la chute...inéluctable.
Réponse de le 06/12/2011 à 11:30 :
il n'y a aucune solution durable à la crise ici. On ne fait que reculer la chute
a écrit le 06/12/2011 à 9:08 :
Nouveau traité .... les agences de notations n'y croient pas ! Elles ont raison !
A quand le fédéralisme qui serait crédible vis à vis des agences !
a écrit le 06/12/2011 à 8:39 :
J'espère que le repas était bon car voilà une nième réunion plate qui répétita de ce qui se dit depuis des mois avec de nouveaux mots. Bien triste nos 2 "amoureux" ce n'est pas ses idées à long terme qui sonnent "bon" la présidentielle qui va sauver l'Europe.
Le déclin de l'Europe est entièrement la faute du politique car derrière ce mot se cache toute l'incompétence des dirigeants.
La présentation par le technocrate M. Monti qui a refusé d'être rémunèré+ et sa ministre qui a versé une larme sentait enfin un peu plus d'humanité et le respect du peuple italien.
J'espère pour nos amis transalpins que cette équipe NON POLITIQUE les sortira de leur pb car pour nous ce n'est pas l'UMP et son chef de parti le Président et l'équipe de bras cassé de la gauche et de nos Verts plus occupés par les places de député pour une rémunération globale de + de 20000?/mois qui grandissent la France.
Allez nos amoureux du Rhin un peu plus de respect pour l'Homme et un peu moins de diners discours indigestes et inutiles.
a écrit le 06/12/2011 à 8:10 :
Je pense que la meilleure règle d'or serai d'interdire les prêt au Etats au dessus de 3% cela aurai au moins l'avantage d'être catégorique dans la décision des emprunteurs soit ils sont en regle, on leur prête, soit ils ne le sont pas et on ne leur prête rien!
Réponse de le 06/12/2011 à 8:32 :
Alors si je vous suis bien, en cas de crise, un pays qui dépasse les 3 % en Novembre doit alors immédiatement cesser de verser les pensions de retraite, les salaires des fonctionnaires, arreter les traitements médicaux en cours faute de pouvoir payer les médicaments et consommables.... Soyons sérieux !
Réponse de le 06/12/2011 à 9:13 :
La crise ne survient qu'au dela de 3% et donc il faut évité d'être en crise!
Réponse de le 06/12/2011 à 10:11 :
bien sur c'est tout simple y a qu'a faire une loi qui interdise la crise
Réponse de le 06/12/2011 à 11:49 :
Trouvez vous normal que l'etat doive emprunter tous les mois pour payer ses fonctionnaires?
trouvez vous normal que le nouveau budget soit fait avec une croissance de 1%,alors que les economistes prevoient au mieux 0,5%??
Réponse de le 06/12/2011 à 19:09 :
@samuel. Vous affirmez n'importe quoi. Qui vous dit que l'Etat emprunte uniquement dans le but de payer ses fonctionnaires. L'Etat emprunte pour faire face à ses dépenses <<< point comme le font tous les Etats.
a écrit le 06/12/2011 à 6:46 :
De réunions de la dernière chance en réunions l'euro si c'est comme la bulle immobilière en france a encore de belles années devant lui d'ailleurs nos amis polonais frappent avec vigueur à la porte pour rentrer dans l'euro donc pour une monnaie agonisante c'est étrange.. Par contre le recul social généralisé est en marche dans toute l'europe le standard chinois où indien est devant nous encore
des efforts!!!!
a écrit le 06/12/2011 à 6:28 :
ils se prennent pour les sauveurs du monde ; merkel et sarko decident de tout et pour tous sans meme demander l'avis des 17 et/ou des 27 ni des peuples qui ne sont là que pour les admirer ,les idolatrer....;ils n'ont qu'à faire l'europe à 2 ces minables qui n'ont pas de leçons à donner vu leur gestion des affaires calamiteuse ; surtout le petit excité qui bouge tout le temps
a écrit le 06/12/2011 à 5:54 :
Le traité de Lisbonne a été entériné par Sarkosy contre l'avis du peuple, exprimé par référendum. Est ce conforme à la constitution Française ?. Si quelqu?un a une réponse je suis preneur.
a écrit le 06/12/2011 à 5:48 :
Pas grave. Le dernier accord a eut un effet bénéfique quelques jours. Ce dernier n'aura eu aucun effet du tout. Il faudra s'y résoudre. L'Euro, monnaie fantoche, est déjà morte. A-t-on déjà vu la médecine ressusciter un mort ?
a écrit le 05/12/2011 à 21:30 :
? sent le bling bling tous ? Pourquoi s'imposeraient ils des choses qu'ils n'ont pas faite jusque l? Et bien ?ause de la pression bien sur, et, comme elle reste en place cette pression et bien ils ne feront rien. Merci de votre attention ?ient?
a écrit le 05/12/2011 à 20:58 :
A partir de maintenant ça sera comme d'habitude....!
a écrit le 05/12/2011 à 20:19 :
C´est du theâtre !
a écrit le 05/12/2011 à 20:08 :
Et surtout ne pas demander l'avis des peuples, nous sommes trop ignares.
La France a voté "Non" à cette Europe, mais les politiques sont passés outre.
Réponse de le 06/12/2011 à 5:15 :
Drole de conception de la democratie en effet, tout a fait d accord. Et en plus, que penser du fait que 2 personnes, pardon principalement UNE, veulent dicter leur loi a 27 ou 17 autres???? Alors, la voix du peuple!!!
Quel deni de democratie, quelle mascarade!
a écrit le 05/12/2011 à 19:52 :
cela va t'il nous sauver de la perte de notre triple a et de la fin de l'euro ? certain on converti leur épargne en une autre devise que l'euro, on t'il interet que ce plan marche ?
a écrit le 05/12/2011 à 19:34 :
Quand je lis les commentaires des uns et des autres, je me dis que les français ont une vision bien courte de ce qui nous attend avec la montée en puissance de l'inde et de la chine. Toutes nos solutions paraissent bien dérisoires face à ces deux géants qui vont dominer le monde. Bien sur qu'il faut remettre de l'ordre dans nos finances, bien sur que l'europe doit etre forte et solidaire, nous n'avons pas d'autre choix. Mais, il me semble qu'avec un peu de logique et de bon sens, il faudrait revoir complétement nos stratégies industrielles et nous positionner sur les marchés à forte dominante de qualité. Pour le reste, c'est déjà trop tard, nous consommons asiatique à tout va. La vraie démarche qui vaille est celle de mettre le paquet sur toute les nouvelles technologies afin d'avoir toujours une longueur d'avance. Sachez que 500.000 ingénieurs indiens arrivent chaque année sur le marché du travail. Sommes nous en mesure de mettre en europe l'équivalent de ces effectifs?
Réponse de le 05/12/2011 à 21:03 :
Ce n'est jamais trop tard, il suffit d'avoir la volonté.
La solution est très simple : faire en sorte que la BCE pratique une politique de change (avec pour objectif une dévaluation de l'Euro de 30%), et mettre aux frontières de l'Europe des barrières douanières pour se protéger contre le dumping monétaire, social et environnemental des pays émergents. L'Europe est un marché de plus de 500 millions d'habitants, qui peut s'auto-suffir. Une fois que les émergents se seront développés et auront atteints nos standards sociaux, nous pourrons ré-étudier la question.
La mondialisation n'est pas un objectif en soi, l'objectif c'est que tout le monde y trouve un bénéfice, et pour l'instant on ne peut pas dire que ce soit le cas. Le libre-échangisme absolu ne peut conduire qu'à une course effrénée au moins-disant social, qui n'a aucun sens, à part pour les patrons de multinationales et les rentiers.
a écrit le 05/12/2011 à 19:09 :
Mr Sakory et Frau Merkel, les 3% de Maastricht n'etaient pas deja une regle d'or qu'aucun pays n'a respecté ? Juste un chiffre sans raison posé sur un traité ? On nous prend vraiment pour des buses
Réponse de le 05/12/2011 à 20:17 :
On oublie surtout que la France et l'Allemagne ont été parmi les premiers à ne pas respecter la règle des 3% ! On nous prend pour des buses amnésiques.
a écrit le 05/12/2011 à 18:51 :
C'est un vrai SCANDALE ce traité !

On prend les mêmes recettes qui n'ont pas marché et on recommence ! Au lieu d'une banque centrale qui joue son rôle de prêteur en dernier ressort, on demande à un FESF auquel personne ne croit à part le couple franco-allemand d'occuper cette fonction. Rien sur les eurobonds qui certes ne résoudraient pas la crise structurelle des économies européennes mais éviteraient au moins la spirale infernale d'une crise de liquidités qui déboucherait sur une crise de solvabilité pour les États. LA RÈGLE DES 3% ? UN NON-SENS TOTAL ! Allemands et Français ont cessé de la respecter dès le début des années deux milles tout simplement parce que c'est une mesure PROCYCLIQUE: en cas dépression, elle ne fait qu'accentuer la crise en privant les gouvernements de leurs marges de manoeuvre... La règle, Prodi lui-même l'avait qualifiée d'absurde !

La BCE continue donc d'être l'une des seules banques centrales au monde a n'avoir pour mission que la stabilité des prix et non la croissance ; rien sur la politique de change, rien sur l'harmonisation fiscale (union budgétaire sans harmonisation fiscale, la bonne blague allemande de l'année) rien sur un éventuel plan de relance à l'échelle européenne, parallèlement à la rigueur, pour faire redémarrer la croissance. C'est pas l'axe Paris/Berlin, c'est LE CONSENSUS DE WASHINGTON FAÇON PINARD ET SCHNAPS ! On va droit dans le mur: tous les pays qui ont du en passer par ce genre de politiques le savent très bien !
Réponse de le 05/12/2011 à 19:39 :
@ thomas: on ne peut pas demander à l'EU des choses - certes nécessaires - qu'elle ne peut fournir. Nous trempons dans un milieu de compromis, d'éxpédients et de semi-solutions. Le chemin est encore long!
Réponse de le 05/12/2011 à 20:29 :
Que l'Europe soit difficile à réformer, qu'il faille prendre en compte la diversité des "philosophies économiques" parmi les États membres, je le comprends parfaitement. Ce qui me dérange, c'est notre incapacité à apprendre des erreurs passés. Des nôtres d'abord, puisque l'on sait, l'Allemagne et la France en particuliers, que la règle des 3% est une absurdité. Des erreurs des autres aussi, puisque la rigueur pure et dure, telle que le FMI et la Banque mondiale l'ont imposée en Amérique latine, Asie, Afrique ou en Europe de l'Est, a eu des conséquences désastreuses pour les économies de toutes ces régions. Depuis les années deux mille, ils ne cessent d'ailleurs de revenir dessus, développant des plans de relance, la protection sociale etc. On est ou dans le déni ou devenu subitement amnésique.
Réponse de le 05/12/2011 à 21:09 :
Tout a fait d'accord avec vous Thomas.
Les maux de l' Eurozone ne sont absolument pas abordes. Ce nouveau traite qui s'annonce hyper democratique ( il est ou le referendum ? ) ne fait que reaffirmer ce que les traites de maastricht et Lisbonne avaient deja tente d'imposer avec le succes que l'on connait ... Soit nous partons pour du federalisme , et dans ce cas ce traite est une plaisanterie. Sans convergences industrielles et economiques et une redefinition des politiques de transfert de revenus et du role de la BCE, ca ne marchera pas. Soit nous partons pour une Europe des Nations, dans quel cas ce traite va deja trop loin avec l'intrusion d'institutions supranationales non legitimes dans la souverainete des Pays de l'Eurozone. Bref nous sommes au milieu du guet, comme il y a 6 mois. ...
a écrit le 05/12/2011 à 18:46 :
lorqu'on est lecteur de la tribune on ne peut que sourire...... a l'énoncé de sanction si on dépasse le déficit de 3 % du PIB, cela ne veut rien dire, en comptabilité de société ou nationale pour rembourser ses dettes il faut etre équilibré dans sa gestion et surtout etre sur équilibré pour rembourser, osez parler d'un déficit inférieur à trois pour cent qui serait permis on est en face de grands comiques et non pas de gestionnaire..... et on ne sait dire que cela, et les médias sont parfois complices;..cet accord ne sert à rien,
a écrit le 05/12/2011 à 18:12 :
moi une règle d'or je suis pour : dépenses :95% du PIB et impots:95% du PIB.
a écrit le 05/12/2011 à 17:58 :
Sarkozy, le type qui a fait exploser notre dette publique (+42,44% en 5 ans), et qui vient nous expliquer qu'il est le champion de la vertu en voulant nous imposer sa règle d'or.
Vivement 2012 qu'on se débarasse de ce charlatan !
Réponse de le 05/12/2011 à 19:24 :
Cher Mr.
Auriez-vous s'il vous plait, la bonne idée d'aller verifier l'explosion de la dette publique des autres pays développés durant la crise... Les Français, et c est bien la notre problème, sont nombrilistes et ne prennent pas la peine d essayer de raisonner avant de se plaindre. De grâce, avant de vous moquer la plume qu'il y a dans l'oeil de votre voisin, regardez plutôt la poutre qui est dans le votre!
Réponse de le 06/12/2011 à 8:18 :
Oui mais on habite en France, pas chez nos voisins ! Il y a même des pays européens sans déficit ! C'est donc possible.
Réponse de le 06/12/2011 à 10:36 :
pour quelle raison NS n'applique pas la règle d'or immédiatement, le budget 2012 est de sa compétence et la règle d'or ne s'applique pas; comme les curés faites ce que je vous dit mais ne faites pas ce que je fais. Les cadeaux fiscaux faits en 2007 -suppression des droits de succession, bouclier fiscal, baisse de la TVA restaurateur etc- doivent être payés à présent. La crise a bon dos, le manque de clairvoyance de notre cher président parait plus critiquable.
a écrit le 05/12/2011 à 17:44 :
Désolé, mais je ne comprends toujours pas ce qui change. En somme, une règle d?or sans moyens pour la faire respecter, une BCE qui n?agira pas comme banque centrale et pas d?émission d?Euro-bonds, donc une continuité dans l?incertitude des risque pour divers pays, et enfin un FESF qui fera quoi, pour qui, comment et financer comment ? est-ce une pseudo branche de la BCE ? A la fin de la journée, le marche va vouloir voir comment divers pays vont pouvoir rembourser leurs emprunts et a quel risque. Ce nouveau schéma ne change rien a court terme mais donnerait l?espoir que dans le future les pays feront mieux ? Regardons l?Italie ? 3eme marché obligataire au monde ? est-ce que leur plan de rigueur va rassurer les marches? A suivre.
A noter que je suis aussi perplexe sur un montage BCE/IMF/Pays?.
a écrit le 05/12/2011 à 17:37 :
Enfin une solution a long terme a un probleme structurel. Cela n'a rien a voir avec la France pliant devant l'Allemagne mais avec le fait indeniable que l'Europe est en besoin d'unite politique si ell veut envoyer un message fort aux marches.
Lorsque l'on vit dans un monde ou l'economie est globale la reponse aux problemes doit aussi ete globale.
Personellement c'est la premiere fois que je pense que Sarkozy a fait un excellent travail et je m'apprete a voter pour lui aux prochaines elections.
Réponse de le 05/12/2011 à 18:28 :
100% d'accord, soizic. Surtout défaisons nous de cet anti-germanisme primaire qui n'est vraiment plus de mise. Il s'agit de trouver des solutions communes à des problèmes communes au sein de l'EU. Il ne s'agit pas de savoir quelle "nationalité" a la solution.
a écrit le 05/12/2011 à 17:34 :
la fin de l'euro est reportée donc, mais pensez vous qu'il faut encore echanger son épargne en euros contre une epargne en franc suisse
Réponse de le 05/12/2011 à 18:06 :
aujoud'hui il fallait 134.56 dollars US pour 100 euros.Vous pensez sérieusement
que c'est la fin avec une telle cotation ?
Examinez aussi les réserves de change ,vous serez surpris.
(pour le franc suisse CHF c'était 80.94 pour 100 euros)
a écrit le 05/12/2011 à 17:09 :
Les Euro-bonds étaient, d'une façon, la titrisation des dettes souveraines nationales. Donc, un produit complexe, à risque (celui des dettes souveraines les plus importantes et les moins solvables mélangées aux autres). Leur taux aurait été supérieur à celui auquel les plus vertueux des pays peuvent actuellement emprunter et la BCE, prenant en compte une prime de risque variable selon pays, aurait prété aux Etats à des taux différents, certes moindres que les taux marché pour les moins vertueux mais était-ce sain ?
Réponse de le 05/12/2011 à 17:54 :


Et plus simplement les Allemands se seraient endettés à des taux d?intérêts plus élevés ,ce qu'ils ne veulent surtout pas.
Réponse de le 05/12/2011 à 18:30 :
et plus simplement il s'agit de discipliner les pays dépensiers avant qu'ils ne s'endettent aux frais des autres.
a écrit le 05/12/2011 à 17:00 :
Autant de rendez- vous pour aboutir à rien ou peu Des frais de réception ,déplacement, ....que d'économie Sarko en" petit" instituteur face à la France "d'en bas" va prendre la parole pour affoler les foules
Bien triste bilan ,mais pour lui pas de crise avec 1 chambre à 27 000.00 au dernier g20
a écrit le 05/12/2011 à 16:53 :
Il me tue Sarko avec l'intergouvernementalisme. Il capte rien. Espérons que Merkel sera lui faire entendre raison !
Réponse de le 05/12/2011 à 17:41 :
Votre federalisme bea ne menera pas loin non plus.
Construire une federation avec 17 Etats aussi differents sur les plans economiques, industriels, culturels et sociaux est une chimere.
Prenons l'exemple d'une federalisation de nos regimes fiscaux avec une harmonisation du salaire minimum. D' apres vous, entre un smic francais de 1300 euros, un smic espagnol de 650 euros, portugais de 580 euros et allemand de 0 euros, l'harmonisation necessaire au federalisme tendra t'elle vers le haut ? Votre europe federale se fera sur le moins offrant , et ce dans tous les secteurs economiques et financiers.
Cette Europe est petrie d'egoisme, entre une allemagne ayant profite d'une monnaie forte et d'une vraie politique de dumping sociale ( deflation salariale depuis 10 ans) pour se tailler des parts de marche, un Luxembourg paradis fiscal qui n' a absolument pas modifie son fonctionnement malgres les declarations de bonnes intentions.
Mous avons egalement pu constater ce que serait une Europe federale lors des dernieres guerres. Aucun accord sur la Libye, 2 camps lors de la guerre en Irak. Bref, nous en sommes tres loin, et fort heureusement :)
a écrit le 05/12/2011 à 16:51 :
I see one big inconsistency with this line of thinking, that is, if a country which has a large fiscal deficit in addition needs to pay a large penalty it would only increase its vulnerability. It is not a self stabilizing mechanism
I suggest an alternative: when a country exceeds the 3% deficit, the current elected government officials responsible for this outcome need to resign and declared unfit to hold public office. New ones need to take their place.
Réponse de le 05/12/2011 à 17:47 :
Etant donné le traité évoqué,vous auriez du vous exprimer en allemand.
Réponse de le 05/12/2011 à 18:39 :
Etant donné le support utilisé, vous auriez du vous exprimer en français.
Réponse de le 05/12/2011 à 20:16 :
@ LACRUCHE : La liberté d'expression ne se limite pas à l'argot qui s'emploie couramment dans cette rubrique. Entre parenthèses, "auriez du" s'écrit en réalité : "auriez dû". Nos accents souvent sans queue ni tête forment une une des nombreuses raisons faisant de l'anglais un moyen de communication préférable au français.
Réponse de le 05/12/2011 à 21:01 :
L'utilisation forcenée de l'anglais tient autant à des raisons historiques(anciennes colonies de l'empire britannique très nombreuses dans le monde)que politiques(les USA imposent leur loi à travers leur langue) mais dans un média comme la Tribune,je trouve normal de s'exprimer dans la langue de Molière même si vous la méprisez elle et ses accents! Il est juste de dire que pour internet et les nouveaux médias l'anglais n'ayant aucun accent s'y prête mieux mais les accents du français pourraient dans une conception moderne de la langue être en partie abandonnés que l'anglais resterait la langue dominante pour les raisons exposées plus haut.
a écrit le 05/12/2011 à 16:50 :
Tout le contraire de son discours de Toulon.
La France a encore plié devant l'allemagne, les euros obligations que NS souhaitait, eh bien il abandonne sur ordre de A.MERKEL, la cour de justice donnera des sanctions a des pays qui ne respecteraient pas les 3%, donc en plus nous perdons notre souveraineté
Réponse de le 05/12/2011 à 17:13 :
Si pour vous avoir des déficits chroniques qui endettent des générations entières est un signe de souveraineté, prenez le premier cargo pour le premier port de Grèce!
a écrit le 05/12/2011 à 16:34 :
Le nain nous fait bien rire comme il a fait rire Obama toute l'europe se tord les boyaux aprés cet nième sommet Franco-Allemand.J ne sais pas ce que le sinistre van rompuy va bien pouvoir mettr en place .Encore du bruit pour rien La crise ne sera pas résolue comme cela!
Réponse de le 05/12/2011 à 17:41 :
D'après ce que vous dites, vous n'en savez rien.
a écrit le 05/12/2011 à 16:32 :
Alors résumons :

L'accord devrait entrer en vigueur en mars prochain
>>Ben voyons ...
>>Elle est où la démocratie ? ah oui c'est ratifié par Goldman Sachs...

- Jeudi, si aucun accord n'est trouvé à 27, la France et l'Allemagne iront "à marche forcée" vers un traité à 17. Il pourra donc être approuvé avec une majorité de 85%.
>>Parce que les 15 autres pays de la zone euros vont dire Amen ?

- Le principe des euros-obligations est rejetté
>> La seule vrai info, bye-bye l'Euro

- Sanctions automatiques pour des déficits supérieurs à 3%
>>Cela existe déjà cela n'a servi à rien

- Mise en place d'une réunion tous les mois durant la crise
>>Déjà combien de sommet déjà pour quel résultat ?
>>Les réunions auront lieu la kommandantur ?

- Mise en place d'une règle d'or
>>Les règles c'est fait pour s'assoir dessus, cela pourrait être la devise de Sarko
>>Les budgets 2011,2012 de l'UMP sont en déficit de combien ?

- Rôle de la BCE : "confiance dans la BCE et indépendance".
>>Phrase vide de sens

- Pérenniser le FESF, le mettre en place dès 2012 avec une majorité de 85% pour les décisions importantes.
>>Phrase vide de sens, de plus il faut pérenniser un truc qui n'existe pas encore

- La cour de justice de l'Union européenne vérifiera si les budgets respectent la régle d'or.
>>D'où qu'ils sortent ces gars là ?? ils ont quelles légitimités ?
>>La cour de Justice... c'est le truc qui met 3 ans pour rendre un avis dont tout le monde se fou ?

Réponse de le 05/12/2011 à 16:55 :
@syfre
Tout a fait d'accord avec vous.
Aucune surprise. Les maux de l' Eurozone ne sont absolument pas abordes. Ce nouveau traite qui s'annonce hyper democratique ( il est ou le referendum ? ) ne fait que reaffirmer ce que les traites de maastricht et Lisbonne avaient deja tente d'imposer.
Soit nous partons pour du federalisme , et dans ce cas ce traite est une plaisanterie. Sans convergences industrielles et economiques et une redefinition des politiques de transfert de revenus et du role de la BCE, ca ne marchera pas.
Soit nous partons pour une Europe des Nations, dans quel cas ce traite va deja trop loin avec l'intrusion d'institutions supranationales non legitimes dans la souverainete des Pays de l'Eurozone.

Bref nous sommes au milieu du guet, comme il y a 6 mois. ...
Réponse de le 05/12/2011 à 16:58 :
excellent!!!! je suis complétement d'accord avec vous, il brasse tous du vent !!!!!
Réponse de le 05/12/2011 à 18:36 :
@syfre: le sujet ne se prete pas à la soumission à des mécanismes de démocratie directe. Nous pouvons nous déja éstimer heureux si les députés y comprennen UN PEU.
a écrit le 05/12/2011 à 16:26 :
le nouveau franc c'est pour bientôt !
Réponse de le 05/12/2011 à 17:44 :
@ trader : Dommage, c'était un tocard.
Réponse de le 05/12/2011 à 17:47 :
ou plus juste : le "LOUIS", car face à une dévaluation que souhaitez de tout coeur la marche arrière sera " destroy "
Réponse de le 05/12/2011 à 19:24 :
@2012 : Vous avez déjà conduit une voiture sans marche arrière ? Il ne s'agit pas ce type de commentaires mais de savoir si l'Euro a donné les résultats prévus et la réponse est claire "NON". Si vous êtes devant un précipice et que vous pouvez faire marche arrière vous faites quoi ????? Vous passez la marche arrière évidement.
a écrit le 05/12/2011 à 16:11 :
Heu hummm bon et alors elle est ou la crise "économique la dedans ??"
a écrit le 05/12/2011 à 16:09 :
Combien cela a t'il pu coûter aux budget des deux nations, Allemagne et France, cette pantalonnade?
Ce n'est décidémment pas sérieux, et les marchés se feront une joie de le faire remarquer. A croire que ces "dirigeants" sont dirigés, mais alors le metteur en scène serait il un fan de Machiavel, bossant chez Goldman and Sachs...?
a écrit le 05/12/2011 à 16:08 :
un traité pour dire qu'on va respecter le précédent il fallait y penser.
Réponse de le 05/12/2011 à 16:22 :
Oui c'est un peu ça; espérons qu'il n'en faille pas un troisième!
Réponse de le 05/12/2011 à 17:15 :
ahah tellement vrai !
a écrit le 05/12/2011 à 15:35 :
En résumé : Elle a obtenu tout ce qu'elle réclamait en échange il a renoncé à tout ce qu'il demandait.
Pas grave, il a, en 2008, triplé son salaire et c'est les Français qui paieront.
Sedan économique ou Munich diplomatique ?
Réponse de le 05/12/2011 à 15:55 :
il est tant de le viré pour garder son mioche , en n'est il encore capable quand ont voit qu'il n'a plus rien dans le pantalon , qu'il dit amen a tout il devient dangereux pauvre france avec un président comme lui j'espere quand mai 2012 les gens auront compris et comme voteront pour quelqu'un d'autre que ce NUL VIVE 2012
Réponse de le 05/12/2011 à 16:07 :
Elle a besoin de lui pour ne pas paraitre trop dictatoriale. Ce n'est pas "L'Allemagne a decide que" mais"la France et l'Allemagne ont decide que." et lui est content , elle fait comme si les decisions etaient prises en commun.
a écrit le 05/12/2011 à 15:29 :
Je ne vois pas de changements depuis les dernières volontés de Markel.
S'il y bien 2 anti-européens, c'est bien le couple Merkozy (Merkel ayant les pantalons!). De quel droit édictent-ils leurs volontés aux autres pays? Quelle légitimité a ce couple? Pourquoi parlent-ils au nom de l'Europe alors qu'ils ne cherchent que leur électorat sans s'occuper des problèmes de ceux qui comme eux sont sur le même bateau? Pourquoi les autres pays ne réagissent-ils pas? Pourquoi ne les consultent-ils pas? Croient-ils (Markozy) qu'ils détiennent la porole divine?
Je ne comprends plus cette "Europe".
Réponse de le 05/12/2011 à 18:40 :
@pedro: de quel droit? Du droit de ceux qui paient l'ardoise. C'est aussi simple que cela.
a écrit le 05/12/2011 à 15:29 :
... un simple sms décisionnaire de la part de Merkel aurait largement suffit...
Réponse de le 05/12/2011 à 15:43 :
Effectivement Robert-Denis ... si c'était pour accoucher de ce "superbe" compromis, ils auraient mieux fait manger tanquillement chacun chez soi et de se téléphoner. Mais bon, il faut les comprendre, la marketing, le matketing, tous les jours...jusqu'au éléctions.
a écrit le 05/12/2011 à 15:26 :
"Un traité n'est jamais qu'un chiffon de papier" disait Bismarck.
Ceci étant, attention de ne pas nous tromper d'adversaire !
Réponse de le 05/12/2011 à 16:00 :
IL y en a eu d'autres après Bismarck , un célèbre juriste de l'entre deux guerres,écrivait :Le droit allemand n'est pas statique,il est dynamique.Il a peu de respect pour les engagements écrits,les traités,les"Fetzenpapiere"Un accord n'oblige que le plus fort.
Pour nous Français c'est une monstruosité,mais dans l'esprit germanique c'est un point de doctrine solidement établi,qui ne supporte ni doûte,ni contestation.
Réponse de le 05/12/2011 à 16:32 :
lire "un accord n'oblige pas le plus fort"
et non n'oblige que... le plus fort
a écrit le 05/12/2011 à 15:26 :
un accord qui se termine sur un compromis .... quoi d anormal?? discuter pour ne pas aboutir a un compromis cela s appele un echec .d uncompromis a l autre cela fait avancer l europe ;;qui gagne??? c est un autre sujet
a écrit le 05/12/2011 à 15:20 :
"Il est une chance que les gens de la nation ne comprennent pas notre système
bancaire et monétaire, parce que si tel était le cas, je crois qu'il y aurait une
révolution avant demain matin."
Henry Ford (1863-1947)
a écrit le 05/12/2011 à 15:20 :
Tout ça pour ça... l'accord est au final ce que voulait l'Allemagne. Toutes les propositions françaises ont été rejetées. Sauf ce qui ne mange pas de pain : la règle d'or, outil de com' sans aucune utilité... ( les 3% max existaient déjà et on a des sanctions automatiques). Concernant l'union budgétaire, j'ai comme l'impression que les Allemands s?imaginent qu'ils ne connaîtront plus jamais de problèmes économiques et budgétaires... Quand cela arrivera et que le Bundestag sera sur le même pied que les autres parlements, c'est à dire sommé de modifier le budget voté pour parvenir à un équilibre, ça chahutera outre rhin.
a écrit le 05/12/2011 à 15:17 :
a quand une bonne retraite plus tôt que de faire du gaspillage et d'aller donner des euros a ceux qui ne foute rien
a écrit le 05/12/2011 à 15:02 :
Au prochain sommet, la langue officiel de l'Europe deviendra l'Allemand.
Et la boucle sera bouclée...
L'Europe deviendrait-elle une colonie Allemande?
a écrit le 05/12/2011 à 14:59 :
Il me semble que Sarko voulait des euro-bons, finalement, il dit maintenant que ce ne serait pas la solution. Il voulait aussi que la BCE intervienne au secours des états, rien là dessus... Notre sauveur à la petite semaine (toutes les semaines, il dit nous avoir sauvés^^) n'a visiblement pas su faire entendre ses points de vue... L'Allemagne décide donc. Inutile alors de parler d'accord franco-allemand puisque l'une décide et l'autre ne fait que brasser de l'air.
a écrit le 05/12/2011 à 14:58 :
Pas de fédéralisme ! Bref la fin de l'euro !
Réponse de le 05/12/2011 à 18:47 :
@pmxr:Si vous y refléchissez un peu, vous allez constater qu'il est téchniquement quasi-impossible de reintroduire les monnaies nationales ( comment éviter p.ex. que tout le monde voudra échanger ses EUR contre des Deutsche Mark?).
Réponse de le 06/12/2011 à 9:44 :
Je ne le souhaite pas non plus .... mais l?Allemagne peut être !
a écrit le 05/12/2011 à 14:36 :
Pour une fois le discours de Hollande n'était pas si a côté de la plaque "Il faut éviter que l'Allemagne s'isole".
De toute façon, tant qu'on peut éviter les Eurobonds, autant les éviter... si jamais la situation devient désespérée, il faudra en émettre (et si l'Allemagne est contre les eurobonds, elle lest encore plus contre une Europe qui s'effondre). Cela sauvera l'euro & redynamisera l'économie (notamment grâce à l'inflation générée).
a écrit le 05/12/2011 à 13:23 :
parlez donc du chômage!!!!!!!!!!!!!!!!!

Voilà les annonces de job en France: Capacités et expérience souhaitées: Agé(e) de 28- 32 ans maximum!!!!!!!!!

discriminent!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 05/12/2011 à 13:57 :
900 000 postes sont à pourvoir en France, il y a du chômage, certes, mais il y a aussi des emplois à pourvoir.
Réponse de le 05/12/2011 à 14:53 :
La Tribune propose aussi des postes : http://emploi.latribune.fr
Réponse de le 05/12/2011 à 14:54 :
Tout dépend comment vous calculer les postes à pourvoir.
On sait que le plupart des emplois sont proposés par les boîtes d'intérims.
Or pour un emploi réel, il y a n boîtes d'intérims.
Donc il faudra diviser 900 000/n.
Par exemple pour les ssii pour un même poste il y a des centaines d'annonces.
Réponse de le 05/12/2011 à 15:01 :
900.000 emplois à pourvoir? d'où sortent ces chiffres? sur le site de Pole Emploi,on dépasse à peine 150.000 et dans ce chiffre il faut enlever toutes les offres périmées que Pole Emploi laisse pour gonfler ses chiffres et les emplois aidés.Non, je crois que votre chiffre était plutôt d'il y a quelques années...mais peut etre cela reviendra en attendant comme l'indique PARLEZ, les critères de sélection sont de plus en plus stricts rejetant les plus jeunes mais et surtout les seniors maintenant dès 40 ans dans le chômage de longue durée!
Réponse de le 05/12/2011 à 15:57 :
@repondre
900.000 emplois à pourvoir ???? Où sont-ils et quels sont-ils ? Je ne sais d'où sortent ces chiffres, j'en suis à un peu plus de 700 candidatures sur tous types de postes. Mis à part des annonces de postes déjà pourvus, des fausses annonces passées par des recruteurs, je ne vois pas. Vous pourriez m'en envoyer quelques uns s'il vous plait ?
Réponse de le 05/12/2011 à 19:19 :
@LACRUCHE / et combien n'auront jamais une retraite à taux plein, même en travaillant jusqu'à 67 ans !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :