La dette publique espagnole atteint un niveau historique

Après l'annonce par l'Union européenne d'un objectif de déficit assoupli pour l'Espagne en raison des difficultés croissantes du pays, Madrid a dévoilé ce vendredi une dette publique de près de 735 milliards d'euros (68,5% du PIB), un nouveau plus-haut historique.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Les annonces de mauvais résultats n'en finissent plus. La dette publique espagnole a établi fin 2011 record historique, représentant 68,5% du PIB soit environ 7 points de plus qu'il y a un an (61,2%), selon les chiffres publiés ce vendredi par la Banque d'Espagne. Le niveau de la dette espagnole, qui est au plus haut depuis le début de la série statistique en 1995, est bien supérieur à la limite fixée par le Pacte de stabilité de l'UE (60%), mais demeure environ 20 points en-dessous de la moyenne de la zone euro (87,4% au troisième trimestre 2011). Elle s'élève, fin décembre, à 734,961 milliards d'euros, ce qui représente 68,5% du PIB, un bond de plus de deux points en seulement trois mois (66% au troisième trimestre).

Hausse continue depuis 2008

Le précédent gouvernement socialiste prévoyait pour la fin de 2011 une dette à 67,2% du PIB, avec pour objectif de la maintenir sous les 70% jusqu'en 2014. L'institut de statistiques européennes Eurostat tablait lui sur 69,6% en 2011, 73,8% en 2012 et 78% en 2013. Le nouveau gouvernement de droite n'a, quant à lui, pour l'instant pas donné de nouvel objectif en la matière. La dette publique espagnole, en proportion du PIB, est en hausse continue depuis le premier trimestre 2008, année où elle atteignait 35,8%, après plus d'une décennie de baisse, alors que le pays était en forte croissance avec des comptes publics excédentaires.

L'endettement des régions inquiète les marchés

La situation des 17 régions autonomes est particulièrement préoccupante: fin 2011, leur dette cumulée atteignait 140,1 milliards d'euros, soit 13,1% du PIB du pays (contre 11,4% un an plus tôt), un record historique selon les chiffres de la Banque d'Espagne, tandis que celle des municipalités recule légèrement sur un an, à 35,4 milliards (3,3% du PIB). Le fort degré d'autonomie des régions espagnoles est une source d'inquiétudes pour les marchés, qui craignent que leur endettement ne compromette l'objectif du gouvernement de réduire son déficit: ce dernier, qui a déjà dépassé de plus de deux points la limite fixée pour 2011 (8,51% du PIB contre 6% prévus), devra être ramené à 5,3% en 2012, puis 3% en 2013. Mais l'administration centrale voit elle aussi sa situation financière empirer, avec une dette publique de 52,1% du PIB fin 2011, contre 46,4% un an plus tôt.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 16/03/2012 à 19:14
Signaler
C'est triste, très triste , je crains que, à l'horizon de tout cela c'est une ''remise des pendules à l'heure'' qui va apparaître nécessaire : une guerre, décidée par une poignée de cupides .

à écrit le 16/03/2012 à 17:58
Signaler
Etait-ce la peine de changer de gouvernement? les conservateurs d'espagne ou d'allemagne d'ailleurs aussi finiront bien par mesurer, qu'après l'action de la BCE pour les banques, la Commission devra travailler à une relance, et c'est le sens du dif...

le 17/03/2012 à 13:08
Signaler
avec quel fric ? L'accumulation de dettes n'est pas une solution viable à long terme. Il va falloir accepter une période de défauts, ce qui semble encore inacceptable de nos jours...

à écrit le 16/03/2012 à 14:04
Signaler
Quand on sait pas boire on boit pas. Quand on ne sait pas faire l'Europe on ne le fait pas. Un monde s'écroule sous nos yeux.

à écrit le 16/03/2012 à 13:44
Signaler
La dette de la France Sarkozienne et Filloniste est tellement pire ... 1 800 000 Milliards ...

le 16/03/2012 à 15:08
Signaler
faux c'est 1800 milliards

à écrit le 16/03/2012 à 12:37
Signaler
Oh la, Oh la ....il y a de la marge faut quand même déconner, c'est presque 2 fois moins que l'Italie et je ne parle pas de la France ou de la Belgique.Mais il faut mettre les autonomies de mes d...dans la nasse c'est tout, à commencer par la Catalog...

le 16/03/2012 à 13:37
Signaler
effectivement, il faut ajouter toutes les dettes pour avoir une idée réaliste de l'état d'un pays, pas seulement la dette "comptabilisée" au niveau de l'état. Et là, ça fait mal !!! D'après Morgan Stanley, la Grande-Bretagne bat tous les records avec...

le 16/03/2012 à 16:22
Signaler
Et la GB continue de trimballer fièrement son triple A, pas de discussions possibles les agences de rating roulent pour la City et Wall Street (malgré l'habillage de la dégradation sans effet du 3A US). L'Europe doit se faire sans les anglais, et pe...

le 17/03/2012 à 13:10
Signaler
Faut, les trois grandes agences de notation ont placé le triple A britannique sous surveillance, ce qui veut dire que les britanniques vont le perdre d'ici peu. Ah ! L'anglophobie redevient un sport national !

à écrit le 16/03/2012 à 12:15
Signaler
chuuutttt ....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.