Dette : Le taux à dix ans de l'Espagne atteint un nouveau record à 7,3%

Le rendement des obligations espagnoles à dix ans a atteint vendredi un nouveau record depuis la création de l'euro à plus de 7,3%. En conséquence, les Bourses européennes ont toutes clôturé dans le rouge.

3 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Les taux espagnols flambent. Le rendement des obligations espagnoles à dix ans a atteint vendredi un nouveau record depuis la création de l'euro. Vers 16h40, il s'affichait en hausse de 29 points de base à 7,31%. Le rendement des obligations espagnoles à cinq ans a lui aussi atteint un nouveau record à 6,93%, en hausse de 46 pdb. Le rendement du papier à deux ans a bondi de 62 pdb à 5,85%.

Les tensions sur les rendements espagnols pèsent également sur ceux de la dette italienne. Le rendement du papier italien à dix ans progressait ainsi de 18 pdb à 6,18%.

Les Bourses en chute libre

Conséquences de ces tensions sur les marchés obligataires, les Bourses européennes ont plongé vendredi après-midi. A la clotûre, Madrid abandonnait 5,82%, Milan 4,38%, Paris 2,14%,  Francfort 1,9% et Londres 1,09% tandis que l'Eurostoxx 50 cédait 2,66% en clôture provisoire, plombé par les banques de la région (-5,97%). Outre-Atlantique, Wall Street se repliait également toujours en raison des inquiétudes sur l'Europe. A 18h, le Dow Jones reculait de 0,69% et le Nasdaq de 0,85%.

Vers 16h, l'euro a également décroché sous 1,2150 dollar pour la première fois depuis juin 2010. Vers 16h, l'euro est tombé à 1,2144 dollar, son plus bas niveau depuis le 14 juin 2010. Il avait déjà renoué la semaine précédente avec des niveaux plus vus depuis deux ans en descendant le 13 juillet à 1,2163 dollar. A la même heure, l'euro glissait à 95,42 yens, un plus bas depuis le 29 novembre 2000 face à la devise nippone. Il était déjà descendu le 1er juin à 95,60 yens, son plus bas niveau depuis onze ans et demi.

L'appel à l'aide de Valence et une croissance en berne

Lourdement endettée, la Communauté valencienne a dit en début d'après-midi qu'elle en appelait à l'aide financière du gouvernement central espagnol, provoquant un nouvel accès de fièvre sur les marchés et compliquant encore la tâche de Madrid qui souhaite éviter coûte que coûte une aide extérieure directe. L'annonce a éclipsé le feu vert des ministres des Finances de la zone euro (Eurogroupe) à l'aide au secteur bancaire espagnol, dont le montant précis ne sera déterminé qu'en septembre.

Autre élément: le gouvernement espagnol a réajusté ce vendredi ses prévisions économiques dans le cadre de la préparation du budget 2013. Si la récession s'annonce moins élevé que prévu cette année (-1,5%), elle devrait se poursuivre en 2013 -(-0,5%) alors que la précédente estimation tablait sur une faible progression de l'activité (+0,2%). La croissance ne devrait redémarrer que très progressivement avec + 1,2% en 2014 (contre +1,4% annoncé précédemment) et +1,9% en 2015, a indiqué le ministre du Trésor, Cristobal Montoro, lors d'une conférence de presse à la suite du conseil des ministres.

Le tableau s'annonce également plus sombre que prévu sur le front de l'emploi. Le taux de chômage en Espagne, le plus élevé des pays industrialisés, devrait atteindre 24,6% en 2012, un chiffre légèrement supérieur aux 24,3% attendus initialement, a annoncé vendredi le gouvernement. En 2013, le niveau de chômage devrait très légèrement baisser, à 24,3% de la population active, puis descendre à 23,3% en 2014.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 25
à écrit le 21/07/2012 à 12:36
Signaler
Super, je vais pourvoir faire un peu de pognon sur mes certificats indexé pour les commos.

à écrit le 21/07/2012 à 8:17
Signaler
Souvenez-vous de « Bankia » (quatrième banque espagnole). Coût du sauvetage 23,5 milliards d'euros de fonds publics. Elle détenait 31,8 milliards d?euros d?actifs immobiliers toxiques. Cerise sur le gâteau, ses dirigeants sont accusés de falsificat...

à écrit le 21/07/2012 à 7:53
Signaler
l'Euro va changer l'Europe dixit Jacques Chirac...!!! Mission accomplie l'Europe est sur la paille..!!! surtout le Chudddddd..!!!

à écrit le 21/07/2012 à 7:42
Signaler
Le sauvetage des banques espagnoles a un coût très lourds, mais le scénario peut se reproduire dans quelques années si on ne prend pas de mesures. L' Espagne a-t-elle survivre?

le 21/07/2012 à 16:26
Signaler
Vous pouvez faire durer un patient dans le coma en le branchant sous perfusion ou assistance respiratoire. Il reste néanmoins dans un état végétatif... Pour l'Espagne comme pour l'économie en générale c'est ce qui est en train de se passer, la potion...

à écrit le 21/07/2012 à 0:06
Signaler
Le point de non retour est donc depassé. Adieu Madrilène...

le 21/07/2012 à 6:32
Signaler
erreur lutner,certes un taux élevé est facheux.mais il existe des signes positifs:bien qu'affaiblies de nombreuses collectivités locales continuent a tourner dans le vide.les espagnols continuent a construire meme avec 3 millions de logements vacants...

le 21/07/2012 à 16:21
Signaler
Je goute l'ironie du propos...

à écrit le 20/07/2012 à 22:57
Signaler
À la fin de la dépression, vers 2025, il ne devrait plus y avoir de classes moyennes sur le site France.

le 21/07/2012 à 0:06
Signaler
Pas du tout : la moyenne aura baissé !

le 21/07/2012 à 12:28
Signaler
Vous pensez ce que vous voulez mais pour celui qui a de l'argent, il va y avoir à partir de 2013 des occasions immenses d'achat à pas cher. Les classes moyennes disparaîtront. C'est simplement le résultat de la génération maudite de 68.

le 22/07/2012 à 15:10
Signaler
Vous n'avez pas compris le trait d'humour : puisque la récession va amener une baisse du niveau de vie, la classe moyenne va avoir celui des pauvres d'aujourd'hui ...

à écrit le 20/07/2012 à 19:43
Signaler
C'est peut-être le début de la fin de l'Euro. Il serait prudent de ne pas trop laisser d'argent sur les comptes des fois que des banques mettent les clés sous la porte. Si l'Italie s'enfonce aussi, il n'y a plus beaucoup d'espoirs. La misère va explo...

le 21/07/2012 à 0:39
Signaler
La misère existe déjà dans le monde entier depuis longtemps. Ce qui est sur c'est que cela va empirer si l'on s'acharne à continuer dans cette voie. Il faut remettre l'humain au centre des débats et non en marge comme cela est le cas jusqu' à présent...

à écrit le 20/07/2012 à 18:21
Signaler
Sans croissance, ca ne risque pas de s'arranger

le 20/07/2012 à 20:01
Signaler
Il n'y aura pas de croissance. Aussi longtemps que ceux qui entreprennent sont écrasés d'impôts et aussi longtemps que perdurera l'assistanat. Des mouvements sociaux sont à prévoir sous peu. Prochaine étape : "Quand des millions de personnes se rend...

le 20/07/2012 à 22:55
Signaler
la révolution, ce sera justement pour faire payer plus d'impôt aux plus riches qui ont vidé les caisses de l'Etat et pour mieux partager les richesses. Quant à l'assistanat, ça nous a bien arrangé tous ces gens qui se contentaient de leur télévision ...

le 21/07/2012 à 0:29
Signaler
Voici deux beaux exemples de personnes complètement perdues. Et le pire est que cela ne fait que commencer. Ne tombez pas dans le piège de chercher des coupables autour de vous. Vous ne les trouverez pas, en tout cas pas les bons. Si il existe des co...

à écrit le 20/07/2012 à 17:53
Signaler
"Si la récession s'annonce moins élevé que prévu cette année (-1,5%), elle devrait se poursuivre en 2013 -(-0,5%) alors que la précédente estimation tablait sur une faible progression de l'activité (+0,2%). La croissance ne devrait redémarrer que trè...

le 20/07/2012 à 18:20
Signaler
2012: -1,5% ; 2013 -0,5% ; 2014 +1,2% ; 2015 +1,9% (il y avait un décalage d'un an sur les deux derniers chiffres)

le 21/07/2012 à 0:31
Signaler
Vous êtes adeptes du tarot Marseillais?

à écrit le 20/07/2012 à 17:46
Signaler
Pas grave. Il suffit que l'Etat espagnol et les régions cessent de s'endetter (volontairement ou non).

le 20/07/2012 à 18:05
Signaler
Donc qu'ils se déclarent en faillite? Ce serait trop simple!

le 20/07/2012 à 19:14
Signaler
Il serait encore plus simple de cesser de s'endetter et de rembourser. Trop compliqué ?

à écrit le 20/07/2012 à 17:41
Signaler
Quand je pense que certains théodules eurobéats pensent que la mauvaise passe ne va durer que deux à trois ans ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.