Michel Barnier veut une Europe fédérale d'ici 2016

 |   |  377  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Le Commissaire européen au Marché intérieur, Michel Barnier, souhaite une Europe fédérale d'ici quatre ans. Avant cela, il annonce la mise en place d'un superviseur bancaire européen d'ici janvier 2013.

Une Europe fédérale? Le Commissaire européen chargé du Marché intérieur et des Services,  Michel Barnier, l'espère pour 2016. Dans une interview publiée dans Libération ce vendredi, l'ancien ministre français des Affaires étrangères développe sa conception de l'Union européenne. Selon lui, "l'Europe a beaucoup fait en peu de temps pour corriger les faiblesses accumulées depuis dix ans". Il évoque notamment la création d'une "union économique à côté de l'union monétaire". "Maintenant", en conclu-t-il, "agit d'aller vers une fédération européenne, car la crise a montré qu'on ne pouvait pas s'en sortir tout seul". D'ici quatre ans, l'UE "devra s'être transformée en une fédération des Etats européens dans laquelle les nations mutualiseront leurs destins sans effacer leurs différences", ajoute-t-il.

Un superviseur bancaire dès 2013

Pour l'heure, l'Union européenne doit affronter une crise économique et financière sans précédent . Pour ce faire, elle tente de Sommets de crise en réunions d'urgence de mettre en place des mécanismes de protection face à l'instabilité des marchés. Le Commissaire européen évoque ainsi la création de "superviseur bancaire", qui, selon lui existera dès janvier 2013 et dont la mission sera confiée à la BCE. Elle devra surveiller quelque 6.000 établissements."Si on soutient collectivement nos établissements, il est logique qu'on les surveille collectivement", justifie-t-il. Michel Barnier précise toutefois, qu'il souhaite, à côté de la BCE, une "autorité de résolution des crises qui pourra s'appuyer sur le MES (Mécanisme européen de stabilité Ndlr)". 

Divergences européennes

Ces propos interviennent au lendemain d'une conférence très attendue du président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi. Mais celle-ci a déçu les marchés qui espéraient une intervention plus franche et plus forte de l'institution sur le marché de la dette.

Les économistes allemands, notamment à la Bundesbank, s'étaient fermement opposés à un rachat d'obligations sur le marché secondaire. Ainsi, à propos des moyens à mettre en oeuvre pour soutenir les pays les plus en difficulté, les divergences restent profonde entre l'Allemagne d'une part, la France, l'Italie et l'Espagne d'une autre. De quoi laisser à penser que l'Europe fédérale est encore loin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/12/2012 à 3:27 :
"Michel Barnier veut une Europe fédérale"
Rêve toujours mon pote, tu penses bien que nos amis d?outre Rhin s'y opposeront, cela équivaudrait à tuer la poule aux oeufs d'or.
Le statu quo leur convient parfaitement, ils profitent ainsi de la faiblesse des autres économies pour s'engraisser, nôtre seul espoir c'est l?arrêt cardiaque pour cause d'obésité.
a écrit le 20/11/2012 à 13:41 :
Le débat s'enlise et nous n'avons toujours pas d'institutions modernes pouvant porter une union politique.

Les citoyens européens peuvent utiliser les traités en cours pour rédiger et proposer, ensembles, une constitution pour l'Union Européenne.

Le site Wikiconstitution a pour objet de promouvoir une meilleure implication des citoyens de l?UE dans le processus démocratique qui les régit.

Citoyens européens, construisez votre Europe sur www.wikiconstitution.eu
a écrit le 06/08/2012 à 23:40 :
Un référendum s'impose, avec un projet de constitution simple.
a écrit le 05/08/2012 à 7:55 :
Exigeons une législation ambitieuse contre les abus sur les marchés, y compris des sanctions pénales pour les banquiers qui font fi des règles et transgressent nos lois.

Soutenons l'action de Michel Barnier:

http://www.avaaz.org/fr/la_fin_de_limpunite_des_banquiers_fr/?vc
Réponse de le 05/08/2012 à 8:13 :
Exigeons un référendum et rendons la parole aux peuples pour décider de notre avenir.
Réponse de le 05/08/2012 à 10:09 :
@haruka: des sanctions pénales oui, mais également pour les hauts fonctionnaires européens qui ont fermé les yeux sur la mauvaise utilisation et la dilapidation des aides déversées par centaines de milliards à la Grèce, au Portugal et à l'Espagne. Ils savaient et ont laissé faire !
a écrit le 03/08/2012 à 20:09 :
J'ai lu que de plus en plus de retraités faisaient le choix de l'exil pour finir leurs vieux jours compte tenu d'un niveau de pouvoir d'achat supérieur vu les retraites servies. Je crois que je vais les rejoindre bientôt car ce pays n'est plus le mien. Je sais, certain vont aller de leur commentaire du genre "c'est une honte de fuir le pays après avoir en avoir profité, ou bien "on vent" etc... Je remarque que de plus en plus de jeunes choisissent l'exil. Au final, la France perd ses enfants en raison de politiques dont nous ne nous reconnaissons plus.
Réponse de le 03/08/2012 à 23:26 :
"la France perd ses enfants ..." Pas de problème pour Hollande et les socialistes. Ils comptent les remplacer par des étrangers en provenance du Sud de la Méditérannée. Ils leurs ont promis le droit de vote. Comme cela leur réélection est assurée en 2017!!!
Réponse de le 04/08/2012 à 7:46 :
Personne ne vous retient.
a écrit le 03/08/2012 à 20:00 :
Barnier ! il faut le mettre à la retraite d'office ou l'interner. Perso, j'ai voté NON au référendum, comme tant d'autre. Et Non c'est NON;
a écrit le 03/08/2012 à 17:25 :
L'europe est devenue un "machin" bureaucratique! Elle a été incapable de controler l'usage des centaines de milliards d'euros déversées en pure perte en Grèce, au Portugal, en Espagne. On ne résoud pas les problèmes avec ceux qui les ont créés! Voila encore un éminent "haut fonctionnaire" en place depuis plusieurs décénnies qui nous enfume pour avoir encore plus de pouvoir avec ses "petits camarades". Du balai, Barnier et tous tes petits camarades! Oui à l'Europe mais avec des personnes nouvelles qui ont une forte expérience de l'économie réelle.
Réponse de le 03/08/2012 à 18:55 :
Ah bon, vous croyez que la France n est pas un machin bureaucratique ??
Réponse de le 05/08/2012 à 8:17 :
@Europe ; D'accord avec le début de votre commentaire, mais pas du tout avec la dernière phrase. Laissons au peuple le choix de décider de leur avenir par un référendum.
a écrit le 03/08/2012 à 17:04 :
En 1970, 650 000 chômeurs,quelques dizaines de milliers de personnes en précarité, en 2012, 8 000 000 de chômeurs, 12 000 000 de personnes sous le seuil de pauvreté!.
Cherchez l'erreur!.
Réponse de le 03/08/2012 à 18:18 :
Je sais pas si en 1970 il y avait 650 000 chômeurs, en tout cas si on regarde les chiffres de 1967, il y avait en France (que) 300 000 chômeurs.
Bonjour l'Europe et la mondialisation, cette Europe dont on nous rabattait les oreilles pour nous dire que c'était la panacée, qu'il n'y aurait plus de chômage, que le pouvoir d'achat des européens allait augmenter, et blabla et blabla!!!, aujourd'hui on peut voir et constater dans quel merdier on s'est fourré!.
Réponse de le 07/08/2012 à 0:01 :
Il ne faut pas tout mélanger.
1970 et 2012 ne sont pas comparables.

1970 est avant 1973 (Choc pétrolier) et l'explosion du prix du pétrole et des matières premières. Aujourd'hui le prix du pétrole augmente toujours notamment dû à la forte hausse de la demande (Chine et Brésil).
Il est notamment a noté que nous sommes en pleine crise internationale (doublé par la crise de la zone euro). La crise est partout, en chine aussi (la croissance est toujours d'actualité en chine mais elle s'est affaiblit).

Et puis l'union économique est pour quelques chose du succès des années d'après guerre. L'Union Européenne est la premier espace économique mondiale.

L'Euro n'a pas été une erreur en soit. Il est venu bien trop tôt.
Il n'a pas que des désavantages. A quel prix payerons-nous le pétrole en Franc ?
Je pense que l'optimisme de l'Union étaient bien trop forte. L'Euro étaient censé nous réunir mais force est de constater que le Non à la constitution européenne de 2005 a brisé cet objectif.

La crise actuelle ne devrait pas être si forte. L'état des Etats Unies d'Amériques est bien plus grave que celui de l'Europe. Quelle est la différence ?
Les Etats Unies est un état fédérale ! Représenté par un représentant élu démocratiquement qui donne une vision claire de la direction de son état.
Il instaure la confiance, l'unité.
C'est aujourd'hui ce qu'il manque à l'Union Européenne. Comment voulez-vous créer une confiance entre la zone Euro et les marchés quand plusieurs voix s?élèvent pour afficher des direction différentes ? Je n'est pas de confiance en un espace qui court dans toute les directions, à un espace désordonné.

La crise économique est donc largement amplifié par une crise politique !
a écrit le 03/08/2012 à 17:00 :
Entre des dictateurs qui prennent le pouvoir par la force, et des eurocrates non élus qui nous gouvernent, faudrait que l'on m'explique la différence?!!!.
Réponse de le 04/08/2012 à 11:31 :
la différence! il n'y en a pas tant qu'on ne se révolte pas
a écrit le 03/08/2012 à 16:26 :
Monsieur veut, mais nous citoyens Français, nous avons notre mot à dire, et choisir si nous voulons être esclaves des eurocrates ou souverains chez nous!.
a écrit le 03/08/2012 à 15:29 :
Voilà un joli débat passionné et légitime entre "souverainistes" et "fédéralistes" qui traverse d'ailleurs les vieux partis politiques. Voilà un joli débat où la démagogie est déguisée en démocratie, où l'on n'hésite pas (souvenez-vous) à faire revoter les électeurs quand le résultat des votes n'est pas conforme aux attentes escomptées....Mais au delà de ces combats d'arrière-garde guère crédibles, le monde se concentre. La vision, sympathique au demeurant, d'un exagone replié sur lui même défenseur de ses valeurs ( au fait: lesquelles?) me semble un peu anachronique.
De toute évidence Monsieur BARNIER fait preuve de bon sens. Espérons que la conscience collective en fasse de même!
Réponse de le 03/08/2012 à 17:37 :
exactement ! la crise actuelle révèle les faiblesses criardes de l'Europe qui, si elle ne s'engage pas dans un processus fédéraliste, conduira à sa ruine, et notamment à celle de toutes les classes dites moyennes.
Réponse de le 03/08/2012 à 18:04 :
@kiki 67
Nous sommes déja ruiné!, le fédéralisme ne peut que nous conduire à la guerre et à la catasstrophe!.
Aujourd'hui les peuples d'Europe sont excédés, il va falloir une issue très rapide au démantèlement de tout ce "machin" que l'on appelle en L"Europe"!.
Réponse de le 03/08/2012 à 18:40 :
@cabernet83
je ne suis pas de votre avis, c'est la division des peuples qui conduit aux guerres. sans oublier que si l'Europe est divisée, elle se fera "bouffer" tôt ou tard par l'ogre chinois.
Il faut absolument une Europe fédérale avec de nouveaux dirigeants entreprenants, portés par l'intérêt général et désintéressés qui aient une vision d'avenir.
Réponse de le 03/08/2012 à 18:52 :
Non c'est l ogre russe et américain. Il est trop facile d'avoir peur des étrangers. On dirait que les gens ne savent faire que ça, avoir peur des étrangers.
Réponse de le 05/08/2012 à 19:12 :
D'accord avec cabernet83.
L'UE est déjà une catastrophe, ça suffit maintenant.
Kiki67, en tant que vivant dans un pays d'Europe (France) où les gens sont moins attachés à leur nation que les autres européens, votre commentaire ne m'étonne guère. Contrairement à ce que vous pensez, il y a des pays en Europe très attachés à leur identité. Ne croyez pas que la France est un modèle et que tout le monde pense comme vous. Le fédéralisme forcé ne sera pas accepté par la majorité des européens et ne pourra mener qu'à des guerres. Il y a des peuples européens plus réactifs que nous et ils ne se laisseront sans doute pas faire. Non, tout les peuples ne sont pas comme les français.
a écrit le 03/08/2012 à 12:57 :
il veut une europe fédérale ? NOUS NON.

Je ne doute pas que le brave et ses comparses vivent bien mais diantre qu'est ce cela nous coûte cher !!
Réponse de le 03/08/2012 à 13:11 :
Vous qui ? Il explique en quoi le fédéralisme peut répondre aux problèmes d'aujourd'hui. Avez-vous de meilleures solutions, argumentées ?
Réponse de le 03/08/2012 à 14:26 :
Le fédéralisme, nous y plongeons un peu plus chaque jour et c'est de pire en pire. Une nation doit rester souveraine. L'Europe des Nations, oui. Le reste, c'est nier les démocraties.
Réponse de le 03/08/2012 à 14:41 :
Chaque jour ? Rien ne se passe, les Etats Nation montrent justement leurs limites pour résoudre les problèmes... La Démocratie est niée lorsqu'il n'y a pas eu d'acceptation par les peuples (directement ou via leurs représentants), Pour l'instant, ca reste une proposition ! Si plus de 50% acceptent le fédéralisme, ce sera bien démocratique...
Réponse de le 04/08/2012 à 11:37 :
"Si plus de 50% acceptent le fédéralisme, ce sera bien démocratique..." justement non; la souveraineté n'est pas divisible en partie ou pourcentage. c'est un tout, car la majorité n'a pas le droit de supprimer les droits et pouvoirs de la minorité; c'est ça la démocratie....sinon autant avoir un parti unique, ce sera plus clair
a écrit le 03/08/2012 à 12:36 :
M. BARNIER VEUT...........et si on demandait un peu l'avis des peuples concernés par un référendum ? On en a plus qu"assez de la dictature de ces technocrates qui veulent à tout prix nous faire avaler leur seule vision de la société........
Réponse de le 03/08/2012 à 12:56 :
Parce que leur Europe, là, il y en a plus que marre !
Réponse de le 03/08/2012 à 12:57 :
un deuxième 1789 semble s'imposer
Réponse de le 03/08/2012 à 13:08 :
Il n'y a aucune dictature. Il ouvre le débat en proposant des solutions aux crises d'aujourd'hui... Je vois que certains refusent ce débat... Toute évolution de ce type (comme toutes celles qui ont eu lieu depuis le début de la construction) sont soumises au peuple via référendum ou voie parlementaire, tout ce qu'il y a de plus démocratique.
Au lieu de sombrer dans le totalitarisme de la pensée, argumentez.
Réponse de le 03/08/2012 à 13:53 :
Ils ont peur du référendum d ailleurs on en voit pas souvent la couleur!!! C est ça leur démocratie ! Ils se font élire sur des programmes qu ils font semblant d appliquer puis ils font ce qu ils veulent!!!
Résultat on est dans la m.....!!!
Réponse de le 03/08/2012 à 14:16 :
Ca ne concerne pas que l'Europe ca :)
a écrit le 03/08/2012 à 12:00 :
De toute évidences nous sommes aujourd'hui au moment d'une bascule. D'un côté l'éclatement de l'Europe et chacun "retourne" chez soit, de l'autre côté l'Europe Fédérale. De temps en temps on vacille d'un côté de temps en temps de l'autre. Sans porter de jugement sur l'une ou l'autre des options, notre époque est une époque charnière vers l'une ou l'autre option. Une seule chose est sûre, parce que tous les jours l'histoire nous le montre : Le statu quo n'est plus possible.
Réponse de le 03/08/2012 à 12:15 :
Bof, ça fait 4 ans que l'on nous parle de basculer vers plus de fédéralisme ça n'arrive pas et certaines positions semblent irréconciliables pour moi on est toujours au moment ou on repousse à demain jusqu'à ce que ce ne soit plus tenable ou que les marchés se lassent.
Comme avec la Grèce dont on continuera de repousser à grands frais l'inévitable sortie jusqu'à ce qu'elle s'impose naturellement.
a écrit le 03/08/2012 à 11:32 :
Voilà un sujet intéressant que j'aborde depuis que je connais ce site. Cet amalgame de républiques royales (comme la nôtre) de républiques mafieuses (comme les ex-nations de l'Est) et de monarchies décadentes avec ces milliers d'inutiles et de sangsues ne fonctionnera jamais. C'est d'ailleurs ce que veulent les américains et les chinois. Les uns sont sur le point d'acheter des membres de l'U-E et les autres ont proclamé depuis 1970 que l'Europe serait américanisée ou ne serait jamais. Ces derniers, d'ailleurs ont dans l'U-E une quantité appréciable de "putains" qui les servent. Il faut donc tout revoir et bien se mettre dans le crâne que toutes les puissances qui ont un avenir sont des fédérations qui n'ont pas 27 "chéfaillons" et des milliers de représentants dont l'assiduité au travail est inexistante. En quelque sorte l'Union Européenne actuelle c'est une anarchie consentie, comme l'est la France; mais en plus grand. Si on ne réagit pas à ce sujet certains membres vont la quitter. Je me souviens que Mr Barnier fut le seul responsable politique invité de la région qui eut le courage de visiter le Surrégénérateur Super Phénix de Creys-Malville. Il est moins nul que la moyenne de nos "politicons"...Futures Générations, je fais ce que je peux pour vous ! Jean-Claude Meslin
Réponse de le 03/08/2012 à 12:19 :
Un seul chef et finie l'anarchie. Pourquoi pas le retour de l'Empire ? C'est une bonne idée. Un seul chef et tout les pays obéissent. Et on pourra conquérir le monde et rétablir l'ordre au lieu de cette anarchie. L'empire romain, y a que ça de vrai. Napoléon était pas mal aussi.
Réponse de le 04/10/2012 à 0:21 :
avec les libéraux qui mênent l'Europe (dont ce cher Barnier...) à sa perte... depuis quasiment sa création, on voit où cela nous mène... ce ne sont pas les élus européens qui dirigent l'Europe mais des commissaires non élus et donc non révocables et la plupart des cadors européens sont tous des gugusses pro-capitalistes formatés dans les grandes universités US et téléguidés par les caïds d'outre-Atlantique... qui s'est emparé du plus grand pouvoir de l'Europe, la BCE ? Goldman Sachs et le traitre Draghi..., qui est à la tête de l'Italie ? un Goldman Sachs, le traitre Monti... qui est à la tête de la Grèce ? un Goldman Sachs, le traitre Papadimos et qui sera le futur chef de l'Europe fédérale, si un jour on nous l'impose, sans référendum... David Rockefeller, grand argentier US... le grand chef... alors après vous pouvez vous batailler sur les mots... le ver US est dans le fruit... l'Europe... et tous les gens qui téléguident nos '' européens '' de Bruxelles et Strasbourg n'ont aucune envie que l'Europe sociale des peuples fonctionne... c'est eux qui ont créé cette fameuse crise mondiale (subprimes, hedge funds, produits dérivés spéculatifs... etc...) et les rentiers-prêteurs comptent bien qu'elle dure cette crise pour mieux nous ramener au stade d'esclaves soumis au grand capital et aux multinationales... le vrai problème est à ce niveau... après, les palabres et désirs de Barnier... c'est du pipeau
a écrit le 03/08/2012 à 11:21 :
Henry Ford a dit:"Si les gens savaient comment fonctionne le système bancaire, la révolution éclaterait demain matin ! "
M Barnier s'imagine probablement que la docilité et la servilité qu'il a toujours manifesté envers le système de la pensée unique néolibérale lui assureraient sa place parmi les "alphas" du "brave new world"
Cela fait 30 ans qu'il fait "des bonds de cabri sur sa chaise en criant: l'Europe ! l'Europe !"
Tout ceci n'est que gesticulation pour attirer l'attention...
Réponse de le 03/08/2012 à 11:35 :
Merotec a répondu le 03/08/2012 à 10:59:
Vous vous contredisez donc! Je vous cite: "les US, les BRIC (Brésil Russie Inde Chine). Un marche intérieur de plusieurs centaines de millions de consommateurs, un système économique libéral a l'intérieur, protectionniste et agressif a l'extérieur. " "protectionniste et agressif a l'extérieur."C'est justement parce qu'ils se renferment sur eux même, qu'ils se protègent qu'ils gagnent des marchés dans les pays qui ne se protègent pas et ces pays sont justement localisés en Europe. Seul groupe d'économies qui ont laissé la porte grande ouverte à la mondialisation. Déjà que ce système européen ne fonctionne pas, alors si on fait plusssss d'Europe on va droit dans le mur. L'avenir c'est ce que font tous ces Bric et de broc: le protectionnisme: nous ne sommes forts que si nous fermons nos frontières à ce qui ne nous convient pas, comme le font les USA et les Bric... Bref, plus on va dans le mur, et plus certains veulent croire qu'on continuant dans l'échec on s'en sortira. Être né aveugle n'est pas un choix, mais quand des gens qui peuvent voir préfèrent fermer les yeux, ils ne méritent pas qu'on les écoute. Votre idée a déjà prouvé son échec, il n'y a que la folie qui peut conduire à vouloir suivre la voie de plusssss d'Europe!

je ne peux pas mieux dire que Merotec
a écrit le 03/08/2012 à 11:05 :
il y a un type qui s'appelle ASH, tout lisse, tout astiqué, en fait c'est un androide
dont la mission est de sauver le monstre coute que coute ( l'europe ) quitte a sacrifier
tout l'equipage ( nous ).
a écrit le 03/08/2012 à 10:48 :
Enlevez vos lunettes en contreplaqué, vos réactions sont stupides, vous pensez faire le poids face aux usa, japonais et chinois,russes et Inde?
sortez de l'Europe et vous verrez le résultat.Vous parlez comme des enfants gâtés, des gens qui sont aveuglés par leur idéologie dépassée, genre ce qui est à toi m'appartient mais ce qui est à moi je le garde.
Heureusement qu'il existe des personnes comme Y DE PEKIN
Réponse de le 07/08/2012 à 9:58 :
Mieux vaut être petit mais riche que grand et pauvre. Sur ce, bonne journée tout de même.
a écrit le 03/08/2012 à 10:40 :
Il est toujours surprenant de voir que certains feront toujours la même erreur en pensant que seuls ont s'en sortira mieux. Ce doit être notre héritage "village gaulois" qui est certes amusant mais totalement utopique aujourd'hui.

1/ L'Europe est dirigée en sous-main par Bruxelles? Savez-vous comment l'Europe fonctionne? Il y a 3 organes: 1/ Le Conseil qui rassemble les chefs d'Etat membres, chacun élu par son peuple, 2/ Le Parlement Européen, élu au suffrage universel et 3/ la Commission nommée par le Conseil, approuve par le Parlement. Alors comment tous ces organes pourraient vouloir autre chose que les peuples qui les ont soit élus, soit ont élu ceux qui les nomment? Le "trip" d'une Europe dirigée secrètement depuis Bruxelles fait parti de ces théories du complot pour personnes en manque d'émotions. C'est aussi le resultat de décennies de lâcheté politique durant lesquels les différents gouvernements nationaux ont martelé "c'est la faute de Bruxelles" pour couvrir leur propres erreurs.
Ceci dit, je serai plus favorable a l'élection au suffrage direct universel d'un président qui nommerait les commissaires (comme le gouvernement dans le système français), avec le Parlement faisant figure d'assemblée Nationale et le Conseil de Senat.

2/ L'Europe veut mettre les peuples a genoux? Maltraiter les salariés au profit des grands patrons? Voyez comment le capitalisme en Europe était a la fin du XIXe et jusqu'au années 1930: pas ou peu de règles, pas d'assurances vieillesse / chômage / famille, un capitalisme sauvage de "Grandes Familles". Or la construction européenne s'est faite dans la seconde moitié du XXe siècle en parallèle des avancées sociales, elle ne les a non seulement jamais remises en cause mais a eu un rôle protecteur.

3/ On s'en sortira mieux seuls? J'ai travaille en France et beaucoup a l'étranger. Ce qui m'a frappe c'est que le monde entier est en train de se mettre en "ordre de bataille" économique, et ils sont les crocs: les US, les BRIC (Brésil Russie Inde Chine). Un marche intérieur de plusieurs centaines de millions de consommateurs, un système économique libéral a l'intérieur, protectionniste et agressif a l'extérieur. Et nous on pense qu'avec 60 millions ont va pouvoir défendre nos intérêts? Prenons l'exemple du commerce international. Heureusement que la commission européenne a négocié au nom de toute l'UE lors des différents rounds du GATT / OMC, sinon cela fait longtemps que chaque pays européen aurait perdu son agriculture et son industrie.

4/ L'Europe est injuste? Il faut plus d'Europe pour définir des règles communes sur la fiscalité (éviter le dumping) et la protection sociale (sur le modèle nordique par exemple). Et seulement les chefs d'Etats peuvent aujourd'hui donner a l'Europe ces moyens.

Ce qui m'attriste c'est que l'on devrait être fiers d'être européens. Être Européen c'est cool. On a une des cultures et des Histoires les plus riches de la planète, une qualité de vie inégalée, des entreprises performantes, des paysages que la terre entière nous envie, etc.

Et il nous faut les protéger par une Europe puissante et fédérale.
Réponse de le 03/08/2012 à 10:55 :
Ce qui me réjouis, c'est de constater que, finalement, ceux qui partagent ce point de vue, existent encore et n'hésitent pas à intervenir :)
Réponse de le 03/08/2012 à 10:59 :
Vous vous contredisez donc!

Je vous cite:
"les US, les BRIC (Brésil Russie Inde Chine). Un marche intérieur de plusieurs centaines de millions de consommateurs, un système économique libéral a l'intérieur, protectionniste et agressif a l'extérieur. "

"protectionniste et agressif a l'extérieur."C'est justement parce qu'ils se renferment sur eux même, qu'ils se protègent qu'ils gagnent des marchés dans les pays qui ne se protègent pas et ces pays sont justement localisés en Europe.
Seul groupe d'économies qui ont laissé la porte grande ouverte à la mondialisation.

Déjà que ce système européen ne fonctionne pas, alors si on fait plusssss d'Europe on va droit dans le mur.

L'avenir c'est ce que font tous ces Bric et de broc: le protectionnisme: nous ne sommes forts que si nous fermons nos frontières à ce qui ne nous convient pas, comme le font les USA et les Bric...

Bref, plus on va dans le mur, et plus certains veulent croire qu'on continuant dans l'échec on s'en sortira.

Être né aveugle n'est pas un choix, mais quand des gens qui peuvent voir préfèrent fermer les yeux, ils ne méritent pas qu'on les écoute.

Votre idée a déjà prouvé son échec, il n'y a que la folie qui peut conduire à vouloir suivre la voie de plusssss d'Europe!
Réponse de le 03/08/2012 à 11:42 :
Aucune contradiction ! Dans le monde multipolaire avec des superpuissances telle que celles décrites, il est nécessaire d'avoir une certaine taille critique que la France seule n'a pas... En revanche, l'Europe oui et est même plutôt bien positionnée à tous égards vis à vis de nos concurrents. Etre protectionniste (avec toutes les conséquences hors économie) au niveau d'un pays européen est la garantie de la décrépitude.
Réponse de le 03/08/2012 à 11:59 :
Merotec, vous n'avez pas l'air d'avoir saisi la notion courte mais essentielle de "Un marche intérieur de plusieurs centaines de millions de consommateurs". La France a-t-elle un tel marche? Non. On ne peut pas se replier sur soi quand on a 60 million d'habitants. Une Europe federale de 300 ou 400 million d'habitant serait une force protectrice. Comme je l'ai dit, elle l'ai déjà dans une certaine mesure, par exemple dans le cadre des négociations de l'OMC.

Il faut arrêter d'avoir peur, de vouloir se retrancher derrière une Ligne Maginot économique totalement inutile au niveau national. La France est un pays exceptionnel en tous critères et ce que je veux c'est le meilleur avenir pour elle et cela passe par une Europe forte, car seule elle deperira.

Et quand vous dites que l'on ne devrait pas ecouter des personnes comme moi, ca ne me donne plutôt envie de cette Europe solide, confiante dans sa force, protectrice et tolérante que de me retrouver avec vous dans une France repliée, apeurée et intolérante.
Réponse de le 03/08/2012 à 12:25 :
@ Fiatlux :

Et si vous regardiez les faits ? la taille ne fait rien à l'affaire, contrairement aux réformes structurelles de compétitivité. que je sache, les pays les plus riches du monde (je ne parle pas des dictatures arabes, mais des pays qui nous ressemblent) sont la fibnlande, la norvège, Singapour, Hong Kong, NZ, australie, etc etc etc ...

que des tout petits pays qui tirent bien mieux leur épingle du jeu que les gros que vous citez ...

"la vérité ne contredit pas une définition vraie" ... (Aristote)
Réponse de le 03/08/2012 à 12:51 :
Ca me fait rire les mots sortis tout droit du language des écoles de commerce et des marchés spéculatifs: " monde multipolaire".

Multipolaire? Il n'ya que de 2 pôles magnétiques/géographique. Le reste c'est de l'invention de spéculateurs affameurs de peuples civilisés pour mieux effrayer toute pensée contradictoire à leur mondialisation folle qui paupérise les peuples d'occident.

Les "forces" dont parlent certains ici ne le sont pas du tout, ce sont des géants de papier. (de devises et bons du trésor)

Les usa sont sur-endettés, des villes font faillites, des services pubics sont supprimés faute de pouvoir les financer.

La Russie, qui avait une forte croissance au début des années 2000 grâce à son pétrole vacille aujourd'hui car elle ne produit pas de richesse industrielle.
Elle n'arrive pas à vendre le peu qu'elle produit.(ses avions)
Elle ne dépend que de ce que l'Europe lui achète en ressources naturelles.

L'inde: comment des centaines de millions de pauvres peuvent-ils être une richesse? L'emploi est rare et précaire et ce n'est pas avec des salaires à 100 ? le mois qu'ils risquent de devenir une puissance.

Idem pour la Chine, pour le Brésil qui vire à la monoculture.

En fait, la richesse de ces émergents est le fruit de notre partage de richesse.
Si nos frontières étaient fermées au dumping social et économique (dumping que fait la Chine sur certains produits qu'elle finance à perte), jamais les BRIC n'auraient fait parler d'eux.

C'est parce qu'on paupérise l'Europe que les BRIC semblent représenter l'avenir.
Mais dans l'histoire rien n'est linéaire: le marché chinois vit sur une méga bulle immobilière, sa consomation intérieur n'est pas suffisante pour que ce pays soit une puissance à lui tout seul.
La force de la Chine vient de la faiblesse des pays occidentaux qui ont laissé partir les industries de chez eux, qui ont vendu leur savoir-faire pour au final ne rien avoir du marché chinois.

On s'est fait avoir par la mondialisation: on a accepté de partager avec des pays qui ne crèent pas leur propre richesse (et que ne partagent par leur marché), des pays qui ne dépendent que de nos commandes.

Si l'Europe tombe, la Chine tombera.
Réponse de le 03/08/2012 à 12:59 :
Vous avez raison des petits pays peuvent très bien s'en tirer (la norvège que vous citez est un pays pétrolier donc à part) toutefois, ces pays ne pèsent rien et sont donc, et c'est normal, des vassaux. Pourquoi pas. C'est un choix qui mériterait d'être posé, mais il ne faudrait pas se plaindre ensuite d'être soumis à des pays plus puissants... Et là, la taille est fondamentale entre le vassal où le puissant, le dépendant où le libre. Mais il est vrai que la puissance comme principe vital cher à Nietzsche n'apparait plus comme un principe mais comme principe à combattre. La vassalité entraine toujours des aigreurs surtout pour les peuples qui sont encore imprégnés du Roi Soleil
Réponse de le 03/08/2012 à 13:24 :
Une fois que vous posez ce constat sur la mondialisation, pensez-vous sincèrement que le repli dans nos frontières soit la meilleure approche pour nous ? A moins que vous espériez transformer la dite mondialisation...
Quant à votre définition étriquée du pôle, je vous invite à vérifier que ce terme n'est pas que magnétique/géographique au lieu de vous gargariser.
Réponse de le 03/08/2012 à 13:34 :
en quoi un ^pays démocratique plus petit qu'un autre est un vassal ? vous délirez ...
En quoi sont-ils soumis à des pays plus puissants ???

Il n'y a jamais eu de guerre entre 2 démoctraties, et pas parceque l'une est plus puissante que l'autre ?? arêtez de regardez les relations humaines d'un point de vue conflictuel...

Nietzsche est un philosophe qui avait tout faux en philosophie politique, il faut revoir vos classiques si vous voulez analyser les relations internationales (car elles équivalent à l'état de nature) et commencez à étudier les philosophes de le Liberté. Locke peut être un bon début pour votre éducation.
Réponse de le 03/08/2012 à 13:54 :
Si vous vous demandez en quoi un petit pays est vassal d'un plus puissant et dites que je délire alors vous ne devez pas vivre dans le même monde... C'est une évidence et ce depuis toujours. Vous voyez la vassalité uniquement par les armes ? Quelle analyse réductrice...bien loin de la réalité des relations internationales... Pour exister dans une relation d'intérêt, il faut peser afin de faire pencher la balance en sa faveur. Les relations internationales ne sont que des relations d'intérêt.
Vous pouvez toutefois nier la réalité au profit d'idéologies ou théories philosophiques : je suis tout à fait dans la lignée de Locke, le libéralisme et la démocratie ne vont en rien à l'encontre du fédéralisme qui est l'objet de ce fil... Je regrette ce soupcon de condescendance venant de la seule personne ici qui semblait accepter le débat. Je constate que finalement vous n'êtes que dans la citation et non dans la compréhension.

Réponse de le 03/08/2012 à 14:20 :
sans blaque ? je vis dans un autre monde ? alors regardez bien ce qu'a dit la finlande (un tout petit pays) à l'italie, l'espagne (et bientôt la france) des grands pays : nous ne financerons pas vos déficits. Et la république Tchèque et l'estonie disent la même chose en ne voulant pas entrer dans l'euro. Et vous croyez peut-être que l'italie ou l'espagne vont leur faire la guerre ? qu'ils vont faire pression ?? comment ?? Napoléon, c'était il y a 200 ans, réveillez vous .... La démocratie va à l'encontre du fédéralisme tel qu'il veut être misen place par Barnier, ne soyez pas naif. "Les relations internationales en sont que des relations d'intérêt" => tout à fait, cela s'appelle l'état de nature, et entre démocratie, on ne se fait pas la guerre, donc pas de théorie ou d'idéologie, juste des faits évidents. Et c'est quelqu'un qui cite Nietzsche qui parle de compréhension et pas de citation, non mais on croit réver !!! au fait, puisqu'un petti pays est le vassal d'un plus grand, et comme c'est un fait depuis tjrs, expliquez moi ce fait, jene le voit nulle part ... la Suisse est le vassal de qui ? l'Autriche est le vassal de qui ? La Finlande ? la république Tchèque ? la NZ ? dites donc, pour une évidence depuis tjrs, il a un paquet d'exception non ?
Réponse de le 03/08/2012 à 15:05 :
Voilà donc. Vous vous opposez au fédéralisme pour éviter les transferts budgétaires à l'intérieur de la zone. Dans ce cas, vous avez raison, d'ailleurs l'Ile de France devrait s'émanciper pour ne plus contribuer au financement de route en Lozère. Vous parlez d'un problème ponctuel (la crise actuelle) avec les perspectives de stabilité avancées (et qu'une personne raisonnable examinerait avec responsabilité au lieu de partir dans des sophismes). Evidemment non, ces pays ne feront pas la guerre. L'intrication financière fera de toute façon que tout le monde en paiera (pair déjà) les conséquences. Il n'y pas déni de démocratie lorsque les institutions sont construites pour ! Cf le gouvernement fédéral américain, à moins que vous ne considériez les USA comme une dictature.
J'ai répondu par Nietzsche car vous avez ouvert le champ de votre culture avec Aristote, ne renverser donc pas les rôles. La Suisse est une des rares exceptions cultivée depuis 5 siècles avec une puissance financière de tous temps. Les exceptions ne font jamais la tendance... Quant aux autres, ils sont vassaux des pays puissants alentours ou d'alliances industrielles, Allemagne, USA... Sans puissance économique, pas d'autonomie financière et nécessaire vassalité. Encore à notre époque, les pays ont besoin de la garantie d'une protection (financière, militaire, ...) Qui demande de l'aide à l'Allemagne ? Qui demande l'aide des USA... Evidemment, les pays bien gérés ont moins besoin des autres. C'est l'évidence. Et pour ceux-là la question du fédéralisme, est je le concois bien, génante. Vous considérez donc que la France est bien gérée et que les mécanismes de solidarité qu'elle vante sur la planète entière doivent être jetés à la poubelle.
Pour ma part, la France est mal gérée, les francais ont intérêt à des mécanismes transnationaux. Les Francais ont peur car la France a été mal gérée. Et ca, ce n'est pas la faute de l'Europe.
a écrit le 03/08/2012 à 10:04 :
Michel BARNIER a raison de plaider pour une Europe fédérale. La crise que nous traversons devrait nous conduire à comprendre que dans le monde multipolaire qui se fait sous nos yeux, seules des nations regroupées pourront avoir l'énergie, la force, le courage, indispensables pour exister face à la Chine, la Russie, l'ASEAN, le Mercosur, l'Inde, les Etats Unis. Nous devons mettre en commun nos forces notamment dans le domaine de la Recherche, de l'industrie, des finances, de la Défense. Ne tardons pas à amplifier la mise en place de politiques sectorielles. Pour sortir de la "crise" par le haut il faut la considérer comme une opportunité de relever la tête pour voir plus loin que les semaines ou les mois à venir. Il appartient aux hommes politiques en charge des responsabilités de gouvernement de dépasser les horizons électoraux,de courts termes, de donner de l'espoir aux peuples européens en avançant sans perdre de temps vers davantage d'unité. Puissions nous trouver en son sein une voix qui exprime la confiance dans l'avenir comme l'ont été autrefois De Gasperi, Schumann et d'autres. L'Europe doit prendre le rythme du monde.
Réponse de le 03/08/2012 à 10:22 :
Je partage tout à fait votre avis. J'ajouterai que nos responsables politiques ont une lourde responsabilité sur le rejet de l'Europe depuis une vingtaine d'année en lui imputant la plupart de leurs errements. Celle-ci, si tant est qu'on lui donne les moyens appropriés, est la solution la plus pertinente pour répondre aux intérêts des peuples.
Réponse de le 03/08/2012 à 10:30 :
C'est beau, je verserais presque une larme. Mais dommage pour vous, l'URSS a largement démontré son pouvoir de nuisance et je ferai tout pour m'opposer à l'EURSS des tyrans.
Réponse de le 03/08/2012 à 10:32 :
Bla bla bla....
Réponse de le 03/08/2012 à 10:36 :
vu que l?Europe doit prendre le rythme du monde comme tu le dis alors je vais le résumer pour toi!
- 5.5 milliard de pauvres
-de plus en plus de riche et de plus en plus de pauvres
-des sociétés qui font des milliards de bénéfices net et qui licencie
-Perte de tous les acquis sociaux
etc....

tu as surement raison une Europe fédéral pour les banques
Réponse de le 03/08/2012 à 10:40 :
Malheureusement, cela implique que les politiques s?intéressent plus à l'avenir et la construction de l'Europe qu'à leurs prochaines réélection. Cette personne existe peut être déjà mais elle se cache bien.
En fait, faire ce qui est proposé implique que nos dirigeants se comportent en hommes et femmes responsables. C'est à mon avis la faille.
Réponse de le 03/08/2012 à 10:48 :
L'URSS était la construction politique via des soviets aux ordres d'un parti unique, de surcroit socialiste. Quels sont donc vos critères de comparaison ? Je remarque d'ailleurs, que par les temps qui courent, les socialistes/communistes les plus convaincus rejettent également l'Europe...
Vous êtes vous-mêmes dans un totalitarisme puisque vous n'affichez aucun argument qui montrerai où sont les intérêts des peuples dont vous vous présentez comme le chantre de la libération.
Réponse de le 03/08/2012 à 11:06 :
Vu que vous en êtes convaincu, en quoi une Europe Fédérale aggraverait la situation que vous décrivez ? Il convient d'argumenter au lieu de vilipender. Démontrez au peuple qu'il ne s'agit pas d'une posture idéologique mais que vous avez des arguments prouvant que votre position défend les intérêts des peuples !
Réponse de le 03/08/2012 à 11:42 :
ton Europe comme tu la veux est déjà fortement présente depuis 20 ans, et elle n'a rien donné de positive !! alors je crois que c'est plus tôt à toi d'argumenter au lieu de vilipender.
si défendre l?intérêt du peuple est égal a retirez les acquis sociaux, faire paye toujours plus ( école, santé etc.. ) sauvé les banque a hauteur de 1100 milliard et de pas réglementer le système etc... je te laisse dans ton rêves
Réponse de le 03/08/2012 à 12:01 :
Non, l'Europe Fédérale, objet du débat de ce fil, n'existe pas, elle n'est pas donc pas présente depuis 20 ans. Par ailleurs, vous confondez, encore une fois, tous les sujets. L'Europe n'a aujourd'hui aucunement supprimer des acquis sociaux ou sauvé les banques ou fait payer toujours plus. Les dettes, qui fragilisent notre présent, et compromettent notre avenir, ont été contractées par les Etats nations. L'objet de l'Europe fédérale est justement de protéger davantage les peuples. Aujourd'hui, l'Europe ne PEUT PAS le faire en raison justement de la construction par Etats nation...
a écrit le 03/08/2012 à 9:58 :
Quelle est la procédure possible pour "neutraliser" ce genre de délirant nocif?
Réponse de le 03/08/2012 à 10:59 :
Et il fait des petits à la lecture de quelques interventions eurobéates.
Le fédéralisme: la négation des nations, de la souveraineté et des droits des peuples à disposer d'eux même.
Des contrebandiers en culotte courte qui piétinent les démocraties pour imposer un carcan à des peuples différents.
C'est vraiment à se demander comment font tous les autres pays du monde qui ne sont pas dans cette construction politique et monétaire baroque.
a écrit le 03/08/2012 à 9:39 :
mais les citoyens europeéens n'en veulent pas. il est grand temps que la parole et le pouvoir reviennent aux peuples des différents pays européens, et que l'on démonte cette construction burocratique dont les membres rêvent de supprimer le suffrage universelle.
Réponse de le 03/08/2012 à 10:11 :
Nous vivons aujourd'hui de fait l'Europe des nations que tant souhaitent.

Toutes les décisions prises au niveau européen aujourd'hui le sont par le conseil européen des ministres (qui sont issus des gouvernements élus par les peuples d'Europe).
Les institutions européennes comme la commission européenne tant décriée n'a aucun pouvoir de décision !

Les politiques que vous dénoncez ont été prises par vos gouvernements issus du suffrage universel direct, qui depuis des années préférent dire que "c'est la faute à l'europe" mais qui au conseil européen vote favorablement à toutes les reformes proposées par la commission européenne sans sourciller.

Les gens ne savent pas comment fonctionnent les institutions européennes et préfèrent écouter des politiciens plus intéressés par leur carrière que par le futur de leur pays ou de l'Europe et leur racontent donc n'importent quoi pour se donner bonne image.

Quand tout va bien c'est grâce moi quand tout va mal c'est de la faute aux autres.





Réponse de le 03/08/2012 à 10:14 :
Certains citoyens européens l'appellent de leurs voeux et pas seulement le "peuple de gauche". Le pouvoir est bien aux peuples européens via leur gouvernement et le parlement européen. Je suppose que vous avez remarqué que la crise se traite au niveau des chefs d'états nation et de gouvernement et non pas au niveau de la commission européenne. Ne mettez pas les errements des Etats Nation sur le dos de l'Europe, qui aujourd'hui, n'a justement aucun moyen d'action lui permettant de traiter les problèmes qu'on lui reproche !
Réponse de le 03/08/2012 à 10:24 :
les décisions de la commission s'imposent à vous bien plus que vous ne le croyez. et de surcroit elle dispose de réelle pouvoir parfaitement anti-démocratique. Oui à l'Europe, oui à l'intégration européenne, mais avec de réelle institution démocratique comme un parlement disposant vis à vis de la commission d'autre chose qu'un avis purement consultatif.
Réponse de le 03/08/2012 à 10:52 :
Sauf que la commission n'a actuellement pas voie au chapitre. En revanche, je vous rejoins sur le fait que les institutions sont perfectibles. D'ailleurs, avec le fédéralisme, ce genre de choses seront nécessairement retravaillées... Je vous ferai remarquer qu'en France, et dans les faits, le parlement est bien souvent dans un avis de validation toute juste consultatif... Dès lors, il s'agit de problèmes institutionnels et non pas politiques. L'Europe Fédérale ou pas est un débat avant tout politique. C'est justement en ouvrant ce débat qu'il sera possible d'apporter aux peuples les réponses à ses aspirations légitimes.
a écrit le 03/08/2012 à 8:55 :
Mr Michel Barnier? .....Est-ce le meme commissaire européen qui nous produisait il y à 1 an officiellement le résultat des "stress tests" des banques européennes et qui validait alors la solidité des banques espagnoles ???.................Si c'est bien le meme c'est sa démission qu'il devrait présenter au lieu de faire miroiter je ne sais encore quelle chimère bruxelloise !
PS :sa démission serait le marqueur d'un minimum éthique et de sanction naturelle parmi la caste des euro-fanatiques ...a moins qu'il ne paie de sa poche la facture des 100 milliards ? que l'EU s'est engagé à préter aux banques espagnoles il y a un mois ?
a écrit le 03/08/2012 à 8:45 :
" Veut ? " C'est " veut " comme dans " Je veux gagner à l'Euromllions " . Heureusement qu'il a toujours de belles cravates, car sans cela, on se demanderait pourquoi il a une tête .
a écrit le 03/08/2012 à 8:35 :
Monsieur BARNIER fort de convictions complétement dépassées , croit aux vieilles chimères , aux vieilles lunes
de l'europe fédérale dont au moins deux tiers des français en REJETTENT l'idée......suite aux performances remarquables de cette Europe fourre tout....
Réponse de le 03/08/2012 à 10:25 :
Je vous ferai remarquer que les idées d'avenir sont toujours minoritaires avant de devenir majoritaires... Quant à savoir si deux tiers des francais rejettent l'idée alors même que le débat n'a jamais été proposé au peuple, cela me semble être un exemple de démocratie.
Réponse de le 03/08/2012 à 12:18 :
@FiatLux
Les français ne veulent pas de cette Europe-là. Ils l'ont montré en votant NON au référendum sur le TCE, sur lequel MM Barnier et consorts se sont immédiatement assis.
Réponse de le 03/08/2012 à 13:10 :
Les francais ont-il lu le TCE ? Par ailleurs, ils n'ont pas voté non à la question posée mais à la poursuite de la politique intérieure de l'époque...
Il faut un vrai débat, clair, pragmatique afin que chacun puisse jaugé de ce qui est la meilleure solution !
a écrit le 03/08/2012 à 8:13 :
Sauf qu'il n'a pas compris que l'Europe et l'Euro auront imploser bien avant..!!! ah ses Européistes..!!!! tous les mêmes ils ont peur de perdre tout leurs petits avantage..!!!
Réponse de le 03/08/2012 à 10:27 :
Ne vous est-il jamais venu à l'idée que certains "ont peur de perdre tout leurs petits avantage" liés aux Etats Nations en passant à une Europe fédérale ? L'examen honnête des avantages inconvénients mériterait d'être fait dans un débat et non au bistrot du coin.
a écrit le 03/08/2012 à 8:12 :
Il est sérieux en plus !
une Europe Fédéral avec des roumains qui gagne 165 euros en smic et le français a + de mille euros, le grec a 450 euros etc.... une Europe pour contrôlé le peuple !!
toute c'est personnes qui ne sont même pas élus par le peuple mais qui décident pour lui !!
non merci

finalement le plan final est de supprimer les acquis sociaux afin de maximiser les profits , un récent rapport annonce que les entreprises américain et européen n'ont jamais fait aux temps de bénéfices, mais des autre coté demande de plus en plus de souplesse dans sur une sois disant concurrence est baisser les charges
Réponse de le 03/08/2012 à 8:42 :
oui oui une Europe de ce style là...ou nos enfants finiront avec un salaire digne de la Chine 100? par mois...enfin quelqu'un qui a compris que le but de cette Europe Fédérale c'est de mettre tout le monde au même niveau sociale..!!!!!
soyez tranquille la guerre civile aura éclater bien avant..!!!!! un jour il faudra rechercher tout ceux qui ont piller les pays d'Europe Banquier et Homme politique et leurs faire payer au centuples...jugement peine de prison et ferme cette fois ci...!!! les noms sont sur le net on ne peut pas se tromper..!!!
Réponse de le 03/08/2012 à 9:07 :
oui , détruisons l'Europe et nos enfants pourront avoir des salaires de 1.000.000 de Francs avec lesquels ils iront acheter 1kg de pain :-)))
nous devons bâtir l'Europe , mais c'est vrai que cela ne pourra se faire qu'en "détruisant" le montage actuel faits par de purs technocrates .. dont Barnier
Réponse de le 03/08/2012 à 10:35 :
Votre commentaire est un tissu d'imbécilités rares. Le smic en Allemagne et en Italie est à 0 euros. Je ne vois pas l'intérêt d'adosser votre remarque à la Roumanie. Jusqu'à preuve du contraire les Etats Nation controlent les peuples et cela ne vous pose aucun problème.
J'ajouterai, qu'à la lecture de votre post, on peut s'interroger sur la capacité de certains à analyser les problèmes de fond auxquels les pays européens sont soumis.
Vous pensez sincèrement que sans Europe, vous aurez des salaires mirobolants et le plein emploi ? Vous n'avez décidément rien compris au monde d'aujourd'hui et êtes bien crédules sur les solutions économiques affichées par certains.
Réponse de le 04/08/2012 à 12:26 :
@ Fiatlux: Ne te fatigue pas trop, s'il y avait un referendum aujourd'hui, compte tenu de la berezina actuelle et meme apres de "longs" debats, le resultat serait facile a deviner...
En fait, le probleme n'est pas un probleme d'Europe federale ou non, le probleme c'est bien de trouver, elire, nommer... de vrais dirigeants responsables, non corrompus, qui serviront avant tout leur peuple et non en priorite les differents lobbyies, financiers ou autres. Voila la vraie question! Ou sont ces dirigeants? Comment allons nous les identifier et les elire, dans un monde ou mensonge et dissimulation sont les maitres d'oeuvre? Je n'ai pas de reponse, mais j'aimerai beaucoup debattre la-dessus. Et en tout cas, je ne vois pas Michel Barnier endosser le maillot jaune.
Réponse de le 24/06/2013 à 14:13 :
le respect des souverainetés et un fédéralisme moderne, c'est possible - lire WWW.europefederale.fr

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :