Karel de Gucht : "le made in France ne correspond pas à la réalité sur le terrain"

 |   |  752  mots
Karel de Gucht, le commissaire européen au Commerce extérieur était en mission mercredi à Paris - Copyright Reuters
Karel de Gucht, le commissaire européen au Commerce extérieur était en mission mercredi à Paris - Copyright Reuters
En visite à Paris mercredi, le commissaire européen au Commerce extérieur en a profité pour expliquer la ligne de Bruxelles face aux problématiques soulevées par la mondialisation. Tout en critiquant en filigrane les positions protectionnistes d'Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, il a distribué un bon point au gouvernement en saluant l'accord sur l'emploi conclu entre les partenaires sociaux.

Karel de Gucht, le commissaire européen au Commerce extérieur était en mission mercredi à Paris. Le Belge, connu pour son franc-parler avait fermement critiqué les positions protectionnistes du ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg. Il s'agit de sa première visite officielle dans la capitale où il a prononcé ce mercredi un discours devant la commission des Affaires Européennes de l'Assemblée nationale pour convaincre les députés des bienfaits de la politique de libre-échange de Bruxelles avec les marchés émergents. L'occasion d'une première rencontre avec une dizaine de journalistes durant laquelle il a défendu ses idées avec assurance, et il faut l'avouer, peu d'égards pour les opinions moins libérales que les siennes.

Les échanges extra européens, source d'emplois en Europe

Prenant le contre-pied de l'argumentaire du ministre du Redressement productif, il a défendu une ouverture commerciale accrue des pays de l'Union européenne (UE) avec les économies émergentes. Seul moyen, à ses yeux, de faire redémarrer la croissance. Selon lui, "30 millions de salariés de l'industrie et des services doivent leur poste aux échanges extra-européens". Et ce chiffre devra "augmenter encore si nous voulons retrouver la croissance", a-t-il précisé.

Mettre l'accent sur le commerce plus que sur la balance commerciale

Pour convaincre des bienfaits de la mondialisation, il a souhaité expliquer aux Français, à commencer par certains membres du gouvernement, qu'ils doivent réviser leur façon d'appréhender les échanges commerciaux. Même s'il a dit savoir qu'il n'était "pas en terrain fertile".

"Il y a une différence entre le commerce et les exportations, le "made in France" ne correspond pas à la réalité sur le terrain", considère Karel de Gucht. Pour lui, se focaliser sur les exportations est vain et les importations comptent autant que les exportations. "Pour exporter il faut importer" a-t-il insisté. Il a d'ailleurs défendu en ce sens  une nouvelle méthode de calcul proposée par l'OCDE et l'Organisation mondiale du Commerce (OMC), qui veulent évaluer le commerce extérieur en se fondant sur la valeur ajoutée. "Avec cette méthode, on se base sur la valeur ajoutée, pas sur le produit fini". Et de donner un exemple : "les notions en jeu sont très complexes mais prenons l'exemple d'un téléphone portable dont le design est fait en Californie et qui est assemblé en Chine à partir de matériaux venant de République démocratique du Congo et avec des pièces électroniques arrivant de Malaise. Aujourd'hui le produit est considéré comme sortant de Chine, mais la part chinoise dans la valeur ajoutée est estimée à 15 % de sa valeur totale."

Ce nouvel outil permettrait de calculer de manière plus fidèle ce qui est exporté, en prenant en compte ce qui est produit réellement, et non plus seulement ce qui traverse les frontières. "Cela met en valeur la propriété intellectuelle", argumente-t-il. "Ces statistiques sont plus favorables à l'Europe, s'est félicité Karel de Gucht. Elles changent considérablement les balances entre l'Europe et l'Asie ou entre les États-Unis et la Chine car les déficits sont beaucoup moins importants en prenant la valeur ajoutée".

L'accord sur l'emploi est "un pas réaliste dans la bonne direction"

Enfin, selon lui, pour accomplir des progrès dans la compétition mondiale, "c'est l'environnement politique et financier qui est important". En ce sens, le récent accord sur l'emploi qui a été conclu entre les partenaires sociaux est "un pas réaliste dans la bonne direction" à ses yeux. Même si les efforts ne doivent pas s'arrêter là. Et de mettre l'accent sur la recherche et développement (R&D) et l'éducation. "Il faut créer les conditions pour que les sociétés puissent produire en France", conclut-il.

Cette visite à Paris de Karel de Gucht avait tout l'air, sous la forme d'un argumentaire, d'une opération de séduction à l'égard des politiques français et de l'opinion publique. Bruxelles est souvent perçue en France comme la citadelle du libéralisme pur et dur. Le commissaire s'est voulu pédagogique pour informer et convaincre des bienfaits de la politique de Bruxelles en matière d'échanges commerciaux à l'heure de la mondialisation. Dans une logique très libre-échangiste. Mais son message pourrait trouver de l'écho alors que le déficit commercial chronique de la France et les vagues de destruction d'emplois dans l'industrie s'amplifient.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/01/2013 à 14:15 :
l'Europe est le seul espace économique du monde qui ait l'illumination divine: nous sommes les seuls à ne pas pratiquer le protectionisme! Et pour cause, cela n'arrangerait pas l'Allemagne. Elle est gagnante avec ses produits de haut de gamme.
Voyez l'accord avec la Corée du Sud, voulu surtout par l'Allemagne, elle s'en sort avec ses grosses limousines, les autre en bavent et font faillite (Renault, Peugeot, Fiat). Chômage des jeunes à plus de 50% dans plusieurs pays de l'Union Monétaire. Merci Merkozy
a écrit le 18/01/2013 à 13:48 :
Une politique est exactement comme un médicament, si ceci ne guérit pas la maladie, par contre il tue des gens, à ce moment il faut arrêter de continuer de le prendre. La mondialisation marchait jusqu'à aujourd'hui, ça prouve elle détruit nos emplois. Il faut changer la politique même on supprime des masses de postes dans l'administration de la mondialisation. Pensez d'abord des contribuables si nous n'avons pas d'emploi, qui vont payer des impôts et des taxes qui nourrissent ces élus.
a écrit le 18/01/2013 à 8:19 :
Le gros problème du chef du groupe Volkswagen Martin Winterkorn est son succès actuel.
Selon les accords et son contrat avec Volkswagen il devrait avoir gagné 20 Millions d'Euro en 2012. Donc 3 Millions de plus qu'en 2011. Traduction du teste original dans le Handelsblatt.
Un petit commentaire quand-même.
Devinez combien ce M Winterkorn paye d'impôts sur le revenu à lui seul?
De quoi équilibrer le budget Grèc !
Voici pourquoi l'Allemagne a un Budget équilibré alors que la plus part des autres pays de l'Union ont des dettes par manque de revenus.
Ce qui veut dire que pour résoudre la crise financière à long terme il nous faut des balances du commerce équilibrées.
Sinon le cannibalisme par l'excédent commercial fera éclater l'Union !
Texte original:
Das größte Problem von Volkswagen-Chef Martin Winterkorn ist derzeit sein Erfolg. Nach den Kriterien des Konzerns dürfte er 2012 rund 20 Millionen Euro verdient haben - nochmals drei Millionen Euro mehr als 2011. Das berichtet unser VW-Experte Mark Schneider.
a écrit le 17/01/2013 à 17:14 :
C'est fabuleux ! Ce type qui fait partie des fossoyeurs des nations européennes vient nous dire que nous en mourrons pas assez vite. S'il était croque-mort, plus personne ne voudrait mourir.
a écrit le 17/01/2013 à 14:36 :
http://www.lalibre.be/actu/international/article/789693/le-fisc-sur-les-traces-de-karel-de-gucht.html

qui est ce Monsieur ? ... voir la presse belge .... si si ça s'invente pas !
Réponse de le 17/01/2013 à 16:15 :
Wow - le beau commissaire que voilà. C'est à désespérer.
a écrit le 17/01/2013 à 14:15 :
Il parfaitement clair, que le commissaire au commerce européen n'a aucune notion de la réalité du terrain, quand il parle des exportations, l'Allemagne caracole en tête des pays européens exportateurs et son économie s'en porte très bien, il faut aussi savoir que la Chine, les USA, sont des pays particulièrement protecteurs et qu'ils suivent au plus près leurs importations, un peu de réalisme Monsieur de Guth, vous n'êtes qu'un fonctionnaire de l'Europe, qui croit qu'à elle seule l'entité Europe peut tout? n'est ce pas Kissinger qui demandait "l'Europe: quel n° de téléphone" .
Réponse de le 17/01/2013 à 19:49 :
D'accord avec vous. Ce type n'est qu'un technocrate payé grassement par nos impôts et qui est totalement éloigné de la réalité du terrain. Et dire qu'il ose, lui, nous parler de cette "réalité du terrain"... Promouvoir le libre échangisme en disant qu'au fond les importations font autant de bien que les exportations, quelle connerie !! Non mais franchement, a-t'il des notions d'économie ? Et où est-il allé ses 30 millions de salariés qui soi-disant doivent leur emploi aux échanges extra européens ? En tout cas nous savons aussi combien de salariés ont perdu le leur à cause du manque de protectionnisme en Europe !
a écrit le 17/01/2013 à 14:04 :
La mondialisation est un leurre, une idéologie qui pille un peu plus les richesses et que l'on nous sert comme indispensable, inévitable et il serait rétrograde de penser le contraire!!!! Alors oui soyons rétrogrades. Il est des fois ou la désobéissance est une question de survie!!! Pourquoi faudrait il forcément produire plus et plus loin pour être gagnant???
a écrit le 17/01/2013 à 13:37 :
Les partisans de la déroute sont à l'oeuvre. Cette Europe humanicide doit passer devant les tribunaux! La France n'a pas de moteur économique, elle fait de la récession et du chômage une loi. C'est le mille feuille qui écrase la société, des tyrans papiétocrates qui paupérisent la population. C'est la sibérie et le mensonge! Mettons fin à l'Etat cher et inefficace!
a écrit le 17/01/2013 à 13:29 :
Le problème avec le libéralisme, c'est qu'il se contente de la sphère économique. La liberté pour les loups de manger les moutons. Par contre, dès qu'il s'agit de libéralisme social, de liberté individuelle, là, tout de suite, Bruxelles et les autres sont nettement moins enclins à accorder quoi que ce soit aux citoyens...
a écrit le 17/01/2013 à 13:26 :
Qu'en est-il du "savoir faire" français et européen? Si on ne "fait" plus, on ne saura plus faire et nous serons pieds et poings liés, complètement dépendants des pays emergents. Ce Monsieur n'en parle pas et ne voit que le court ou moyen terme! Comme beaucoup de poliques
a écrit le 17/01/2013 à 13:21 :
Il faut malheureusement se rendre à l'évidence : les français ne sont pas considérés comme des partenaires sérieux. Ils ont très souvent de bonnes idées mais les structures du pays ont 50 ans de retard ou du moins n'ont pas vu venir les révolution de l'informatique, la chute des Pays de l'Est lesquels dament désormais le pion à la France, ainsi que la mondialisation. Les politiciens qui ne sortent jamais de la ville musée qu'est devenue Paris ont faire croire que l'exception française pouvait résister à tout. lourde erreur.
Réponse de le 17/01/2013 à 13:48 :
Vous oubliez le sous investissement chronique qui a fait les grandes entreprises américaines et le plein emploi des années 90 quand nous avons fait du chômage et de la diminution des actifs une règle: 50% contre 75%. La croissance du PIB est nettement inférieure, ainsi l'Angleterre nous passe devant. Même en terme de qualité de vie, c'est mauvais. Et on est loin des niveaux de Lisbonne. Ce sont des erreurs lourdes avec des millions de victimes, le crime de la bureaucratie papiétophile.
a écrit le 17/01/2013 à 13:11 :
Ca me fait toujours marrer d'entendre un fonctionnaire européen au statut bien bétonné parler de concurrence et d'ultralibéralisme. Il devrait s'appliquer à lui ce qu'il veut appliquer aux autres;on retrouve d'ailleurs le même état d'esprit chez certains donneurs d'ordre public qui sont plus libéraux que les autres tout en ayant la sécurité pour eux.
Réponse de le 17/01/2013 à 16:06 :
+1
Réponse de le 17/01/2013 à 19:52 :
+2
Réponse de le 21/01/2013 à 14:34 :
+3
a écrit le 17/01/2013 à 13:10 :
Il aurait peut-être pu en profiter pour éclairer les citoyens européens sur l'enquête pour fraude fiscale dont il fait l'objet ? Curieusement lui et ses collègues de la commission communiquent beaucoup moins sur ce sujet...
Réponse de le 18/01/2013 à 17:18 :
d accord avec vous. il ne connait pas la détresse des peuples qui veulent du travail. et non plus la mondialisation qui nous écrase et ne respecte pas les droits des hommes. les politiques ne pensent qu a eux
a écrit le 17/01/2013 à 12:55 :
A lire les commentaires, c'est vrai que la France est beaucoup mieux placé pour parler et donner des leçons : 10% de chômage, 5 millions de pauvres, déficit chronique depuis 30 ans, sur-taxation de tout ce qui bouge ou pas, état impotent, balance commerciale déficitaire depuis des décennies...
Réponse de le 17/01/2013 à 13:19 :
La faute au travailleur qui se lève à 5 heures et qui passe sa vie la gueule par terre ? Ou à celui qui paye les 150 milliards d'appels d'offres qui régalent le CAC40 et MEDEF de bénéfices grâce à ses impôts ? CAC40 dans lequel se recyclent allègrement les fils et filles de, nos politiques, inspecteurs de l'IGF et autres hauts fonctionnaires de Bercy ? Je te pose la question ?
a écrit le 17/01/2013 à 12:54 :
Le problème, c'est que si on veut faire du made in china en France à tout prix, ca ne marchera pas, on sera jamais compétitif tout en produisant du caca pour moins cher, les allemands l'ont compris, ils sont mieux payés, il produisent de la qualité est de l'innovation dans la plupart des domaines, mais les francais l'ont pas encore compris, ils veulent concurrencer les chinois. A force de vouloir copier le modele chinois, faut pas etre surpris que ca ne se passe pas bien, en plus allemands vendent énormément de chose aux chinois.
Réponse de le 17/01/2013 à 13:07 :
Lorsque les chinois vont commencer à s?intéresser au business allemand et qu'ils vont produire les mêmes produits avec leurs esclaves à 150 euros mensuels à 50heures/semaine, on en reparle. Lorsque les allemands vont commencer à vieillir aussi ...
Réponse de le 17/01/2013 à 13:22 :
Petite différence : les Allemands ont anticipé les bouleversements actuels et ont sur se positionner. La France reste à la traîne avec ses 35 heures et son code du travail. Et surtout toutes les usines à gaz mises en place par les Énarques. Une caste qui conduit le pays à sa perte.
Réponse de le 17/01/2013 à 13:38 :
@gilles1 Là on est bien d'accord. Il est évident qu'on doit faire le ménage chez nous. Et ce n'est pas une question de camp, UMP ou PS, de FN ou de FDG puisqu'ils mangent tous au râtelier politique. Énarque ou pas d'ailleurs.
Réponse de le 17/01/2013 à 13:38 :
Lest 35 heures, c'est un faux problème. Le nombre d'heures travaillées dans l'année est inférieur en Allemagne. Ce qui est réellement en cause, c'est un modèle industriel. Enfin si l'on peut parler de modèle industriel en France, à la vitesse où nous perdons des emplois industriels en France... Les relations entre patronat et syndicat, les relations entre donneurs d'ordre et sous-traitants, le tissu PMI-PME, qui n'a rien à voir avec celui allemande etc... Un exemple parmi d'autres : alors que tous nos voisins ont une industrie du deux-roues florissante et qui grignote chaque année des parts de marché aux constructeurs japonais, en France, c'est zéro ! Et pourtant, nous sommes un des pays européens où le marché est le plus abondant. Résultat, on va acheter aux autres, ce qu'on pourrait faire soi-même, et très bien ! Par idéologie, par incompétence, par bêtise, je n'en sais rien, mais le résultat est là, et il n'est pas brillant...
Réponse de le 21/01/2013 à 17:25 :
@ Lopi,
il n'y a pas de secret, quand un pays produit plus qu'il ne consomme (Allemagne) cela aura forcement pour conséquence qu'un autre pays devra produire moins qu'il ne consomme (France). À moins de jeter ou détruire le surplus!
Alors la solution, remettre les droits de douane pour les pays vis a vis desquels nous avons un déficit, ainsi ces fanatiques de la surproduction auront le choix entre consommer plus et acheter chez nous autant qu'ils vendent de produits chez nous ou se foutre leur surproduction la où je pense et que je n'ose pas dire.
a écrit le 17/01/2013 à 12:15 :
, non élus, sont une nouvelle caste aristocratique qui se rient de la population qu'ils sont censés administrés.
a écrit le 17/01/2013 à 12:13 :
ultra-grassement payé par nos impôts est, comme fonctionnaire européen exempté de tout impôt sur le revenu : comment voulez-vous qu'il ne soit pas tordu ?
a écrit le 17/01/2013 à 12:11 :
L'Europe n'existe pas, il y a un vague machin financier dirigé par une bande de branquignoles sans aucune une vision à long terme. Et, surtout son système de fonctionnement n'est absolument pas démocratique, du fait que les politiques laissent trop de pouvoirs à des fonctionnaires par essence non élus.
De sinistre mémoire, je crains que sur le plan international s'applique la réflexion de Staline : l'Europe combien de divisions ?
a écrit le 17/01/2013 à 11:35 :
Tout était écrit d'avance. Pour se débarrasser d'une classe ouvrière et populaire trop puissante en Occident, les élites politco-financières ont ouvert les frontières pour tirer leurs salaires vers le bas (les gueux étaient trop bien payés). Pour éviter que cette saignée ne provoque des troubles sociaux, ils ont ouvert les vannes du crédit public et privé. La dette est en effet le meilleur moyen de légitimer la mise en pièce l'Etat providence honnis par les riches et les financiers.
L'austérité terminera ainsi le travail de sape. Les pauvres seront à leur place naturelle: tout en bas de l'échelle. La classe moyenne, si puissance politiquement détruite. L'ordre d'airain enfin rétabli. Le rêve aventureux d'une société démocratique et solidaire enfin balayé.
Réponse de le 17/01/2013 à 13:15 :
Globalement vrai mais ne pas oublier que la classe populaire a aussi fait des siennes avec un statut de fonctionnaires privilégié qui n'a plus lieu d'être en l'état du moins depuis longtemps car perdurant au détriment d'autres!!!La liberté des uns commencent là ou s'arrête celle des autres cela est bien connu!
Réponse de le 17/01/2013 à 13:15 :
oui et malgré ça d'après un sondage, 60% des français voudraient des "experts" aux commandes... Ils n'ont pas compris que les hommes politiques font déjà la politique de ces "experts" autoproclamés...
a écrit le 17/01/2013 à 11:26 :
Combien de millions de salariés ont perdu leur emploi suite à une délocalisation? Suite à l'automatisation des usines pour rester compétitif?
Des chiffres que la Commission européenne se garde bien d'avancer.
Réponse de le 17/01/2013 à 11:40 :
En même temps les gens passent des heures à chercher sur internet pour économiser 50? sur une télé, forcement on ne peut pas rester compétitif face aux chinois et autres pays asiatiques. Si dès le début on acceptait de payer un peu plus quelque chose fabriqué en France ou du moins en UE (que L'argent reste un peu chez nous quand même), ça irait mieux. Après y'a une différence entre se faire pigeonner avec un Iphone où les 16 Go supplémentaires coûtent 100?, et les magasins qui margent un peu trop.

Un exemple simple, reste la HIFI, où de nombreux constructeurs Français s'en sortent bien, et où les passionnés ne comptent pas trop leur sous, et qui peut donc acheter français... Mais c'est des passionnés, pas des techno-accro.
Réponse de le 17/01/2013 à 11:56 :
Oui tout à fait d'accord. Mais nous sommes dans un cercle vicieux. La concurrence internationale fait baisser les salaires, les gens ont du mal à joindre les deux bouts, achètent les produits les moins chers possible, les entreprises sont incitées à délocaliser pour produire à bas coûts.......
Réponse de le 17/01/2013 à 12:03 :
@Jeff: 1. En France et sur les 10 dernières années environ 1 à 2 emplois ont été perdu par la "délocalisation" sur 100 créées par les investissements directs d'entreprises étrangères. Par contre, en France la mythologie de la délocalisation est peut-être soutenue par 100 personnes contre 1 à 2 personnes qui suivent la réalité économique. Il n'y pas de délocalistions, ça n'existe pas comme phénomène économiquement tangible, c'est de anédoctes (issue de l'industrie du textile en majorité) 2. L'automatisation: L'industrie allemande est un des premiers vendeurs de système d'automatisation , elle détient le plus grand (et le plus moderne) parc machine en Europe et cette industrie contribue à la situation du plein emploi.
Réponse de le 17/01/2013 à 12:34 :
Un cercle vicieux, oui, mais en même temps, lorsque je vois Karl Lagarfield (c'est loin d'être une réference, mais bon..) qui dit qu'il n?achètera jamais de Renault, je ne pense pas que ce soit au niveau financier son problème. Il croit peut être que son audi (ou autre...j'en sais rien) a moins de problème ? Pas du tout, sauf qu'en plus de payer plus cher les réparations, on en parle moins... Sans compter qu'au vu de la différence de prix, on peut faire réparer sa Renault un paquet de fois avant de rattraper le prix d'une allemande.

Quant aux gens qui ont du mal à joindre les deux bouts, certains oui, je le conçois sans problème, mais je vois aussi bon nombre de personnes au SMIC avec un smartphone à plusieurs centaines d'euros, ou même un Ipad, ils auraient pu acheter un Archos, français, moins cher (c'est pas fabriqué en France, certes, les Ibidules non plus, mais au moins ça fait vivre une boite française..)
Réponse de le 17/01/2013 à 13:04 :
Il ne faut pas seulement se focaliser sur les emplois détruits mais aussi sur ceux qui ne sont pas créés pour augmenter la productivité.
Ce qui m'inquiète, c'est qu'au delà des coûts de production, les entreprises sont incitées à aller là où se trouve l'expertise. Et même si cela fait mal à notre Ego, il faut dire que les Chinois et Asiatiques ont une expertise que nous avons ou sommes en train de perdre, dans l'électronique notamment. Et je suis assez inquiet de voir que l'on transfère massivement nos technologies pour quelques contrats (Airbus, TGV....).
Ne jamais oublier ceci: quand les usines partent, les ingénieurs les suivent tôt ou tard, et les services après eux. Attention à la naïveté libre -échangiste.
A part le tourimse et la gastronomie, que nous restera-t-til?
Réponse de le 17/01/2013 à 14:16 :
Parce que dans tous les cas les sociétés résonnent en parts de marchés à court terme!!!! Il nous restera le tourisme, la gastronomie et l'artisanat!!!
Réponse de le 17/01/2013 à 20:11 :
Bien d'accord avec vous ingénieur : le libre échangisme est d'une naïveté déconcertante ! Et souvent cela baigne dans du court terme, aucune vision stratégique, juste des chiffres balancés ça et là et naturellement invérifiables (les fameux 30 millions de salariés dont ce commissaire parle et qui viennent de je ne sais où).
@déni de réalité :où avez-vous pêché ces stats ?? Comme Mr le commissaire, vous nous balancez des chiffres en veux-tu en voilà, à prendre pour argent comptant, mais ça ne veut rien dire ! Les délocalisations, un épiphénomène en gros limité à l'industrie du textile ?!!! Ecoutez, je vous invite à sortir de votre bille et venir voir sur le terrain. Je peux vous dire qu'on n'en est qu'aux DEBUTS de la délocalisation. Cela a commencé par toucher l'industrie mais c'est aussi l'industrie qui est le plus complexe à délocaliser. Désormais c'est le secteur des SERVICES qui est touché de plein fouet et là, on parle de 75% des emplois en France. Dans ma société (transport), on a un siège délocalisé qui compte plus de 200 personnes, contre une trentaine restant en France ! Regardez autour de vous le nombre impressionnant de boîtes dont personne ne parle et qui délocalisent en Inde, au Maroc ou ailleurs. Certes on aura toujours des emplois en France, pour gérer pôle emploi ou caissière chez Carrefour (et encore).
a écrit le 17/01/2013 à 11:07 :
C'est qui lui ? je ne l'ai pas élu
a écrit le 17/01/2013 à 10:51 :
J'en ai marre d?entendre ces bons prêtres bien planqués dans leurs pots de vin, leur place grassement rémunérée, faire la leçon ... Il y'a avidement du dumping entre une entreprise qui produit en Chine et une autre en France ou en Angleterre. C'est juste évident. Des l'instant où les salaires et les charges sont bas, tu marges, des que tu marges, tu embauches et tu produis encore plus. C'est la base du productivisme. L'OMC, l'OIT, le FMI et les autres machins sont des fossoyeurs. Tout le bon catéchisme qu'ils prêchent aux autres, ils ne se l'appliqueraient pas à eux-mêmes, ni à leurs enfants.
Réponse de le 17/01/2013 à 11:10 :
Vous avez bien résumé le problème, voila pourquoi il va falloir mettre un bon coup de pied dans la fourmillière ...
Réponse de le 17/01/2013 à 13:06 :
+1
Réponse de le 17/01/2013 à 13:27 :
...quand on en a...
a écrit le 17/01/2013 à 10:40 :
Karel de Gucht veut importer comme valeur ajouté en Europe le dumping social des pays émergents ? Bas salaire; heures de travail sans limite; absence de sécurité sociale etc...
Réponse de le 17/01/2013 à 11:04 :
@RasLeBol,C'est vrai que le chomage, les 35h, la precarite, morale plus bas qu'en irak, impots eleves, insecurite, probleme d'immigration et d'integration, 17% aux SMIC, 13% au chomage
En france c'est tellement mieux ......tellllllllement mieux. Vive le socialisme.
Et si bosser plus nous rendez heureux?
Réponse de le 17/01/2013 à 11:29 :
Si la condition des ouvrières chinoises vous plait tant, et si c'est ce que vous souhaitez pour la France, rien ne vous empêche de déposer votre CV chez Foxconn pour partir fabriquer des Iphones en Chine.
Réponse de le 17/01/2013 à 12:17 :
La vie est certe plus cher en France, mais les 13% de chomeur gagnent 3 ou 4 fois plus d'argent en France en restant chez eux qu'un chinois travaillant 60H dans son usine... Sans compter les autres aides....

Quant au moral, faut pas généraliser, les 17% au smic + 13% au chomage, ça fait que 30%, donc potentiellement 70% qui sont pas trop mal voire bien ! Mais bon, ça en France, on préfère ne parler QUE de ce qui ne va pas. On s'étonne et ferait limite grève lorsque qu'un soldat tombe au combat, c'est malheureux, mais ça fait un tout petit peu parti des risques du métier non ? Je pense qu'il y a eu plus de morts de professionnels du batiment ou gendarmes renversés que de soldats tombés en Afghanistan ces dernières années, m'enfin...
a écrit le 17/01/2013 à 10:30 :
MERCI DE PLUBLIER MES POSTS SVP. A part la volonté de les censurer, je ne vois ce qui empeche la publication de mes posts.
a écrit le 17/01/2013 à 10:18 :
Merci de ne pas censurer mes posts svp.
a écrit le 17/01/2013 à 10:17 :
Il y a du vrai et beaucoup de faux dans ce que dit se brave homme. D'un coté, il faut effectivement considérer que l'assemblage du produit fini ne devrait pas forcément être la source du "made in" si la valeur ajoutée est ailleurs (je vous remets le lien vers le seul site que je connaisse qui donne ce type d'info http://www.les-produits-made-in-france.fr/).
D'un autre coté, une balance extérieure déficitaire créé de la dette et du chômage contrairement à ses propos. Et tout le monde peut le comprendre. Quand on vends 60 et qu'on achète 100 à l'étranger, on ponctionne 40 sur notre économie (travail, impôts, etc) qu'on envoie à l'étranger.
a écrit le 17/01/2013 à 10:12 :
la part chinoise dans la valeur ajoutée est sous évaluée, car calculée sur des salaires de misères....... ce calcul est donc fallacieux en tant que tel.... le problème de nos sociétés dites développées est l'activité industrielle intérieure, qui "commande" tout le reste.... y compris une forte industrie des services.... que l'allemagne d'ailleurs a dérégulé....

on est donc dans un simulacre de calcul.... très en vogue actuellement, mais ou la valeur ajoutée n'est plus redistribuée à l'ensemble du système....

ça ne veut pas dire qu'il faut fermer nos frontières, ça veut dire simplement qu'il faut retrouver des équilibres...... hors nous n'en prenons pas du tout le chemin en ce moment, avec ce genre de théorie....
Réponse de le 17/01/2013 à 13:59 :
Equilibre c'est le mot juste
a écrit le 17/01/2013 à 10:09 :
Je ne comprends pas son exemple avec le téléphone portable. Même s'il est considéré comme "made in China", le calcul de la balance commerciale (montant exportations - montant importations) reste valable et permet de juger assez facilement la valeur ajoutée produite à un endroit donné sur le téléphone. Peut-être y'a-t-il de meilleurs indicateurs (Indice développement humain par exemple). Pour autant, en regardant leur évolutions, on verraitn bien que la France perd du terrain. Il ferait mieux de proposer des indées au lieu de proposer de changer d'indicateur
Réponse de le 17/01/2013 à 10:31 :
Je suis d'accord avec vous.
Réponse de le 15/02/2015 à 17:37 :
Il faut d'abord réformer les 25 retraites spécifiques qui est scandaleux et très inégalitaires avec le privé !!!!!
Réponse de le 16/02/2015 à 9:11 :
les grosses différences avec les régimes obligatoires d'assurance maladie :

1 pas de solidarité inter générations les retraités continuent à cotiser a leur mutuelle alors que pour le régime sec sociale plus de cotisation (ils
ne payent plus que la CSG ) par contre les mutuelles tiennent compte du viellissement et augmentent les cotisation en conséquence. ...

2 certaines mutuelles chargent des organismes genre Sante clair de négocier le reste à charge (partie restant a la charge pour l'optique et les prothèses dentaires) inégalité devant les prix des actes selon votre appartenance ou pas à certaines mutuelles....

3 taux de gestion très supérieur dans le secteur des mutuelles par rapport à celui de la Secu...

4 Frais de communication important et inflationniste exemple le prix moyen des lunettes en France et la réussite du groupe Essilor (Très influent dans le monde des complémentaires en créant des produits génériques en fonction des niveaux de remboursement et restituant des RAR ...

a écrit le 17/01/2013 à 9:54 :
Avec un taux de chômage de 11,7% dans la zone euro, il serait dommage de changer de politique.
En pendant ce temps, la Chine applique des taxes sur les voitures importés des USA. Voir article http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/automobile/20120917trib000719785/auto-obama-va-saisir-l-omc-contre-le-protectionnisme-chinois.html
a écrit le 17/01/2013 à 9:52 :
La realite de terrain. De qui se moque t-on? La realite c'est qu'a achetre des pdts venant des pays a bas couts nous avons ici que des chomeurs, qui demain ne pourront plus se payer meme les pdts de mauvaise qualite que l'on veut nous imposer. C'est toujours plus de dette pour les menages comme les Etats pour le profit d'une poignee et le bonheur de quelques ideologues. Cela ne doit pas empecher les efforts de competitivite et ertsructuration de nos entreprises, mais que ce M. m'explique comment il est possible de produire des chussettes en france qd le rapport d'1h de travail entre la France et un pays emergent est de 1 a 10. Assez de ces inepties....
a écrit le 17/01/2013 à 9:37 :
Ce monsieur est peu crédible, qu'il règle déjà ses affaires en Belgique où il a détourné de grosses sommes d'argent en ne les déclarant pas au fisc, comment une telle personne peut
elle donner des leçons ?? C'est triste que nos pays européens soient dirigés par de telles
personnes quelle honte ...................................
Réponse de le 14/02/2015 à 14:40 :
OUT mister Macron!
a écrit le 17/01/2013 à 9:28 :
Je n'ai qu'une chose à dire à ce commis européen des marchés financiers: qu'il aille se rhabiller et remballe sa camelote.
a écrit le 17/01/2013 à 9:11 :
Le communisme était une belle philosophie qui s'est transformée en erreur politique. Croulant sous ses contradictions, il a disparu, ou presque, voilà 20 ans. Le libéralisme, le mondialisme sont des théories économiques qui ont leur propres cohérences. Appliquées concrètement à nos sociétés c'est au premier abord un monde dynamique et communicant puis ce sera un progressif retour à une économie et une société moyenageuse, avec ses injustices, ses inégalités, ses guerres, ses morts, ses guerres pour survivre, etc. La deuxième phase est enclenchée.
Réponse de le 17/01/2013 à 9:48 :
le communisme comme le pour le libéralisme le capitalisme la mondialisation meme la démocratie sont des excellentes idées à la base ce sont ce que les hommes en font qui pervertissent l outils Le libéralisme et le capitalisme ne sont pas les monstres que s imaginent beaucoup ce sont des systemes qui permettent à monsieur tout le monde de tenter sa chance avec une idée un concept un produit et améliorer sa condition C est l illustration parfaite de "donne un poisson à un homme tu le nourriras un jour apprends lui a pecher et tu le nourriras pour toujours" Pour resumer aussi le capitalisme l idée c est : l entreprise innove , l entreprise produit l entreprise vend , fait des bénéfices paie ses salariés et ses actionnaires en proportion, les gens gagnent plus donc consomment plus donc l entreprise vend plus etc etc ...c est un certe un peu simpliste et schematisé mais c est l idée de base ni plus ni moins Henri Ford (souvent décrié) disait "l industriel a 3 obligations:produire les meilleurs produits possibles aux moindres couts possibles en payant les plus hauts salaires possibles" C est le resumé d un cercle vertueux ou tous le monde est gagnant Le seul concret pour faire qu un pays en voie de devellopement devienne un pays dévellopé avec une population qui s enrichit .Meme la finance si décriée pour des bonnes et de mauvaises raisons a une place capitale et responsable à jouer : financer le developpement (credits) et rémunérer l épargne Il y a la aussi suffisament à gagner dans un esprit gagnant /gagnant (banque/client) sans aller chercher a faire tout et n importe quoi en oubliant au passage tous les fondamentaux ( en particulier le risque !)
Tous ses systémes n en déplaisent à certains sont les outils idéaux pour une societe prospére prospére pour tous .Le probléme? Pour ca comme pour beaucoup de choses le probléme c est l humain qui va pervertir ce systeme pour sur maximiser son seul profit Les dizaines ou centaines de millions qui lui suffiraient largement deviennient des milliards et tous le systeme est pervertit et devient ce qu on vit aujourd hui
Pas plus que le communisme n a jamais (et je dis bien jamais) vu le jour nulle part , ce que nous vivons aujourd hui n est du libéralisme ,du capitalisme pas meme de la mondialisation dans leur forme d origine Ce sont juste des perversions ou on ne prend qu une partie des idées et on rejette les autres sciant par la meme la branche sur laquelle nous sommes tous assis
Réponse de le 17/01/2013 à 9:55 :
Ce qui est interessant c'est le rapport avec vos idees et le communisme. Elles ont en commun de nier la realite...Il n'y aura pas plus de seconde phase, pas plus que le socialisme n'a debouche sur le communisme sorte de paradis terrestre. Du debut a la fin cela a ete un cauchemard, tout comme soi disant globalisation neo liberale, qui au passage reduit la communication entre les peuples....
Réponse de le 17/01/2013 à 10:18 :
je penses vous ne m avez pas compris ce que je décris c est ce que ca devrait être si le libéralisme et le capitalisme étaient vraiment appliqués on est bien d accord que ce que nous vivont n est que la perversion des idées de bases tout comme le communisme n a donné que des régimes monstrueux (comme tous les extremes d ailleurs)
Réponse de le 17/01/2013 à 10:21 :
"on rejette les autres sciant par la meme la branche sur laquelle nous sommes tous assis" tout a fait d'accord il faut seulement pourquoi sans a priori pour avancer car l'histoire de l'homme montre qu'il a toujours oeuvre a son developpement pas l'inverse
Réponse de le 17/01/2013 à 10:26 :
à Mordrakhen : Parce que notre société n'a RIEN de la SOLIDARITE ! La base d'une société est une famille (ou il y a "avait" de la solidarité ) puis ,plus il y a de familles,moins il y a de solidarité ,On oublie le Bien Commun Puis l'égoïsme se développe de plus en plus vite et fort ET l'on obtient la Société que l'on connait aujourd'hui ! Cela peut-il changer ??? Les premiers chrétiens l'auraient réalisé ,parait-il ,ce monde meilleur ?
a écrit le 17/01/2013 à 9:06 :
Vous oublier que c est les profs qui font l éducation a la place des parents mais en plus il faut rien dire car cela déplaît aux géniteurs et au vu du soutient de la société ils peuvent en avoir ras la casquette
a écrit le 17/01/2013 à 8:58 :
Ce commissaire européen aux commerces extérieurs (ça fait très union soviétiques) est en fait un magicien, un Merlin des temps modernes. Pour que tout aille mieux, il faut changer de thermomètre. Il fallait y penser !! Comme quoi être allemand, ça vous donne de l'avance. En quoi le fait de changer la façon de calculer le déficit ou le bénéfice va donner plus ou moins d'emplois ? Ça, il ne le dit pas. Quel Jean Foutre. Ils sont tous comme ça à Bruxelles ? C'est certainement un Commissaire, et on s'incline bien bas en prononçant ce titre, qui doit être bien payé ! Et sa retraite ? Payera t-il une taxe de 0,3% ? Ah non ? C'est un beau métier, être bien paye pour dire n'importe quoi, qu'elle chance.
a écrit le 17/01/2013 à 8:16 :
Que ne faut-il pas entendre!
"Les échanges extra européens, source d'emplois en Europe"
Source d'emploi en Allemagne peut-être, mais aussi source de chômage dans l'Union Monétaire.
Les autres pays veulent aussi travailler, le système allemand basé sur l'excédent commercial c'est la loi du plus fort qui se sert sur la table et le frigidaire du moins fort.
Rien de plus! Alors si la France aussi se met à jouer à ce jeux les moins forts vont crever de faim! Vous ne pensez pas? Elle est belle la mondialisation !
Réponse de le 17/01/2013 à 8:42 :
Ça se voit vous n y connaissez rien en économie ni en mondialisation. Et penser que la France ne peut rien exporter de mieux que les Allemands, c est simplement débile.
Réponse de le 17/01/2013 à 8:53 :
les allemands sont tête de classe dans chaque tranche de produti industriel !!!! et dans le même temps ils ont subi la réunification !!
alors que nous, nous parlions 35 h !!!
Réponse de le 17/01/2013 à 9:23 :
Vous avez raison. Mais se victimiser de la sorte est un bon moyen pour ne rien faire... C'est une position tellement confortable dans un sens.
Réponse de le 17/01/2013 à 9:29 :
Historiquement la France a rempli son frigidaire sur le dos des autres tout en clamant que c"était dans le respect démocratique de ceux qu'elle exploitait. Les autres en Europe ont fait de même, l'hypocrisie en moins. Avec le temps et le travail acharné des fournisseurs, il a été possible de remplir son frigidaire pour moins cher en allant chercher les fournitures de plus en plus loin chez les gens pauvres qu'on "aidait". Cela a permis un échange de biens et de services qui est la base de l"élévation du niveau de vie, hétérogène certes mais réel des fournisseurs. Le systeme fonctionne très bien tant que chacun participe à l'amélioration des échanges en apportant sa quote part.en travail, développement et financement et en acceptant que les autres puissent aussi remplir leur frigidaire. Ceux qui s'endorment en prenant leur café devant le frigidaire bien rempli se mettent à l"écart du dynamisme, du renouvellement des technologies, du flux de biens et de services qui caractérisent ce mouvement. Ils s'appauvrissent matériellement et intellectuellement parlant pendant que le modèle de frigidaire change, les produits qu'on y met aussi et que les marchands développent leur clientèle ailleurs.
Un pays, comme un ménage, ne peut longtemps dépenser plus qu'il ne gagne, dans la négative, il remplit son frigidaire à crédit chez ses commerçants. En outre en se figeant dans le passé, il ne trouve bientôt plus ses produits habituels et les nouveaux demandent un autre type de frigidaire.. Le frigidaire se vide, fonctionne de plus en plus mal et ses mets ne sont meme plus au gout des utilisateurs familiaux qui se sont renouvelés. Les fournisseurs pris de méfiance demandent remboursement ou pretent sous conditions, les utilisateurs vont de plus en plus voir ailleurs d'autres frigidaires et ne participent plus au financement des achats...
A ce stade, il y a deux solutions:
découvrir que la relation humaine et animale est toujours la loi du plus efficace (et non du plus fort) et en faire une loi dynamique et porteuse pour les jeunes générations et le développement intellectuel et matériel , loi qui a permis le développement de la France dans le passé et le remplissage du frigidaire,
ou bien regarder son frigidaire se vider lentement l'esprit chagrin et vindicatif en accusant ses proches de vouloir le voler, d'attaquer les faibles,.et en expliquant qu'on refuse de se mêler au dynamisme du monde réel sous pretexte d'égalité et de fraternité, mots qui ont dérivé depuis longtemps en un système perverti d'exploitation des acquis passés qui n'a rien d'égalitaire ni de fraternel .comme les fournisseurs du dit frigidaire l'ont appris à leur dépend il y a belle lurette.
Participer à ce mouvement ce n'est pas une relation Fort - Faible selon une vieille terminologie totalement dépassée mais c'est une relation de partage d'efficacité et d'innovation accélérée dont tout le monde peut profiter qui demande effectivement du travail et un vrai partage de compétences basé sur une vraie égalité face aux défis mondiaux de l'humanité.
Encore faut il ne pas se mettre du coté des anciens exploiteurs déçus gardant leur frigidaire à la Kalachnikov de l'égalitarisme rancunier pendant que la moitié du monde qu'on méprisait fraternellement s'enrichit et dépasse ses contempteurs !.
Réponse de le 17/01/2013 à 9:49 :
encore un A... qui ressort l alibi des 35h, sauf que le secteur industriel Allemand est en moyenne a 32H, les pays du nord c est pareil.... alors arretez avec votre argument debile qui ne sert qu a masquer l inertie Francaise! La difference unique c est qu en Allemagne il sont capable de faire des semaine de 60H quand c est nécéssaire, mais qu ils acceptent aussi le chomage partiel ou technique sans se mettre en greve et tout bloquer! Nous on en est encore a bloquer tout principe de flexibilité....
Réponse de le 17/01/2013 à 10:42 :
Tous les systèmes ont des failles, avec des hauts et des bas et des adaptations à faire au cas par cas. Toutefois, il faudrait arrêter de dire que tous les pays qui réussissent sur une longue période, sont mauvais et que la France, en perpétuelle déclin depuis 40 ans, est un modèle à suivre. Le modèle français (si on peut en définir un), cela ne marche pas, bien que cela ne soit pas le seul. La seule nouveauté, c'est que la France avait les moyens,il y a encore 10 ans, de dégager de ressources financières par une rénovation de l'Etat et par une fiscalité supérieur sur les classes aisées. Maintenant nous sommes trop pauvres. Peut être que la France ne peut pas évoluer, mais ne faire sa révolution violente que dans la misère. Je ne suis pas contre l'Etat, les fonctionnaires ou les politiciens, mais je constat que nous n'y arrivons pas. Il est clair que, quand on voit le passéisme des français sur le Mariage pour tous, il ne faut pas s'étonner que rien ne bouge chez nos dirigeants, car tout pousse à l'immobilisme. Ce n'est pas une guerre au Mali qui va changer les choses chez nous, sauf pour les usines d'armement et la dette (400000? par jour au moins).
Réponse de le 17/01/2013 à 20:27 :
que vient faire le "mariage pour tous" (plutôt mariage pour quelques-uns) dans ce débat sur la mondialisation et le protectionnisme ?? Dire que les français opposés à ce projet de loi sont "rétrogrades" est une erreur et une manipulation. Chacun sait ce qu'il y a derrière ce projet de loi et il aurait mieux fallu que le gouvernement montre cartes sur table plutôt que de faire passer un projet "d'adoption pour tous" pour ce qu'il appelle un "mariage pour tous" !
a écrit le 17/01/2013 à 8:05 :
l'éducation !! quand on voit comment les profs dans les enseignants tirent au flanc en ne faisant pas de correction des devoirs qu'ils donnent , en finissant la correction des brevets blancs plus de 7 semaines après les épreuves , en étant fréquemment absents, en délaissant les gosses des classes populaires............ C'est pas avec ces gens qu'on va relever le niveau de la france ,Seuls leurs propres enfants réussissent et obtiennnent les bonnes places !!!
Réponse de le 17/01/2013 à 8:18 :
C'est quand même à cause ou gràce aux syndicats des enseignants que nous en sommes arrivés la, il faut pas s'en prendre aux ensiegnants.
Si je pouvais je ferais la même chose.
Réponse de le 17/01/2013 à 8:21 :
Les gosses intelligents, bien suivis par leurs parents n'ont pas de problèmes de réussite. Interrogez-vous sur vous-même et n'accusez pas les autres de vos propres échecs.
Réponse de le 17/01/2013 à 8:31 :
Allez une petite couche de haine des enseignants...
Passez les concours, les inscriptions viennent d'ouvrir et lancez-vous dans la belle carrière de jeune prof en galère en ZEP (Zone d'éducation prioritaire qu'on appelle d'ailleurs plus de cette faon), vous soutiendrez alors les enfants des classes populaires ! En plus vos enfants réussiront et obtiendront les meilleurs places ....!!!! Vite ! Dépêchez-vous la nation vous attend pour se redresser ! (mode ironie ON...)
Réponse de le 17/01/2013 à 8:34 :
Tout à fait d'accord avec vous ! Il est si facile de taper sur les enseignants quand on ne s'occupe pas de la réussite de ses enfants (oui, payer n'est pas s'occuper, il faut aussi y consacrer du TEMPS). Trop de parents ne prennent pas le temps de suivre le travail de leurs enfants mais c'est normal nous diront-ils "Moi, je travaille, je suis pas prof......!" (mode ironie on)
Réponse de le 17/01/2013 à 8:57 :
je m'occupe de ma fille, mais quand je vois les c... que le prof lui mets dans la tête !!! quand je vois la nullité des livres, je comprends aisément les immenses difficultés de nos jeunes à réussir !!!!!
les enseignants sont nuls parce que leur formation est nulle !!! et parce qu'ils en ont rien .....
Réponse de le 17/01/2013 à 9:45 :
En plus, vous vous croyez plus intelligent que les livres scolaires ou que les profs ? Vous avez pensé à consulter ?
Réponse de le 17/01/2013 à 9:57 :
"les enseignants sont nuls parce que leur formation est nulle !!! " Ce qu'il faut pas entendre, c'est quand même bizarre que certains réussissent très bien et d'autres non, à partir des mêmes profs, des mêmes cours, des mêmes support.... Le plus dur pour les parents est de bien savoir où se trouve le problème, lorsque certains réussissent et pas leur gamin.
Réponse de le 17/01/2013 à 9:59 :
Aucun souci pour moi. Mon fils est en 6eme donc depuis 4 mois et demi, dans un collège ex ZEP, ses profs sont très bien, l'encadrement est strict et il a appris énormément. Bref bravo aux profs et comme chacun devrait le faire, je suis le travail et les résultats de près.
Il est enchanté d'être au collège.
Réponse de le 17/01/2013 à 10:39 :
les profs recoltent leurs semences .....
Réponse de le 19/01/2013 à 22:54 :
ce type ne manque pas d'air, (comme tous les inopportuns de sa caste) la mondialisation est certes inévitable, mais il existe des moyens de l'accompagner. Bien entendu, ces moyens ne seront pas mis en oeuvre car ils ne correspondent pas à la pensée unique, doctrine dirais-je, qui s'impose avec force et fracas, l'ULTRALIBERALISEME. Cet espéce de "machine infernale" qui pemets d'amasser un maximum d'argent en un minimum de temps au détriment de toute autre considération; humaine, philosophique, environnementale, culturelle ect...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :