La Slovénie ne sera pas une Chypre bis, selon son ministre des Finances

 |   |  384  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La Slovénie ne sera pas pas le prochain pays de la zone euro qu'il faudra sauver de la banqueroute, car elle peut se permettre d'attendre avant de placer de nouvelles obligations, a déclaré lundi le ministre des Finances, Uros Cufer.

La Slovénie ne sera pas pas le prochain pays de la zone euro qu'il faudra sauver de la banqueroute, car elle peut se permettre d'attendre avant de placer de nouvelles obligations, a déclaré lundi le ministre des Finances, Uros Cufer. "Nous n'aurons pas besoin de plan de sauvetage cette année. Je suis calme", a-t-il assuré dans un entretien accordé à l'agence Reuters. Les banques slovènes connaissent des difficultés mais le secteur bancaire est moins important qu'à Chypre et moins exposé à la dette grecque que son homologue chypriote. Les rendements des emprunts slovènes à deux ans ont toutefois bondi jeudi à près de 7 %, dépassant ainsi ceux des emprunts à dix ans, signe que les investisseurs commencent à juger que le risque de défaut est élevé. On s'attendait à ce que le nouveau gouvernement de centre gauche fasse appel aux marchés après son arrivée aux affaires le 20 mars, mais le Premier ministre Alenka Bratusek, première femme chef de gouvernement de cette ancienne République yougoslave, en a décidé autrement.

Création d'une "bad bank"

Pour l'heure, le gouvernement a décidé de ne rien dire de ses projets en matière d'emprunts, mais on s'attend à ce qu'il vienne sur les marchés dans les mois à venir pour honorer deux milliards d'euros de dette arrivant à maturité au milieu de l'année. La Slovénie a placé en octobre sa première obligation à 19 mois et l'ancien Premier ministre Janez Jansa a prévenu que le pays devrait émettre de nouveaux titres d'ici le 6 juin, date à laquelle 907 millions d'euros de dette à 18 mois arriveront à maturité. Mais Uros Cufer a estimé que rien ne pressait, et que le pays pouvait se permettre d'attendre un retour au calme sur le marché des obligations. "Nous n'avons pas besoin d'aller sur les marchés en cette période de surchauffe due à Chypre. Nous pouvons attendre que cela se calme, que les investisseurs se sentent à l'aise avec nos projets, et alors nous solliciterons les marchés", a dit le ministre des Finances. Il a indiqué que le gouvernement créérait en septembre une "structure de défaisance" ("bad bank") qui prendrait en charge une partie des sept milliards de créances douteuses des trois principales institutions bancaires du pays, où l'Etat est soit majoritaire, soit actionnaire principal.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/04/2013 à 14:09 :
C'est la mode de nos jours d'annoncer qu'on en est pas pour dire qu'on va l'etre... Un coup oui, un coup non et hop petit a petit on ce dit que c'est normal
a écrit le 02/04/2013 à 12:29 :
Où est passé l'argent qui a manqué pendant la crise dans toute l'Union Européenne, au bout du compte qui a encaissé au Final de cette crise, l'argent ne c'est pas dissout , bien sur il y a eu une bulle boursière mais cela n'explique pas tout et c'est là où il y a un manque de visibilité entretenu par les dirigeants de l'Union. Les peuples l'ont compris et cette élection prochaine aura naturellement allure de référendum.
a écrit le 02/04/2013 à 9:23 :
encore une erreur de l'union européenne...repère de mafias
Réponse de le 02/04/2013 à 10:14 :
vous pensez vraiment que se sont les repères de mafia qui font chuter la zone euro ?
Réponse de le 02/04/2013 à 14:01 :
je vous incite à y aller et me dire si ce n'est pas un pays charmant
a écrit le 02/04/2013 à 8:01 :
Chypre est sorti de la zone euro puisque son euro est déprécié et donc n'a plus la même valeur et ce sera pareil pour la Slovénie et bien d'autres.
Réponse de le 02/04/2013 à 10:46 :
Les autorités chypriotes ont annoncé ce matin aux premières heures que le pays sortira de l?Union européenne d?ici mars 2014.
Réponse de le 02/04/2013 à 12:00 :
Et vous pouvez citer vos sources toto ?

...ça serait une excellente nouvelle ! On pourrait enfin y songer nous aussi :)
Réponse de le 02/04/2013 à 16:08 :
source : Les Brindherbes Engagés

a écrit le 01/04/2013 à 22:39 :
au fait c'est quand notre tour, car chez nous tout vire au rouge, même les pommettes du président François.
Réponse de le 02/04/2013 à 10:19 :
notre tour n'arrivera jamais. déjà 5 sur 17 pays membres on besoin d'un plan de relance, va arriver la slovénie, l'italie... sachant que c'est en grande partie la france et l'allemagne qui finance ces plans de sauvetage. personne ne pourra nous "sauver" nous nous sauverons nous même en sortant démocratiquement de la zone euro et de l'union européenne.
Réponse de le 02/04/2013 à 11:36 :
@toto ok et une fois sortie de la Zone Euro et de l'euro ? on a bien compris que c'était la solution de tous nos maux mais expliquez nous comment ?
1800 milliards d'euros de dette avec ou sans l'euro avec ou sans l'union européenne il faudra bien les payer. Et vous les payez comment ?
Réponse de le 02/04/2013 à 13:35 :
La France et l'Allemagne ? L'Allemagne et ses satellites a 99,99%. Pour les declarations tonitruantes, je suis d'accord la France d'abord avec Sarko puis avec Flanby se fait entendre....comme si c'etait elle qui payait.
Réponse de le 02/04/2013 à 13:43 :
Lapsus significatif ou faute de conjugaison ? la France et l' Allemagne" qui finance " au lieu de qui financent. A mon toto est un petit farceur et il voulait nous dire qu'il n'y a qu'un pays qui finance. A nous de deviner lequel de la France ou l'Allemagne
Réponse de le 02/04/2013 à 14:13 :
@ouimaisencore : il suffit de refuser net de payer ou d'imposer un moratoire sur les intérêts. On devra faire sans émissions d'obligations pdt quelques années, mais une fois redevenus solvables, les investisseurs se bousculeront au portillon.
Réponse de le 02/04/2013 à 16:16 :
on sort de l'union européenne en appliquant démocratiquement l'article 50 du traité de l'union européenne. Et la dette ne serra jamais remboursée car il est devenu impossible de la rembourser. sans oublier de rappeler qu'elle a été créer exprès pour nous couler.
Réponse de le 02/04/2013 à 18:45 :
@ouimaisencore. La dette ne sera jamais remboursée, le problème des banques n'est pas d'être remboursées, (que feraient-elles de l'argent) mais de continuer à toucher les intérêts et que ses débiteurs ne fassent pas faillite pour conserver les écritures en crédit c'est tout. Si il y a retrait de l'euro de la France par exemple l'Euro ne vaudra plus rien.
Réponse de le 02/04/2013 à 23:27 :
c'est pas que l'euro ne vaudra plus rien c'est qu'il n'existera plus. tout le système s'écroulera. 1789, 1848, la France donne l'exemple aux nations, espérons qu'une nouvelle date se greffera à l'histoire
Réponse de le 03/04/2013 à 15:52 :
@toto

Votre histoire semble quelque peu biaisée car la France a suivi l'Angleterre sur la voie de la démocratie mais pas l'inverse. La France a sans aucun doute historiquement engendré des scientifiques de talent cependant on ne peut être bon dans tous les domaines. La France ferait mieux de prendre des leçons de démocratie chez ses voisins plutôt qu'à se croire la meilleur dans tous les domaines. Un peu d'humilité n'a jamais fait de mal à quelqu'un.
a écrit le 01/04/2013 à 22:25 :
MAdame La Garde vite après avoir sauver Chypre il faut sauver le reste du Monde qui pourtant fût sauve par M. Sarkozy il y n'y a pas longtemps.
a écrit le 01/04/2013 à 22:21 :
Non ce ne sera pas une Chypre bis, ils vont trouver autre chose avec une banque en route et bad en plus, ah pour plumer les pigeons là ils ne sont pas a cours d'idées.
a écrit le 01/04/2013 à 21:03 :
Poisson d'avril !!!!!
Lol, j'ai cru que vous étiez sérieux !
:p
a écrit le 01/04/2013 à 19:27 :
Tout le monde sait que, passé 4,5 % au niveau de la demande de taux, le pays est foutu. Mais bon, s'il y a encore des français qui veulent travailler jusqu'à 75 %, perdre toutes leurs économies et ruiner l'avenir de leurs enfants pour sauver des banques, je n'y vois pas d'inconvénient pourvu que je puisse quitter l'U.E. le plus vite possible.
Réponse de le 02/04/2013 à 2:08 :
T'es pas le seul Bastien à vouloir mettre les voiles. Il y en a de plus en plus en France. En se promenant dans les rues on comprend vite l'avenir qui nous attend. En ce qui concerne le niveau du taux d'intérêt, il faut que celui-ci dépasse les 6 % pour que le pays concerné soit irrécupérable. L'Italie est presque à 5 %, même si sa dette est heureusement tenue par les italiens eux-mêmes.Tout indique que la solution Chypre fera école.
a écrit le 01/04/2013 à 19:00 :
Encore une bad bank,c est à dire faire payer aux citoyens les pertes par des impôts,tous ces pays vont sombrer,normal,ils ont ce qu ils méritent,ils ont élu des incapables corrompus.
Réponse de le 01/04/2013 à 21:04 :
Euh, si t'es en France, je suis au regret de t'informer que c'est TOUT PAREIL !
:D
Réponse de le 01/04/2013 à 23:53 :
Cs banques sont apparemmnt publiques ou detenues en partie parl'etat. Pour une fois il est donc juste que ce soient les actionnaires (donc les citoyens) qui essuient les pertes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :