Production manufacturière : elle bondit en zone euro, elle baisse en France

 |   |  315  mots
L'industrie manufacturière correspond à l'industrie alimentaire, à l'industrie de l'habillement, chimique, pharmaceutique, à la fabrication de meubles, d'équipements électriques, à la métallurgie, etc.
L'industrie manufacturière correspond à l'industrie alimentaire, à l'industrie de l'habillement, chimique, pharmaceutique, à la fabrication de meubles, d'équipements électriques, à la métallurgie, etc. (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
L'indice PMI de la zone euro atteint 51,6 au mois de novembre, grâce à une demande relativement vigoureuse. En revanche en France, on atteint un plus bas avec 48,4.

51,6 en novembre : l'indice PMI pour la zone euro - qui renseigne sur la santé de l'activité production manufacturière - vient d'atteindre son meilleur niveau depuis juin 2011. Il était à 51,3 en octobre. Une première estimation "flash" l'avait donné à 51,5. Le secteur de la production manufacturière est en croissance. Pour rappel, lorsque le PMI dépasse les 50 points, cela signifie que l'activité progresse, tandis qu'elle se replie s'il est inférieur à ce seuil.

C'est la vigueur de la demande qui a tiré le secteur industriel de la zone euro. L'augmentation des carnets de commandes en attente a ainsi atteint son rythme le plus élevé depuis mai 2011. L'Irlande affiche un indice PMI (Purchasing Managers Index) à 52,4, l'Italie est à 51,4. Malgré tout, la croissance de l'activité reste faible et les entreprises continuent de réduire leurs effectifs.

La France atteint un plus bas à 48,4

Et l'amélioration globale ne profite pas à tous les pays, la contraction se poursuivant en France et reprenant en Espagne. "L'enquête PMI manufacturière de novembre est globalement une bonne nouvelle mais elle suggère qu'il y a encore beaucoup de raisons de s'inquiéter pour la santé économique de la zone euro. Le principal motif de préoccupation, c'est la France", explique Chris Williamson, chef économiste du cabinet Markit dans une note.

Le PMI manufacturier français a même atteint un plus bas inédit depuis cinq mois à 48,4. L'Espagne est à 48,6, la Grèce à 49,2. Le contraste avec l'Allemagne est donc de plus en plus net : pour les entreprises industrielles allemandes, novembre a été le mois le plus dynamique depuis la mi-2011, l'indice PMI atteignant 52,7, soit un point de plus qu'en octobre.

La première estimation de l'inflation dans la zone euro en novembre, publiée vendredi, a montré une légère accélération à 0,9% en rythme annuel, un chiffre encore très loin de celui de 2% visé par la Banque centrale européenne (BCE).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/12/2013 à 11:58 :
Ne pourrait-on faire une commémoration du chômage des jeunes et du PMI?
a écrit le 03/12/2013 à 12:20 :
Chiffres disponibles pour l'indice PMI de differents pays de l'UE au mois de novembre (source: Markit):

Royaume Uni: 58,4
Pays Bas: 56,8
Republique Tcheque: 55,4
Pologne: 54,4
Autriche: 54,3
Allemagne: 52,7
Irlande: 52,4
[ Zone Euro: 51,6 ]
Italie: 51,4
-----50-----
Grece: 49,2
Espagne: 48,6
France: 48,4
a écrit le 03/12/2013 à 12:16 :
nous on a pas besoin de production
on a nos technocrates PS qui produisent des postes de fonctionnaires et des postes pour les associations des villes PS
le tout payés par nous
Réponse de le 18/12/2013 à 10:48 :
Vous faites tout reposer sur des politiques qui n'ont presque pas de pouvoir en matière d'économie
a écrit le 03/12/2013 à 11:52 :
la situation française peut encore se dégrader; les perspectives d'investissements à court terme de l'industrie sont au plus bas, la confiance s'effrite dans tous les secteurs marchands , la baisse effective des revenus réels et du pouvoir d'achat d'une majorité de français est confirmée, les déficits publics continuent de se creuser malgré une pression fiscale aggravée , les annonces politiques tendent à entretenir une grande inquiétude tant chez les entrepreneurs que chez les épargnants privés .
tous ces éléments concourent à un maintien ou même une dégradation du niveau bas de l'activité économique sur les prochains mois .les publications statistiques de tous ordres n'y changeront rien .
a écrit le 03/12/2013 à 11:31 :
Les remedes pour retablirt la santé ´´econokqiuer du pays sont parfaitement connus de tous mais personne ne veut appliquer le traitement parce que cela signifie un hara kiri politique. Augmenter les impots et continuer a emprunter c´ est bien plus facile....
Mais un beau jour le croupier dira " rien ne va plus" et le reveil sera tres douloureux.
Il n y a qu avoir en Grece ou au Portugal a quel point la population souffre aujourdhui.
a écrit le 03/12/2013 à 10:00 :
J'ai bien peur que cette article soit comme le reste un non évènement. La politique actuelle de notre pays a déjà été dénoncée comme suicidaire, et qu'à les gouvernants? Rien si ce n'est que renforcer le désastre. A force d'alourdir la pression fiscale sur les entrepreneurs, il n'y a plus personne qui veut investir dans nons pays. Il faudrait etre fou pour tenter quelque chose avec une fiscalité aussi imprévisible. La seule mesure qui convienne à ce jour, figer la fiscalité, alléger la pression fiscale pour tous, réduire la dette par la suppression de certaines prestations sociales indues et surtout changer toute l'équipe au pouvoir car celle-ci à montrer son pouvoir de nocivité
a écrit le 02/12/2013 à 22:55 :
la cabane bambou !
a écrit le 02/12/2013 à 21:44 :
La France de Flanby tire l'Europe vers le bas. Depuis de nombreux mois, le pays écrasé par les impots sombre et décroche. A quand un comité de Salut Public pour prendre en main ce pays englué par le paléo-socialisme de nos dirigeants ?
a écrit le 02/12/2013 à 18:42 :
Avec le 25 décembre qui arrive, le chômage va reculer, quelques centaines d'emplois de père noel, et hop le tour est joué!.
a écrit le 02/12/2013 à 18:39 :
Un pays qui consomme plus qu'il ne produit est un pays en voie de paupérisation.
Je doute fort que ce soit avec l'UMPS que l'on retrouvera des couleurs en procurant du travail aux chômeurs dans les unités de productions manufacturières, (qui pour une grande part ont déjà fermé le rideau).
a écrit le 02/12/2013 à 17:40 :
Tout comme l'exception culturelle française mieux vaut une france de fonctionnaires chics qu'une france vulgairement manufacturière.
a écrit le 02/12/2013 à 16:02 :
Aucun progrès à attendre sans baisse drastique des charges patronales sur les salaires inférieurs à 1500€. Mais là il ne faut rien attendre des énarques qui veillent pour continuer à ruiner la France dans la dépense publique !
Réponse de le 02/12/2013 à 17:36 :
Petite question comme ça en passant : la pension de votre grand mère ou la chimio du tonton, vous les financez comment ? Ah mais bon sang mais c'est bien sûr : par de la dette supplémentaire !
Réponse de le 02/12/2013 à 18:17 :
Et pourquoi pas une exonérations partielle des charges pour les salaires compris entre 1600 et 4500euro ?pourquoi vouloir tirer les salaires vers le bas??
Réponse de le 18/12/2013 à 10:45 :
pour être compétitif
a écrit le 02/12/2013 à 16:00 :
En général il faut regarder la tendance, mais là, on peut pas fermer les yeux sur une chute aussi forte. On vient de trafiquer les chiffres du chômage par des créations de faux emplois, qui eux-mêmes vont peser sur la productivité générale (pas seulement manufacturière) française, je pense que le pire est à venir pour la France.
Réponse de le 02/12/2013 à 17:37 :
C'est marrant, Obama aux USA en est réduit aux mêmes extrémités : le taux de chômage diminue officiellement mais le taux d'activité de la population US s'effrite à moins de 63% (soit le plus bas taux depuis 81 ...)
a écrit le 02/12/2013 à 15:52 :
"pas de problème, je sens le frémissement , la courbe s'inverse , c'est Noel " confiance
a écrit le 02/12/2013 à 15:36 :
Plus on embauche et moins on produit ? Et oui, les fonctionnaires ou autres "emplois aidés" embauchés uniquement pour faire baisser le chiffre du chômage ne sont pas productifs.
a écrit le 02/12/2013 à 15:32 :
C'est pas les salaires mais les chaerges qu'il faut diminuer de 30 %
a écrit le 02/12/2013 à 14:34 :
Comment voulez-vous qu'il en soit autrement quand les machines et les moules partent en Asie chaque jour ?
Voilà le résultat de la délocalisation considérée comme technique de gestion de base dans les grandes et moyennes entreprises. Il faut dire que les taxes et les lois françaises aident bien ces entreprises à chercher des solutions... ailleurs ! Merci la République et le prétendu "modèle social" -que-tout-le-monde--nous-envie....
Réponse de le 02/12/2013 à 15:43 :
cela prouve simplement que la france est en train de rattraper son retard vis a vis de l'allemagne dans le secteur des machines outil et de l'alimentaire!les machines outil françaises sont maintenant en pointe,quant aux moules,celles de bretagne sont certainement parmi les meilleures au monde!la france reste un grand pays d'accueil pour les entreprises étrangères,ce qui contribue a la baisse actuelle du chomage.
Réponse de le 02/12/2013 à 15:57 :
Au fait, il fait beau sur mars ?
Réponse de le 02/12/2013 à 16:13 :
Très gentil au PS, mais.... !!! A mon sens quand Pascal parle de moules, il s' agit de moules utilisés en fonderie; voir moulage en coquille, au sable...
a écrit le 02/12/2013 à 14:24 :
Mais en France les socialistes ont fait mieux...! Même que F.Hollande a réussi a faire baisser en même temps ...le chômage et l'emploi ...!
a écrit le 02/12/2013 à 14:16 :
Comment voulez-vous que les entreprises produisent, vndent et exportent, hormis celles qui sont "soutenues" (entendez largement subventionnées de 1001 manières plus ou moins camouflées, avec l'argent cu con-tribuable) ? Non seulement les français manquent de compétences et sont unanimement reconnus pour être des fainéants notoirs, mais ils sont en outre surpayés. Pour relancer la machine "france", il est impératif de diminuer tous les salaires du public et du privé d'au moins 25, si pas 30 % (et effectuer la même diminution pour les retraites quuiplombent le budget). Incompétents et peu productifs, sur-payés, les français sont le principal handicap de la france.
Réponse de le 02/12/2013 à 15:37 :
à l'exception de ....vous !
Réponse de le 02/12/2013 à 15:51 :
Mais non, cher Loulou, je ne me sens nullement concerné ! Si, dans un passé assez proche, j'ai été contraint de travailler avec des français (en fait, j'ai même tenté de les faire bosser puisque j'étais chargé de les diriger - une nouvelle version de "Mission Impossible", donc), j'ai le double privilège de n'être ni franchiuillard, ni contraint de tenter de survivre dans cette réublique bananière qu'est la france. Par contre, d'expérience, je ne peux que confirmer mes propos sur les compétences très aléatoires et le courage pour le moins hypothétique des français. Depuis, je travaille indépendemment de toute société (surtout française), en investissant mon propre argent.Contraiement aux frabçais qui escroquent leur patron chaque fois qu'ls reçoivent leur salaire, je ne dois rien à personne, moi !
Réponse de le 02/12/2013 à 20:04 :
Pfiou, le nombre de mythos qui délirent derrière leurs écrans dans leurs HLM...
a écrit le 02/12/2013 à 14:15 :
A 2 pieds sur les freins ... Ca surprends quelqu'un de ralentir ?
a écrit le 02/12/2013 à 14:07 :
que par la contre-performance de la France. Les échos que je reçois d'outre-Rhin ne sont pas si enthousiastes, loin de là. Quant à l'Italie à 51.4, c'est pour le moins étonnant;
Réponse de le 02/12/2013 à 14:20 :
Le PMI reste une enquête, ce n'est pas non plus super fiable. Les chiffres Espagne et UK sont un peu trop étonnants.
Réponse de le 02/12/2013 à 14:36 :
Les Allemands sont toujours sceptiques, même si tout va très bien. Les Français sont toujours euphoriques, même s'ils s'enfoncent dans la m....
Réponse de le 02/12/2013 à 15:54 :
Tout va très bien chez les teutons ? Allez dire ça aux plus de 7 millions d'allemands qui tentent - plutôt mal que bien d'ailleurs - de survivre avec un salaire mensuel de moins de 400 euros pour un temps plein et qui, de fait, sont victimes du Service du Travail Obligatoire prôné par Hitler et maintenu, et même encouragé, par cette même Merkel qui, hier, faisait l'apologie de l'Allemagne de l'Est en étant l'un de se sprincipales propagandiste. A vous lire, l'esclavagisme serait une solution. Qu'on l'applique en france, alors !
a écrit le 02/12/2013 à 13:59 :
Normal,gestion socialo.
Réponse de le 02/12/2013 à 15:59 :
... et dramatique héritage sarkozien !
Réponse de le 02/12/2013 à 16:23 :
Normal Sarko etait un pure socialo.Il voulait meme taxer les francais etablis a l'etranger.
a écrit le 02/12/2013 à 13:55 :
Quand la France s'engrèce...
a écrit le 02/12/2013 à 13:55 :
c'est la spécifité culturelle française: réculer dans tous les domaines à part les
conneries de nos politiciens....
a écrit le 02/12/2013 à 13:33 :
Les vrais casseurs de nouvelles industries, vous les retrouvez dans les multiples pléthoriques structures parapubliques bourrées de fonctionnaires d'Etat, territoriaux régionnaux départementaux agglomérationnaux ...

tous ces fonctionnaires rampants dans les agences blas blas banquets, dans les faux centres de faux experts autoproclammés ..

qui cassent, détruisent, massacrent tous les projets industriels innovants créateurs d'emplois lorsque ces projets ne viennent pas des "copinages" ou ne sont pas co-sanguins ...

Ces massacreurs mis en place par les voyoucraties RPR UMP Nouveau centre des Chiraquies Sarkozies... et sont allègrement maintenus par la voyoucratie des socialistes Hollanderies
a écrit le 02/12/2013 à 13:24 :
La production baisse en France...et le chomage aussi. Ne nous prendrait on pas pour ce que nousne sommes pas? Hein Flamby?
a écrit le 02/12/2013 à 13:21 :
il va y avoir un dementi de l'elysee pour expliquer que ' c'est pas vrai' et ' c'est injuste'?
a écrit le 02/12/2013 à 13:21 :
Logique merci Mr Hollande.
Et cela va continuer.
a écrit le 02/12/2013 à 13:20 :
Les français attendent sans doute qu'on ne produise pratiquement plus rien…et seront obligés d'accepter des emplois à 50H/semaine payés au lance-pierre par les chinois…s'ils veulent encore investir en France !
a écrit le 02/12/2013 à 13:04 :
L'Espagne membre de l'UE et de la zone €uros avec son SMIC à 750 € pour 40h hebdomadaires et ou pour sauver un maximum d'emplois les Syndicats négocient des accords de réduction de salaires jusqu'à 18% pour sauver un minimum de centre de production ?
Les SEAT, RENAULT, PEUGEOT, NISSAN, FORD, GM se frottent les mains.
a écrit le 02/12/2013 à 12:52 :
Voilà le résultat de l'entreprise bashing à l'ouevre en France, accentué pr l'illisibilité de la politique actuelle.
Réponse de le 02/12/2013 à 14:31 :
Ah si ! La politique actuelle est parfaitement lisible : Faire passer le dogme en force au mépris du bon sens !
Réponse de le 02/12/2013 à 15:34 :
C'est le résultat de la politique actuelle tout court, qui se fait contre les force vives du pays à l'avantage de minorités.
a écrit le 02/12/2013 à 12:42 :
L'article oublie de mentionner que le PMI français est en hausse, il était de 47.8 le 21 novembre. Par ailleurs, la zone euro a progressé, à l'exception de l'Espagne dont le PMI est en baisse
Réponse de le 02/12/2013 à 13:00 :
Encore un optimiste dans ce pays, il faut dire qu'il y moins de 20% qui croit en cet incompétent de hollande.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :