Le déficit de la Slovénie a triplé en 2013 après la recapitalisation de ses banques

 |   |  262  mots
En 2013, la Slovénie a renfloué ses banques à hauteur de plus de 10% de son PIB.
En 2013, la Slovénie a renfloué ses banques à hauteur de plus de 10% de son PIB. (Crédits : © )
La Slovénie, plombée par la recapitalisation de son secteur bancaire largement détenu par l'Etat, a vu son déficit public grimper en flèche à 14,7% du PIB en 2013, a annoncé lundi l'Office des statistiques.

Du simple au triple. Le déficit public de la Slovénie a explosé pour atteindre 14,7% du PIB en 2013, contre 3,8% en 2012 selon l'office national de la statistique. La dette publique du pays, naguère élève modèle de la zone euro, est ainsi passée de d'un peu plus de 20% du PIB fin 2008, à 71,7% du PIB en 2013.

3,6 milliards d'euros injectés en 2013

A l'origine de cette envolée spectaculaire: la recapitalisation des banques du pays. La Slovénie a en effet dû injecter 3,63 milliards d'euros en 2013, soit 10,3% du PIB du petit pays alpin. Le pays issu de l'ex-Yougoslavie a ainsi réussi à renflouer ses trois plus grandes banques, minées par de mauvaises créances, s'épargnant ainsi un recours à un plan d'aide européen.

"Il s'agit d'une augmentation unique, espérons que la recapitalisation sera terminée cette année", a indiqué un responsable de l'institut, Andrej Flajs.

Un vaste programme d'austérité

Par ailleurs, le gouvernement de centre-gauche a en parallèle engagé un vaste programme d'austérité et un plan de privatisation des entreprises publiques pour réduire le déficit public.

Pour 2014, le gouvernement table sur un déficit public de 4,2%, et s'est engagé auprès de ses partenaires européens à faire passer ce chiffre en 2015 sous la limite des 3% fixée par le Traité de Maastricht.

Le gouvernement table en outre sur une croissance de 0,5% du PIB cette année. La Slovénie, entrée en récession en 2011, en est ressortie fin 2013. Mais l'économie du pays s'est contractée sur l'ensemble de l'année 2013 de 1,1%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2014 à 22:14 :
Donc si je comprends bien on renfloue en numéraire des banques (lesquelles ?) qui ont de mauvaises créances (lesquelles ?), et on explose la dette et le déficit publiques. C'est ensuite aux slovènes d'éponger ces dettes en ramenant le déficit de 12% à 3%... Si avec ça la Le Pen local n'est pas élue au premier tour! Le commissaire Barnier essaie de séparer les banques de dépôt et les banques d'affaires. Ça coince de partout ... Moscovici et les allemands en tête. Les pertes de 2008-2009 n'ayant pas été mises à leur bilan, beaucoup de banques n'ont pas envi de se découpler de la masse d'argent de leur déposant, pour aller chouiner auprès des différents gouvernements à la première avarie. Notre bon président en pense quelque chose ?
a écrit le 31/03/2014 à 20:41 :
Vite...FH + VALS vont régler cela avec l'argent des contribuables;
a écrit le 31/03/2014 à 20:03 :
Miam miam, gavage meme dans les petits pays, pas belle la vie ?!
a écrit le 31/03/2014 à 18:41 :
"La Slovénie, plombée par la recapitalisation de son secteur bancaire largement détenu par l'Etat..."

Et qui détient les bons du Trésors?
a écrit le 31/03/2014 à 17:45 :
Bonjour,

Incroyable non ?
On injecte de l'argent public pour sauver des établissement privés, et on impose une bonne cure d’austérité a la population puisque cela a créer un déficit dans le budget, population qui a pourtant payé le sauvetage de ces même établissement !

Est-ce cela que L'union européenne défend ? le socialisme pour les riches ? la privatisation des gains et la socialisation des pertes ?

Il est temps de changer cela.
a lire : http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/noel-2013-appauvrissement-et-145425

Cordialement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :