Le FMI demande à la BCE et l'Allemagne de faire des efforts, par crainte de la déflation

 |   |  461  mots
Lors de la réunion de la BCE la semaine dernière, son président, Mario Draghi, avait remercié le FMI pour ses généreux conseils de politique monétaire. (Photo : Reuters)
Lors de la réunion de la BCE la semaine dernière, son président, Mario Draghi, avait remercié le FMI pour ses "généreux" conseils de politique monétaire. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
L'institut exhorte la banque centrale européenne d'assouplir sa politique monétaire.

Le Fonds monétaire européen (FMI) a légèrement relevé mardi sa prévision de croissance pour la zone euro cette année, tout en mettant en garde contre le risque de stagnation de l'économie et de déflation. Il table désormais sur une croissance de 1,2% en 2014 pour la zone euro - au lieu de 1,0% en janvier - et sur une accélération à 1,5% l'an prochain.

Le spectre de la déflation

Si la zone euro a réussi à résoudre certaines difficultés héritées de la crise, des risques subsistent, pointe le FMI, qui juge que le niveau de l'inflation est le "plus préoccupant". L'institution financière a sonné l'alarme à maintes reprises et voit un"risque relativement élevé" de déflation en zone euro.

"L'inflation a progressivement ralenti depuis fin 2011. Elle est tombée sous 1% depuis fin 2013 et plusieurs économies confrontées à un chômage de masse doivent composer avec une inflation proche de zéro ou ont basculé en déflation", rappelle le FMI, pour qui l'évolution des prix ne devrait pas se rapprocher de +2% avant 2016.

La Grèce, l'Espagne ou le Portugal doivent déjà composer avec une baisse des prix qui risque de gripper leur économie.

>> Les prix ont baissé en Grèce pour la première fois depuis 45 ans

Les investissements pourraient alors être mis entre parenthèses avec des retombées sur les salaires et l'emploi, un cercle vicieux tout aussi inquiétant que l'inflation galopante.

La BCE doit assouplir sa politique monétique

Pour le FMI, la BCE doit assouplir davantage sa politique monétaire. "Le plus tôt sera le mieux", a déclaré à Washington le chef économiste du FMI, Olivier Blanchard, évoquant des taux d'intérêt négatifs ou un programme d'assouplissement monétaire. 

"Ce qui est fait pour améliorer la santé des banques, et les recapitaliser si nécessaire, est tout aussi important que ce que la BCE peut entreprendre sur le plan monétaire."

Ces déclarations risquent de mal passer à Francfort. Lors de la réunion de la BCE la semaine dernière, son président, Mario Draghi, avait ainsi remercié le FMI pour ses "généreux" conseils de politique monétaire. À cette occasion, la BCE s'était montrée "unanimement" prête à agir si la stabilité des prix venait à menacer la reprise en zone euro, tout en maintenant son principal taux directeur à 0,25%.

>> La BCE choisit l'arme verbale pour combattre l'inflation faible

Les États ont également leur rôle à jouer, juge le FMI, qui recommande un rééquilibrage de l'économie avec un coup de pouce des pays enregistrant des excédents "pour stimuler la demande intérieure". Un conseil qui vise directement l'Allemagne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/04/2014 à 18:10 :
Le FN trouve que le FMI dit beaucoup trop de conneries.
Réponse de le 23/04/2014 à 14:54 :
Le FN est une sacré connerie.
a écrit le 09/04/2014 à 12:37 :
Quel interet d'etre sans dette si on ne produit rien ou mal ? Et si tout cela n'était qu'un problème volontairement mal posé, destiné a occuper le bon peuple pendant que les castes dirigeantes continuer a pomper toujours plus les ressources du peuple ?
Et si la vraie question etait de produire mieux et plus, pour un cout plus raisonnable ?
A condition que la création monétaire ne soit pas cet odieux privilège donné par Giscard et pompidou aux banques, mais une création monétaire répartie et décidée démocratiquement...mais je reve, c'est impossible. Allez, je retourne remplir les trous que mon voisin creuse, sous la surveillance somnolente du gros oligarche qui nous dirige. Ciao!
a écrit le 09/04/2014 à 12:37 :
bravo! feu vert pour la création monétaire! Grace a ce bel argent, les états et les banques pourront financer des trous et des bosses sur les routes, et avec un partie de l'argent les petits fours et les chateaux des oligarches. C'est évident, ce sera la reprise et nous pourrons tous profiter de cette manne de production nouvelle. En mettant plus de temps a circuler, ou en admirant les chateaux refait a neufs a la télé. Comment cela, ca n'améliore mas notre santé, notre pouvoir d'achat, notre confort ? mais on s'en fout de tout cela! le oligarches se porteront mieux, eux, c'est le principal, non ?
Autre possibilité, pas de création monétaire, pas de chateaux embellis ni de petits fours fours supplémentaires a l'Elysée, pas de nouveaux trous sur les routes ou machines electromagnétiques sur leurs bords. Finalement, c'est pas plus mal, choisissez vous meme, maitres, nous obéirons.
Mais peut-etre que tout cela n'est que de l'enfumage? Argent en plus ou s'il est mal utilisé, quelle différence ? Quelle importance d'etre endetté si la production s'accoit ? Quel interet d'etre sans dette si on ne produit rien ou mal ? Et si tout cela n'était qu'un problème volontairement mal posé, destiné a occuper le bon peuple pendant que les castes dirigeantes continuer a pomper toujours plus les ressources du peuple ?
Et si la vraie question etait de produire mieux et plus, pour un cout plus raisonnable ?
A condition que la création monétaire ne soit pas cet odieux privilège donné par Giscard et pompidou aux banques, mais une création monétaire répartie et décidée démocratiquement...mais je reve, c'est impossible. Allez, je retourne remplir les trous que mon voisin creuse, sous la surveillance somnolente du gros oligarche qui nous dirige. Ciao!
a écrit le 09/04/2014 à 11:42 :
pour une fois que le FMI a une bonne idée et dit une chose qui va dans le bon sens
Réponse de le 09/04/2014 à 11:55 :
en attendant (très peu d'ailleurs) qu'il dise dès cet am le contraire.
a écrit le 09/04/2014 à 11:32 :
On dit que le jeu est l'âme de la mécanique. Il en est de même pour l'inflation et l'économie. Un peu de jeu mais pas trop. Sans jeu la mécanique grippe instantanément.
a écrit le 09/04/2014 à 11:17 :
Ahurissant le FMI donne des conseils à la BCE comme si le FMI avait une capacité d'analyse superieure à la BCE .C'est un peu comme si le FMI disait à la BCE ,vous n'y connaissez rien en économie vous devez écouter nos conseils...... A au fait c'est pas l'europe qui est le premier contributeur au budget du FMI ?
Réponse de le 23/04/2014 à 15:01 :
La BCE, c'est l'héritière de la Bundesbank, de l'Allemagne. Son aversion à l'inflation est légendaire, l'hyperinflation des années 1920 faisant encore frémir les économistes allemands. Le problème c'est que l'Allemagne est le seul pays ayant les capacités de maintenir sa croissance, sa compétitivité et ses exportations avec si peu d'inflation. Mais comme je vous l'ai dit plus haut, La Bundesbank - euh, la BCE pardon - reste bien concentrée sur la stabilité des prix, et oublies toute politique de relance. La BCE a, depuis sa création, toujours combattu l'inflation. Aujourd'hui on peut voir qu'elle a gagné son combat, mais le problème de l'économie européenne n'est plus l'inflation désormais, et réside plutôt dans la compétitivité, la monnaie (trop forte), et autres... Donc le FMI a bien fait d'intervenir, pour que la BCE se rende compte des vrais problèmes économiques de l'Union Européenne.
a écrit le 09/04/2014 à 10:59 :
Le FMI la machine peuplée d'incapables et d'incompétents qui se dédit et se contredit 4 fois par jour, ferait mieux de dire que l'euro n'est adapté, et qu'il faut tout mettre par terre. Mais le FMI ferait bien de dire les ravages de la politique monétaire US qui elle aussi fout sa m...partout dans le monde et à une grand e part de responsabilité tout ça pour satisfaire à l'appétit insatiable du capitalisme financier spéculateur prédateur et destructeur de la Planète...et j'ajouterai abrutisseur d'humains.
Réponse de le 15/04/2014 à 20:26 :
BIEN PARLE CAMARADE? QUI A ELUE LE FMI ??? LES BANQUIERS ???
a écrit le 09/04/2014 à 10:47 :
enfin le FMI sort de sa torpeur pour dire aux allemands et la BCE la vérité qui risque de tuer l'Europe encore une fois , la bêtise de l'orthodoxie fixée sur les dettes et rien que les dettes et la virgule qui va avec dans des traités signés dans des périodes fort différentes rendent impossible ce traitement de choc sauf a voir les populations faire la greve des caddies et donc de pénaliser l'emploi et des taxes , on y arrive et quand la déflation sera là il sera difficile de faire revenir les consommateurs vers le système , l'Europe seule zone du monde complètement malade ..
a écrit le 09/04/2014 à 10:42 :
"Le Fonds monétaire européen (FMI)..." ???
Il commence bien cet article!!
a écrit le 09/04/2014 à 10:09 :
l'Allemagne est en train de couler l'Europe. COULONS DIGNEMENT EN FAISANT LES REFORMES DE BAISSE DE SALAIRE ET DE SUPRESSION DE LA SECURITE SOCIALE comme demander par les allemands!!!!!!!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :