L'activité manufacturière en baisse au mois de mai

 |   |  201  mots
L'indice global du secteur manufacturier est ainsi retombé à 49,6, contre 51,2 en avril, la barre des 50 séparant croissance et contraction de l'activité. (Photo : Reuters)
L'indice global du secteur manufacturier est ainsi retombé à 49,6, contre 51,2 en avril, la barre des 50 séparant croissance et contraction de l'activité. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
La croissance enregistrée en mars et avril n'a pas tenu jusqu'en mai. Les entreprises font part pour la première depuis trois mois d'une baisse du volume des commandes reçues.

La croissance manufacturière ralentit en zone euro et se contracte en France. Après avoir enregistré en mars et avril sa première croissance depuis la mi-2011, l'activité dans ce secteur est en baisse au mois de mai, selon les résultats définitifs de l'enquête mensuelle auprès des directeurs d'achat publiés lundi par Markit.

Baisse du volume des commandes 

L'indice global du secteur manufacturier est ainsi retombé à 49,6, contre 51,2 en avril, la barre des 50 séparant croissance et contraction de l'activité. Il avait été annoncé à 49,3 en première estimation.

Les entreprises interrogées par Markit signalent une baisse du volume des commandes reçues pour la première fois en mai depuis trois mois du fait notamment de la faiblesse des budgets de leurs clients.

L'Allemagne continue sa croissance mais à rythme moindre

Le secteur manufacturier allemand a connu quant à lui son rythme de croissance le plus faible des sept derniers mois, nouveau signe que la croissance de la première économie en Europe devrait ralentir au deuxième trimestre. 

L'indice PMI du secteur manufacturier allemand, qui représente environ un cinquième de l'économie, a baissé à 52,3 en mai, contre 54,1 en avril, tout en restant au-dessus des 50. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/06/2014 à 15:09 :
achetez français pour sauver la France !!!
a écrit le 02/06/2014 à 12:45 :
On nous publie LA FRANCE, LE BOULET de l'Europe... on plombe la croissance. On nous sort une baisse de la production française quand tous nos voisins sans exception sont en croissance... Les Allemands sont à l'équilibre, on va sur 4 points de déficit... ce qui pose la question des impôts et du gel des dépenses sociales. Le chômage continue d'augmenter. On a aux Européennes une forme de rejet des institutions avec 6 abstentionnistes sur 10 et de forts scores chez les eurosceptiques, comme un nationaliste en Belgique. En Grèce, pays qui compte 60% de jeunes au chômage, le Pasok est aux oubliettes et se fait mittrailler la façade... En Espagne, les Indignés entrent au Parlement. On parle d'un CARTON rouge pour l'économie française, tu parles d'un carton, on fauche les foyers français! La France serait un péril pour la survie de l'Europe, sa compétitivité et ses financ000es se dégradent, comme les banques sont dégradées, on continue de perdre des parts de marché et les CCI se disent en rupture. On oublie les dettes non déclarées... le faible niveau d'attractivité selon la banque mondiale et des IDH... on fait dans le PietMin... piètre médiocrité. On fait des promotions canapés, des thèses à 4/20 et des diplômés exclus, 50%... on est des bons! On la joue à la française, la PEDOKECONOMIE?
a écrit le 02/06/2014 à 12:14 :
Quel surprise ce n'est pas ce que le gouvernement voulait avec le matraquage fiscal?
a écrit le 02/06/2014 à 11:40 :
merci l'euro fort ! et ce n'est que le début !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :