Grèce : l'Eurogroupe "ne discute pas d'un troisième plan d'aide"

 |   |  200  mots
Dans la matinée de lundi, le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, a enjoint la Grèce à s'atteler rapidement à ses réformes.
Dans la matinée de lundi, le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, a enjoint la Grèce à s'atteler rapidement à ses réformes. (Crédits : © Alkis Konstantinidis / Reuter)
D'après le ministre espagnol de l'Économie, Luis de Guindos, ce nouveau plan accorderait des conditions plus souples à la Grèce. Athènes a obtenu la semaine passée une prolongation de quatre mois du deuxième plan d'aide en cours.

| Article publié à 16h36, mis à jour à 18h08.

Aucune discussion n'est en cours. Simone Boitelle, le porte-parole du président de l'Europe Jeroen Dijsselbloem, a démenti lundi 2 mars les affirmations du ministre espagnol de l'Économie, Luis de Guindos. Ce dernier avait déclaré plus tôt dans la journée qu'un troisième plan d'aide pour la Grèce était en cours de discussion avec les pays de la zone euro, d'un montant compris entre 30 et 50 milliards d'euros.

Ce nouveau plan accorderait des conditions plus souples à la Grèce, a ajouté Luis de Guindos lors d'un déplacement à Pampelune, dans le nord de l'Espagne.

Le deuxième plan d'aide prolongé de quatre mois

Le gouvernement grec anti-austérité d'Alexis Tsipras a obtenu la semaine dernière le feu vert de la zone euro à une prolongation de quatre mois du plan d'aide en cours, le deuxième dont bénéficie Athènes depuis 2010.

Dans la matinée de lundi, le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, a enjoint la Grèce à s'atteler rapidement à ses réformes, faisant miroiter un possible premier versement de fonds par ses partenaires dès le courant du mois de mars en cas de "progrès".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/03/2015 à 14:18 :
4 mois .... pour préparer le divorce. C est clair !
a écrit le 03/03/2015 à 9:09 :
Pour faire marché la concurrence au niveau des aides, la Grèce peut très bien voir ailleurs, tout en ayant un semblant de souveraineté en choisissant les contreparties!
a écrit le 03/03/2015 à 4:49 :
Cela devient comique !
a écrit le 02/03/2015 à 17:21 :
Tout droit, convention ou autre instrument ne vaut que ce qui peut être renforcé par des sanctions. Des "conditions souples" sont la meilleure garantie que des sanctions deviennent inpracticables, une invitation à la Grèce de ne pas se soucier de trop de remplir ces conditions.
a écrit le 02/03/2015 à 17:18 :
en donneurs de conseils la France a bien obtenue un délai supplémentaire de 2 ans alors !!! pourquoi pas !
Réponse de le 02/03/2015 à 17:42 :
Plutôt 6 ans
Sarko aussi avait repoussé à demain
Réponse de le 03/03/2015 à 3:34 :
Normal, sarko; hollande c'est le même parti: l'un s'occupe de la première partie du nom, l'autre de la fin.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :