Parti socialiste : le conflit de trop ?

 |   |  487  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le Parti socialiste se remettra-t-il de cette énième querelle interne ? Le bras de fer entre la première secrétaire Martine Aubry et le député de l'Essone Manuel Valls la semaine passée s'est ajouté aux difficultés de cette première à rassembler la gauche au-delà au PS. Pour le philosophe Bernard-Henri Lévy, le PS est "mort. Personne, ou presque, n'ose le dire. Mais tout le monde, ou presque, le sait".

Alors que l'échec cuisant des listes socialistes aux élections européennes, où la formation n'a pas franchi la barre symbolique des 20% de votes, est encore dans les esprits, le parti socialiste français traverse une énière tempête interne, largement concentrée sur sa première secrétaire, Martine Aubry.

A l'origine des difficultés de la maire de Lille - élue à la tête du PS avec 102 voix d'avance seulement face à Ségolène Royal en novembre - , son bras de fer avec le député Manuel Valls, à qui elle a publiquement demandé de cesser ses critiques ou de quitter le parti, et les fins de non-recevoir des partis de gauche à sa proposition de bâtir ensemble une "maison commune".

"Le PS va mourir? Non. Il est mort. Personne, ou presque, n'ose le dire. Mais tout le monde, ou presque, le sait", a affirmé dimanche 19 juillet le philosophe Bernard-Henri Lévy dans le "Journal du dimanche". Martine Aubry est "sûrement quelqu'un de très bien", mais "elle est dans le rôle de gardien de la maison morte et elle n'y peut rien", a-t-il également affirmé. Pour le philosophe, "le PS est dans la situation du PCF de la fin des années 1970, quand la désintégration s'amorçait et qu'on tentait de la conjurer par des formules incantatoires sur - déjà - la 'refondation', la 'rénovation'".

Pour Bernard-Henri Lévy, Mamuel Valls "a raison: il faut, de toute urgence, changer le nom" du PS. Il "fait partie, comme [Ségolène] Royal, comme [Dominique] Strauss-Kahn, comme d'autres, de ceux qui peuvent être à l'origine du big bang et reconstruire sur les ruines". "J'ai rarement vu des politiques mettre autant d'énergie à s'autodétruire. Si ça ne concernait qu'eux, ce ne serait pas trop grave. Mais il s'agit de l'alternative à Nicolas Sarkozy, de l'espérance des gens".

"Gâchis de talents, d'idées"

"Oui, il y a du gâchis de talents, du gâchis d'idées, du gâchis de personnalités valables. Et ces personnalités valables doivent comprendre qu'elles n'ont aucun débouché seules", a déclaré Bertrand Delanoë, lundi 20 juillet sur RTL. Le maire de Paris a soutenu la première secrétaire, faisant valoir que le PS a "besoin de cohésion, d'autorité, il y a besoin d'ordre".

Le député Julien Dray a en revanche attaqué frontalement la première secrétaire en dénonçant le week-end dernier sur son blog "l'impuissance, l'amateurisme et surtout une étonnante incapacité" de Martine Aubry "à entendre ce qui se passe et dans son parti et dans la société".

"Saurons-nous un jour montrer nos qualités individuelles par rapport à la pertinence d'un projet collectif?", s'est interrogé lundi le maire de Paris, pour qui le mot "socialiste" n'est "pas daté" mais nécessite "un concept renouvelé". "Le combat pour la liberté est toujours un combat pertinent", a-t-il déclaré.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
trop c'est trop il en a marre de ces lutes intestines, il que le parti se renove sinon il vas droit dans le mur et peut-être une disparition du ps.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Que Martine "BROCHEN" ex Aubry.....laisse la place aux jeunes qui ont des idées neuves.... ça suffit les mêmes "ragoûts" a la sauce de vieux.....vive un nouveau parti, le PS est MORT!!!! vive le PSN....
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Moi, j'ai compris que ces pseudo socialistes étaient des traitres quand ils ont voté oui à la constitution Européenne. c'est ce jour là que j'ai compris que je n'avais plus rien à voir avec ces socialistes "en peau de lapin".
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
AFFLIGEANT de bétise ce PS , madame Royal à l'aide !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :


La nouvelle génération du PS ne parvient pas à apporter une réponse rapide à une question essentielle : comment représenter la relève conquérante ?

Chaque nouvelle "pousse" ne parvient pas à faire identifier sa valeur ajoutée.

Tous les jeunes quadras semblent se préoccuper de la gestion du passé, de la dénonciation des erreurs. Par ce "lien", ils sont immédiatement contaminés par leurs aînés et ne plus échapper aux réflexes que l'opinion tolère de moins en moins bien.

Par cette identification, ils deviennent vieux avant même d'avoir existé.

Or l'opinion attend du neuf.

Elle attend du "hors norme".

Elle attend du " hors hiérarchie ".

Dès son lancement, cette génération ne respecte pas les attentes de l'opinion.

Elle ne donne pas du "hors norme" puisqu'elle participe aux débats habituels.

Elle ne donne pas du " hors hiérarchie " puisque cette génération contribue directement à la composition ou à la détestation des majorités internes.

Par ces pratiques, cette génération s'écarte des attitudes innovantes attendues et elle donne le sentiment de refuser d'être unique. Elle se fond dans un moule socialiste qu'elle dénonce mais ne casse pas.

Cette nouvelle génération dénonce les faillites assurées d'un système sans prendre des actes concrets pour changer ce déterminisme ; ce qui conduit à une forme de désarroi généralisé devant l'absurde.

Qu'est ce que l'absurde : ce à quoi il ne peut être donné de sens.

C'est être prisonnier de phénomène sans fondement ni finalité.

Cette jeune génération vit des poussées de révolte contre l'absurde avec des tentatives de réaffirmations ponctuelles de certains sujets. Mais dans cette quête du sens, aucun d'entre eux n'offre de solution pratique par l'affirmation d'une réelle liberté, par l'affirmation d'une nouvelle éthique au sein du PS ?

S'il y a crise, elle naît dans ce constat de blocage car aucun autre destin ne se dégage.

Le destin est l'accomplissement de l'être personnel comme de l'être social lié aux autres. Personne ne dégage cette transcendance qui conditionne probablement la résurrection du PS actuellement.

La seule personnalité dotée àce jour d'un positionnement moins fragile que les autres en la matière demeure Ségolène Royal.

Ségolène Royal a progressivement construit "son destin", sa valeur ajoutée originale. Elle paraît en situation de reconstruire une transcendance collective.

C'est ce type de positionnement qui est incontournable. Il fut avant-hier le défi de Blair en GB et hier celui de Barack Obama de 2006 à 2008.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
delanoe trouve "il y a du gachis d'idées"? c'est un gag? La seule idée pour les socialistes c'est d'avoir élevé la critique "anti tout" surtout d'une personne, en un système. Les Français cela les a amusés un moment mais maintenant ils ont réagi dans les bulletins de vote(voir élection après élection).
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bertrand Delanoë a tout faux. Le PS n'a pas besoin d'ordre. il a un besoin urgent de DESORDRE, d'un désordre radical, qui produise une rupture définitive avec les racines marxisantes (staliniennes) d'un autre temps.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
plus c'est la même chose: personne n'est d'accord sur rien!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il faut vous faire une raison, socialistes du temps des camarades, les jeunes
loups vont conduire les "vieux du parti" au cimetière des éléphants et faire du socialisme ce que les sarkozistes ont fait du gaullisme, un bref éloge et un enterrement de 3ème classe au terrain commun.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Quand je pese que cette équipe voulait gouverner le france, je crois qu'on l'a échappé belle
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La faute à qui ? certainement à Aubry qui s'est entouré des élephants deliquescents dont personne ne voulait, certainement également à cause de ces prétentieux Hamon et Montebourg, et aussi grâce aux royalistes qui voulaient tout casser au Congrés de Reims mais qui par la suite n'ont pas eu le courage et l'envie de créer un autre parti, ayant trop soif de pouvoir de notoriété et d'argent. Le PS c'est fini, c'est la Berezina.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
L'avis de BHL n'a vraiment aucune importance...Que vient faire ce bourgeois friqué et très 'café Flore' dans une discussion sur le PS? Il est grotesque et n'a rien à voir avec ce milieu (pas plus que la plupart de ses dirigeants - Fabius en tête -)
Je ne suis pas socialiste mais j'aurais honte que de tels personnages s'expriment en mon nom!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Si ce "parti", qui n'en n'est plus un, devait changer de nom, on pourrait peut-être le nommer "Parti Dissout".
C'est Jacques Delors qui doit être content du travail de sape de sa fifille!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le PS meurt dans son lit : le socialisme a fait son temps. Il a sans aucun doute été le terreau d'une nouvelle conscience "collective mondiale", dont les concepts de "developement durable", "d'écologie sociale et économique" commencent à émerger en trouvant des échos signficatifs... D'ici quelques années, la droite traversera la même crise et disparaitra à son tour... les clivages vont s'estomper devant les problèmes abyssaux générés par la destruction lente et méthodiques de notre milieu naturel. L'appauvrissement des uns par le pillage des ressources communes.par les autres risque de produire une poudriere sur laquelle on risque de tous sauter.
Le développement durable est cette "troisième voie" dont nous avons besoin, entre capitalisme et socialisme... qui réconcilie l'homme avec sa planète et les hommes entre eux... La Justice, autrefois uniquement issue de la culture judéo chretienne pourra se trouver un fondement solide et universel.
Alors oui le PS doit changer de nom... Et pour finir, un philosophe qui ne fait que des commentaires sur des commentaires, sans proposer de décryptage de vue, n'est pas un philosophe.... au mieux un journaliste... au pire un pipole...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
C'est scandaleux
Le PS est la seule alternance crédible à gauche, le processus de purge qui est en cours au PS doit continuer pour évacuer tous les bourgeois qui voulaient le transformer en parti de centre-gauche, l'orientation résolument à gauche va restructurer le parti sur des bases saines..il était temps..
Le PS est mort, ai-je lu ! est ce qu'on va me faire croire que la lutte de classe est obsolète ? c'est n'importe quoi !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Quand le seul vrai projet est de maintenir les acquis des salariés protégés et tant bien que mal de faire croire aux autres que l'on est pour "l'égalité sociale" à coups de redistribution et d'emprunts sur les génération futures, on comprend qu'il soit difficile de s'en sortir !! Que ce soit Martine Aubry ou une/un autre risque de n'y rien changer.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je me demande quel "combat pour la liberté" évoque monsieur Delanoë, son parti étant composé à 75% de fonctionnaires corporatistes, conservateurs de leur intérêts propres et non celui de l'intérêt général, parmi d'autres néo-marxistes voulant tout privatiser/interdire/controller pour leur nomenklatura, cela prête à rire.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ce n'est pas d'un changement de nom dont le PS a besoin, mais bien d'une dissolution, à l'instar de ce qui s'était passé avec l'UMP : dissolution du parti mourant et réadhésion des militants à un nouveau parti, basé soit sur une personalité suffisament porteuse d'enthousiasme (mais existe-t'elle actuellement au PS ?), soit autour d'un programme mobilisateur. Faute de quoi, le PS moribond continuera sa longue agonie et l'UMP aura le champ libre pour de nombreuses années.
Un simple chjangement de nom ne serait que du maquillage inutile et improductif.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
marre des socialistes caviars defenseurs des plus favorises aucune difference avec la droite sauf de defendre les privileges D UNE AUTRE EPOQUE.. SOCIALISTE..... egal EGOISTE
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Monsieur Delanoé a encore raté une occasion de ne pas dire de bêtise. En voulant associer le mot liberté au socialisme il a oublié l'histoire du socialisme qui a plus foulé au pied de libertés que n'importe quelle idéologie au monde. Le si justement détesté parti nazi était un parti national socialiste, le parti communiste d'URSS s'est longtemps réclamé des mêmes valeurs et des mêmes hommes que les socilalistes français bon teints , cela fait désordre. Les amours encore récents du PS avec des révolutionnaires trotskistes tiennent du même faux nez, ou de la même forfaiture démocratique. Les hiérarques du PS à force de faire des grands écarts sémantiques pour pouvoir racler les voix de tous les cotés, se réveillent aujourd'hui englués dans un magma dogmatique au relents douteux, doublé d'un positionnement opportuniste. Ce parti est le plus mal placé pour parler de liberté, comme il est totalement non crédible sur le plan économique, même s'il compte en son sein des gens qui pourraient l'être. Tous ces braves gens oublient que le siècle a tourné, qu'internet est là pour rappeler à chaque élection les volte-face, les mensonges, les amours combinatoires et les trahisons. Le Ps en est resté à la France des radio-crochets, des déclamations, des grandes meses, et des lendemains qui chantent, sans se rendre compte qu'aujourd'hui le monde demande de travailler sa copie, de l'approfondir, de délivrer un produit de qualité qui certes doit posséder sa part de rêve, mais surtout apporter des solutions pragmatiques, novatrices, progressites, et valorisantes. Une galaxie à traverser pour le PS, qui vu son état, n'a que d'infimes chances d'y arriver. "Même les civilisations sont mortelles" a dit Hegel. Bien, alors : De profondis.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Oui bcp de choses sont normalement mortes mais on continue à faire comme: la finance, la cupidité des financiers, les conseillers esperts. Les déficits sont là, les chomeurs aussi
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Comme Claude Guéant, je pense que le PS n'est pas en si mauvaise santé avec pratiquement toutes les Régions présidées par un socialiste et toutes les villes qui ont des maires socialistes dont lParis, Lyon, Toulouse, Lille, Nantes, Poitiers, Montpellier, Pau, Laval etc.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pauvre France tes enfants se bouffent entr'eux Diviser les pauvres pour enrichir les riches.A soixante dix sept ans je suis outré.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
On entend presque que les chefs anti-Aubry : Si ce ne sont que des Ségolénistes qui guerroient alors cette attaque en règle profitera à qui ?
Réponse : A Nicolas.............bien sur (il en profite déjà puisque tous les journaux développent tous les jours !!)
Et Bernard-Henri Lévy, c'est qui celui-là ? A bon, un Philosophe.........Et c'est quoi sa philo ??? A bon, remuer la...le ..caca !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pour un bon fonctionnement de la démocratie il faut en finir avec les parties de gauche ( PS PC et autres partis marxistes.. ) Ils sont avec leur copains des syndicats français les principaux responsables de la situation pourrie de ce pays depuis la libération... Depuis peu on peut ajouter le Modem et une large fraction des élus UMP ( bref tous ces sociaux démocrates qui vivent une sorte de collectivisme au quotidien) Finalement, c'est un renouvellement urgent et une recomposition du paysage électoral indispensable qui doi se faire sur des valeurs uniquement constructives et pas seulement sur des oppositions Cette République française est trop malade de ses clivages stériles et artificiels pour poursuivre ainsi sans finir inévitablement par un désastre !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le conflit interne au PS est la résultante directe de l'ensemble des courants politiques très différents en son sein. Ce rassemblement est aujourd'hui un héritage du passé et ne correspond plus à un parti politique qui, par définition, a une ligne politique claire et partagée. Il faut donc désintégrer pour rebatir autant de "vrais" partis.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
on ne peut que constater les effets néfastes d'une politiue basée sur la critique des autres et AUCUN PROJET !!!!!!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La déculottée FINALE c'est pour la rentrée HA HA HA !!!!!!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
les deputes socialiste n'ont plus raisons d'etre a l'assemblée nationale
a la rentrée il serait souhaitable que le president organise une elections legislative pour permettre la disparition du parti sociale
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le PS est dans un état calamiteux et n'a pas su s'adapter au XXIè siècle et à ses transformations. Ce parti organisé en courants plus ou moins imprégnés de Marxisme n'a pas encore compris l'effet de la ligne politique Gorbatchev Eltsine qui dissout l'URSS et donc les Républiques Socialistes et leur hideuse édification Socialiste. En aurait-on terminé avec le visionnaire de la Dictature militariste du prolétariat et de l'esclavage des multiples camps de concentration ?
Les courants politiques du PS sont plus ou moins imprégnés de ce Marxisme .qui en déclinant ronge l'efficacité et la cohérence de l'ensemble. L'évènement traumatisant pour l'ensemble des Partis Socialistes d'Europe fut le rejet de la Constitution Européenne par Fabius qui se moquant ouvertement de la synthèse détruisit l'élan fondateur.
L'indiscipline et l'effondrement du socle idéologique désagrègent le PS .Ce parti perd tout crédit aux yeux des populations et des militants eux-mêmes et son avenir semble très compromis .
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
oh ciel martine a besoin d aide envoye bertrand de lananoe la secourir sinon elle va se noyer et on sera triste
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
le ps est mort c est genial.Il faut enteriner ce fait en declarant l ump parti unique.Car notre bien aime et genial president n a pas besoin d opposition.Il construit la France de demain.Il est notre guide notre dieu et le sang de notre ame.Vive sarkosy et vive la Hongrie
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il parrait que la lune va s ecraser sur la terre je l ai entendu au journal de tf1 mais quand faut il faire ses valises
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Sarkofan je suis pas socialiste mais du FN ,
"ton dieu "celui qui devais nettoyer les ZUP au karcher ,creer des emplois,
et bien ton gourou c'est un petit papillon blingbling, il butine les fleurs (notamment les chanteuses ) mais il ne
ramene pas de miel au peuple....... comme les socialistes
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le parti socialiste est redevenu ce qu'il était sous la 4e République: un parti de personnages bon chic bon genre, animés des meilleurs volontés du monde....pour eux mêmes d'abord et avant tout et -ce qui est plus remarquable encore- incapables de présenter une démarche politique crédible.
Mais le veulent-ils d'ailleurs ?
leurs principaux soucis donc objectifs sont de conserver par tous les moyens ce qu'ils président (villes et régions) sources de privilèges.
face à un tel shéma, pourquoi les plaindre ?
La période politique ouverte en 2007, et qui rebat peu à peu les cartes d'un jeu depuis longtemps tronqué, pourrait bien durer longtemps.
et puis..et puis...il faudra toujours payer des impôts !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :