Infogrames se redresse grâce aux bénéfices de sa filiale américaine Atari

 |   |  371  mots
L'éditeur de jeux vidéo a clôturé en hausse de 13% à 53 centimes d'euros après la publication des résultats trimestriels de sa filiale américaine Atari, qui a renoué avec les bénéfices. Le groupe doit présenter son plan de sauvetage lors d'une AGE mercredi.

En recul de 60% depuis le début de l'année, l'action Atari s'est légèrement redressée aujourd'hui après la publication des résultats du deuxième trimestre de l'exercice 2006/2007 de sa filiale américaine Atari Inc, qui a renoué avec les bénéfices. Le titre a gagné 13% à 53 centimes à la Bourse de Paris, portant sa progression sur cinq jours à 32%.

Atari a affiché un bénéfice net trimestriel de 0,3 million de dollars, contre une perte nette de 25,2 millions de dollars sur la même période de l'exercice précédent. Le chiffre d'affaires est ressorti à 28,6 millions de dollars, contre 38,4 millions de dollars, un an plus tôt. A la veille du week-end, l'annonce de résultats bénéficiaires d'Atari avait déjà commencé à faire grimper le titre.

Mercredi prochain, Infogrames doit annoncer son chiffre d'affaires pour la même période ainsi qu'un nouveau plan de sauvetage du groupe dans le cadre d'une assemblée générale extraordinaire (AGE). "Le capital du groupe est énormément éclaté, avec plus de 100.000 actionnaires individuels et certains veulent peut-être rassembler des blocs de titres" pour mieux faire entendre leur voix, que ce soit en faveur ou en défaveur du plan, indique un analyste du secteur interrogé par l'AFP (Agence France Presse), rappelant que le quorum requis pour que le vote des actionnaires soit validé est de 20% du capital. Fondamentale pour l'avenir d'Infogrames, cette assemblée avait déjà été reportée, car le quorum de 20% du capital nécessaire à sa tenue, n'avait pas été atteint le 12 octobre.

Selon cet analyste, le plan de sauvegarde, s'il est adopté, conduira à une "dilution massive" des actionnaires au profit des créanciers, du fait d'une très importante augmentation de capital et de la conversion de certaines dettes en action. Quant aux résultats d'Atari, il soulignait leur grande fragilité: "Atari a réussi à revenir aux bénéfices grâce à une cession au Royaume-Uni et à une chute des investissements en recherche et développement", indiquait-il.
Mais après avoir cédé la plupart de ses studios et taillé dans ses coûts de développement, le groupe risque de ne pouvoir sortir aucun grand jeu l'an prochain, prévient-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :