Une révolution silencieuse dans la recherche française

 |   |  1172  mots
(Crédits : DR)
Le plan Investissements d'avenir, conçu notamment par Michel Rocard, a donné lieu à une véritable révolution dans le monde de la recherche: des rapprochements entre universités permettant enfin l'émergence de pôles de taille mondiale

Il y a quelques semaines, Michel Rocard, entouré de quelques amis, fêtait ses 84 ans. Cet octogénaire, qui n'a pas peur du changement, venait d'emménager dans une charmante maison de village de l'ouest parisien, au toit de chaume, équipée d'une piscine intérieure, à proximité d'un grand bois. Le même vient de m'adresser une brochure « Comment la France se réconcilie avec l'excellence » (Librio/3 euros).  Pas de dédicace mais un feuillet de l'éditeur précisant que l'auteur est en Sibérie. Pourvu que Poutine nous le rende intact.
La brochure traite du « programme d'investissements d'avenir » appelé souvent « le grand emprunt » qu'il a piloté avec un autre ancien Premier Ministre, Alain Juppé. Louis Gallois, qui fut commissaire général à l'investissement de juin 2012 à avril 2014 introduit le premier rapport annuel et rappelle l'objectif : élever le niveau de croissance potentielle au moyen d'investissements d'excellence dépassant les frontières entre disciplines et institutions.

Réveiller la recherche et l'enseignement supérieur

La brochure s'ouvre par un long discours prononcé par Michel Rocard à Shanghai en novembre 2013. Une fresque, étonnante de fraîcheur et de franchise, décrivant la création, la transmission et la diffusion du savoir en France, de nos Rois à la cinquième République. Nos défauts sont énoncés sans complaisance : universités trop petites sans patrimoine ni ressources propres, traitement égalitaire par l'Etat, obligation d'accueillir tous les sortants de l'enseignement secondaire, échec élevé en fin de première année.
Les conditions du recours au « grand emprunt » sont analysées avec un luxe de détails, qui ont pu lasser des Chinois, même lettrés. La liberté de manœuvre laissée aux deux coprésidents est soulignée. Une seule consigne a été donnée par le Président de la République : « réveillez et dynamisez la recherche et l'enseignement supérieur en France...je veux des résultats ».

L'émergence d'institutions de taille mondiale

Ce sont les deux copilotes qui fixeront les règles. Les investigations ne porteront que sur les dossiers en attente, soit bloqués faute de ressources, soit arrêtés avant la fabrication de prototypes ou le passage au stade industriel. Seront aidés les seuls projets innovants ayant réuni tous les forces nécessaires. La sélection de projets excellents sera confiée à des jurys internationaux. Le résultat des investigations de la commission est impressionnant: une « caverne d'Ali- Baba aux pépites insoupçonnées ...Pour être industriellement affaiblie, la France reste un pays intelligent ».

S'agissant du soutien à l'enseignement supérieur et à la recherche, l'action jugée avec raison la plus révolutionnaire par Michel Rocard a consisté à "provoquer l'émergence d'un petit nombre d'institutions de taille et de réputation mondiale par regroupement d'entités existantes".

Un événement juridique et politique exceptionnel

Il s'est passé un événement juridique et politique exceptionnel, qui n'est pas suffisamment mis en valeur. L'organisation de nos universités ne prévoyait que deux dispositifs de rapprochement, la fusion ou la simple coopération, cette dernière formule étant insuffisante pour parvenir à des programmes véritablement intégrés, une des conditions de l'excellence. Certaines fusions ont bien eu lieu mais il restait un vide. Les réformateurs ont fait comme si il existait un dispositif de rapprochement intermédiaire, la communauté d'universités et d'établissements (COMUE) en s'inspirant de modèles anglo-saxons.

Et on a fait délibérer les conseil d'administration des universités sur un mode d'organisation qui n'était pas prévu par la loi. Le plus extraordinaire est que la plupart des conseils ont accepté ce dispositif novateur, prévu par aucun texte, pour des raisons diverses : importance relative des ressources financières en cause, besoin de transversalité, qu'il s'agisse d'enseignement ou de recherche. Les réticences les plus fortes sont venues des entités les plus petites Avec la loi d'orientation pour l'enseignement supérieur et la recherche (juillet 2013) de Geneviève Fioraso, le vide législatif a été comblé. L'opération a été réalisée, sans rupture, sous deux présidences de la république. Du point de vue des principes démocratiques, le processus n'est guère satisfaisant, la loi ne venant qu'en dernier. Mais le résultat est là, l'atomisation de notre université et de notre recherche est fortement réduit, au prix d'un vif mécontentement de minorités bruyantes qui n'ont accepté ni la méthode ni les résultats.
L'autonomie des universités décidée par Nicolas Sarkozy et les pôles de recherche et d'enseignement supérieur plus anciens (2006) avaient ouvert la voie. Des moyens financiers supplémentaires et la volonté politique de quelques uns ont permis d'aboutir.

Quatre exemples de succès

Un certain nombre d'opérations peuvent d'ores et déjà être qualifiées de succès. Donnons quatre exemples.
Le premier: l' « Université de Paris- Saclay » a commencé par un échec retentissant. Le jury international, montrant son indépendance, rejette le premier projet trop flou car ne prévoyant pas une gouvernance unifiée. Le second projet, qui propose un ensemble intégré, est retenu. La nouvelle université devrait se placer très rapidement parmi les premières universités mondiales, qu'il s'agisse de la recherche (pluridisciplinarité et plate-formes communes) de la formation, de l'innovation et de la valorisation de la recherche.
Second exemple,  l'Institut de recherche technologique Jules Verne à Nantes. Il intervient dans un domaine transversal, celui des technologies avancées de production, qui vise à fabriquer des produits de haute technologie grâce à des techniques innovantes et à des procédés nouveaux, bref « l'usine du futur. Parmi les projets en cours : une nouvelle génération de robot industriel (Asimov) Un campus intégrant recherche, formation et innovation est en construction.
Le troisième est l'institut hospitalo- universitaire des maladies tropicales et infectieuses de Marseille. Un bâtiment unique permettra de gérer la recherche, la surveillance et le soin. S'agissant des vecteurs des maladies de voyageurs et de la culture microbienne, Marseille est déjà probablement le centre de recherche le plus performant du monde.
Le quatrième est « la société d'accélération et de transfert de technologie (SATT) Ouest Valorisation. Les premiers résultats sont significatifs : temps de négociation et de signature égal ou inférieur à trois mois, détection de 160 innovations dont la moitié ont débouché sur de nouveaux projets ou logiciels, accompagnement de cinq start-ups, démonstrateurs opérationnels.

 Le magot du grand emprunt malheureusement bientôt épuisé

Saluons un autre « excellent » Louis Gallois, septuagénaire seulement. Il a été un vecteur de cohérence, alors que le personnel politique changeait. Ainsi le Programme d'Investissements pour l'avenir contribue à la réalisation des 34 plans de la Nouvelle France Industrielle d'Arnaud Montebourg et s'inscrit dans les priorités sectorielles du gouvernement : transition énergétique, numérique, santé et économie du vivant. Seul regret : l'emprunt ne porte que sur 35 milliards d'euros. C'est beaucoup mais le magot sera bientôt épuisé.

Pierre-Yves Cossé
Septembre 2014

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/10/2014 à 13:10 :
C'est dommage, ce grand homme oublie de parler des faillites, des postes bloqués car non-financés, du faible pourcentage de financement sur projets à l'ANR, des personnels compétents non-renouvellés, des tâches administratives de plus en plus lourdes et des propositions des chercheurs (par exemple au sein de Science en Marche) pour améliorer la situation catastrophique dans laquelle les politiques menées ont conduit la recherche. Vraiment dommage, le sujet de l'article était intéressant mais le contenu est loin de refléter la réalité.
a écrit le 01/10/2014 à 9:43 :
Ce que ce Monsieur Cossé qualifie de "minorités bruyantes " n'est rien d'autre que la communauté scientifique dans son ensemble. Le démontre les nombreuses réflexions des instances scientifiques comme le comité d’éthique du CNRS ou encore le comité national de la recherche scientifique. Ces instances, compétentes et non politisées, mettent notamment en garde contre le fait de se gargariser de formules comme "d'excellence" qui ne font que servir d’alibi totalement infondé pour pousser des reformes 100 % technocratiques...Monsieur Cossé et tous les autres, pour l'amour de notre pays laissez les chercheurs définir l'avenir de la recherche ! Eux aussi aspirent à « l’excellence » ou plus exactement à une science de qualité, et beaucoup en produisent déjà !! … S’il vous plait cessez de réformer la recherche sans les chercheurs…!
a écrit le 01/10/2014 à 6:09 :
Réveillez vous!
La restructuration des Universités: un simple changement d'organigramme après des luttes d'apparatchiks.
Le grand emprunt: phénoménal gâchis pour construire des bâtiments inutiles.
Sous vos mots, le vide!!!
a écrit le 01/10/2014 à 3:26 :
Entièrement du pipeau depuis que Ricol - non cité dans l'article - est parti.

Maintenant l'argent de l'emprunt sert aux programmes de la Défense et aux projets des politiques quand l'état n'a plus d'argent.

Rocard et Juppé: trop gants blancs pour mettre les mains dans l'huile.

Dommage de prendre les lecteurs de La Tribune pour des jobards.
a écrit le 30/09/2014 à 21:40 :
Des universités en faillite... des postes gelés... un situation de crise sans précédent depuis plus de 20 ans!! Effectivement quelle réussite!!
"L'université renferme des pépites insoupconnées": ce n'est malheureusement pas le cas chez nos hauts fonctionnaires... Quand je pense que Cossé a été MCF à Sciences Po (pendant 2 ans!), les bras m'en tombent !!!!
Une honte, cet article!!
a écrit le 30/09/2014 à 17:38 :
c'est de l'humour, cet article ?
Réponse de le 01/10/2014 à 3:29 :
Je suppose que Cossé est couvert de rubans de la Légion d'Honneur ou autres.

C'est bien triste quand on voit ce qu'il écrit.

C'est Ravi au pays des Bisounours. Il n'a probablement jamais vendu un robinet à l'export.
a écrit le 30/09/2014 à 14:19 :
Pendant ce temps les budgets de recherche fondent, les recrutements se tarissent, l'énergie consacrée aux tâches administrative explose...
Réponse de le 12/10/2014 à 13:01 :
Les budgets de recherche ne fondent pas dans les pays où les entreprises investissent sans aide de l'état. C'est d'ailleurs dans ces pays que nos étudiants master 2 issus d'écoles d'ingénieurs vont faire leur 3ème cycle...
a écrit le 30/09/2014 à 10:47 :
C’est oublier un peu vite la psychologie des personnels universitaires sur le terrain. Leur objectif est de tirer le maximum des budgets publics et-ce même si l’on doit transformer la réalité de la recherche. Les publications scientifiques se transforment peu à peu en plaquettes publicitaires pour appâter le donateur public. Les crédits fondent a vue d’œil et aucune grande découverte n’est produite. Les chercheurs en science sont devenus des chercheurs de budgets.
Je ne parlerais pas du pillage systématique de la recherche privée.
Réponse de le 01/10/2014 à 22:48 :
l'argent ne sert plus qu'à faire de l'argent, la recherche, l'éducation, l'aide sociale, le bien public, la production, tout cela doit être bientôt sacrifié sur l'autel de ce qu'il faut bien appeler le capital, faute de mieux, et les réformes entreprises ne font qu'accélérer le mouvement qui finalement nous mènera à une ruine absolue, le pire c'est ceux qui sont séduits par le discours du FN qui n'est qu'une sorte d'ogre idéologique
a écrit le 30/09/2014 à 9:45 :
Charabia de technocrate
a écrit le 29/09/2014 à 22:04 :
35 milliards de dettes en plus, 35 milliards de dépensés sans résultats tangibles, bla, bla, bla.... Ici Londres, les bureaucrates parlent aux bureaucrates ....
a écrit le 29/09/2014 à 19:39 :
Tellement silencieuse qu'elle pourrait même être appelée de "révolution stealth" ou furtive. :-))
Réponse de le 30/09/2014 à 16:11 :
Quand on ne sait pas parler Anglais correctement, on s'abstient surtout pour faire des blagues vaseuses
a écrit le 29/09/2014 à 13:44 :
Une "révolution colorée" ce serait-il ?
a écrit le 29/09/2014 à 13:11 :
Ici Londres, les bureaucrates parlent aux bureaucrates ....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :