Silvio Berlusconi veut se présenter aux Européennes

 |   |  355  mots
Le Cavaliere est toujours bon pied, bon oeil
Le Cavaliere est toujours bon pied, bon oeil (Crédits : reuters.com)
Le cavaliere voudrait diriger la liste Forza Italia pour les élections du 25 mai, mais les obstacles juridiques sont nombreux.

Silvio Berlusconi vous manque ? Rassurez-vous, vous pourriez rapidement retrouver sur les bancs du parlement européen. Selon son bras droit, Giovanni Toti, interrogé ce vendredi 14 mars par la Stampa, le Cavaliere sera tête de liste de son parti Forza Italia aux élections européennes du 25 mai prochain.

A-t-il le droit de se présenter ?

« Berlusconi a dirigé Forza Italia dans toutes les élections. Il le fera encore cette fois », a indiqué Giovanni Toti qui prévient : « si quelqu'un devait l'en empêcher, il devrait assumer une grave responsabilité devant des millions d'Italiens. » Car au sein du principal parti de la majorité, le Parti démocrate (PD), on conteste à Silvio Berlusconi le droit même de se porter candidat en vertu d'une loi qui interdit à tout condamné à de la prison ferme d'être candidat au parlement italien ou européen.

Déboires judiciaires

En août dernier, le Cavaliere a été condamné pour fraude fiscale de façon définitive. Il n'a pas été incarcéré en raison de son âge (77 ans) et le 10 avril, la justice italienne doit décider s'il devra être assigné à résidence ou réaliser un travail d'intérêt général. En attendant, il ne peut sortir d'Italie et n'avait pas même été autorisé à se rendre au congrès du Parti populaire européen à Dublin la semaine dernière. A ce moment, lui-même admettait « ne pas pouvoir diriger de campagne électorale. » Il a apparemment changé d'avis et tous ses fidèles ont sonné la charge en appelant au respect de la « démocratie » contre celui du droit.

Toujours présents

En réalité, ses déboires judiciaires n'ont jamais empêché Silvio Berlusconi de participer activement à la vie politique italienne. C'est lui qui a ainsi négocié directement en décembre avec Matteo Renzi, alors chef du PD, les bases de la réforme électorale votée cette semaine. Surtout, en faisant renaître Forza Italia, il se présente comme une des deux principales forces d'opposition au gouvernement de centre-gauche dirigé par Matteo Renzi. Dans les sondages, Forza Italia dépasserait 20 % des intentions de vote.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :