Crédit Agricole à son plus bas depuis trois mois

 |   |  297  mots
Le titre de la banque décroche de nouveau ce vendredi de 7%, pénalisé par une dégradation de recommandation et par des inquiétudes sur son exposition à la dette de la Grèce ainsi que sur les nouvelles règles de solidité financière.

Rien ne va plus pour Crédit Agricole. Après avoir fini lanterne rouge du CAC 40 jeudi, la valeur a continué de dégringoler en Bourse ce vendredi. L'action décroche à la clôture de 7,13% à 11,98 euros pour retomber à ses plus bas niveaux depuis trois mois. Le titre signe de nouveau la plus forte baisse de l'indice phare de la Bourse de Paris et même de l'ensemble du secteur en Europe.

Plusieurs éléments pénalisent le cours de Bourse. D'abord, le titre fait l'objet d'une dégradation de recommandation. Bank of America-Merrill Lynch a sorti le titre de sa liste de valeurs européennes préférées ("Europe 1 List") et abaissé son conseil de "achat" à "neutre".

Mais Crédit Agricole souffre surtout depuis plusieurs semaines des craintes sur son exposition à la dette de la Grèce. L'Etat, en grande difficulté, a vu sa note dégradée par les deux agences de notation Fitch et Standard and Poor's. Cette dernière a également abaissé ce vendredi sa note sur deux banques grecques et placé deux autres sous surveillance négative. Or, la banque verte est présente dans le pays par le biais de sa filiale Emporiki. Crédit Agricole s'est d'ailleurs renforcé dans sa filiale en montant sa participation de 82,9% à 86,4%.

De fait, sur un mois, le titre Crédit Agricole chute de 17% quand le CAC 40 progresse de 0,6% et le DJStoxx européen des banques baisse de 7%. Certes, le secteur financier dans son ensemble affiche une tendance négative sur les dernières séances, pénalisé par des perspectives de régulation financière plus strictes voulues par le Comité de Bâle. Dans une note, les analystes de Credit Suisse estiment que les nouvelles normes seront plus pénalisantes pour la banque verte.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :