Seb : les bonnes nouvelles ne paient plus

 |  | 228 mots
Lecture 1 min.
Copyright Reuters
Malgré une hausse de 50 % de son résultat net, d'un relèvement de son dividende et de bonnes perspectives, le titre a cédé 3,75 %. En grande partie, ces bonnes nouvelles sont déjà intégrées dans le cours de Bourse, qui a doublé l'an dernier.

Le fabricant de petit électroménager, qui a amélioré l'an passé son résultat net part du groupe de 51% à 220 millions d'euros, prévoit de verser un dividende de 1,17 euro par action au titre de 2010 contre 1,04 euro pour 2009. Son chiffre d'affaires a progressé de 15% à 3,652 milliards d'euros et sa marge opérationnelle de 0,8 point 12,0%.

Malgré tout ces bonnes nouvelles n'ont pas d'effet sur le titre. Bien au contraire. En clôture le titre a accusé un recul de 3,75 %, soit la troisièmeplus forte baisse du SBF 120. Une baisse qui s'explique en grande partie par le parcours boursier de Seb l'an dernier. Avec un gain de 96 % en 2010, une bonne part des bonnes nouvelles pour Seb a déjà été intégrée par le marché.

Par ailleurs le groupe a annoncé viser une croissance de son chiffre d'affaires en 2011, en renforçant ses positions sur ses marchés, et une poursuite de l'amélioration de sa marge opérationnelle.

"Nous abordons ainsi 2011 avec des fondamentaux encore renforcés sur lesquels nous pourrons nous appuyer pour poursuivre résolument notre politique de croissance rentable sur les marchés où nous sommes déjà présents et en conquérir de nouveaux", souligne le PDG Thierry de La Tour d'Artaise dans un communiqué.

Seb , qui vient d'acquérir le colombien Imusa, compte relancer cette année Moulinex dans neuf pays européens.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :