Wall Street hésite après le séisme au Japon

 |   |  501  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Les places américaines évoluent autour de l'équilibre ce vendredi après le violent séisme qui a frappé le Japon.

Wall Street hésite ce vendredi, au lendemain de leur plus forte rechute depuis le mois d'août. Les marchés américains suivent de près la situation au Japon, après le violent séisme qui a touché l'archipel. Les inquiétudes sur la croissance économique restent encore grandes, même si les ventes de détail ont à nouveau progressé en février. Les interrogations sur les dettes européennes et les tensions en Lybie et en Arabie saoudite incitent également à la prudence.

Peu après l'ouverture, le Dow Jones perdait 0,06% à 11.978 points, le Nasdaq gagnait 0,15% à 2.705 points et le S&P 500 progressait de 0,13% à 1.297 points.

Sur le front des statistiques, les ventes au détail ont augmenté de 1% en février aux Etats-Unis, conformément aux attentes des économistes. Il s'agit de leur huitième mois de hausse consécutif. Sur un an, l'augmentation ressort à 8,9%. En excluant les automobiles, les ventes au détail sont en hausse de 0,7% en février, également en ligne avec les prévisions.

En revanche, la confiance des consommateurs américains chutait en mars, selon l'indice publié par l'université du Michigan, qui s'est établi à 68,2 contre 77,5 le mois précédent.

Du côté des valeurs, AIG a proposé jeudi de racheter 15,7 milliards de dollars d'actifs toxiques détenus par la Réserve fédérale, dans le but de réduire sa dette envers l'Etat. Il s'agit de titres adossés à des prêts hypothécaires résidentiels (RMBS). Mardi, l'assureur avait annoncé le remboursement de 6,9 milliards de dollars supplémentaires grâce à la vente des actions Metlife qu'il détenait. Le titre abandonne 0,46% à 36,31 dollars.

National Semiconductor progresse de 4,10% à 14,74 dollars après avoir publié un bénéfice net de 59 millions de dollars au troisième trimestre de son exercice décalé, une performance conforme aux attentes des analystes. Son chiffre d'affaires a reculé de 5%, à 344 millions de dollars. Il est inférieur au consensus de 352 millions. Le groupe mise sur une progression de ses ventes sur le trimestre en cours: elles devraient être comprises entre 360 et 370 millions de dollars, là où les opérateurs tablent sur 367 millions.

Toujours au chapitre des résultats, Aeropostale a dégagé 84 millions de dollars de profits au quatrième trimestre. Cela représente 98 cents par action et hors exceptionnels, soit un cent de mieux que le consensus. Son chiffre d'affaires a atteint 839 millions sur la période, légèrement au-dessus des attentes. Pour son nouvel exercice, le groupe d'habillement table sur un bénéfice par action compris entre 2,20 et 2,40 dollars. C'est nettement inférieur aux prévisions des opérateurs, qui misaient jusque là sur 2,54 dollars. Du coup, le titre chute de 6,66% à 22,99 dollars.

A l'opposé, Ann Taylor s'envole de 11,44% à 26,98 dollars. Le groupe d'habillement a publié des résultats tout juste supérieurs aux attentes, avec un bénéfice net de 8 millions de dollars pour un chiffre d'affaires de 515 millions. L'action est portée par l'annonce d'un programme de rachat d'actions d'un montant de 100 millions de dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :