Les inquiétudes sur l'état de l'économie mondiale font déraper Wall Street

 |   |  559  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Les valeurs américaines ont terminé la séance en net repli ce vendredi. Les investisseurs se sont montrés inquiets pour la croissance mondiale après la publication de plusieurs indicateurs économiques décevants.

Après une séance de forte volatilité jeudi à l'issue de laquelle les trois indices américains ont terminé en ordre dispersé, Wall Street a chuté de plus de 2% vendredi. Le marché américain a signé au troisième trimestre sa plus mauvaise performance trimestrielle en trois ans, des indicateurs macro-économiques en provenance de la Chine et la crise de la dette en Europe continuant d'alimenter les craintes concernant l'économie mondiale.

L'indice Dow Jones des 30 industrielles a cédé 2,16%, soit 240,60 points, à 10.913,83. Le S&P-500 , plus large, a perdu 28,98 points, soit 2,50%, à 1.131,42. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 65,36 points (-2,63%) à 2.415,40.

Le marché actions américain accuse ainsi son cinquième mois de baisse consécutif et sa pire performance sur trois mois depuis le quatrième trimestre 2008, qui était au coeur de la crise financière de 2007-2009. Sur l'ensemble de la semaine, le Dow est en hausse de 1,3% tandis que la S&P et le Nasdaq ont respectivement cédé 0,4% et 2,7%. Sur le mois de septembre, le Dow Jones perd toutefois 6%, le S&P 500 7,2% et le Nasdaq 6,4%. Sur le troisième trimestre, les trois indices ont baissé de respectivement 12,1%, 14,3% et 12,9%.

Les valeurs financières ont chuté avec Morgan Stanley, qui a plongé de 10,54% à 13,50 dollars en raison d'inquiétudes liées à l'exposition de la banque à la dette européenne. "Tout le monde craint que la croissance va ralentir ou qu'elle ne va pas être aussi soutenue qu'escompté. De manière générale, il y a une crise de confiance", a déclaré Adam Krejcik, analyste chez Roth Capital. L'indice de volatilité du CBOE, surnommé "l'indice de la peur", a augmenté de 10,61% à 42,96 points, ce qui suggère que les investisseurs s'attendent à ce qui la volatilité va se poursuivre.

En Chine, le secteur manufacturier chinois a poursuivi sa contraction en septembre, pour le troisième mois d'affilée.

L'inflation dans la zone euro s'est accrue en septembre de façon brutale et inattendue pour atteindre 3,0%, son niveau le plus élevé en presque trois ans, compromettant fortement les chances de voir la Banque centrale européenne abaisser ses taux en octobre.

Les acteurs de marché ont par ailleurs peu réagi aux indicateurs macro-économiques américains meilleurs que prévu.

Sur le front des valeurs, Boeing a reculé de 2,98%.Un différend qui s'est traduit par le report de la livraison du premier Boeing 747-8 pourrait être résolu vendredi à l'occasion d'une visite du patron de Qatar Airways chez le constructeur américain. La livraison de cette version élargie du Jumbo jet aurait dû se faire il y a dix jours mais le client, le transporteur de fret luxembourgeois Cargolux Airlines International , l'a refusée.

Micron Technology a plongé de 14,14%. Le fabricant de mémoires a fait état jeudi d'une perte inattendue de 135 millions de dollars (100 millions d'euros), soit 14 cents par action au quatrième trimestre, touchée par la chute de se marges brute en raison de la baisse des prix des mémoires Dram.

Ingersoll Rand a dérapé de 12,11%. Le conglomérat industriel a révisé à la baisse sa prévision de résultat pour le troisième trimestre. Pour le troisième trimestre, le BPA est attendu entre 0,77 et 0,80 dollar pour les activités maintenues et hors éléments exceptionnels, contre une précédente prévision de 85 à 95 cents.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/10/2011 à 13:52 :
"l'inflation compromet fortement les chances que la BCE baisse ses taux..." : la chance des uns n'est fortement pas la chance des autres...
a écrit le 01/10/2011 à 9:22 :
Le S&P va casser largement la barre des 1000 points. Les Bourses US vont perdre entre 20 et 25 % comme déjà annoncé. L'inquiétude est portée sur le marché européen et français que les traders tentent de maintenir à 3000 points en permettant ainsi une chute complémentaire à la suite des américains mais ...raisonnable. Sommes-nous dans la pertinence ou dans le pillage. Il semblerait que la seconde option ait pris le commandement depuis longtemps. L'AMF ne dit rien à ce cartel dont les limites basses pour le moins devraient être encadrées. Une réforme à faire.
Réponse de le 01/10/2011 à 10:40 :
Il y a bien longtemps "que ça va mal'' mais la Chine ne peut pas laisser couler
l Europe ! un plus gros marché que les States ! be cool ....
a écrit le 01/10/2011 à 9:01 :
Pour les antiSarko, il n'y a qu'en France que tout va mal.
Réponse de le 01/10/2011 à 13:47 :
Et pour les pro-sarko, le peuple n'a rien "compris"...
Réponse de le 01/10/2011 à 17:09 :
on pourrait peut être "essayer" autre chose partout ! puisque la politique ultra libérale de Bruxelles semble échouer ?
Réponse de le 02/10/2011 à 11:37 :
A yvan - Pour l'économie mondiale, je serais tout à fait d'accord avec les pro-sarko.
a écrit le 01/10/2011 à 8:38 :
Suis trés inquiet ,car si Montebourg démondialise en plus ! on est fichu !
Réponse de le 01/10/2011 à 12:42 :


C'est une idée ridicule d'un homme qui l'est tout autant...
Réponse de le 01/10/2011 à 16:39 :
Et l'abolition des taxes douanieres entre le Maroc et l'UE c'est ridicule ? Et bien non, c'est réel car en 2000 ces taxes entre le Maroc et l'UE etaient de 20%, elles seront de 0.5% en 2012, vive l'agrandissement de l'UE au Maroc sans l'accord des citoyens. Pas belle la mondialisation ? Renault va ouvrir sa plus grosse usine au Maroc ... Interets financiers avant les interets de la population.
a écrit le 01/10/2011 à 7:29 :
de toutes façons notre système basé sur un croissance à tout prix et reposant sur un stock de matière première fini, ne peut plus durer éternellement. Combien de temps avons nous pour inventer une société raisonnable à taille humaine ? Nul ne le sait. Une chose est sure, si nous ne faisons rien, la marche à descendre sera tellement haute, qu'on va se faire très mal.
Réponse de le 01/10/2011 à 10:49 :
quand aurons nous des gens sensés à la tête des états ? l'économie libérale ne "fonctionne plus" ....
Réponse de le 03/10/2011 à 23:47 :
Absolument d'accord, dans un monde ou les réserves naturelles s'épuisent, la bêtise humaine du toujours plus ne s'épuise pas, en particulier ceux qui se goinfre sur le dos des peuples, et là on est loin de la base de la pyramide de Maslow, il est grand temps que les dirigeants de la planète remettent les pieds sur terre, ou l'histoire s'en chargera et on connais la suite...
a écrit le 01/10/2011 à 6:18 :
on ne serait tout simplement pas en train de vivre la ruine des nations
Réponse de le 01/10/2011 à 7:30 :
oui je crois bien!!!! et nos pauvres momes???
Réponse de le 01/10/2011 à 8:55 :
La ruine de la France ne veut pas dire que les français les sont également, car chacun de nous a de quoi vivre encore très longtemps de nos acquis (acquis sociaux, immobilier, trésors de guerre qui dort dans nos livrets A, B et C). Donc, cette faillite ne concerne que celui qui veut le croire.
Réponse de le 01/10/2011 à 9:14 :
@bebert : ... 'pauvres' ? allons donc savez-vous réellement ce que c'est qu'être 'pauvre' ? 'pôvre' lecteur de La Tribune ou essayez-vous seulement de l'imaginer ?

@pipolino: rassurez-vous Montebourg n'aura pas besoin de 'démondialiser'.. ( comment d'ailleurs?' ça va se faire tout seul...
simple raisonnement économique : si les pays dits 'développés-consommateurs' ne peuvent plus consommer à tout va par manque de crédit ( eh oui, ça fait un moment que tout s'achète à crédit...) les pays 'en-voie-de-développement-producteurs' vont connaitre de graves problèmes eux aussi ... (leur marché intérieur n'est pas encore prêt à sur-consommer comme le nôtre ou alors en favorisant également le crédit.... comme c'est déjà le cas au Brésil !)

cqfd, ça va se démondialiser tout seul....... Montebourg ne fait qu'anticiper un mouvement inéluctable

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :