Wall Street chute après un avertissement sur les banques américaines

 |   |  463  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : <small>Reuters</small>)
Les places américaines ont terminé dans le rouge ce mercredi, alors que Fitch a averti

Après avoir terminé en légère hausse mardi, Wall Street est nettement repartie à la baisse ce mercredi. Les investisseurs ont été refroidis en fin de séancepar l'avertissement de Fitch sur les banques américaines. "Les banques américaines ont une exposition directe aux marchés européens en difficulté (Grèce, Irlande, Italie, Portugal et Espagne) qui est gérable", observe l'agence de notation. "Mais en cas de nouvelle contagion, un risque sérieux se poserait", ajoute-t-elle.

A la clôture, le Dow Jones recule de 1,58% à 11.906 points, le S&P 500 perd 1,66% à 1.237 points et le Nasdaq abandonne 1,73% à 2.640 points.

Sur le front des statistiques, la production industrielle a progressé de 0,7% en octobre, alors que les analystes anticipaient une hausse de 0,4%. Cependant, les chiffres du mois de septembre ont été revus à la baisse, faisant apparaître un repli de 0,1%, au lieu d'une hausse de 0,2% initialement annoncée.

Par ailleurs, les prix à la consommation ont diminué contre toute attente en octobre, pour la première fois en quatre mois, à la faveur d'une baisse des prix de l'essence et des transports. L'indice de l'inflation de base, qui exclut l'alimentation et l'énergie et est particulièrement suivi par la Réserve fédérale américaine, a toutefois augmenté de 0,1%, conformément aux prévisions.

Du côté des valeurs, Bank of America chute de 3,75% à 5,90 dollars, JPMorgan abandonne 3,76% à 31,47 dollars, Goldman Sachs cède 4,16% à 95,60 dollars et Morgan Stanley plonge de 7,97% à 14,66 dollars. En outre, Citigroup recule de 4,14% à 26,86 dollars. Selon le Wall Street Journal, la banque new-yorkaise pourrait annoncer le licenciement de 3.000 personnes. 900 emplois sont menacés dans les activités de courtage et de banque d'investissement en raison de la crise financière. Cela représenterait 5% des effectifs de ces divisions.

Target perd 0,45% à 52,94 dollars. Le distributeur a fait état d'un bénéfice net de 555 millions de dollars au troisième trimestre. Hors exceptionnels, cela représente 87cents par action, là où les analystes n'attendaient que 74 cents. Son chiffre d'affaires a progressé de 5%, à 16,4 milliards. Le consensus s'élevait à 16 milliards. En outre, Target a livré des prévisions légèrement supérieures aux attentes pour le quatrième trimestre.

A l'opposé, Abercrombie & Fitch plonge de 13,64% à 48,10 dollars. Le spécialiste des vêtements pour adolescents a dégagé 51 millions de dollars de profits au troisième trimestre. Ils ressortent à 57 cents par action, nettement en dessous des estimations des opérateurs (71 cents). Son chiffre d'affaires s'est établi à 1,1 milliard de dollars.

Enfin, Dell a publié mardi soir un bénéfice net de 893 millions de dollars pour le compte de son troisième trimestre. Par action, cela représente 49 cents, soit deux cents de mieux que le consensus. Son chiffre d'affaires est resté stable, à 15,4 milliards. Les marchés misaient sur 15,7 milliards. Du coup, son action recule de 3,20% à 15,13 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/11/2011 à 23:22 :
Ah! le modèle allemand : faire fabriquer à bas coût à l'Est puis revendre en euro fort , ce n'est pas de l'économie c'est de la combine . Leur martingale ne tiendra pas longtemps. Leur dette est supérieure à celle de la France ! 2 000 milliards ! Et ils nous donnent des leçons .Les néolibéraux ont la tête dure, ils ne lâcheront qu'après le grand Krach de 2012 ,c'est triste , lisez Paul Jorion, tout est prévisible sauf la date exacte ..
La solution : fermons les paradis fiscaux ( 60 000 milliards volés aux états !) en retirant les licences des banques qui trafiquent (Merkel l'a proposé en 2008 avant de reculer devant les suppliques à genoux des financiers ....
a écrit le 16/11/2011 à 21:53 :
Vu la situation des US, c'est à se poser des questions sur les attaques de l'Europe.
a écrit le 16/11/2011 à 21:18 :
La situation est encore plus dramatique aux etats unis mais il est plus convenant d'agiter le hochet de la crise européenne pour détourner l'attention et expliquer la baisse de la bourse US!!!
En ce sens les journalistes sont complices de la propagande américaine!
a écrit le 16/11/2011 à 16:06 :
Eh oui, des que la ECB a commence a acheter des obligs. il y a 9 minutes, le Dow a repris 70 points, le DAX a reduit sa perte de moitie et le CAC repasse au vert.
C'est pourtant clair: seule la ECB peut regler techniquement la crise des dettes souveraines en Europe !
a écrit le 16/11/2011 à 15:58 :
Quelle ineptie, le vrai titre est "les médias tournent toujours les projecteurs sur l'europe, alors que le dollar meurt à vue d'oeil"

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :