La Bourse de Paris orientée à la baisse à la mi-journée

 |   |  462  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
A la mi-séance, la Bourse de Paris reculait de 0,59%, déçue par les annonces de la Fed.

La Bourse de Paris restait orientée à la baisse jeudi à la mi-journée, déçue par l'absence de nouvelles mesures de soutien de la Réserve fédérale américaine (Fed) et de plus en plus inquiète sur la croissance mondiale. A 12H20 (10H20 GMT), l'indice CAC 40 cédait 0,59% à 3.138,41 points dans un volume d'échanges de 935,60 millions d'euros. "Alors que toutes les banques centrales accélèrent la détente de leur politique monétaire afin d'enrayer le ralentissement de l'économie mondiale, la publication des minutes de la Fed montre les hésitations de son Comité à agir", relèvent les analystes de Crédit Mutuel-CIC.

Cet attentisme a déçu les opérateurs d'autant que l'économie américaine montre des signes d'essoufflement, a reconnu la Fed elle-même. "Les risques pour le système financier américain provenant des tensions en Europe semblent avoir augmenté", estimait-elle ainsi, s'inquiétant aussi de la persistance du taux de chômage aux Etats-Unis (8,2%).
En zone euro, la monnaie unique enregistrait un nouveau record de faiblesse en deux ans, face au dollar, sous les 1,22 dollar. Le marché s'inquiète des retards pris dans la mise en place du nouveau fonds de secours européen (MES).

En outre, les 65 milliards d'euros de nouvelles mesures de rigueur annoncées mercredi par le gouvernement espagnol n'ont pas rassuré les opérateurs qui s'interrogent sur leur éventuel effet néfaste sur l'économie du pays, déjà en récession. L'Italie a de son côté emprunté comme prévu 7,5 milliards d'euros avec des taux d'intérêt en baisse. Mais cette émission à court terme a peu joué sur la tendance. Enfin, les inquiétudes sur la croissance chinoise pesait sur la tendance. Pékin devrait annoncer vendredi un taux de croissance de seulement 7,6% au deuxième trimestre, en net ralentissement par rapport aux 8,1% du premier trimestre, selon un consensus cité par Dow Jones. Il s'agirait de sa plus faible croissance trimestrielle depuis la crise de 2009.

PSA Peugeot Citroën ralentissait sa progression (+0,92% à 7,20 euros). Le constructeur vient d'annoncer la fermeture de son usine d'Aulnay, en région parisienne, et la suppression de 8.000 postes en France. Il a enregistré une perte nette au premier semestre 2012, dont l'ampleur n'est pas précisée.
Carrefour bondissait (+7,05% à 14,13 euros). Le groupe a en partie rassuré les marchés en laissant entendre qu'il dégagerait cette année des résultats d'exploitation conformes à ses attentes, tout en réussissant à contenir le recul de ses ventes au deuxième trimestre.
Hors CAC 40, GL Events, spécialisé dans la logistique des grands événements culturels et sportifs, gagnait du terrain (+4,70% à 14,94 euros). La société table sur un développement "soutenu" cette année, après un bond de son activité au deuxième trimestre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :