Brésil : le réal chute à un niveau record face au dollar

 |   |  283  mots
La dépréciation record du réal brésilien prend racine dans l'incertitude entourant la campagne présidentielle d'octobre.
La dépréciation record du réal brésilien prend racine dans l'incertitude entourant la campagne présidentielle d'octobre. (Crédits : YASUYOSHI CHIBA / AFP)
Le réal, la devise en vigueur au Brésil, a atteint, jeudi 13 septembre, le taux de change le plus bas de son histoire. Depuis le début de l'année, la devise brésilienne a été dépréciée de 21,06 % par rapport au dollar.

La chute continue pour le réal. La devise brésilienne était coté, jeudi 13 septembre, à 4,197 réais pour un dollar à la clôture soit sa pire décote depuis sa création en 1994. Depuis le début de l'année, la monnaie accuse un repli de 21,06 % par rapport au billet vert.

Lire aussi : Brésil : la Banque centrale maintient son taux directeur à 6,5%

Le précédent record remontait au 21 janvier 2016, quand le dollar était coté à 4,166 réais à la clôture. Pendant la journée du 13 septembre, le dollar a même grimpé à 4,204 réais, à seulement quelques encablures du record absolu de 4,249 datant de septembre 2015.

Un contexte politique incertain

La bourse de Sao Paulo était également en repli, à 0,58 %, à la clôture. Cette chute spectaculaire a pour origine les doutes entourant la campagne présidentielle d'octobre organisée dans la première économie d'Amérique latine. Pour cause, l'élection du 7 octobre, déjà présentée depuis des mois comme la plus incertaine de l'histoire récente du Brésil, a connu un nouveau rebondissement la semaine dernière avec l'attentat au couteau contre le candidat d'extrême droite Jair Bolsonaro, en tête des intentions de vote pour le premier tour.

Hospitalisé dans un était grave, il a subi une chirurgie d'urgence dans la nuit de mercredi à jeudi en raison de complications post-opératoires, ce qui pourrait prolonger son absence de la campagne électorale jusqu'à la date du scrutin, voire au-delà. Les analystes tablent aussi sur une progression dans les sondages du candidat de gauche Fernando Haddad, désigné mardi 11 septembre comme remplaçant de l'ex-président Luiz Inacio Lula da Silva, incarcéré pour corruption et déclaré inéligible.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/09/2018 à 10:49 :
"Retour de la violence politique au Brésil" https://www.monde-diplomatique.fr/2018/05/VIGNA/58616 (article gratuit)

Intro :"Qu’elles semblent loin, les couvertures de magazines qui promettaient au Brésil un avenir radieux. Secoué par une vague de violences, tel l’assassinat de la conseillère municipale de gauche Marielle Franco, le plus grand pays d’Amérique du Sud multiplie les ruptures avec l’ordre constitutionnel. Au point que certains droits acquis après la fin de la dictature, en 1985, semblent désormais menacés. À commencer par la liberté d’expression et celle de choisir ses dirigeants."

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :