GameStop : « La fronde des petits porteurs à Wall Street est un combat perdu d'avance » (Paul Jorion, anthropologue)

 |  | 1260 mots
Lecture 7 min.
(Crédits : Quentin Caffier)
L’affaire GameStop et son retentissement médiatique renvoient à des questions de fond, comme les mécanismes de fixation des prix ou les rapports de force sur les marchés. Le poids des petits porteurs, à la fois faible mais potentiellement grandissant avec les réseaux sociaux et les plateformes de courtage sans frais, semble s’entrechoquer avec les fonds d’investissement passifs et alternatifs, en très forte croissance, chacun étant persuadé de sa force respective. Paul Jorion, ancien banquier aux Etats-Unis, et auteur de nombreux ouvrages sur la crise financière de 2008, analyse pour La Tribune ces nouveaux rapports de force et leurs conséquences sur le fonctionnement sur les marchés.

LA TRIBUNE - Des groupes de boursicoteurs, mobilisés sur les réseaux sociaux, ont réussi à faire plier de grands fonds d'investissement de Wall Street, qui pariaient à la baisse sur plusieurs valeurs, dont l'enseigne américaine de jeux vidéo GameStop. Cette affaire marque-t-elle une rupture dans le fonctionnement des marchés ?

PAUL JORION - Des petits investisseurs ont en effet gagné beaucoup d'argent en se mettant d'accord sur des forums sur l'achat ou la vente d'une action. Cela fait plusieurs mois que cela dure. C'est une tactique très dangereuse car il vient toujours un moment où il n'y a plus d'acheteurs pour des prix de marché surfaits et la bulle se dégonfle. C'est ce qui semble d'ailleurs se passer sur GameStop.

C'est d'autant plus dangereux qu'une grande majorité de ces boursicoteurs, sans doute de bonne foi, ne comprend pas vraiment comment fonctionnent, en réalité, les marchés et par quels mécanismes se fixent les prix. Il faut pour cela une solide culture financière et économique, qui fait évidemment défaut sur ces réseaux sociaux. Rappelons simplement que le prix d'une action repose avant tout sur une actualisation des flux financiers futurs, qui détermine une valeur économique (fair value).

Par ailleurs, le jeu de l'offre et de la demande peut faire s'écarter, dans un sens ou dans l'autre, le cours par rapport à cette valeur économique mais, en général, dans des proportions raisonnables. Dans le cas de GameStop, nous avions des manants contestataires qui estimaient la valeur de l'action à 400 dollars alors que sa valeur économique oscillait plutôt autour de 2 dollars. C'est bien évidemment une situation qui ne peut perdurer et je crains beaucoup de désillusions ! L'ajustement sera forcément brutal.

Mais ces forums ne peuvent-ils pas instaurer un nouveau rapport de force sur la fixation des prix ?

Pour ce qui est d'un des deux mécanismes de la fixation des cours - l'offre et la demande-, que l'on qualifie de « spéculative » à la Bourse, peut-être. En revanche, pour l'autre mécanisme, celui de la valeur économique, que l'on appelle là, les « fondamentaux », on ne fera pas changer d'avis les marchés. En l'occurrence que le fait que valoriser une société qui périclite à 400 dollars l'action alors que ses fondamentaux indiquent plutôt 2 dollars l'action n'est pas raisonnable.

Aux côtés de beaucoup d'investisseurs de bonne foi, il y a aussi des investisseurs, souvent avertis, qui jouent sur des logiques de bulles et de spéculation, pour revendre aussitôt au meilleur prix ou des gens qui se voient comme des black block de la finance. Tout ce monde ne se rend pas compte qu'ils ont en face d'eux des professionnels de la finance qui raisonnent à partir de la valeur économique des actions, mais aussi des intervenants, dans toute la chaîne de la finance, qui raisonnent de cette manière, notamment les chambres de compensation et les régulateurs.

La chambre de compensation dont relève la plateforme Robinhood (Robin des bois) n'a pas ainsi hésité à relever ses appels de marge et à réclamer 2 milliards de dollars de fonds propres supplémentaires, à partir d'un simple calcul entre la valeur économique (deux dollars) de GameStop et son cours. De quoi remettre le courtier dans le droit chemin !

La victoire des petits porteurs risque donc d'être amère, selon vous ?

Nous sommes dans un malentendu total et cela risque d'aller de mal en pis : dans l'esprit des petits, il s'agit d'abattre les vauriens que sont les fonds spéculatifs, et Wall Street en général, et ils dénoncent les chambres de compensation et les régulateurs qui cherchent très raisonnablement, de leur point de vue, à assurer la survie des marchés.

Le seul moyen, à mon sens, pour créer un réel contre-pouvoir pour ces petits porteurs, serait qu'ils se forment sérieusement à la finance. Malheureusement, on n'apprend pas la finance dans les livres, mais seulement sur le tas ! Alors, oui, la lutte entre le prix spéculatif d'une action (dont sont partisans les petits et sa valeur économique (dont sont partisans, les gros), est un combat perdu d'avance.

Pourtant, de nombreux professionnels s'interrogent eux-mêmes sur la réalité de la valeur économique d'une action et soupçonnent l'existence de bulles, notamment dans la Tech. Peut-on encore valoriser une action alors que les taux sont à zéro, voire négatifs ?

Il est clair qu'il devient de plus en plus difficile de valoriser une action avec les mêmes outils. Avec des taux négatifs, la préconisation de la "monnaie fondante" de l'anarchiste Silvio Gesell s'est matérialisée. Un signe très inquiétant pour le système capitaliste dans son ensemble !

Et le baromètre des marchés boursiers est cassé. Car plus les taux sont bas, plus la valeur actualisée des flux et des dividendes à venir est élevée. Quand les pros des marchés boursiers ont cessé de savoir comment valoriser une action, comment voulez-vous expliquer aux manants contestataires qu'elle est sa « vraie valeur » ? Il faudra bien que les marchés financiers trouvent de nouveaux repères.

Il est clair que le système financier dans son ensemble est plombé depuis longtemps par la chute de la rémunération du capital, ou plus exactement, par l'absence de rémunération du rentier. C'est dire que le capitalisme est atteint dans son principe même. Le ver est dans le fruit et les bulles ne sont qu'une des manifestations de la maladie.

Les taux négatifs sont-ils un symptôme ou la cause des déséquilibres ?

En arrière-plan des taux négatifs, ce qui ne fonctionne pas, c'est la politique monétaire expansionniste des banques centrales, mise en œuvre bien avant la crise de 2008, et qui repose sur un postulat qui s'avère faux : celui que l'argent donné aux banques finance l'économie. Nous sommes dans le mirage de la théorie du ruissellement, qui n'a jamais été démontrée, ni par la science économique, ni par les faits. L'argent donné aux banques reste dans les banques qui l'utilisent pour des « paris directionnels » (la spéculation) et alimente les bulles financières. Tous ces déséquilibres apparaissent en surface à l'occasion de la fronde des investisseurs contestataires.

Comment expliquez-vous la quasi-absence de réaction des autorités de régulation ?

La SEC (le gendarme de la Bourse de New York, NDLR) a un nouveau patron, Gary Gensler mais qui n'est pas encore entré en fonction. C'est un homme à poigne, qui s'est fait une solide réputation d'interventionnisme quand il était à la tête de la CFTC, le régulateur des instruments financiers dérivés. Gary Gensler va réagir, c'est certain. Mais sa marge de manœuvre sera étroite.

Le mythe ultra libéral est toujours dominant et repose sur l'idée que tout cours d'une action est forcément le bon puisqu'il résulte de la loi du marché « omniscient ». Un interventionnisme excessif de sa part, notamment sur les ventes à découvert ou sur les courtiers gratuits, pourrait renforcer les manants contestataires soutenus par Robinhood dans leur conviction que le système est truqué en faveur seulement des gros. Ce qui n'est pas très bon en ces temps de défiance avancée dans la population sur la manière dont fonctionne le système au sommet. Mais, malgré tout le sheriff va arriver. Son rôle c'est d'exercer la justice. Chacun est curieux de voir comment il s'y prendra.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/02/2021 à 19:22 :
ce qui est drole c'est qu'ils seront certainement poursuivis pour manipulation de cours et ententes, alors que des fonds comme muddy waters, qui short un titre puis fait des annonces fracassantes ( euh oui, c'est de la manipulation, ca!) , puis revend quand ca a assez baisse passe a priori entre les gouttes dans l'indifference generale
j'avais pas vu les suites de l'affaire casino/rallye; celle de solution 30 sera a l'avenant je pense............
a écrit le 04/02/2021 à 16:34 :
L'argent c'est le nerf de la guerre, donc nous sommes en guerre puisque tout est une question d'argent !!!

La lutte finale ! La guerre de tous contre tous !
a écrit le 04/02/2021 à 16:32 :
Paul Jorion ou comment cracher dans la soupe dont sans doute il profite encore...

C'est comme Nicolas Hulot, qui a un bilan carbone abominable et qui en fin de vie vient donner des leçons, aucune crédibilité !

Tous des faites ce que je dis mais pas ce que je fais, le système les laisse s'exposer car leurs contradictions en fait des Tartuffes de grands chemins...
a écrit le 04/02/2021 à 16:10 :
Je suis sûr qu'en bon penseur binaire notre Jorion aura oublié un "détail" que sa formation de banquier ne peut lui faire apréhender: Et si ce n'était pas le gain qui motivait la plupart de ces petits porteurs ?

Moi par exemple je veux bien donner dix sacs à n'importe qui seulement pour faire ch.. l'oligarchie hein, gain pour moi bien supérieur à l'argent, car franchement quel plaisir plus grand que de voir tout ces mégas riches multi milliardaires à ne plus savoir qu'en faire, chouiner, pleurer, taper des pieds parce que pour une fois ils n'ont pas gagné les millions qu'ils gagnaient habituellement ? Ca vaut largement dix sacs en tout cas. ^^
a écrit le 04/02/2021 à 16:07 :
Normal qu'il défende sa corporation. C'est justement le comportement méprisant des investisseurs vautour qui leur a valu cette surprise. Les petits porteurs ont pourtant le niveau intellectuel pour comprendre les mécanismes prédateur du marché. Surtout les traders au chomage et qui animent la rébellion. Le modèle boursier est volontairement complexifié par un discours technico-scientifique, mais les petits porteurs viennent de prouver qu'ils maîtrisent très bien les principes. On verra bientôt une loi obliger les investisseurs à être référencés comme professionnels pour évincer ces boursicoteurs "amateurs" empêcheur de se goinfrer de l'argent des épargnants...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :