Téléchargez
notre application
Ouvrir

L'Inde veut aider "toute l'humanité" avec sa production de vaccins

reuters.com  |   |  460  mots
L'inde veut aider toute l'humanite avec sa production de vaccins[reuters.com]
(Crédits : Adnan Abidi)

NEW YORK (Reuters) - Le Premier ministre indien Narendra Modi a promis samedi à l'Onu que la capacité de production de vaccins de son pays serait mise à disposition du monde entier pour lutter contre la crise du coronavirus.

"En tant que plus grand pays producteur de vaccins au monde, je veux donner une assurance de plus à la communauté mondiale aujourd'hui", a-t-il déclaré dans un discours préenregistré à l'assemblée générale des Nations Unies.

"La capacité de production et de distribution de vaccins de l'Inde sera utilisée pour aider toute l'humanité à lutter contre cette crise", a ajouté Narendra Modi.

Le Premier ministre indien a également déclaré que son pays allait de l'avant avec des essais cliniques de phase 3 - c'est-à-dire à grande échelle et donc essentiels pour déterminer la sécurité et l'efficacité des vaccins - et qu'il aiderait tous les pays à améliorer leur chaîne du froid et leurs capacités de stockage pour la livraison de vaccins.

Narendra Modi avait déclaré en août que l'Inde était prête à produire en masse des vaccins contre le coronavirus lorsque les scientifiques auraient donné leur feu vert.

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a fait pression pour qu'un "vaccin du peuple" soit disponible et abordable partout et a exprimé mardi sa préoccupation que certains pays concluent "des accords parallèles exclusivement pour leurs propres populations".

"Un tel 'vaccin-nationalisme' n'est pas seulement injuste, il est autodestructeur. Aucun de nous n'est en sécurité tant que nous ne sommes pas tous en sécurité. Tout le monde le sait", a-t-il déclaré à l'assemblée générale.

Le Premier ministre australien Scott Morrison a pour jugé vendredi que "celui qui trouve le vaccin doit le partager".

"Certains pourraient voir un avantage à court terme, voire un profit", a-t-il dit. "Mais j'assure à quiconque pourrait penser dans ce sens que l'humanité aura une très longue mémoire et sera un juge très, très sévère."

"L'engagement de l'Australie est clair : si nous trouvons le vaccin, nous le partagerons. C'est l'engagement que nous devons tous prendre", a également déclaré Scott Morrison.

Le pape François a quant à lui déclaré vendredi aux Nations Unies que les membres les plus pauvres et les plus faibles de la société devraient bénéficier d'un traitement préférentiel lorsqu'un vaccin contre le coronavirus serait prêt.

L'Inde, deuxième pays le plus peuplé du monde après la Chine, a enregistré plus de 5,8 millions de cas de COVID-19, juste derrière les États-Unis. Le nombre de morts liés au virus s'y établissait cette semaine à plus de 90.000.

(Michelle Nichols à New York et David Brunnstrom à Washington, version française Benjamin Mallet)