Téléchargez
notre application
Ouvrir

L'UE peine à trouver une réponse commune à la flambée des prix de l'énergie

reuters.com  |   |  398  mots
L'ue peine a trouver une reponse commune a la flambee des prix de l'energie[reuters.com]
(Crédits : Wolfgang Rattay)

par Kate Abnett

BRUXELLES (Reuters) - Certains ministres de l'Énergie des pays de l'Union européenne, dont la France et l'Espagne, ont réitéré jeudi leurs appels pour mettre en oeuvre une réforme des règles du marché de l'énergie au sein du bloc face à la hausse des prix du gaz et de l'électricité, une position contestée par d'autres Etats-membres dont l'Allemagne.

Les prix de l'énergie en Europe ont atteint des niveaux record cet automne et si les prix du gaz ont baissé par rapport aux pics du mois d'octobre, ils restent encore relativement élevés.

Les États membres de l'UE ont eu du mal à trouver une réponse commune à ces prix élevés, en dépit de plusieurs réunions d'urgence tenues ces derniers mois pour débattre de la question.

L'Allemagne, le Danemark, les Pays-Bas et six autres pays ont publié mercredi une déclaration commune s'opposant aux appels des autres gouvernements à réformer les marchés européens de l'énergie.

Le plafonnement des prix ou le passage à un système différent de fixation des prix nationaux de l'électricité pourraient décourager le commerce de l'électricité entre les pays et compromettre les incitations à ajouter des énergies renouvelables au système, ont déclaré ces pays.

De leur côté, l'Espagne, la France, l'Italie, la Grèce et la Roumanie ont réagi par une déclaration commune appelant à l'adoption de règles européennes pour protéger les consommateurs des fluctuations des prix de l'énergie, en obligeant par exemple les fournisseurs d'électricité à proposer au moins un contrat permettant d'acheter de l'énergie un an ou plus à l'avance.

Ils ont aussi demandé à ce que les pays de l'UE achètent du gaz en commun pour constituer des réserves stratégiques et qu'une enquête soit menée pour identifier les réformes à apporter au marché de l'électricité du bloc.

"Nous pensons que cela nécessite une réflexion approfondie", a déclaré jeudi la ministre espagnole de l'Énergie et de l'Environnement, Teresa Ribera, lors d'une rencontre avec ses homologues.

"Le prix de l'énergie est source d'inquiétudes dans tous les États membres, aussi bien pour les acteurs de leurs économies que pour leurs gouvernements."

(Reportage Kate Abnett; version française Camille Raynaud et Elena Vardon, édité par Blandine Hénault)