Téléchargez
notre application
Ouvrir

Brexit : L'UE accélère ses préparatifs en vue d'un "no-deal"

reuters.com  |   |  372  mots
Brexit: l'ue accelere ses preparatifs en vue d'un no-deal[reuters.com]
(Crédits : Yves Herman)

BRUXELLES (Reuters) - L'Union européenne estime qu'une sortie sans accord du Royaume-Uni de l'UE est de plus en plus probable et accélère ses préparatifs, dit-on lundi à Bruxelles.

"Nous sommes préparés à ce scénario", déclare l'un des responsables européens interrogés sur les mesures d'urgence envisagées par les Vingt-Sept en cas de "no-deal".

Ces hauts fonctionnaires se sont rendus dans les 27 Etats membres de l'UE post-Brexit afin de coordonner au mieux les décisions.

La France, la Belgique et les Pays-Bas sont en train de recruter jusqu'à 2.100 personnes pour effectuer des contrôles douaniers et réglementaires supplémentaires, précisent-ils.

Les pays membres mettent également en place une vingtaine de nouveaux points d'inspection frontaliers dans le but de réduire au maximum les risques de perturbations dans les transports.

Les dirigeants européens, qui étaient réunis jeudi et vendredi à Bruxelles, ont reporté la date du Brexit du 29 mars au 22 mai si la Chambre des communes ratifie l'Accord de retrait la semaine prochaine ou au 12 avril dans le cas contraire.

Londres doit aussi informer l'UE avant le 18 avril de son intention ou non de participer au prochain budget communautaire.

"Nous ne voulons pas d'un 'no deal' mais si cela doit se produire, alors il faut le faire vite", déclare un responsable européen.

"On peut comparer cela à un plâtre. On peut l'enlever très lentement et cela fait mal pendant un moment. Ou bien on l'enlève très vite et c'est fini."

"Cela ne veut pas dire que les choses vont être faciles et sans heurts", ajoute un autre responsable. "On s'attend à un long temps d'attente pour les biens et les personnes lorsqu'il faudra franchir la frontière pour aller sur le continent."

Les préparatifs des pays les plus exposés comme la Belgique ou l'Irlande sont loin d'être achevés, ont indiqué des diplomates après le Conseil européen de la semaine dernière.

Il n'y a en particulier aucune solution en vue pour éviter le rétablissement de contrôles à la frontière entre la République d'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord.

(Gabriela Baczynska; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)