Téléchargez
notre application
Ouvrir

Une filiale d'Axa touchée par une attaque informatique en Asie

reuters.com  |   |  330  mots
Une filiale d'axa touchee par une attaque informatique en asie[reuters.com]
(Crédits : Arnd Wiegmann)

PARIS (Reuters) - Axa Partners, filiale d'assistance du géant français de l'assurance Axa, a été récemment touchée par une cyberattaque qui a affecté ses opérations informatiques dans plusieurs pays d'Asie, a confirmé dimanche le groupe dans une déclaration.

Asia Assistance a été la cible d'une attaque au rançongiciel, ce qui a affecté ses activités en Thaïlande, en Malaisie, à Hong Kong et dans les Philippines, précise la société.

"En conséquence, certaines données opérées par Inter Partners Asia (IPA) en Thailande ont été interceptées", indique Axa Partners, qui précise ne pas avoir de preuve pour l'instant que des données dans d'autres pays pourraient être concernées.

La filiale d'Axa ajoute avoir mis sur pied un groupe de travail avec des experts extérieurs au groupe pour conduire une enquête sur cet incident.

"Axa prend la protection des données privées très au sérieux et si l'enquête de l'IPA confirmait que les données sensibles de quiconque ont été affectées, les mesures nécessaires seront prises pour prévenir et accompagner tous les clients professionnels et les personnes concernées", ajoute la déclaration.

Le Financial Times s'est fait l'écho en premier de cette attaque après que des cybercriminels utilisant un rançongiciel appelé Avaddon ont dit avoir piraté les opérations du groupe en Asie et avoir volé trois teraoctets de données, dans un post mis en ligne sur le "darkweb" que le journal financier a pu consulter.

Selon ce post, les données volées incluent des données de clients personnellement identifiables, des documents médicaux, ainsi que des données provenant de médecins ou d'hôpitaux, précise le FT.

Elles incluent également des impressions écrans de cartes d'identité et de passeports et des documents bancaires, poursuit le FT.

(Gwénaëlle Barzic et Sarah White, édité par Blandine Hénault)