Accord de libre-échange UE-Mercosur : Hulot le juge "trop préjudiciable" pour les agriculteurs

 |   |  680  mots
L'Union européenne souhaite ouvrir davantage son marché au bœuf sud-américain pour accélérer les négociations avec le Mercosur, en vue de la signature d'un accord de libre-échange.
L'Union européenne souhaite ouvrir davantage son marché au bœuf sud-américain pour accélérer les négociations avec le Mercosur, en vue de la signature d'un accord de libre-échange. (Crédits : Daniel Becerril)
Depuis plusieurs semaines, les agriculteurs -surtout les éleveurs de bovins- sont vent debout contre le projet d'accord de libre-échange, en cours de négociation, entre l'Union européenne et quatre pays d'Amérique latine (Mercosur). Le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot a remis le sujet sur le tapis, hier, lors d'un entretien au JDD, en estimant que ce traité n'est "pas acceptable, en l'état".

Nicolas Hulot exprime de longue date des réticences à propos du traité de libre-échange que la Commission européenne négocie en ce moment avec les pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay et Paraguay), mais aussi du Ceta (accord UE-Canada), entré en vigueur partiellement en septembre dernier.

"Tels qu'ils existent, [le Ceta et l'accord UE-Mercosur] ne sont pas climato-compatibles", a-t-il tout simplement considéré lors d'un entretien accordé, hier, au Journal du Dimanche (JDD).

Alors que les agriculteurs ont manifesté, cette semaine, partout en France, contre ce projet d'accord, le ministre de la Transition écologique a aussi estimé "qu'en l'état, ce traité n'est pas acceptable".

"Il serait trop préjudiciable, notamment pour nos agriculteurs, et la France a des lignes rouges très claires", a ajouté le ministre.

Concurrence déloyale sur le boeuf

Au Salon de l'agriculture, dimanche, le chef de l'État a pu prendre la mesure de la colère qui gronde au sein de la filière bovine. Car c'est sur le bœuf que se cristallisent justement les craintes des éleveurs. Lors de son passage au stand "Interprofession bétail et viande", de nombreux sifflets ont retenti, portés par une dizaine de membres des Jeunes Agriculteurs (JA) qui ont brandi des T-shirts portant l'inscription "Attention agriculteurs en colère".

Ce que les éleveurs craignent, c'est l'importation à taux réduit sur le continent de 70.000 tonnes de viande bovine sud-américaine par an, à droits de douane réduits, si l'UE signe cet accord commercial avec le Brésil, l'Argentine, l'Uruguay et le Paraguay. Christiane Lambert, la présidente de la FNSEA, parle même d'une "véritable catastrophe pour une filière en crise". L'importation de milliers de tonnes de bœuf "30% moins chères" constituerait, selon elle, une concurrence déloyale. La FNSEA estime à 33.000 le nombre d'emplois menacés par an en Europe.

Le scandale sanitaire "Carne Fraca" encore dans tous les esprits

Dans un communiqué daté du 25 janvier, la Fédération nationale bovine s'interroge : "Le Brésil n'est-il toujours pas, suite à l'affaire Carne Fraca [viande avariée], dans l'incapacité de démontrer la fiabilité du système de traçabilité et de certification sanitaire de ses viandes ?" À la suite de ce scandale, l'UE avait décidé d'interrompre les importations de viande issue des entreprises mises en cause pour avoir mélangé de la viande avariée avec de la viande vendue au Brésil et à l'étranger.

Avec ce traité de libre-échange, les agriculteurs craignent aussi l'entrée sur le marché européen de denrées produites dans des conditions moins contraignantes, des viandes d'animaux nourris aux farines animales, aux OGM ou encore traités aux hormones. Pourtant, aux centaines d'agriculteurs invités à l'Elysée la veille de l'ouverture du Salon de l'agricole, Emmanuel Macron a tenté de calmer les esprits en assurant qu'il n'y aura "jamais de bœuf aux hormones en France." Dont acte.

Harmonisation des critères de qualité

Certains intellectuels européens libéraux et progressistes, membres du Cercle de Belem, font effectivement état de réglementations différentes entre les pays Sud-Américains et les standard européens. Mais certains d'entre eux seraient en train de revoir leur critères de qualité :

"Il convient de rassurer les Européens soucieux de la qualité des produits agricoles en provenance du Mercosur (...) Rappelons que, pour faciliter ses exportations, le Brésil respecte déjà les réglementations européennes relatives à la traçabilité des produits alimentaires. En conséquence, la qualité des produits importés ne peut être invoquée pour freiner le processus d'ouverture", argumentent-ils.

Lire aussi : L'Europe doit s'ouvrir au Mercosur

Cet accord, c'est pour quand ?

Les négociations sont toujours en cours à Asuncion, la capitale du Paraguay. Selon un article du Monde, Emmanuel Macron serait partisan d'une finalisation "rapide" de l'accord entre les deux parties. Ils devraient s'entendre d'ici à la fin mars, avant le début de la campagne pour l'élection présidentielle au Brésil. Sinon, la possibilité d'un accord sera reportée à mi-2019, dans le meilleur des cas.

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/03/2018 à 11:20 :
Encore un commentaire de censuré alors que je n'y ai même pas parlé de l'affaire pour viol ???

Alors là un minimum d'explications ne serait pas du luxe de temps en temps sur vos censures hein... -_-
a écrit le 27/02/2018 à 8:39 :
" trop préjudiciable " ..... mais signé quand mème a n'en pas douter !
La dictature du fric et des profits a toujours le dernier mot dans ce système liberal !
Et ce ne sont pas les gesticulations de Macron et les postures de Tartuffe de Hulot qui vont y changer quoi que ce' soit .......
a écrit le 27/02/2018 à 7:25 :
Le libéralisme suivi par nos dirigeants n'est pas un programme de libertés.
Il n'y a aucun avenir radieux et équilibré en lui.
C'est un régime liberticide.

Il est le pouvoir absolu donné à quelques puissants de plier des pays sous la loi de leurs volontés impérialistes.
Par un lent cheminement tous ceux qu'il soumet finissent par être conduit de sujets à esclaves d'une finance internationale boursicotière qui ne dit pas son nom sans possibilité de s'affranchir et nous finirons tous par perdre le peu que nous possédions avant, même si c'était trop peu pour certains.
C'est ensuite ces mêmes esclaves laborieux qui devront prendre en charge les enfants perdus de ce système inique.

Le libéralisme dans lequel nous sommes engagé par des irresponsables n'est ni juste ni équitable.
Alors CETA, MERCOSUR et consorts ! Des leurres à gogos taillés sur mesure pour une minorité d'affairistes.

Il est nivellateur du plus grand nombre au profit d'une poignée d'accapareurs et provoque la destruction des modèles qui s'éloignent de ses codes élastiques sans qu'un arbitre puissant, d'ailleurs inexistant, puisse ramener dans des moules, par ailleurs non définis avec rigueur, des fraudeurs, des fauteurs de malfaçons ou de médiocrité meurtriers de tous les labels d'excellences ancestrales et d'équilibres naturels. C'est entre-autres en cela qu'il est liberticide.
Il suffit d'observer et d'analyser ce qui se pratique au niveau de l'UE et de Bruxelles.
Infiltrer une lie nauséeuse dans un corps propre n'a jamais fait que rabaisser ou disparaître un vin au lieu de l'anoblir.

Le libéralisme forcené n'a pas de codes équilibrés bien définis, de gardes fous ni d'organes de protection, sinon il ne s'appellerait plus libéralisme.
C'est pourtant bien dans cette absurde course que nous engage ce Président trouvé qui n'ose pas affronter le peuple en le questionnant par référendum. Fils putatif de la finance et du haut du pavé, il connait trop bien la réponse pour s'y risquer.

C'est bien pourquoi je le regarde comme un tyranneau, monarque du XXI° siècle. Une autre image le définit tout aussi bien : un paradeur de muscles et de foires qui use d'un baratin de camelot.

Tout Etat, toute nation, toute organisation même associative a besoin d'une police forte, structurée, respectable et respectée pour exister sans chaos ni anarchie. Et c'est la puissance de cette autorité qui protège la liberté de tous et de chacun.

Mais cette autorité doit être l'expression exclusive d'un peuple, d'une nation et pas celle d'un groupuscule ou d'une élite.

Alors je dis que tant que le libéralisme et l'ultra ne seront pas encadrés par cette haute, incorruptible et inexorable autorité venue du peuple, ils porteront les germes de la destruction des libertés.

Si la liberté du refus existait ainsi que l'autorité volontaire et inébranlable de sa protection, c'est toute la définition du libéralisme d'aujourd'hui qui se transformerait et du coup deviendrait admissible et populaire.
a écrit le 26/02/2018 à 23:37 :
Pourquoi demandez l'avis de Nicolas Hulot. Il n'a pas son scaphandre et son tuba pour donner son commentaire? Qu'il demissionne et accepte qu'il est à son seuil d'incompétence. Etre la caution d'un homme qui ne le respecte pas (Macron) n'est pas bon pour soi meme et ce que l'on veut garder comme image dans le public.

Bon nuit M Hulot
Réponse de le 27/02/2018 à 8:45 :
Il le savait AVANT d'accepter le poste , c'est donc l'arrivisme qu'il représente et non pas l'écologie , précédé en cela par les Duflot , Placé et autres Cosse ......
a écrit le 26/02/2018 à 19:07 :
Ces traités CETA et mercosur n'apportent rien aux consommateurs européens. Une fois de plus la commission européenne se fait rouler dans la farine, et Macron, soudoyé par les financiers, soutient cela. Au prix de milliers d'emplois dans notre agriculture, et d'une pollution supplémentaire quand on balade à travers la planète ce qu'on peut produire chez nous. Cela devient totalement insensé
Réponse de le 27/02/2018 à 8:48 :
.... le pouvoir de nuisance de l'Europe on n'en a pas encore vu le bout !
(Macron ne s'était pourtant pas caché en etre un défenseur acharné !......... comme l'électorat de ce pays cherche le baton pour se faire battre ! )
a écrit le 26/02/2018 à 18:01 :
ce qui est comique dans cette affaire ,c'est l'enjeu que s'est fixé la commission européenne , à savoir faire reconnaitre par les pays sud-américains nos AOC ET AOP contre l'autorisation d'ouvrir notre marché européen à leurs exportations de produits agricoles et d'élevage animal , sans aucun contrôle de conformité à nos normes sanitaires (qui se révèlerait de toutes façons impossible à organiser et effectuer ) et sans verrous quantitatifs définis dans le temps .
le marché de dupes est en place ; on exportera dans ces pays quelques fromages , vins et champagne , épicerie fine , destinés principalement à nos ambassades et hôtels de luxe , et on importera des milliers de containers de viandes bovine, ovine,caprine , chevaline et avicole , des bateaux complets de céréales et oléagineux , le tout à des prix canon pour le plus grand bénéfice des importateurs , transformateurs industriels et des distributeurs spécialisés .
Sûr que les paysans français en particulier ont du mouron à se faire . leurs productions de masse seront laminées . seules arriveront à survivre une minorité d'entreprises spécialisées dans des produits très qualitatifs sur des marchés de niche .
la France va devenir un modèle écologique : plus de pesticides , de nitrates , de méthane animal , car plus de cultures céréalières et fourragères et plus d'élevages
Finalement Hulot et tous les bobo-écolos seront contents de manger pas cher des produits en promo au super -marché en regardant l'amour est dans le pré à la télé .
L'histoire n'en finit pas de se répéter , après les naufrages successifs de la sidérurgie , du textile , de l'électroménager et matériels électriques , de l'audio-visuel domestique , et d'autres secteurs industriels spécialisés , le tour du secteur agricole et de ses industries connexes semble inévitable ; malgré les écrans de fumée qu'activent nos politiques impuissants à freiner le rouleau compresseur de la mondialisation , le déclin agricole français est en marche .
a écrit le 26/02/2018 à 17:05 :
Il faudrait mettre une TVA sociale sur les produits agricoles, ce qui réduirait les charges de nos agriculteurs et affecterait les produits importés.
a écrit le 26/02/2018 à 15:32 :
Comme d'habitude notre écolo d'opérette baissera son froc devant le MERCOSOUR, le CETA et bientôt le TAFTA; la politique corrompt les consciences.
a écrit le 26/02/2018 à 14:53 :
En conclusion cet accord "Mercosur" est sans doute plus proche d'un accord "Merdpasur" !
a écrit le 26/02/2018 à 14:42 :
"Hulot le juge "trop préjudiciable" pour les agriculteurs"

Il y aura surement des exceptions, hein Nicolas.
a écrit le 26/02/2018 à 14:36 :
"70.000 tonnes de viande bovine sud-américaine par an"
Ça fait 300g/européen par an, donc ce qu'on peut manger en moins vu que trop de viande c'est pas très bon. Mangeons 300g de moins chacun par année et zéro besoin d'en importer. :-)
Il parait qu'on en achète déjà de la viande Mercosur, l'accord est là uniquement pour mettre à zéro les frais de douane, c'est tout ("vous achetez notre éthanol, on vous vend plus de viande"). Si eux en mangent, serions-nous "délicats" pour bouder de la viande "basique" ?
Finalement, entre la viande au détail (boucherie, barquettes) et la viande pour l'industrie (voire minerai indéterminé, cheval, âne, bœuf), on en produit combien en France(UE), importe combien (%) ? En Suède ai vu un panneau (chemin accès à une ferme) marqué Charolais, comme quoi. Y a des connaisseurs.
Pour le commerce il faut de plus en plus d'animaux pour la viande, pour la planète il faut de moins en moins d'animaux, que choisir ? Le commerce !? Business dirait Trump.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :