Alstom : Pierre Gattaz redoute des commandes "artificielles" et "électoralistes"

 |  | 467 mots
Lecture 2 min.
Soit il y a des vraies commandes qui arrivent, et bravo, ce site de Belfort pourra être sauvé, soit il n'y a pas de commande, il n'y a pas de marché, et alors il faut adapter ce site, Pierre Gattaz
"Soit il y a des vraies commandes qui arrivent, et bravo, ce site de Belfort pourra être sauvé, soit il n'y a pas de commande, il n'y a pas de marché, et alors il faut adapter ce site", Pierre Gattaz (Crédits : © Benoit Tessier / Reuters)
Le patron du Medef Pierre Gattaz a mis en garde mardi le gouvernement contre la tentation de passer des commandes "artificielles" au site Alstom de Belfort, estimant qu'une telle démarche ne permettrait pas de sauver "durablement" l'usine historique du constructeur ferroviaire.

Invité ce matin à RTL, le responsable de la principale organisation patronale a déclaré que "si on crée des commandes électoralistes ou artificielles, ça ne marchera pas durablement."

"On va régler le problème pendant deux ans, et dans deux ans vous aurez le même problème à régler", a-t-il ajouté.

"Les entreprises sont des êtres vivants qui s'adaptent dans un monde en mutation permanente. Donc soit il y a des vraies commandes qui arrivent, et bravo, ce site de Belfort pourra être sauvé, soit il n'y a pas de commande, il n'y a pas de marché, et alors il faut adapter ce site", a poursuivi Pierre Gattaz, appelant alors à "s'intéresser aux salariés qui devront être accompagnés".

Le constructeur avait annoncé le 7 septembre vouloir transférer la production de locomotives de Belfort à Reichshoffen, une commune alsacienne située à 200 kilomètres, pour ne conserver dans l'usine franc-comtoise que de la maintenance.

A sept mois de l'élection présidentielle, l'avenir du site de Belfort est devenu un enjeu politique, d'autant que l'État possède 20% du capital d'Alstom. François Hollande a fait de son maintien un "objectif", soucieux d'éviter une déflagration similaire à la fermeture des hauts-fourneaux de Florange, en Lorraine, en début de quinquennat.

Mobilisé pour sauver l'usine, le secrétaire d'État à l'Industrie, Christophe Sirugue a promis aux syndicats des "réponses" avant "la fin du mois". Mais aucun rendez-vous n'est inscrit, cette semaine, à son agenda.

Une journée de mobilisation pour les "Alsthommes" de Belfort

Depuis l'annonce de la fermeture du site, les salariés se mobilisent pour réclamer la sauvegarde de leur usine. Les 9.000 employés français du groupe sont appelés mardi à la grève par l'intersyndicale (CFE-CGC, CGT, CFDT, FO). Une manifestation est organisée à 11 heures devant le siège du fabricant de trains pour réclamer le maintien de l'activité sur son site historique de Belfort, où 400 emplois sur 480 sont menacés. Les organisateurs attendent entre "1.000 et 1.500 personnes" à Saint-Ouen.

Lire aussi : Alstom sera-t-il privilégié dans les appels d'offres en cours ? Un concurrent le craint

Quelque 300 salariés d'Alstom Belfort ont embarqué mardi matin à bord d'un TGV spécialement affrété pour les transporter à la manifestation prévue devant le siège du constructeur ferroviaire à Saint-Ouen. Pour Olivier Kohler, délégué CFDT du site, le "symbole est très fort : le TGV est un produit qui est sorti des usines d'Alstom et qui est le fruit du travail des salariés d'Alstom".

Le Pdg du groupe, Henri Poupart-Lafarge, sera auditionné dans la journée à l'Assemblée nationale par la commission des Affaires économiques. Selon le journal Le Monde, l'exécutif pourrait présenter un plan "global" pour les 12 sites français d'Alstom, sans doute le 3 ou 4 octobre.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/09/2016 à 15:43 :
"Les entreprises sont des êtres vivants qui s'adaptent dans un monde en mutation permanente".

Ok, maintenant qui profite cette mutation permanente :

En 2014 ,les sommes versées par les entreprises du CAC 40 à leurs actionnaires, sous forme de dividendes et de rachats d'actions, ont grimpé de 30% l'an dernier à 56 milliards d'euros, selon une étude publiée par la lettre spécialisée Vernimmen.net.
Ce total égale presque le record atteint en 2007 par les grands groupes français cotés en Bourse, avant la crise financière qui avait éclaté l'année suivante, selon les données de l'étude. Dans le détail, les rachats d'actions ont bondi de 55% à plus de 10 milliards d'euros, et les dividendes de 25% à 46 milliards, d'après cette étude citée dans le quotidien Les Echos
a écrit le 27/09/2016 à 15:16 :
Sherpa ,aujourd'hui tous les grands pays usa en tête privilégient leurs entreprises nationales , le but étant d'assurer des heures de travail à nos salariés ...et en cherchant bien il serait intéressant de connaître les conditions du récent marché passé avec l'Inde concernant la vente des Rafale , entre autre pourquoi les pouvoirs publics ont insisté pour que les avions soient assemblés en France ....sinon pour assurer du travail aux usines Dassault .
Gattaz a perdu toute crédibilité en intervenant sur tout et n'importe quoi ...et il n'obtiendra jamais plus de la droite de ce que la gauche a accordé au patronat ces dernières années .
Le handicape des entreprises ce n'est pas le poids des charges mais le manque l'innovation et de prise de risques .
a écrit le 27/09/2016 à 15:07 :
Il n'a qu'à aller expliquer cela au maire FRONT DE GAUCHE de BELFORT. Ah bon, il n'est pas FRONT DE GAUCHE mais LR. Pourtant, il a l'air copain comme cochon avec la CGT
a écrit le 27/09/2016 à 14:22 :
Ce qui compte c'est d'avoir des commandes meme publique et que cette région proche de la Suisse reste industrielle le reste, c'est que du blabla politique pour les élections !
a écrit le 27/09/2016 à 11:53 :
la Tribune pourrait elle enquêter ?
- Alstom remporte de nombreux contrats à l'etrangen en produinat ailleurs qu'en France.
- La RATP n' a rien commandé depuis 320 ans, la dernière commande de TGV était artificielle : bref, on achet quasiment pas d'Alstom en France..
- on achète recement du Vossloh, produit en Allemagne (pas vraiment low cost, comme pays ) pour 15% moins cher , dixit le ministre...
- ou du Bombardier, pour lesTER, produits en France, pourtant
Le problème d’Alstom en France ne serait il pas ...Alstom en France ???
Réponse de le 27/09/2016 à 15:57 :
Le problème est peut être la capacité des dirigeants,d Alstom a diversifier sa production autrement que sur le seul tgv...
La France n est pas en,cause...ce sont les,dirigeants d alstom qui sont en,cause.....reflexion stratégique réduite a,néant....idem chez EDF....ALSTOM énergie vendue aux USA.....non investissement dans les usines françaises automobile etc........je ne parle pas d ALCATEL....et j en passe.....,.,
Réponse de le 27/09/2016 à 15:57 :
Le problème est peut être la capacité des dirigeants,d Alstom a diversifier sa production autrement que sur le seul tgv...
La France n est pas en,cause...ce sont les,dirigeants d alstom qui sont en,cause.....reflexion stratégique réduite a,néant....idem chez EDF....ALSTOM énergie vendue aux USA.....non investissement dans les usines françaises automobile etc........je ne parle pas d ALCATEL....et j en passe.....,.,
a écrit le 27/09/2016 à 10:09 :
Le monde de la finance est apatride, donc ceux qui en dépendent le sont aussi!
Réponse de le 27/09/2016 à 11:47 :
le monde de la finance je ne sais pas, mais +de 70% des salaries d’Alstom travaillent à l'étranger. La majorité des clients y est aussi.
A l’inverse, la plus grosse usine de train de France appartient au canadien bombardier. Même Vossloh possède , entre autres, 3 site autour de celui d’Alstom , en Alsace.
si on résume, les usine françaises , qui sont une part minoritaire de la fore de production du groupe, travaillent surtout pour le marche français, mais ce marché achète de moins en moins, et en plus à des concurrents, qui produisent aussi en France
Gattaz a raison : on va engager de l'argent public pour acheter plus cher un matériel moins adapté aux besoins, en affaiblissant tout autant les autres site d’Alstom que les sites français de ses concurrents. en contre partie on aura quoi au juste ? Assez probablement une hausse de bénéfices d'un entreprise cotée en bourse...
a écrit le 27/09/2016 à 9:48 :
Est ce que quelqu'un peut mettre en garde Pierre Gattaz contre ses discours artificiels...
a écrit le 27/09/2016 à 9:32 :
Encore un article sur la primaire de la droite !?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :