Assurance-chômage : le gouvernement s'apprête à appliquer sa réforme explosive

 |   |  1113  mots
(Crédits : Reuters/ Ludovic Marin/)
À partir du 1er novembre prochain, les conditions d'accès au régime de l'assurance-chômage vont être particulièrement durcies pour les nouveaux demandeurs d'emploi. Il faudra désormais avoir travaillé 910 heures pendant 6 mois, contre auparavant 610 heures pendant 4 mois, soit une hausse de 50% du temps nécessaire pour ouvrir des droits d'indemnisation.

C'est un chantier qui a fait peu de bruit, mais ses résultats pourraient faire des dégâts. À partir du premier novembre prochain, le gouvernement s'apprête à faire appliquer le premier volet de sa vaste réforme de l'indemnisation des chômeurs. Dans un débat organisé sur l'antenne d'Europe 1 hier matin, le responsable de la CFDT, Laurent Berger, a déclaré que "ces règles, c'est une punition (...), on entre dans une trappe à pauvreté pour ces demandeurs d'emploi".

De son côté, le patron du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux a assuré soutenir cette réforme car "le système", selon lui, permettait jusqu'alors "des stratégies d'optimisation" de la part de certains demandeurs d'emploi. Ce qui n'empêche pas le responsable patronal d'avouer par ailleurs : "Je ne sais pas comment cette réforme va avoir (un) impact sur les modifications des comportements des employeurs d'un côté et des demandeurs d'emploi de l'autre."

La présidente de l'Unédic craint l'impact des nouvelles règles

Après l'échec des négociations entre les partenaires sociaux, l'État a repris la main sur les manettes de ce système assurantiel. Ce changement va avoir des répercussions très concrètes sur des milliers de demandeurs d'emploi dans les prochains semaines.

Lors d'une conférence de presse à la fin du mois de septembre, plusieurs représentants de l'Unédic n'ont pas caché leur crainte au moment de l'entrée en vigueur de ces nouvelles mesures destinées, entre autres, à réaliser des économies. La présidente de l'organisme paritaire, Patricia Ferrand, avait lancé un avertissement.

"Ces règles changent énormément de choses [...] C'est un enjeu démocratique d'avoir une étude d'impact sur les nouvelles règles de l'assurance-chômage alors que les décrets publiés n'ont fait l'objet d'aucune évaluation."

> Lire aussi : Assurance-chômage : un impact "massif" pour la moitié des chômeurs indemnisés

Un durcissement explosif des règles d'indemnisation

L'application dans quelques jours des nouvelles règles pourrait faire l'effet d'une bombe dans les rangs des futurs demandeurs d'emploi. La principale modification concerne la durée nécessaire de cotisation pour toucher de nouveaux droits. Il faudra désormais avoir travaillé 6 mois sur les 24 derniers mois, contre 4 mois sur les 28 derniers mois auparavant. Alors que le gouvernement a publié les décrets d'application de sa réforme en plein milieu de l'été, l'Unédic a procédé à des simulations pour tenter d'en évaluer l'impact.

Parmi les principaux résultats, l'organisme paritaire insiste particulièrement sur la baisse du nombre de demandeurs d'emploi qui pourront ouvrir des droits en raison de la hausse nécessaire de la durée de cotisation. Le passage de 28 mois à 24 mois va également diminuer la durée du droit "car l'affiliation, à partir de laquelle la durée du droit est calculée, est recherchée sur une période plus courte". D'après les calculs de l'organisme en charge des comptes de l'assurance-chômage, environ 710.000 allocataires pourraient être concernés par cette mesure sur la première année de mise en oeuvre.

Au niveau du rechargement des droits, des modifications sont prévues dans les décrets publiés au journal officiel.  À partir du premier novembre prochain, il faudra avoir travaillé au minimum pendant 6 mois pour recharger ses droits. Sous les conventions actuelles, il faut travailler 1 mois pendant sa période d'indemnisation pour bénéficier de ce rechargement.

Dégressivité pour les hauts salaires

L'autre principale disposition, qui devrait entrer en application dans quelques jours, concernera les travailleurs ayant perçu une rémunération supérieure à 4.500 euros bruts, soit environ 3.500 euros nets. Ainsi, les allocataires de moins de 57 ans ayant touché des revenus supérieurs à cette somme pourrait voir leur indemnité baisser de 30% à partir du septième mois d'indemnisation. Cette baisse de l'allocation ne concerne pas les demandeurs d'emploi de plus de 57 ans fortement touchés par le chômage de longue durée.

La crainte exprimée par les opposants à la réforme est que ce principe de dégressivité risque de s'appliquer aux autres catégories de chômeurs, alors que son efficacité est loin d'être approuvée au sein des économistes.

Ainsi, dans une étude publiée en 2016, Bruno Ducoudré, économiste de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), avait noté que les bénéfices de la dégressivité sont "douteux et qu'elle crée des effets indésirables".

Concernant la mise en oeuvre de la dégressivité, ses premiers effets devraient être visibles à partir du second semestre 2020. Les économies attendues de ce dispositif seraient de l'ordre de 140 millions d'euros à partir de 2021.

> Lire aussi : Dégressivité des allocations chômage, une fausse bonne idée ?

Des droits pour les démissionnaires et indépendants

Promesse de campagne du candidat Macron, l'indemnisation sera ouverte aux démissionnaires ayant travaillé dans la même entreprise au cours des cinq dernières années et ayant un projet de reconversion professionnelle ou de création/reprise d'entreprise.

Avant de poser sa démission, le salarié devra demander un conseil en évolution professionnelle (CEP) et ensuite adresser à une commission paritaire (syndicats/patronat) une demande d'attestation "du caractère réel et sérieux" de son projet. Celle-ci examinera notamment "la pertinence de la formation identifiée" et ses perspectives d'emploi ou, pour une entreprise, les "besoins de financement" et les "moyens techniques et humains" envisagés. Selon des estimations de l'Unédic issues de la loi "Avenir professionnel", entre 17.000 et 30.000 personnes pourraient être concernées par cette mesure. Le coût d'un tel dispositif serait compris entre 230 millions et 345 millions d'euros par an.

Quid de l'amortisseur social à l'aube d'un ralentissement économique ?

La plupart des instituts de statistiques ont revu à la baisse leurs projections de croissance pour l'année prochaine. En France, si le coup de frein anticipé du produit intérieur brut est relativement modeste (la croissance devrait passer de 1,3% à 1,2%), le rythme des créations d'emplois devraient en revanche fortement ralentir. Les organismes de conjoncture prévoient environ 75.000 créations d'emploi dans le privé l'année prochaine contre 250.000 en 2019.

En outre, le risque de se retrouver au chômage pourrait s'amplifier en 2020 avec l'essoufflement de l'économie tricolore. Le rôle d'amortisseur social joué traditionnellement par l'assurance-chômage pourrait alors se réduire avec l'application de cette réforme. Si, d'un point de vue statistique, de nombreux chômeurs pourraient sortir des listes de Pôle emploi, cela aurait pour possible conséquence de gonfler les chiffres du "halo du chômage": actuellement, les services de l'Insee estiment que 1,5 million de personnes souhaitent un emploi sans être considérées au chômage.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/11/2019 à 21:59 :
On va la faire courte , cela s'appelle un transfert des cadres du privé vers les autres salariés du privé ...donc un impôt de plus pour cette population ....
Je vous le dis tout net , on est pas prêt de créer les GAFAM qui nous manquent tant pour préserver notre niveau de vie...
Les jeunes les plus talentueux s'exportent à l'étranger car les salaires sont devenus trop bas dans le privé depuis 20 ans ,particulièrement dans le secteur technologique.... Des politiciens sans envergure ont fait le choix de privilégier le bas de gamme (ESN) au profit de l'innovation, la France deviendra ainsi le pays le plus pauvre d'Europe dans 30 ans à l'allure à laquelle vont les choses ... à moins de changer radicalement le management de l'état en supprimant tous les IEP , l'ENA évidemment , les grands corps et en faisant payer toutes les études du supérieur selon les ressources des parents ... Cela ne posera pas de grand soucis aux populations des grands écoles puisque ces étudiants sont quasiment tous issus de milieux ultra favorisés .
a écrit le 31/10/2019 à 17:19 :
quel injustice quand on sait que le deficit assurance chomage est du aux intermittants du spectacle mais ils ont accès aux medias alors pas touche !! cette assurance est aussi la pompe à fric des syndicats Me Macron avait pourtant dit que c'etait fini ?
a écrit le 31/10/2019 à 17:18 :
quel injustice quand on sait que le deficit assurance chomage est du aux intermittants du spectacle mais ils ont accès aux medias alors pas touche !! cette assurance est aussi la pompe 0 fric des syndicats Me Macron avait pourtant dit que c'etait fini ?
a écrit le 30/10/2019 à 15:02 :
Bof, po grave, l'intérim recrute à pleins bras, il y a du taf pour tout le monde (enfin ceux qui n'ont pas peur de mettre les mains dans le cambouis) et de bouger,
Réponse de le 30/10/2019 à 15:19 :
C'est du baratin:, car c'est sous la condition d'avoir la bonne formation, et c'est la le problème. Il faut former les demandeurs d'emploi, pas seulement au soi-disant nouveaux métiers, mais à tous les métiers qui manquent de personnel.
a écrit le 30/10/2019 à 11:46 :
"La ministre du Travail Muriel Pénicaud a annoncé que l'ACRE, un dispositif dont bénéficient les auto-entrepreneurs, sera bien revu à la baisse à compter du 1er janvier prochain. " BFMTV

Bon, cela au moins permet de savoir pour qui ils bossent !!! car faire croire que c'est pour les citoyens, après la baisse des subventions au pme tpe, et l'augmentation de 20% du cice. Tout est dit.

Ce qui est le plus insupportable, c'est qu'en plus de ses discours cyniques, des résultats inexistant, vous y ajoutez la réforme donc de l'assurance chômage....

ah ils (avec macron) travaillent pour le pays?!!!!

Non, pour leurs amis......
Réponse de le 30/10/2019 à 12:01 :
L’ACRE est un dispositif pour que l’auto entrepreneur soit exonéré de deux ans sur les cotisations patronales taxes et impôts inclus .
L’existence test d’une entreprise c’est 3 ans , si il arrive à passer le «  cap » c’est parti pour cinq ans ( prochain test - passage)
Réponse de le 30/10/2019 à 16:26 :
La misère n'est pas pour tous !!! le 1er novembre jour de fête pour certains !

Les frais d'hébergement des députés provinciaux pour louer un pied-à-terre dans la capitale passe de 900 à 1200€ au 1er novembre. Plus 33 %
a écrit le 30/10/2019 à 11:23 :
C'est une mauvaise réforme,tout le monde en convient.Une meilleure solution serait d'augmenter les cotisations chomage,maintenant que les entreprises ont refait du "gras".
Réponse de le 30/10/2019 à 11:40 :
Non , il ne faut pas «  casser » la pérennité des entreprises qui fonctionnent bien ;

Ne Pas augmenter les cotisations , mais «  adapter l’offre du travail aux demandes d’emplois « 

Faire une scission entre précaire et durable , recadrer les propositions d’emplois que peut faire pôle emploi( contrat sérieux et durable , exclusivité pôle emploi)

Et
Redonner les autres offres d’emplois aux plateformeset agences intérims


Il y a «  plus d’agences qui font travailler les autres » que de «  gens actifs » qui travaillent....


Réglementer les plateformes d’offres d’emplois et agences intérim et supprimer ceux qui ont un chiffre d’affaire en dessous de 50 milles euros.
Il y a trop d’agences d’intérim il faut une réglementation.
Réponse de le 30/10/2019 à 14:33 :
Vos politiques PS (retraite à 60 ans, 35 h ) ont participé à la destruction notre industrie, notamment en renchérissant le coût du travail. Et vous voulez encore en rajouter !
D'ailleurs il suffit de regarder le bilan de Hollande, pourquoi avoir fait le CICE, si ce n'était pas utile ?
Réponse de le 30/10/2019 à 17:45 :
@Gilles

"Vos politiques PS (retraite à 60 ans, 35 h ) ont participé à la destruction notre industrie, notamment en renchérissant le coût du travail".

Oui, mais étonnamment , je n'ai pas vu des salariés de droite dans l'industrie refuser de partir à 60 ans ou de prendre leur RTT au contraire c'étaient les premiers à vouloir se tirer.
a écrit le 30/10/2019 à 11:19 :
Par éthique Pôle Emploi devrait s’engager à ne proposer que des «  contrats de 6 mois » et laisser les autres contrats aux agences d’intérims

C’est une manière de «  dire » oui nous sommes solidaires «  tous »contre la lutte de précarité et la casse du pouvoir d’achat en France.

Cordialement,
Réponse de le 30/10/2019 à 15:52 :
Il ne faut pas mélanger contrats en intérim, qui du fait que vous tenez la route vous avez un employeur qui essayera par tous les moyens à vous trouver des contrats, sinon être respecté dans le milieu de l'intérim et faire le tour des agences, cerise sur le gâteau vous êtes bien payé avec en plus déplacements, astreinte etc.
Un CDD court même long est une injustice car le mec(nana), contrat fini se retrouvera tout nu devant pôle emploi, sans espoir ni regard bienveillant avec un retour à la solitude et la misère.
(18 ans en intérim et en déplacements, j'ai très bien gagné ma vie et payé ma maison)
a écrit le 30/10/2019 à 9:57 :
Bizarrement cela va à l'encontre d'une flexibilisation du marché du travail. Pourquoi ? Tout simplement car certains CDD courts vont devenir moins attractifs pour les demandeurs d'emploi qui seront dans un calcul par rapport à l'indemnisation chômage.
Réponse de le 30/10/2019 à 10:55 :
Ça va booster le portefeuille ( de missions )des agences d’intérim
qui risque de fermer la porte en cas de généralisation « du CDI « ( pouvoir d’achat et lutte contre la précarité sociale en France )
( je n’ai jamais regardé le problème par cet angle , merci )

Les contrats courts ( remplacement et accroissement de travail ) plus des «  produits » d’agences d’intérim

Sachant que 5 dernières années ces agences ont poussé comme des champignons ( 4 à 5 sur la même rue par exemple )
a écrit le 30/10/2019 à 4:43 :
Penicaud en pince pour le minus, c'est clair.
a écrit le 30/10/2019 à 0:10 :
Vous avez voté Macron contre "la haine" parait il?

Appréciez alors votre vote maintenant.
Réponse de le 30/10/2019 à 9:27 :
C'est bien vrai !
Réponse de le 30/10/2019 à 10:00 :
Chacun est «  libre » de s’exprimer et de «  participer » au débat social en France 🇫🇷 en ligne comme en publique , dans le respect mutuel.
a écrit le 29/10/2019 à 23:15 :
La difficulté des équilibres budgétaires va effectivement forcer à des décisions qui ne seront pas drôles pour tous. Mais le souci de faire contribuer, une fois de plus, ceux qui le peuvent encore, l'intérêt de redynamiser une partie de la population dans sa recherche de travail, le refus de laisser des dettes aux générations suivantes, tout cela plaide pour ces mesures. S'en est fini des concepts type "la France a opté pour le chômage" tels que le jugeait Attali: nous pouvons faire autre chose que de nous complaire dans la médiocrité! Retour à la doctrine de St Paul (qui ne travaille pas...), avec une bonne dose de social quand même. Songeons aux deux grandes économies de la planète, américaine et chinoise, et leurs façons d'appréhender cette question.
a écrit le 29/10/2019 à 22:47 :
@Gonzague :
Cher ami,
Soyez bref.
La bouillie littéraire, ça ne mène nulle part.
@tous ceux qui font la morale en prétendant défendre les pauvres : la tartuferie ne mène nulle part non plus.
La bonne conscience à quatre sous, c'est nul !
Réponse de le 30/10/2019 à 9:16 :
Ce n'est pas faire la morale que de faire acter chacun en responsabilité.
Faudra bien un jour que ceux qui prennent les décisions soient responsables de leurs actes autrement que par le propre choix de celui ci que de l'être.

Et oui, on ne peut pas décider et ensuite ne pas assumer.
Réponse de le 30/10/2019 à 10:08 :
La frustration c’est bon pour l’évolution... de la conscience... justement ... tiens comme c’est étrange ? Non ?
a écrit le 29/10/2019 à 21:59 :
la SNCF aurait elle ouvert la voie ,?
a écrit le 29/10/2019 à 21:12 :
C’est très difficile de mettre tout le monde sur la même longueur d’onde :

Les besoins des étudiants ne pas pas identiques à ceux des actifs en couple et famille , ni comparable aux seniors proches de la retraite , pourtant tout le monde cotisent de la même manière aux caisses publiques.

Une mesure pour moi soit elle est pour tout le monde soit elle est pour personne , car c’est une manière d’unifier la population, l’équité vous connaissez ?

Car chacun travaille de la même manière, la valeur de travail est identique , moi ce qui me dérange c’est l ´exclusion de certains âges et le rajout d’autres , ce genre de mesure met les gens les uns contre les autres mais pourtant tout le monde cotise les «  même taux sociaux «  via «  la fiche de salaire.
a écrit le 29/10/2019 à 21:02 :
Macron part du principe que tout ce qui n'est pas productif, tout ce qui ne sert pas au business, ne sert à rien, donc ne doit pas être aidé sauf à rentrer dans les rangs ... Il oublie de dire que s'il y a des pauvres, c'est parce qu'il y a un système qui les fabrique car qui peut croire sérieusement que tout le monde peut être riche ? Et ce système, il est le premier à l'alimenter ... A lui seul, il a totalement bousiller notre système de solidarité sans même apporter des réponse aux enjeux actuels sur l'écologie ou le social ... Vraiment, le pire des présidents sauf pour ... les riches !
Réponse de le 30/10/2019 à 10:54 :
Tout ça, c'est vous qui le dites.
Ceux qui disent que E. Macron va détruire la solidarité mentent comme des arracheurs de dents, vraisemblablement parce qu'ils savent qu'ils profitent plus que largement de la dite solidarité.
C'est facile de faire dans l'indignation vertueuse et de faire semblant de défendre les pauvres contre les riches. C'est de la bonne conscience qui ne coûte pas cher.
Si on ne fait pas ces réformes pour que la solidarité soit bien financée, elle se cassera vraiment la g...
a écrit le 29/10/2019 à 20:23 :
Réforme ou régression ? En effet, une réforme suppose un changement d'une situation en vue de son amélioration. Donc il y a une idée d'ascension. Ici on a l'impression de coups de boutoirs vengeurs par rapport à des statuts supposés obsolètes dans une logique de fric. Du moins c'est mon analyse...
Réponse de le 29/10/2019 à 22:43 :
Une réforme peut aussi avoir comme but de rendre un système soutenable financièrement. Sinon c'est la hausse des impôts. L'état Français a un budget déficitaire tous les ans de 100 Milliards d'Euros. Chiche alors, augmentons les impôts.
Réponse de le 30/10/2019 à 9:25 :
Pas mieux Kikim !
a écrit le 29/10/2019 à 20:12 :
C'est la même chose avec la retraite à 70 ans qui semble bientôt avoir cours en Allemagne : ça revient ni plus ni moins à supprimer la retraite car l'espérance de vie en bonne santé est de seulement 65 ans environ.
Quel formidable retour en arrière au bénéfice de quelques uns !
Réponse de le 30/10/2019 à 2:56 :
70 ans est dans bcp de pays un age ou l'on continue de bosser. Si durant votre existence vous
avez tenu compte de votre etat g.al, vous pouvez allegrement aller bien au dela.
Sortez de votre hexagone.
Réponse de le 30/10/2019 à 9:24 :
C'est exactement le calcul fait. L'idée sera a travers la démarche d'application pour les cadres en 2020, comme cela sera pour la retraite.

Autrement dit, l'idée est de protégé ceux qui sont servit par le truchement du temps qui fait sans la ventilation, la capacité des cadres avec une décade de plus en bonne santé, de pouvoir donc appliquer une logique cynique et dont il ne sera responsable par la suite !!

Et lorsque l'on sait l'étanchéité du système de strates sociales en France, il espère que les gueux n'en prendrons conscience !
Réponse de le 30/10/2019 à 9:44 :
@matin calme


La Corée du Sud n'a mis en place un système de cotisations retraite qu'en 1988 et il n'est devenu obligatoire qu'en 1999. Les pensions sont fonction des montants et de la durée de cotisation, avec un plancher de dix ans minimum, si bien que bon nombre de personnes âgées sont encore exclues du système."Beaucoup de ceux qui ont 70 ou 80 ans n'ont jamais eu l'occasion de cotiser au régime de retraites et n'ont pas de pension", explique Hwang Nam-hui, chercheuse à l'Institut coréen des Affaires sociales et sanitaires. Ils doivent survivre avec des allocations sociales "ridiculement basses".Au total, un million de Sud-Coréens sont contraints de continuer à travailler bien après 60 ans, l'âge officiel du départ à la retraite.

La Corée du Sud vieillissante appartient au club des pays développés de l'OCDE mais son système de retraites laisser à désirer. Plus de 45 % des personnes âgées vivent dans une relative pauvreté, soit avec moins de la moitié du revenu médian par foyer, le chiffre le plus élevé des pays de l'OCDE où la moyenne est de 12,5 %.la société sud-coréenne s'est radicalement transformée et la famille nucléaire est désormais la norme. Les obligations filiales se sont distendues.D'après des statistiques récentes, davantage de sexagénaires sont actifs --travaillent ou recherchent un emploi-- que les Sud-Coréens âgés d'une vingtaine d'années.
a écrit le 29/10/2019 à 19:53 :
Les Français ont la mémoire courte. Les conditions des ASSEDIC ont toujours été variables, il fut une époque où il fallait avoir travaillé 4 mois dans les 8 derniers mois ou 6 mois dans les 12 derniers mois pour avoir une allocation. Alors c'est vrai, la dernière mouture était très favorable : 4 mois sur les 28 derniers mois, tous les étudiants qui bossent pendant leurs études y avaient droit avant leur entrée réelle sur le marché du travail. Mais 6 mois sur 24 mois, ce n'est pas extraordinaire à demander tout de même. Il suffit de lire certains commentaires pour voir que certains confondent "assurance chômage" et le droits d'épuiser toutes les aides possibles et imaginables que l'Etat français pourrait leur donner si...
a écrit le 29/10/2019 à 18:51 :
les chômeurs ne sont pas bêtes suffit de refuser et de signer tout contrat de moins de 6 mois. Pôle emploi vous propose un travail de 4 mois refusé ! une entreprise vous propose 2 mois refusé tout simple ! On vous propose 6 mois accepté tout simple !
Réponse de le 29/10/2019 à 20:03 :
Exactement ! Quand on gagne 10 000 euros par mois avec un salaire garanti à vie c'est très facile de faire la leçon aux pauvres.
a écrit le 29/10/2019 à 18:22 :
" Il était une fois un roi qui voulait aller à la pêche. Il appelle son météorologue et lui demande l'évolution pour les heures suivantes.

Celui-ci le rassure en lui affirmant qu'il pouvait y aller. Le roi va tranquillement à la pêche car pas de pluie prévue.

Pour plaire à la reine il met ses plus beaux atours.Sur le chemin, il rencontre un paysan monté sur son âne qui en voyant le roi dit :
"Seigneur mieux vaut que vous rebroussiez chemin car il va beaucoup pleuvoir dans peu de temps"
Bien sûr, le roi continue en pensant :
"Comment ce gueux peut-il mieux prévoir le temps que mon spécialiste diplômé grassement payé qui m'a indiqué le contraire . Poursuivons..."

Et c'est ce qu'il fait... mais il se met bientôt à pleuvoir à torrents.
Le roi rentre trempé, la reine se moque de le voir dans un si piteux état.
Furieux, le roi revient au palais et congédie illico son météorologue, puis il convoque le paysan lui offrant le poste vacant...
Mais le paysan refuse en ces termes :
"Seigneur, je ne suis pas celui qui comprend quelque chose dans ces affaires de météo et de climat,
mais je sais que si les oreilles de mon âne sont baissées cela signifie qu'il va pleuvoir "
Et le roi embauche l'âne...
C'est ainsi que commença en FRANCE la coutume de recruter des ânes pour les postes de conseillers les mieux payés.
C'est depuis ce moment, que fut décidé de créer une école : l' E.N.A. (l' École Nationale des Ânes)

et ses diplômés, dont nous pouvons mesurer, tous les jours, les brillantes compétences..."

Et bein pour toutes les incompétences de ces subordonnés il faut les révoquer !
Réponse de le 29/10/2019 à 19:43 :
Trop fort !!! Bulot! j'aime a la politique poétique donnant a savoir du monde par des exemples pertinents.

Ainsi le roi va donc dans cette réalité de l'histoire.

Du haut de sa citadelle, dans le guette, le roi ne peut voir derrière la montagne.
Il savait d’où se levait le soleil et ou apparaissait la lune, mais loin dans sa tête il était persuadé de son engeance planétaire (roi soleil et lune).

Ayant peur de la sape, le roi se mit en quête du grand tout derrière la montagne. Celui qui permet de croire seul dans sa tête du bien de tous supposé. Il pensait a ses sujets reluisant ses coutures pour obtenir faveur du roi.

Il savait aussi que le peuple ne le portait pas au cœur, du fait de sa fastueuse pensée qui ne faisait plus réalité.

Ce fut complexe que tout ces gueux dont la dîme nourrissait le roi, puissent voir ainsi celui ci en insécurité.

Alors le roi persuadé que la réalité est dans sa tête, s’enquiert auprès de son vice roi, qui lui même s'enquiert par échelle de ce que la situation de sortir de son château est de plus en plus difficile.

La terre étant une réalité de vue, ne pouvant savoir ce qu'il y a dans la montage, ainsi il demanda a l'âne quels présages il pouvait faire.

Celui ci lui répondu, "La com mon seigneur, la com. Vous savez que vous disposez du pouvoir du micro.

Une critique de loin entendu par peu, n'est rien en rapport avec votre micro. Vous rendrez une vérité a l'est, puis a l'ouest sans qu'elle ne soit dans le réel pour que cela fonctionne".

Ainsi le roi compris, que la réalité de sa parole préjugeait de ses certitudes.


(Je laisse la continuité de l'histoire pour que d'autres intelligences alimentent le récit)!
a écrit le 29/10/2019 à 18:13 :
Ah on y arrive, on met la dernière touche : la loi au service du capitalisme... quel bel avenir pour les français que l'esclavage déguisé ou renommé pudiquement "travail", pour toujours être pauvre et taxé. Cercle infernal dans lequel les démocraties aveugles se sont engouffrées sans régulation. La deuxième révolution gronde...
a écrit le 29/10/2019 à 17:38 :
Qu' ajouter sinon merci les GOPE ou feuille de route de Bruxelles et un grand ..merci à Macron l' européiste..

Un point très important est évoqué et permettra de comprendre les recommandations : « il n’est pas possible de réaliser d’importantes économies à court terme sans ralentir considérablement la croissance des dépenses de sécurité sociale, qui représentent plus de la moitié des dépenses publiques. » C’est fondamental car depuis 20 ans, il faut noter que les dépenses de l’État stagnent voire baissent en pourcentage du PIB. Les dépenses qui augmentent sont les dépenses sociales, notamment à cause du chômage de masse ou en santé/retraite de par le vieillissement de population. Toute demande significative de baisse des dépenses publiques sera donc au détriment des prestations de santé, d’assurance-chômage ou de retraites.

Depuis le pacte de stabilité et de croissance (PSC) de 1997, et avec le « six-pack », la Commission peut sanctionner financièrement les pays en cas de manquement ou de retard dans l’application des mesures préconisées. En cas d’« écarts importants », la Commission adresse à l’État membre un avertissement et sa situation est suivie tout au long de l’année. Si elle n’est pas redressée, la Commission peut proposer la constitution d’un dépôt correspondant à 0,2 % du PIB. Pour la France, il s’agirait donc d’un dépôt de 4,4 milliards d’euros. Les « recommandations » dans les textes se transforment donc, dans les faits, en obligations.
Source Upr, les GOPE 2016/2017 décodées.

Quand dans ce même temps, l' article 63 du TFUE de cette même UE -traité de fonctionnement de l' UE- légalise au prétexte de la libre circulation des capitaux! exil et fraude fiscaux massifs à hauteur de 100 milliards d' euros annuels pour le seul pays France..

Courage Frexit, fuyons..
Réponse de le 29/10/2019 à 18:15 :
Macron macronne qui a les Gope honteuses et alors que les Gope gopettent dans un paysage politco-médiiatique totalement verrouillé.

Voit-on Mélebcho, Le Pen soit les partis d' opposition accrédités en extraire la substantifique moelle ? Tiens vous auriez du nous resservir le point aveugle de l' article 63 du TFUE et ses délocalisations vers les pays de l' est à 400 euros mensuels qui, mettant l' économie à feu et à sang depuis 30 ans, sont la génèse même du chômage au pays France post Maastricht et que notre réformateur en charge de la province gauloise du 1 sur 28 prétend abréger ...
Merci pour l' excellence de ce décodage !
a écrit le 29/10/2019 à 17:19 :
bref, les cadres vont payer l'addition
he, ils commencent a s'y habituer! toutes les hausses de taxes et toutes les reformes, c'est pour leur gueule ( chomage, retraite, etc)
et sinon, les intermittents du spectacle?
oui parce que de memoire ils cotisent peanuts et representent 50% du deficit, c'st ca?
je travaille 504 heures, puis je palpe plein pot paye par la collectivite, et 3 jours avant la fin de mes droits, grace a la chance, je retrouve un poste d'acteur dans le troupe d'un copain!
voila ou il faut taper
Réponse de le 29/10/2019 à 19:53 :
Ils descendent les escaliers (les cadres) comme les autres......

L'idée de n'avoir d'autres discours audibles des catégories intermédiaires est ainsi fait que la construction de la loi a été faite pour cela.

Du coup, la question est dans la transformation ou l'innovation? car le vide est occupé dans des réformes qui masquent aussi le vide de sens, d’entreprenariat possible par un deal global !

Vous n'êtes pas sans savoir le chômage, donc l'éviction sur la question de l'âge.

Donc tout le monde va tester le saut en parachute, mais ce que l'on ne sait pas pour le moment, sont ceux qui résisterons au chômage si l'on considère les propos de la ministre du travail, puis ensuite de mettre dans la boucle les associations caritatives dit d'une politique!

De fait sachant en plus le ralentissement qui est annoncé pour l'année prochaine, soit il va utiliser la dette, soit il fait disparaître dans le temps son obligation de l'emploi, car pour cela il faut avoir une vision qu'il n'a pas, pas compris comment on fait!

Le titre est une chose, le discours reflète aussi le vide ! dans les techno avant, je ne comprends toujours pas qu'ils ne voient pas !

Mais je crois aussi que l'encadrement serait aussi inspiré lorsque l'on sait que + des tpe pme vont voir que leurs subventions vont baissé, alors que dans le même temps le cice prend 20%.

Ce sont des corrélations d'action qui de fait permet d'avoir une idée sur la situation a venir.

Mais c'est un choix qu'il fait, a savoir une politique anti transformation qui va figer les gens plutôt que les inciter a l'entreprenariat comme il dit.

J'ai l'impression qu'il faut attendre les chiffres pour dire, ah ouiiiii

Attendons donc ....
a écrit le 29/10/2019 à 15:53 :
Au delà des cas particuliers, le chômage c'est combien de morts? Il serait temps regarder en face la réalité et de critiquer l'économie selon Friedman, l'économie ne s'autorégule pas et l'argent va vers l'argent tant pis pour les emplois, regardons le Chili (bientôt chez nous). Maurice Allais présentait un autre choix, libéral et social capter l'argent illégitime et l'injecter vers l'humain.
a écrit le 29/10/2019 à 15:31 :
Explosive? Certes mais un chômeur ne se met pas en grève et il n'intéresse pas la CGT qui défend ses clients du secteur public et para public.
Réponse de le 30/10/2019 à 9:14 :
Comité national des travailleurs privés d'emploi et précaires CGT :

Le Comité national des travailleurs privés d'emploi et précaires, anciennement Comité national de lutte et de défense des chômeurs, est une structure confédérale de la Confédération générale du travail à destination des chômeurs et des précaires non affiliés à une fédération.
a écrit le 29/10/2019 à 15:24 :
Cette réforme n'est explosive que dans les médias, qui sont complètement largués de toute façon.
Et dans la tête des vieux conservateurs de tout poil.
Qui sont complètement largués aussi.
Cette réforme corrige des excès que personne n'ose dénoncer publiquement : elle passera bien, comme les autres, parce que les Français ne sont pas dupes de toute la démagogie ringarde qu'on leur balance à longueur de journée.
Réponse de le 29/10/2019 à 17:01 :
Lorsque cela touche 1 million de personnes, vous pensez que les choses se passent a la cool? et sachant le nombre record annoncé de personnes au chômage sur octobre, nous constaterons si les pseudos impotents du nouveau monde expliquerons que c'est la faute des gens si il n'y a pas d'emplois.

Il me semble que la dette si l'on regarde le peu de temps qu'a passé macron ne permet pas de dire qu'il s'agit d'une dette d'investissement, comme sa politique économique.

Et il ne s'agit pas d'être conservateur, mais économiste !!! tout les pseudos sachant du nouveau monde peuvent parler, mais les chiffres apparaissent sur la période macron de manière claire !

Lorsque l'on est protégé par l'emploi a vie comme c'est son cas, venir parler d'économie relève du fantasme. Le conservatisme est le fait de ne pas tenir compte de ce qui est produit par celui qui prétend a l'économie, non?
a écrit le 29/10/2019 à 15:24 :
Mais où est le problème, nous ne sommes pas chez les bizounours, allez au travail!

Très heureuse de cette réforme.
a écrit le 29/10/2019 à 15:17 :
Admettons que certains (et on en connait tous...) se paient quelques belles vacances avec les indemnités qui sont ma foi assez généreuses. Est-ce un problème ? je dirai que c'en est un si le système ne s'équilibre pas et que le contribuable ou l'emprunt comble les trous.
Réponse de le 29/10/2019 à 18:52 :
Moi j’en connais pas :
C’est quel genre de profil ?
Il y a trois ans le chômage a tué 14 000 personnes ( humains )
Tout dépend de ce que vous entendez par la «  définition humain «  là de dessus personne peut vous aider à part votre conscience, si vous en avez une , évidement et ça encore une autre histoire...
a écrit le 29/10/2019 à 15:15 :
Geoffroy Roux de Bézieux : "Je ne sais pas comment cette réforme va avoir (un) impact sur les modifications des comportements des employeurs d'un côté et des demandeurs d'emploi de l'autre."

Ben si c'est clair, pourtant , lui, representant le Medef et penicaud vont s'arranger pour virer les salariés avant les echéances annoncées : 910 heures pendant 6 mois, contre auparavant 610 heures pendant 4 mois.c'est pas compliqué à comprendre ,comme cela moins de prestations à verser.
Réponse de le 29/10/2019 à 16:57 :
Le plus marrant est que cela est visible sur la façon dont les gens vont s'y prendre pour partir avant la date ! j'imagine que le nombre de chômeurs pour octobre sera sans doute très élevé !!!

Et lorsqu'ils sont incapable de créer de l'emploi (c'est aussi par incapacité de vision) disons qu'avoir un patron du medef dont la rémunération en jeton de présence est a mon avis la certitude du mysticisme de l'économie dont les résultats ne tarderons pas a le démontrer !
a écrit le 29/10/2019 à 15:11 :
Je ne suis pas choqué.
J'ai le droit ?
Réponse de le 29/10/2019 à 17:54 :
Quand on est pas concerné ça parait logique à moins d'être maso, bien sur.
Réponse de le 29/10/2019 à 20:06 :
Oui tu as le droit, mais le droit n'est pas l'économie, du coup l'important est d'en faire le constat. Avec les responsabilités qui vont avec !
a écrit le 29/10/2019 à 15:01 :
En quoi est-elle explosive ?
La France reste , de loin, le pays qui offre la plus longue période d’indemnisation de chômage ( 3 ans contre 6 mois en GB ) et le plus haut taux d’indemnisation ( 6700 € contre 600 € en GB ).
Je ne parle même pas de l'obligation de vivre sur ton patrimoine en Allemagne avant de bénéficier des allocs.
Réponse de le 29/10/2019 à 16:53 :
Donc je te propose que nous nous donnions rdv mi décembre.
a écrit le 29/10/2019 à 15:01 :
Flexisécurité...

On a la flexibilité, mais pas la sécurité...

Un président de droite du 19ème qui essaye de faire passer l'ancien pour du neuf!
a écrit le 29/10/2019 à 14:44 :
Pour résumer, la réforme de l'assurance chômage touche 700.000 à 1 million d'allocataires selon les journaux dès le 1er novembre par contre la degressivité des cadres à 4500€ soit 1000 et 2000 allocataires, selon les chiffres de l’Unédic ,second semestre 2020 et encore c'est pas sur.
Réponse de le 29/10/2019 à 16:52 :
Comme l'ubérisation de la société. Il est a l'image d'élites administratives qui sont protégés des la misère qu'ils font subir a d'autres.

Au moins, cela laisse présager que les chômeurs n'en seront que plus mobilisé pour les temps a venir.

Il n'allait sans aucun doute pas ponctionner ceux qui appartiennent a ce monde, la démonstration que vous faites permet de le voir.

Et comme c'est un impotent économiquement, cela permet de le constater.

Et vous imaginez du coup que tout les accords transactionnel vont se faire avant le 1er novembre, ce qui annonce un chiffre de chômeur a venir assez énorme pour décembre.

Du fait même de son incapacité a visualiser l'avenir, élire un clone d'école théorique, cela ne pouvait en être autrement!
a écrit le 29/10/2019 à 14:24 :
ça me fait penser à la réforme des retraite.....on "pense" après....sous pretexte qu il ne faut rien s interdire......
ceux qui profite de l assurance chômage, , je veux dire ceux qui en "abuse" en utilisant tous les possibles.......sont souvent complices... employeurs et salariés...

et pour la réforme des retraites...... "on" a décidé unilatéralement la retraite par point......et au fur et à mesure ou on avance.....on se cogne la t^te dans le mur de la réalité........

en fait, dogmatisme contre réaliste.......et les progressistes macroniens ne sont que des dogmatiques.....

regardons objectivement l état du monde, gouverné depuis 50 ans par les mêmes.....esprits supérieurs... les "sachants"......

on peut être pour le progrès, mais le progressisme c 'est autre chose...... c 'est un domination du monde par quelques uns...... en nous expliquant que c 'est pour notre bien.....à nous, pauvres ères incultes....

en fait, secrètement..... nos gouvernants doivent admirer le contrat zéro heures anglais..... et les bad jobs allemands.....
sauf que les anglais ont voté Brexit....et les allemands de l est..... AFD.....

alors, les rois du monde, de la modernité, des start up.... de l uberisation, de la mondialisation.....on se réveille ?
a écrit le 29/10/2019 à 13:32 :
Très bonne mesure. Dans l'entreprise où je bosse, on a sans cesse des gens qui travaillent pendant qq mois démissionnent.
Ils restent au chaud puis reprennent un nouveau job.
Trop facile. C'est la collectivité qui paie à la fin. Et cela pénalise les vrais chômeurs.
Réponse de le 29/10/2019 à 13:44 :
Et alors ?
Si ils se sentent pas bien dans votre entreprise ? Ils ont le droit de partir non ?
Vous êtes jaloux ? Car vous pouvez pas faire pareil ?
Réponse de le 29/10/2019 à 14:37 :
Le travail comme la vie n'est pas uniquement une partie de plaisir et demande efforts et courage. Partir vers un autre job est légitime, vers l'assistanat est discutable ...
Réponse de le 29/10/2019 à 14:59 :
c'est ridicule! une démission ne donne pas droit au indemnité chômage.
Réponse de le 29/10/2019 à 15:03 :
Oui bien d'accord. Et toutes les personnes qui travaillent se sentent bien dans leur job peut être ? on travaille pour se nourrir, pour se loger. Le chômage ce n'est pas pour se reposer ni pour abuser. Nous ne sommes pas dans le monde des bisounours. On doit tous travailler, même si on préférerait rester chez soi ! dure réalité, n'en déplaise au citoyen ordinaire...
Réponse de le 29/10/2019 à 15:03 :
La démission ne donnait pas le droit à des indemnités chômage. Macron veut changer les choses en dépit du bon sens d'ailleurs!

Ils démissionnent donc pour aller travailler ailleurs!
Réponse de le 29/10/2019 à 15:13 :
Réponse à Citoyen ordinaire:
Ce n'est pas qu'ils se sentent pas bien mais que l'on touche autant et parfois plus au chômage ! Les frais de transports peuvent être jugés trop élevés ou bien (et là je connais) c'est que ces chômeurs professionnels travaillent au noir en plus de leurs indemnités, ils font une concurrence déloyale aux artisans car ils peuvent se permettent de prendre les travaux les plus lucratifs.
Réponse de le 29/10/2019 à 16:46 :
Disons que la stratégie sur l'on regarde la temporalité est de faire disparaître une partie des chômeurs des stats avant 2022.

Alors macron l'économiste !!! en fait les seuls idées qui se matérialise chez lui est dans la réduction des conditions sociales. Logique en même temps lorsque l'on transfert la richesse collective vers la richesse individuelle.

Et puis les chômeurs n'ont pas de rapport de force possible, c'est pourquoi il tape dessus depuis le début de l'année en particulier !

lorsque l'on nomme une drh comme ministre du travail, il ne faut pas s'attendre a de la création d'emploi, mais un plan social !!!

Je ne pensais pas qu'il pouvait y avoir un plan social pour les chômeurs, mais faut croire qu'en y ajoutant le ralentissement de l'économie, disons que son discours est a l'image de ses actes économique, un ventilateur qui souffle de l'air chaud....
Réponse de le 30/10/2019 à 8:55 :
Réponse aux internautes

Actuellement avec les systèmes de «  contrôle «  personne ne peut tricher ( premier point )

Deuxième point :

Il existe des situations intenables aux travail ( comme les mise en placards , l’es harcèlement , les humiliations, tous les mations vous allez au travail en vous disant qu’est ce qui va se passer ) dans ce genre de situation soit le travailler a de la chance et de l’énergie il trouve un CDI et se barre sans inscription à pôle emploi ( un autre calvaire )

Soit il demande de l’aide ( on l’entend ou pas )

Soit il met fait à ses jours

La vie ce n’est pas les «  bisounours »

Pour pas donner de nom d’entreprise

Beaucoup craque au bout de 3 mois ( souvent ils tiennent la période en essai mutuellement) et après ça commence

De toute manière dans les services où il y a des tourne over il faut se «  poser » la question sur l’organisation et la souffrance de l’équipe.

Moi je suis pour la «  transparence « 
Soit on cotise et on a des droits en cas de problème fondé et réel

Soit on ne cotise plus pour cette assurance chômage tout le monde sans exception ( et la question se pose plus ) par contre il faudrait dans ce cas la supprimer tous les CDD et recalifier tous les contrats en CDI sans exception .


Cette situation dramatique du marché du travail , les élus et les décideurs en sont responsables de 5 ans mais ils sont tellement déconnectés, qu’ils ne comprennent pas les problématiques sur le terrain .

Pour répondre à Fredo

Oui j’ai contrer le FHaine , car eux ils auraient fait «  pire »
Rien qu’à voir leur capacité de produire «  des polémiques «  et leur manière irrespectueuse en public


Cordialement
a écrit le 29/10/2019 à 13:26 :
Les moines de Thiberine te regardent Macron .
Réponse de le 29/10/2019 à 13:45 :
Je ne vois pas le rapport avec le sujet... je suppose que M.Macron a une «  conscience humaine «  comme tout le monde...
a écrit le 29/10/2019 à 13:16 :
On connait la musique quand tu n'arrive pas a baisser les chômage par la création d'emploi il suffit de changer le chômage lui même, Sarkozy s'était bien moqué de nous avec le changement de catégorie et les deux méthode de calcul qui permettent de prendre celle qui arrange le plus. Mais comme il ne semble plus vraiment y avoir de tabou ses derniers temps j'imagine une réforme similaire sur l'assurance santé dans pas longtemps, si elle n'est pas déjà passé, ce gouvernement s'arrange pour tout faire en cachette.
a écrit le 29/10/2019 à 13:11 :
Brizitte devrait faire gaffe, la Mumu a l'air hachement amoureuse. Est ce mieux ou pire que Alexandre?
a écrit le 29/10/2019 à 13:00 :
aller le chercher a t il proposé ? je crois bien que ses voeux vont être exaucés, ainsi qu'à tous complices.....
le bouchon vient de tomber de la table......
a écrit le 29/10/2019 à 12:55 :
A défaut, tout le monde saura qui a fait les choses. Et comme ils semblent improviser donc attendons, je pense qu'une partie des gens qui ont voté pour eux aurons conscience de ce qu'ils ont fait pour eux..... Avec la rotation, la crainte sera puisque les conséquences seront !
a écrit le 29/10/2019 à 12:52 :
Pourquoi ouvrir un débat?
La modification a été actée et tout le monde sait à quoi s'attendre
L'échec total des syndicats sur ce sujet, c'est ça le vrai problème
a écrit le 29/10/2019 à 12:51 :
ou comment faire baisser le chomage en durcissant les conditions .
Réponse de le 29/10/2019 à 13:40 :
Non
Leur objectif est autre , car si c’était le «  cas » ça concernerait tout le monde de 18-62 ans hors là c’est différent , un public précis est «  ciblé » par l’âge
En fait le nombre qui bénéficie le plus d’indemnisation

Dites merci aux PC - IA qui calcule ce nombre de mesure «  inapplicable «  dans la réalité avec «  les humains « 

Quand on laisse l’IA prendre le dessus sur les décisions humaines
Regardez le résultat :

Augmentation de la précarité et détresse supplémentaire....
comment de familles vont être «  victimes «  de cette mesure «  ordinateur IA » ?
a écrit le 29/10/2019 à 12:40 :
Elle va lui péter à la gueule. Macron va passer un mauvais Noêl...

Le stagiaire n'a toujours rien compris à son pays et n'a rien appris du mouvement des gilets jaunes. A ce niveau là, c'est sans espoir.
Il va se faire virer du bahut, c'est sûr et peut être même avant la fin de l'année.

Le pire pour l'institution serait un redoublement, il nuit gravement à la réputation du pays et au fonctionnement des institutions.
Réponse de le 29/10/2019 à 12:57 :
Macron il va passer un bon Noel :
Il s’en fiche car ce sont les commerces qui ne vont pas faire du CA.

A moins que cette fois ci toute la France descend dans la rue , retraites , salariés , jeunes , étudiants ... un mai 68 puissance 10000...

Bon j’espère que ça n’arrivera pas et que les LREM reviendront «  à la normale : au raisonnable , au respect dû valeur du travail et à une pénalisation de l’exploitation des salariés par des employeurs peu scrupuleux »
a écrit le 29/10/2019 à 12:34 :
Ce n'est pas parce que l'on ne VEUT pas travailler mais parce que l'on ne PEUT pas travailler. "Y' a pas de travail disent les entreprises": ce sont les pauvres qui payent le prix de la précarité du marché de l'emploi.
Le coup de pouce indemnitaire de PE permettait de survivre; le supprimer c'est nous tuer pas nous aider.

Ce n'est pas une formation bidon en Programmation Neuro Linguistique ou un bilan de dévalorisation chez les copains de PE qui vous permettra de trouver un emploi durable.
Réponse de le 29/10/2019 à 13:09 :
Pas de travail? Il y’a immédiatement 700 000 offres et postes a pouvoir dans les annonces de l’ANPE etc? Non la vérité les gens ne veulent pas travailler. Des que c’est trop difficile on part. Tout le monde veut se tourner les pouces avec des gros salaires. France mets toi au travail
Réponse de le 29/10/2019 à 13:29 :
@reponse de Bmi
Vous avez fait quoi comme "boulots" dans votre vie?
Réponse de le 29/10/2019 à 13:49 :
700 000 annonces pour plusieurs millions de chomeurs …

Apres vous enlevez les annonces debiles (si vous cherchez un Ingenieur paye au smic vous allez pas trouver, idem pour une annonce pour travailler 2-3 jours ) ou demandant des qualification impossibles (quand j etais au chomage j ai vu demander une experience de 4 ans sur une techno … qui n existait pas il y a 4 ans !)

IL y a evidement des faineants mais je doute que ca soit la majorite des chomeurs
Réponse de le 29/10/2019 à 14:23 :
@Bmi

" Non la vérité les gens ne veulent pas travailler. Des que c’est trop difficile on part".
On peut toujours y envoyer les gosses des LREM ,les parents ont l'air motivés.
Réponse de le 29/10/2019 à 16:32 :
Il y a plein de postes à pourvoir dans le BTP, la restauration, les services, qui dans la majorité des cas n'ont pas besoin de bac+5, mais de gens qui ont faim. En France, il y a tellement de social, d'aides en tout genre, que forcément ca n'est pas motivant d'aller travailler. Un gars sans diplome sans formation ou un jeune sans expérience veut tout de suite avoir 2000 euros de salaire net dans la poche, des congés, aller en vacances, une voiture etc etc
Pas de compétence particulière, pas d'emploi, et pas de salaire. Il faut réduire au maximum les aides et envoyer les gens au boulot
Réponse de le 29/10/2019 à 20:18 :
réponse a @BMI

Oui moi pareil, deux fois dans des technos que tout le monde utilise aujourd'hui, et le plus marrant je crois que c'était l'expliquer pole emploi alors j'ai finit finalement par sortir de la. Car il est une certitude, outres la problématique de la demande, l'offre est souvent intermédiaire de l'impossible.

Après j'ai compris que le pays préfères laisser partir les technos, les racheter a prix d'or pour devenir dépendant et faire payer ceux qui ont contribué (les citoyens) a financer cette réalité !

Kafka mon ami, pole emploi c'est du Kafka la lettre au père puis, dans le procès passant par une nouvelle fantastique puis la métamorphe (du chômeur).......

Alors comme nous avons un chômage et du vide intersidéral en haut, forcément n'attendez pas au gens de vivre une réalité virtualisée de l'emploi qui n'existe pas.

En acceptant aussi le moins disant, par la suite il ne faut pas en vouloir aux chômeur pour un problème de transformation et de paradigmes nouveaux qui n'est pas la politique de macron.
a écrit le 29/10/2019 à 12:29 :
Des pompiers qui arrosent les incendies avec de l'essence.
a écrit le 29/10/2019 à 12:21 :
Mesure juste et courageuse. Depuis le temps...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :