"Quand le marché est dynamique, il faut retourner à l'emploi" (Pénicaud, sur l'assurance-chômage)

"C'est pas un but à vie, pour personne, d'être à l'assurance-chômage, c'est pas un métier, l'assurance-chômage", a insisté, mardi, la ministre du Travail invitée de France Inter.
Illustration. La réforme de l'assurance-chômage, prise cet été par décret après l'échec des négociations entre partenaires sociaux, entrera en vigueur à partir du 1er novembre prochain. En photo : Muriel Pénicaud, ministre du Travail.
Illustration. La réforme de l'assurance-chômage, prise cet été par décret après l'échec des négociations entre partenaires sociaux, entrera en vigueur à partir du 1er novembre prochain. En photo : Muriel Pénicaud, ministre du Travail. (Crédits : Reuters)

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a justifié mardi sur France Inter le durcissement des conditions d'indemnisation par l'assurance-chômage, qui entre en vigueur le 1er novembre, expliquant que "quand le marché est dynamique, il faut retourner à l'emploi".

La réforme de l'assurance-chômage, prise cet été par décret par l'exécutif après l'échec des négociations entre partenaires sociaux, introduit à partir du 1er novembre des droits d'indemnisation pour certains démissionnaires et indépendants. Mais elle durcit aussi les conditions d'ouverture des droits: il faudra au 1er novembre avoir travaillé 6 mois lors des 24 derniers mois (contre 4 mois sur 28 aujourd'hui).

Lire aussi : Assurance chômage : les nouvelles règles d'indemnisation à partir du 1er novembre

Réforme critiquée

Cette mesure a été très critiquée, notamment par Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, qui y a vu "un système d'accroissement de la pauvreté". Répondant à cette critique, la ministre a souligné qu'"on est dans un marché du travail très dynamique".

"Ce matin, [...] il y a 700.000 offres d'emplois, là, disponibles tout de suite" à Pôle emploi, a-t-elle fait valoir, expliquant que la règle des 4 mois sur 28, "c'était la règle avant la crise il y a 10 ans". "Même avec 6 mois, on est un des pays les plus généreux d'Europe", a-t-elle insisté, estimant que "c'est du bon sens qu'il faille travailler 1 jour sur 4 pour avoir droit à l'assurance-chômage".

"Je ne vois pas en quoi le fait de travailler 6 mois au lieu de 4 mois en deux ans conduirait à la pauvreté", a-t-elle dit. "Je trouve logique que quand il y a de l'emploi, il soit pris et que l'assurance-chômage serve de filet de sécurité entre deux emplois".

Lire aussi : Assurance-chômage : un impact "massif" pour la moitié des chômeurs indemnisés

 "C'est pas un métier, l'assurance-chômage"

"C'est pas un but à vie, pour personne, d'être à l'assurance-chômage, c'est pas un métier, l'assurance-chômage", a insisté la ministre, concluant que "quand le marché est dynamique, eh bien il faut aussi retourner à l'emploi".

Interrogée sur l'objectif du gouvernement de ramener le taux de chômage à 7% à la fin du quinquennat, elle a jugé que c'était "un horizon possible", "si les conditions macroéconomiques mondiales, européennes, n'amènent pas la récession en Europe et en France" ajoutant que "pour l'instant ce n'est pas le cas, on a une croissance qui est robuste". Le taux de "7% reste une ambition qu'on va essayer d'atteindre".

Lire aussi : Face au ralentissement européen, l'économie française résiste

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 25
à écrit le 22/10/2019 à 21:42
Signaler
macron et pénicaud ne nous servent qu'un placebo "loi hartz" dont on voie qu'il n'a s'agit que de "parasitisme économique" pour l'Allemagne et les pays de l'est et certainement pas d'une coopération en vue d'un développement bénéfique à tous l...

le 22/10/2019 à 23:18
Signaler
Harz est impopulaire en Allemagne, tout comme El Komri en France ou Vals. La solution est de supprimer les cotisations de chômage pour tous et de supprimer les indemnités aussi comme aux usa. Le problème est résolu à la racine : Ça sera des économie...

à écrit le 22/10/2019 à 18:04
Signaler
simple, très simple une seule question, quels sont ses résultats en matière de chômage car passer en DEUX ANS ET DEMI de 8.9% à 8.5% mais c'est un ECHEC TOTAL, voir tous les autres pays qui s'en sortent BEAUCOUP MIEUX et pas seulement en Europe.

le 22/10/2019 à 18:49
Signaler
Macron a bénéficié d'une croissance de 2.2% en 2017, du jamais vu depuis 2001. Et que même en la cassant par des mesures d'austérité , elle restait de 1.8% en 2018. C'est un échec de plus, on est en train de s'apercevoir qu"il a beaucoup cassé ma...

le 22/10/2019 à 20:10
Signaler
Merci Réponse de surtout que, j'aime l'image du bateau !! ah ah ah

à écrit le 22/10/2019 à 17:52
Signaler
Je vais être léger car le fond est affligeant... J'ai compris le malentendu, c'est Pierre Richard qui joue le travesti !!! C'est un film comique, type potache !

à écrit le 22/10/2019 à 17:37
Signaler
La ministre du travail, Muriel Pénicaud, a perçu au total 4,74 millions d'euros net de 2012 à 2014, alors qu'elle était directrice des ressources humaines chez Danone, selon sa déclaration d'intérêts publiée par la Haute autorité pour la transparence...

le 22/10/2019 à 20:08
Signaler
" la ministre a fait un lapsus : elle a expliqué que cette réforme est "contre le chômage et pour la précarité". Elle confirme simplement son lapsus !!

à écrit le 22/10/2019 à 17:09
Signaler
Président, ministres et parlementaires devraient être sanctionnés sur les résultats de leur politique: quand une équipe freine le bon fonctionnement des entreprises, comment s'étonner que l'équipe suivante améliore de manière excessive le sort des vi...

à écrit le 22/10/2019 à 15:37
Signaler
Plus le temps passe, et plus toute cette clique de politicards aussi incompétents que méprisants pour le peuple me semble conduire tout droit à un vote populiste (sans voir dans ce mot un quelconque a-priori négatif), non par conviction des votants, ...

à écrit le 22/10/2019 à 15:13
Signaler
En quoi une ex- de Danone RH «  en plus « ( c’est le caractéristique le plus grave pour ce ministère) Une «  multimillionnaire «  comprendrait la précarité et la vie «  hors «  business mode in caviar à la parisienne ? Le LREM devrait revoir son r...

à écrit le 22/10/2019 à 15:12
Signaler
Les chômeurs âgés, quel avenir ? On ne sait pas les employer en France (trop chers, obsolètes, lents, parfois usés (postes de travail pas adaptés ni ergonomique, tâches 'lourdes')). J'y suis, ce sont eux les 7% résiduels.... Les employeurs cherchent...

à écrit le 22/10/2019 à 14:56
Signaler
je trouve que le titre est a l'image de la personne. Quand le cynisme de l'incompétence permet de dire.... Et lorsqu'elle se fait des textes de lois pour gagner de l'argent, souvenons nous de france business, il est donc difficile d'entendre son d...

à écrit le 22/10/2019 à 14:28
Signaler
Cet entretient démontre une extrême incompétence doublée d'un mépris détestable! Tout d'abord il y a un million de chômeurs en plus depuis 2008, alors que les conditions d'indemnisation se sont durcies. Est-ce une vague de fainéantise qui serait t...

le 22/10/2019 à 19:58
Signaler
Merci pour vos éclaircissements, car franchement cela sonne le vide, car en effet on ne va pas demander a un drh de développer l'emploi !!! Beaucoup d'entreprises ont des personnes ainsi, de fait il me semble impossible de développer quoi que cela...

à écrit le 22/10/2019 à 14:13
Signaler
Dire que 700000 offres sont disponibles, c’est de l’intox et ce n’est pas honnête. Parmi ces offres il y a de nombreux doublons, des offres de quelques heures seulement, etc. Quand va t-on parler des vrais chiffres en utilisant de l’équivalent temps...

à écrit le 22/10/2019 à 14:05
Signaler
Une petite dose de mépris pour les travailleurs subventionnés au chômage, une petite dose de mensonge sur le dynamisme des startups subventionnées en pure perte. La France attend toujours le génie actif et créateur du système D dont les français ont ...

à écrit le 22/10/2019 à 14:02
Signaler
le chomage structurel de la france c'est entre 9 et 10% alors viser 7, c'est optimiste, hein? si elle veut economiser de l'argent qu'elle fasse la peau aux intermittents du travail non contents de travailler durement 504 heures par an pour etre pa...

à écrit le 22/10/2019 à 13:31
Signaler
Franchement cette interview a t'elle été relue? "C'est pas un but à vie, pour personne, d'être à l'assurance-chômage, c'est pas un métier, l'assurance-chômage" "Quand le marché est dynamique, il faut retourner à l'emploi" Franchement en deux phras...

le 22/10/2019 à 17:37
Signaler
Vous avez raison d'aller vérifier : La croissance de la population Française est 0,4 % par an.

à écrit le 22/10/2019 à 12:41
Signaler
Reste à voir ce que sont ces emplois. CDD, temps partiels... Précarité ET pauvreté assurée. Les propos de Penicaud, sont juste la légitimation d'un esclavage moderne. Inadmissible pour un ministre de tenir de tels propos (populistes) en occultant ...

à écrit le 22/10/2019 à 12:32
Signaler
Durcissement des conditions d'indemnisations, et durcissement des conditions de retraite pour ceux qui ont joué les cigales.. et il y aura plus d'énergie pour trouver du travail..

le 22/10/2019 à 17:55
Signaler
Bien sur, le sacage de la trésorerie de l'Etat est du aux pauvres, ps aux riches élites qui ont organisé l'évasion fiscale, les délocolisations à l'Est, l'immigration a but économique, la financiarisation folle etc

à écrit le 22/10/2019 à 12:09
Signaler
Au secours !

à écrit le 22/10/2019 à 12:03
Signaler
Madame Muriel Pénicaud ! Une étude commandée par le conseil régional d’Occitanie sur l'âge d'embauche des entreprises résultat entre 27 et 38 ans à 80 %. Madame Muriel Pénicaud vous n'êtes qu'une bobo des beaux quartiers bien loin de la réalité du te...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.