Bercy mise sur une croissance de 8% en 2021, un rebond qui n'effacera pas les pertes

Ni en V, ni en U, la reprise économique devrait finalement connaître des soubresauts en France, et tracer une trajectoire "en aile d'oiseau". Le ministère prévient toutefois qu'il reste encore beaucoup d'incertitudes autour de ces chiffres, notamment dans le cas d'un nouveau confinement.

4 mn

(Crédits : Benoit Tessier)

Un net rebond, mais encore trop faible pour enjamber le cratère dû à la crise sanitaire: Bercy envisage une hausse de 8% du PIB en 2021, "hors effet du plan de relance à venir".

Après une chute vertigineuse du produit intérieur brut (PIB) de 11% attendue cette année, conséquence d'une mise à l'arrêt de l'économie française au printemps afin de lutter contre la propagation du coronavirus, le gouvernement table désormais sur "une reprise graduelle" qui débuterait cette année et se prolongerait en 2021.

Selon un document préparatoire au débat d'orientation des finances publiques mis en ligne vendredi, le rebond devrait déjà s'amorcer cette année et se poursuivre l'an prochain, porté par la reprise "vigoureuse de la consommation" entamée après le déconfinement le 11 mai.

Lire aussi : Le confinement a coûté près de six points de croissance à la France

La hausse attendue de 8% du PIB ne tient toutefois pas compte des effets du plan de relance que le gouvernement présentera avant l'automne et qui devrait renforcer la croissance.

Mais ce rebond ne permettra pas d'effacer les pertes subies cette années par l'économie française: "le PIB en 2021 demeurerait inférieur d'environ 4% à son niveau de 2019", estime Bercy, dont les prévisions pour l'an prochain sont plus optimistes que celles du FMI (+7,3%) ou de la Banque de France (+7%).

Reprise en "aile d'oiseau"

Si ces chiffres se confirment, le rebond de la croissance française ne suivrait pas une trajectoire en forme de V, le scénario le plus optimiste envisagé au début de la crise avec un rapide retour à la normale, ou même en forme de U, avec une récession prolongée.

Ce serait plutôt une trajectoire en "aile d'oiseau", comme l'a décrite récemment le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, qui table sur un fort rebond qui "s'aplanirait progressivement" par la suite pour retrouver le niveau d'avant-crise "quelque part en 2022".

Pas d'amélioration nette en 2021 du côté de l'endettement de l'État, qui devrait à peine reculer à 117,5 points de PIB contre 121% cette année. Quant au déficit public, il serait ramené à 5,5 points de PIB contre 11,4 en 2020.

Lire aussi : Crise sanitaire : le déficit se creuse de 34 milliards d'euros par rapport à 2019

Une faible inflation, à 0,7%

Si la consommation a repris, l'investissement "resterait plus sensiblement en retrait de son niveau antérieur", l'incertitude quant aux perspectives financières et économiques "continuant de peser", estime encore Bercy, qui anticipe une hausse de la croissance des investissements de 20%, ces derniers restant "nettement inférieur(s) à (leur) haut niveau de 2019".

D'une manière générale, Bercy prévient qu'il règne encore beaucoup d'incertitudes autour de ces chiffres: "Une résurgence de l'épidémie ou à l'inverse la découverte rapide d'un vaccin sont de nature à retarder ou à accélérer la reprise".

Pour l'an prochain, Bercy s'attend néanmoins à ce que "les échanges commerciaux se redressent", avec une nette croissance des "exportations en biens ainsi que (des) importations".

A noter que le tourisme, l'un des secteurs les plus durement touchés par la crise, se redresserait "plus partiellement, restant sur l'ensemble de l'année en deçà des niveaux de 2019, reflétant une persistance des incertitudes".

Dans ses estimations, le gouvernement table aussi sur une faible inflation, qui atteindrait 0,7% l'an prochain.

Dans son document, Bercy a également dévoilé les priorités de son projet de budget pour l'an prochain, avec une "priorité donnée à la transition écologique et énergétique en développant encore davantage, notamment dans le cadre du plan de relance, les mesures tendant au verdissement de l'économie et des modes de vie".

Il sera d'ailleurs accompagné d'un "budget vert", présenté comme une première mondiale, afin de présenter "l'impact positif comme négatif, des dépenses et des recettes de l'État sur l'environnement".

Armée, éducation, recherche seront renforcés

Autre priorité: le renforcement "des moyens dédiés au régalien", avec la poursuite des "hausses majeures" prévues pour les armées et pour la justice.

"Les budgets des ministères de l'éducation nationale et de la jeunesse et de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation seront également substantiellement renforcés", souligne le document de Bercy.

Un programme "d'investissement massif dans notre système de santé et de revalorisation des carrières des soignants sera également mis en œuvre", assure le ministère.

Lire aussi : En Europe, la reprise en ordre dispersé menace la croissance

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 04/07/2020 à 21:00
Signaler
On peut toujours revt.

à écrit le 04/07/2020 à 9:49
Signaler
"et tracer une trajectoire "en aile d'oiseau"" Oiseaux que la finance massacre. Imposteurs.

à écrit le 04/07/2020 à 9:38
Signaler
8% de croissance, what a retour of the croissance. Vivement 2021 et la fin de la crise du covid. La France doit être, resilient et se préparer à une mondialisation plus propre, une mondialisation plus écologique, une reindustrialisation de la France...

à écrit le 03/07/2020 à 19:57
Signaler
donc ca sera 6 chaque fois que la frane a sorti une prevision pour le covid, j'ai enleve 2 points et 1 mois plus tard c'etait revise a mon estimation quand ils prevoieront 6 je dirai donc qu'ils pensent 4 ( et esperent ne pas avoir 2)

à écrit le 03/07/2020 à 17:53
Signaler
"Bercy mise sur une croissance de 8% en 2021" : Comme d'habitude, ils vont encore se tromper. Comme d'habitude, ils vont dire que c'est à cause de circonstances exceptionnelles, qui étaient impossibles à anticiper. On connait la chanson.

le 04/07/2020 à 19:04
Signaler
"Comme d'habitude, ils vont encore se tromper" Lapalisse ? C'est très hasardeux de prédire l'avenir, les hypothèses, estimations sont souvent erronées, même à 0,1% c'est faux si c'est 7,9% vs 8 "prévus". faux, faux, le tableur est-il buggé ? :-) Ou ...

à écrit le 03/07/2020 à 17:49
Signaler
Rien 2 9. Les salariés du privé s'appauvrissent de plus en plus si cela n'est une baisse de salaire voir le licenciement... et les agents du publics territoriales continuent de percevoir hausse de rémunération... pourtant minoritaire dans la pop...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.