Bercy muscle sa lutte contre la fraude fiscale

 |   |  480  mots
La fraude fiscale, difficile à évaluer, prive l'Etat de plusieurs dizaines de milliards de recettes par an. La Cour des comptes a été chargée par Matignon de fournir une estimation de son ampleur d'ici novembre.
La fraude fiscale, difficile à évaluer, prive l'Etat de plusieurs dizaines de milliards de recettes par an. La Cour des comptes a été chargée par Matignon de fournir une estimation de son ampleur d'ici novembre. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Le ministre de l'Action et des comptes publics Gérald Darmanin a lancé officiellement mercredi le service d'enquêtes judiciaires des finances (SEJF), la nouvelle unité de police fiscale de Bercy destinée à renforcer l'efficacité de la lutte contre la fraude fiscale.

Six mois après l'adoption de la loi contre la fraude, Bercy a mis en place officiellement mercredi son Service d'enquêtes judiciaires des finances (SEJF), nouveau corps de contrôleurs chargé de lutter plus efficacement contre la délinquance fiscale. "Le service d'enquêtes judiciaires des finances est composé de 266 enquêteurs habilités, dont 241 officiers de douane judiciaire, et 25 officiers fiscaux judiciaires. Ces agents sont spécialement habilités à exercer des missions de police judiciaire et disposent de toutes les prérogatives mises à leur disposition par le code de procédure pénale" a précisé le ministère dans un communiqué.

Le "bras armé" de Bercy

Créé au sein du ministère de l'Action et des Comptes publics, ce service dit de "police fiscale" pourra être saisi dans le cadre de dossiers nécessitant une expertise fiscale ou financière de pointe, et aux enjeux financiers considérables, selon Bercy. Quelque 25 agents, formés pendant six mois à l'école des douanes de Tourcoing (Nord), ont pour l'instant pris leurs fonctions dans les locaux du SEFJ, à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne). Quinze autres les rejoindront dans les prochains mois.

Au total, "ce sont 40 officiers fiscaux judiciaires qui seront cette année à l'oeuvre", a souligné lors d'une conférence de presse Gérald Darmanin, ministre des Comptes publics, disant vouloir faire de ce service le "bras armé" de Bercy dans la lutte contre la fraude. "Il s'agit d'agents des impôts qui, sous l'autorité d'un magistrat, vont pouvoir perquisitionner, géolocaliser, mettre en garde à vue, faire des auditions, mettre sous écoute, saisir les avoirs ou les biens qu'ils vont découvrir", a-t-il insisté.

La fraude de moins en moins acceptée

Le SEFJ pourra être saisi notamment par le Parquet national financier (PNF). Il interviendra en complément du Service national de douane judiciaire (SNDJ) ou de la nouvelle sous-direction de la police judiciaire en charge de l'investigation financière, mise en place lundi. Ces outils "manquaient", car "les montages des fraudeurs fiscaux sont de plus en plus complexes", a assuré Gérald Darmanin, en soulignant que "la voiture du fisc ou la voiture des gendarmes" ne va parfois pas "aussi vite que la voiture des voleurs".

"Les officiers fiscaux vont avoir un rôle comptable, évidemment: récupérer l'argent qui manque dans le budget de l'État". Mais au-delà, "ils vont avoir un rôle social", car "la fraude fiscale est quelque chose qui est de moins en moins bien acceptée par nos concitoyens", a ajouté le ministre.

Selon le syndicat Solidaires finances publiques, 80 à 100 milliards d'euros d'impôts échappent chaque année à l'État à cause de ces pratiques frauduleuses. Aucune estimation officielle n'existe cependant pour corroborer cette fourchette, jugée surévaluée par Bercy. La Cour des comptes, missionnée par Matignon pour établir un chiffrage qui fasse consensus, remettra un rapport sur le sujet début novembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/07/2019 à 6:42 :
Et alors? Voire par exemple le condamnation du menteur et fraudeur Cazeneuve.
a écrit le 04/07/2019 à 22:35 :
Et si on commençait par condamner l’Union Européenne pour fraude et organisation frauduleuse ?
Il n’y a pas plus grande fraude organisée pour les grandes entreprises que l’article favorisant la libre circulation des biens et capitaux entre les pays de l’UE & même les pays tiers.
a écrit le 04/07/2019 à 18:57 :
INDIFFERENTE : Les 30 milliards d'euros redressés chaque année plus amendes,
Gaspillés de suite par l'Etat Cigale

ne servent ni à :

-Réduire une dette de 100% du PIB/Annuel ( 20% Jusqu'au 10 Mai 81, qui explosera à 140% dès la prochaine crise : type 2007-2011 )


- Ou à restituer aux citoyens honnêtes en Allègements de TAXES


UNE IDEE : créer une Taxe pour prétendument embaucher des fonctios contre la fraude, laquelle sera détournée comme les 0.3% de CSG Canicule depuis 2003,
a écrit le 04/07/2019 à 12:53 :
Il existe déjà depuis des années au ministère de l'intérieur une cellule d'investigation financière qui dispose de tous les gadgets qui font fantasmer Darmanin, les menottes, les flingues, les mises en cellule, les projecteurs dans la figure, les inspecteurs spécialisés et les écoutes téléphoniques.

La nouvelle cellule de Bercy n'est donc qu'une police parallèle de celle du ministère de l'intérieur qui fait double emploi avec le Parquet National Financier (lequel manque cruellement de moyens et aurait bien besoin du personnel détourné pour Bercy).

Alors pourquoi cette cellule à Bercy?
Depuis que le verrou fiscal n'existe plus, c'est un moyen pour le ministère de l'économie de contrôler le déroulement des enquêtes et le contenu des dossiers, ce qui permettra d'alléger certains, d'en clore d'autre et d'éviter que les amis haut placés ne soient jugés comme les manants.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :