Commerce extérieur : le déficit se creuse de 6,6 milliards d'euros en juillet

Le déficit commercial français a atteint 6,6 milliards d'euros en juillet, un peu supérieur au niveau de juin, sous l'effet d'une progression des importations, ont annoncé les Douanes.

3 mn

Au premier semestre 2021, le déficit s'était creusé à 34,8 milliards d'euros, les exportations de biens s'élevant à 240,2 milliards d'euros, contre 275 milliards pour les importations.
Au premier semestre 2021, le déficit s'était creusé à 34,8 milliards d'euros, les exportations de biens s'élevant à 240,2 milliards d'euros, contre 275 milliards pour les importations. (Crédits : Benoit Tessier)

Le commerce extérieur continue toujours de peser sur l'économie française. En cumul sur douze mois glissants, le déficit commercial s'établit au niveau élevé de près de 68 milliards d'euros, affirment également les Douanes. Au premier semestre 2021, le déficit s'était creusé à 34,8 milliards d'euros, les exportations de biens s'élevant à 240,2 milliards d'euros, contre 275 milliards pour les importations. "La croissance des importations, qui dépasse celle des exportations depuis le début de l'année, est tout de même sensiblement plus faible sur les derniers mois", précisent les Douanes dans un communiqué.

A Bercy, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a récemment annoncé que le rétablissement de la balance commerciale de la France devrait être "une priorité". La pandémie a mis en lumière l'extrême dépendance de la France à l'égard du reste du monde. La réindustrialisation pourrait être un des débats importants de la prochaine campagne présidentielle.

Lire aussi 4 mnBercy veut faire du redressement de la balance commerciale une priorité

Un retour "presque" à la normale

En juillet 2021, les exportations ont progressé légèrement sur le mois et atteignent 96% de leur niveau moyen de 2019, détaillent les Douanes, tandis que les importations retrouvent leur niveau moyen de cette même année. "Ce retour à la normale des importations par rapport à la situation d'avant crise doit toutefois être relativisé. Il est, en partie, dû à la hausse des prix à l'importation des matières premières et des produits industriels observée depuis le début de l'année", expliquent les Douanes.

Le déficit énergétique a quant à lui été stable autour de 3 milliards d'euros, "inférieur à celui d'avant la crise", avec 3,7 milliards d'euros en moyenne en 2019.

Concernant les biens d'investissements, le déficit est de 2,7 milliards d'euros, bien supérieur à avant la crise sanitaire.

Le déficit des biens intermédiaires atteint pour sa part 2 milliards d'euros, évoluant depuis cinq mois à un niveau historiquement haut, détaillent les Douanes.

Balance des paiements : un déficit de 3,5 milliards d'euros

Du côté de la balance des paiements, qui inclut les échanges de service, le déficit des transactions courantes est ressorti à 3,5 milliards d'euros en juillet après 0,9 milliard au mois précédent.

C'est principalement en raison de la "détérioration du déficit des biens hors énergie de 2,9 milliards d'euros alors que le déficit des biens énergétiques demeure stable à 2,9 milliards", a précisé la Banque de France.

(avec AFP)

Lire aussi 4 mnDopée au « quoi qu'il en coûte », la France peut prendre le temps de corriger son déficit, juge la Cour des comptes

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 08/09/2021 à 23:53
Signaler
Il faut rendre nos entreprises plus rentables et donc plus compétitives

à écrit le 08/09/2021 à 14:04
Signaler
Dans la mesure où les industriels français sont ceux d Europe qui ont le plus sous traités dans des pays asiatique ou d Europe orientale ( Renault’ par ex empile en Roumanie) comment s étonner de ces chiffres … les allemands sont plus disciplinés e...

à écrit le 08/09/2021 à 13:47
Signaler
Dans la mesure où les industriels français dont ceux d Europe qui ont le plus sous traités dans des pays asiatique es ou d Europe orientale ( Renault’ par ex empile en Roumanie) comment s étonner de ces chiffres … les allemands sont plus disciplinés ...

à écrit le 08/09/2021 à 13:30
Signaler
80% des exportations sont liées à la corruption, de ce fait cela commence à devenir compliqué de savoir si la baisse de celles-ci est positive ou négative. Voyons le bon côté des choses en nous disant qu'au moins nous nous compromettons moins que les...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.