Concilier vie professionnelle et vie familiale, un calvaire pour plus de six femmes sur dix

 |   |  643  mots
Quand elles travaillent, les femmes déclarent deux fois plus souvent que les hommes qu’être parent a des conséquences sur leur situation professionnelle explique l'Insee.
"Quand elles travaillent, les femmes déclarent deux fois plus souvent que les hommes qu’être parent a des conséquences sur leur situation professionnelle" explique l'Insee. (Crédits : DR)
45% des femmes qui ont des enfants affirment qu'être parent a des conséquences sur leur vie professionnelle contre seulement 23% chez les hommes.

Réussir à mener une vie professionnelle et familiale peut se révéler être le parcours du combattant. Selon une étude de l'Insee publiée ce vendredi 6 mars, les femmes qui ont des responsabilités familiales, en s'occupant d'un ou plusieurs enfants, occupent moins souvent un emploi que celles qui n'en n'ont pas. Surtout, les hommes, qui ont également des enfants, sont plus souvent en emploi que les autres. De telles disparités mettent en exergue les disparités toujours bien ancrées au sein du couple.

Les ouvrière en première ligne

Il existe également des disparités au sein même des catégories socioprofessionnelles. Ainsi, seulement 54% des femmes ouvrières qui ont des responsabilités familiales sont en emploi, contre 74% pour celles qui n'ont pas d'enfant à charge. C'est l'écart le plus marqué. Chez les cadres, ce fossé est beaucoup plus réduit. 90% des femmes cadres sont emploi quand elles ont des enfants contre 94% pour celles qui n'en n'ont pas. L'appartenance à une catégorie professionnelle contribue donc à renforcer certaines inégalités conjugales.

L'arrivée d'un enfant a bien plus de conséquences sur la vie professionnelle des femmes

Le principal facteur avancé par l'organisme de statistiques est l'arrivée d'un enfant qui peut bouleverser certains équilibres. Sans surprise, les femmes sont les premières à subir les conséquences de la parentalité sur la vie professionnelle. D'après les données communiqués par les statisticiens, 45% des femmes ayant entre 25 et 49 ans affirment que la naissance d'un enfant a eu des répercussions sur leur vie professionnelle. Pour les hommes, c'est seulement 23%.

Derrière ces moyennes, il existe des disparités en fonction des catégories socioprofessionnelles et des diplômes. Chez les femmes cadres, elles sont 56% à déclarer que les responsabilités familiales ont des conséquences sur leur boulot. Elles sont 50% dans les professions intermédiaires, 40% chez les employées et 27% chez les ouvrières. Le principal effet est la réduction du travail (pour 16% des réponses des femmes), en particulier chez les cadres (20%) et moins chez les ouvrières (8%). Chez les hommes, le ratio est cinq fois inférieur à celui des femmes (3%). L'âge d'un enfant peut également jouer sur cet équilibre.

"Plus les enfants sont jeunes, plus il est fréquent pour les parents d'éprouver des difficultés à concilier vie professionnelle et vie familiale, même si la question ne disparaît pas lorsque les enfants sont plus grands : 66 % des salariés ressentent de telles difficultés lorsqu'ils ont au moins un enfant de moins de 3 ans, contre 54 % lorsque tous les enfants ont plus de 10 ans" note l'étude

Equilibre entre vie familiale et vie professionnelle, un calvaire pour 60% des Français

Le maintien d'un équilibre entre la vie familiale et la vie professionnelle reste très complexe pour une majorité de Français (61%). Sur ce point, l'écart entre les hommes (59%) et les femmes (63%) est bien moindre lorsqu'ils sont en emploi. Les principaux obstacles rencontrés concernent avant tout le manque de temps pour 41% des répondants. Cette difficulté peut être liée aux longues journées de travail (16%), aux horaires imprévisibles ou décalés (13%) ou aux longs trajets domicile-travail. En revanche, seules 3% des personnes interrogées affirment que l'absence de compréhension de l'employeur ou des collègues constitue une barrière.

La contrainte du temps est particulièrement soulignée chez les Français et Françaises ayant un poste au statut cadre. Ils sont 73% à être dans cette situation contre 63% pour les professions intermédiaires, 58% chez les employés et 53% chez les ouvriers. "Les cadres sont en particulier 29 % à considérer que leurs longues journées de travail sont la principale source de difficultés ; c'est deux fois plus que les professions intermédiaires ou les employés et trois fois plus que les ouvriers"précise l'enquête.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/03/2020 à 21:55 :
La liberté n’est jamais acquise comme ça gratuitement , idem pour les droits , la lutte permet de «  prendre » son droit et sa liberté.
Cette journée internationale pour le droit des femmes le 8 mars , faudrait une journée internationale des droits des hommes de 9 mars .
Les femmes ont la chance d’être nées en «  Occident «  car elles ont le droit à la liberté d’expression et une enfance plus ou moins normale ( sauf malheureusement pour certaines ), je pense à ces enfants à qui certains enlèvent tout quelque part dans le monde ...
Voilà nous en Occident , nous avons quand même de la chance par rapport à d’autres
même si il reste encore des matchs à «  gagner ».
a écrit le 08/03/2020 à 10:24 :
Blablabla... Que la vie est dure, oulala comment on va faire... Pauvres femmes c'est si dure, les hommes sont tellement heureux à l'usine, à se geler dans le bâtiment, ne pas voir ses enfants en mission ... Vraiment que c'est dure pour les femmes ! J'ai une larme, bon je retourne trimer c'est normal je suis un homme c'est tellement plus facile pour moi !
a écrit le 07/03/2020 à 9:51 :
Rachida Dati nous avait fait bien rigoler tiens encore quand elle disait:"Et bien moi je n'ai pas de problème j'ai pris une nounou à plein temps et un chauffeur et ça va très bien pourquoi toutes les femmes ne le font elles pas ?"

Du moins un truc bien aberrant du genre... et ce sont ces gens déconnectés là qui font les Lois pour gérer nos vies, tout va bien.
a écrit le 06/03/2020 à 19:08 :
on voit la fatigue du rédacteur, pourtant un homme :

"Les ouvrière en première ligne"
"90% des femmes cadres sont emploi quand elles"
a écrit le 06/03/2020 à 18:41 :
Si c'est le constat actuel, cela signifie qu'auparavant les femmes avaient le choix et que la société actuelle ne le permet plus! Il faut regarder les choses sous un autre angle et accepter les erreurs qui se sont cumulées par facilité de caractère!
a écrit le 06/03/2020 à 18:23 :
Mon avis de vieux "coups-lents"...: avant de se précipiter de copier les autres au pire, pour des surpopulations et chômages liés, grandissants (les pollutions avec), il serait bon que chaque jeune affirme aller vers la vie responsable et bien en coopération coordonnée saine, via son intuition déclarée créatrice de l'équivalent sagement retourné !
Réponse de le 07/03/2020 à 9:42 :
Il vous faudrait essayer le français si vous voulez être compris des autres...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :