Covid : le gouvernement suspend l'obligation du pass vaccinal à compter du 14 mars

A l'origine, le gouvernement d'Emmanuel Macron était favorable à une levée du dispositif controversé du pass vaccinal lorsque le nombre de malades en soins critiques serait passé sous le seuil des 1.500 patients. Mais l'agenda politique vient changer la donne.
Deux mesures anti Covid-19 continuent toutefois de rester en vigueur après le 14 mars.
Deux mesures anti Covid-19 continuent toutefois de rester en vigueur après le 14 mars. (Crédits : POOL)

C'est la fin d'une mesure emblématique de la stratégie vaccinale du gouvernement d'Emmanuel Macron. Le 14 mars, il ne sera plus nécessaire de présenter un pass vaccinal pour accéder aux lieux de loisirs, bars, restaurants, et transports longue distance en France. Le Premier ministre Jean Castex a en effet annoncé jeudi lors d'une intervention au journal de TF1 la suspension du pass vaccinal, dispositif qui était entré en vigueur le 24 janvier, avec pour objectif de contraindre les Français récalcitrants à la vaccination, après près de sept mois de pass sanitaire.

Dans la foulée, Jean Castex a annoncé la fin du port du masque partout où il était obligatoire sauf dans les transports.

"A partir du lundi 14 mars nous allons suspendre l'application du pass vaccinal partout où il s'applique", a déclaré Jean Castex."La situation s'améliore grâce à nos efforts collectifs, grâce aux mesures que nous avons prises (..), les conditions sont réunies pour une nouvelle phase d'allégement des mesures", a justifié le chef du gouvernement.

Le pass vaccinal avait été un dispositif particulièrement controversé, succédant au pass sanitaire mis en place à l'été 2021. Emmanuel Macron l'avait défendu en indiquant vouloir "continuer à emmerder les non vaccinés jusqu'au bout". Dans le même temps, de nombreuses manifestations se tenaient partout en France plusieurs samedis d'affilée pour protester contre cette mesure.

Le début d'une campagne présidentielle

En parallèle, les chiffres de la crise sanitaire se sont améliorés, avec une vague hivernale de Covid-19 en déclin depuis plusieurs semaines. En moyenne sur sept jours, le nombre de nouveaux cas de contamination s'établissait mercredi soir à 53.152 contre plus de 70.000 il y a une semaine.

La pression se réduit aussi à l'hôpital, où 2.329 personnes sont en soins critiques.

A l'origine, le gouvernement avait jusqu'ici évoqué un passage sous le seuil des 1.500 malades en soins critiques d'ici mi-mars parmi les critères pour lever tout ou partie du pass vaccinal.

Aussi, cette annonce intervient aussi dans un contexte politique particulier. A 38 jours du premier tour et en pleine offensive russe en Ukraine, le président Emmanuel Macron doit officialiser ce jeudi soir sa candidature à l'élection présidentielle pour un second mandat.

Deux mesures continuent toutefois de rester en vigueur. "Le port du masque restera obligatoire dans les transports collectifs de voyageurs compte tenu de la promiscuité", a-t-il dit. Par ailleurs le pass sanitaire restera aussi en vigueur dans "les établissements de santé, les maisons de retraite, les établissements accueillant des personnes en situation de handicap qui sont particulièrement fragiles", de même que "l'obligation vaccinale qui s'applique aux soignants".

(Avec AFP)

Lire aussi 2 mnStopCovid : le PNF a ouvert en septembre une enquête sur des soupçons de "favoritisme"

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 04/03/2022 à 8:49
Signaler
Sur covid tracker la catégorie people vaccinated en 7 jours roulants c'est < 0.01%, pas 6700 par jour, c'est même pas le flux journalier de jeunes entrants en âge de l'obligation, faut se faire une raison, il n'y a plus trop de doses a vendre. Et tou...

à écrit le 03/03/2022 à 21:44
Signaler
Une chose de sûr c'est que castete, dans deux mois c'est fini. Lagarde pour le remplacer.

le 04/03/2022 à 1:13
Signaler
Ne vous inquiétez pas pour lui il traversera la rue...

le 04/03/2022 à 8:42
Signaler
Lagarde, pas bête en effet, une agent discrète et efficace du consortium mondial financier. Ça colle ! Et Barnier président en 2027 ! De belles et longues années de soumission envers les allemands devant nous...

à écrit le 03/03/2022 à 19:34
Signaler
C'est un quinquennat lamentable, cherchant excuse sur excuse pour soumettre les Français, gaulois réfractaires, pour que les "gros" puissent s'engraissé ruisselant leur trop plein sur les intermédiaires!

à écrit le 03/03/2022 à 19:20
Signaler
J'approuve totalement ce commentaire, et ferai mon possible pour combattre cette sinistre équipe de clowns.

à écrit le 03/03/2022 à 17:12
Signaler
Il faudrait aussi peut-être se demander jusque dans quel état les médecins doivent nous faire survivre exposant forcément une population très fragile, on nous fait durer longtemps mais pour seulement nous faire durer longtemps à savoir augmenter les ...

à écrit le 03/03/2022 à 16:00
Signaler
Vu que tous les pays (suisse, GB notamment) l ont fait depuis longtemps, il devenait difficle de vouloir "emmerder" les gens. surtout quand les elections se profilent voire une guerre (une vraie, pas contre un virus peu dangereux sauf pour les vieux)

le 03/03/2022 à 16:29
Signaler
Malheureusement le "quoi qu'il en coute" a déjà été fait. Mais c'est vrai, ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnait.

à écrit le 03/03/2022 à 15:57
Signaler
La psychose de la grippe-19 se calme maintenant que nous avons un réel problème géopolitique pour maintenir la pression sur la population. Et puis, il serait fâcheux de perdre des points aux présidentielles parce que les français ne sont pas à jour d...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.