Le budget 2021 du "quoi qu'il en coûte" adopté par le Parlement

 |  | 776 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : Reuters)
En plus des 100 milliards d'aides prévues par le plan "France Relance", le gouvernement a décidé d'allouer 20 milliards d'euros d'aides d'urgence supplémentaires dans le budget 2021. L'Etat devra aussi tenir compte de la baisse de ses recettes fiscales liée à l'arrêt de l'activité pour de nombreuses professions.

Le Parlement a définitivement adopté jeudi le budget 2021 et ses vertigineuses dépenses d'urgence et de relance face à la crise sanitaire, avec des inquiétudes des différents bords politiques sur l'aggravation de la précarité et le remboursement de la "dette Covid".

Ce vote a clos une longue année budgétaire, avec également quatre budgets 2020 rectificatifs, soit quelque 375 heures de débats au total au Palais Bourbon, sur près de 13.000 amendements.

L'Assemblée nationale a soutenu le projet de loi de finances pour 2021 par 91 voix contre 33. Gauche et droite ont voté contre, sauf l'UDI.

La crise sanitaire a parasité à plusieurs reprises le marathon budgétaire de l'automne, poussant le gouvernement à réajuster à la baisse ses prévisions macroéconomiques et à prolonger les aides d'urgence pour les secteurs sinistrés comme la restauration ou l'événementiel.

Lire aussi : Roselyne Bachelot demande 35 millions d'euros d'aides supplémentaires pour la Culture


Dans la dernière ligne droite, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire avait annoncé la mobilisation de 20 milliards d'euros d'aides en 2021, dédiés notamment au chômage partiel et au fonds de solidarité pour les entreprises encore fermées ou au ralenti en début d'année.

Après une récession attendue à 11% du PIB en 2020, le gouvernement table sur un rebond économique de 6% du PIB en 2021, un déficit de 8,5% et une dette qui s'envole à 122,4% du PIB, dans un contexte de grande incertitude.

Face à "une crise inédite", le ministre du Budget Olivier Dussopt a insisté sur le rôle du plan de relance pour "proposer une perspective", grâce à une enveloppe globale de 100 milliards d'euros jusqu'en 2022.

En 2021, la mission "plan de relance" compte 22 milliards d'euros de crédits, dont trois milliards pour la rénovation énergétique des bâtiments ou 4 milliards fléchés vers les "jeunes" et leur entrée dans la vie professionnelle. L'enjeu sera de déployer les crédits efficacement.

Lire aussi : L'État consacre 2,7 milliards pour la rénovation de ses bâtiments (et le soutien au BTP)

"L'épidémie de la pauvreté"

La droite a apporté son soutien à la mission "relance" même si elle trouve le plan tardif et trop peu ciblé.

La gauche juge en revanche cette relance très en deçà des besoins, insuffisamment tournée vers la "demande" et l'écologie. Précaires et jeunes sont les "grands oubliés", selon la cheffe du groupe PS Valérie Rabault, qui réclame le rétablissement de l'impôt de solidarité sur la fortune ou une "contribution des plus aisés".

Chez LFI, Eric Coquerel a défendu en vain une ultime motion de rejet du texte. Il redoute "l'aggravation d'une nouvelle épidémie, sévère, celle de la pauvreté".

Gauche et écologistes ont ferraillé contre la baisse programmée de 10 milliards d'euros des impôts de production des entreprises, une mesure de compétitivité profitable selon eux aux plus grandes sociétés, "sans contrepartie sociale ou écologique".

Ce débat sur les contreparties a aussi eu lieu dans la majorité, qui s'est accordée pour demander aux entreprises de plus de 50 salariés d'améliorer leur "performance" en matière "écologique, de parité et de gouvernance", avec divers indicateurs.

"Quelqu'un va payer un jour"

Les ONG de Réseau action climat critiquent un budget "pas à la hauteur de l'urgence".

Il renforce le malus auto pour l'achat des véhicules les plus émetteurs de CO2. Le durcissement de cette taxe est un peu moins rapide que prévu, car le gouvernement a dans le même temps mis en place pour 2022 un malus au poids pour les véhicules les plus lourds, comme les SUV, à partir de 1,8 tonne. Un seuil jugé trop élevé par les écologistes, alors que la Convention citoyenne pour le climat le réclamait dès 1,4 tonne.

La droite a combattu ce malus "punitif".

Durant les débats dans les deux chambres, se sont aussi fait entendre des inquiétudes quant au niveau de la dette, qui "obère le futur des jeunes générations" pour la sénatrice Vanina Paoli-Gagin (Indépendants) et "qui à terme pèsera sur les dépenses sociales", selon sa collègue écologiste Sophie Taillé-Polian.

"Quelqu'un va payer un jour", a prévenu à l'Assemblée le président de la commission des Finances Eric Woerth (LR), réclamant des "réformes structurelles".

Le gouvernement assure que toute hausse d'impôt est exclue et attend les conclusions d'ici fin février d'une commission sur le sujet, présidée par l'ancien ministre Jean Arthuis.

Lire aussi : Dette: La France va lever 260 milliards en 2021, à des taux toujours bas

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/12/2020 à 12:45 :
Bien sur toutes les aides, et il en faut, sont concoctées par les hauts!!!!! fonctionnaires de Bercy qui ne doivent pas connaitre la composition d’un CA d’entreprise.
Une connaissance tient un restaurant avec un CA mensuel inférieur à 10k€ comme le veut la règle mise en place par Bercy elle a reçu en aide, début en décembre, la totalité de son CA de novembre 2019, sans tenir compte qu’en novembre 2020 aucun achat a été effectué soit en agro soit en entretien. Elle a perçu le jackpot 100% du CA. Pour ce qui est du loyer 1400€/mois le propriétaire a choisi l’aide de Bercy. Conclusion ma connaissance est très contente. Lorsque j’entends des restaurateurs, des cafetiers et autres se plaindre il serait intéressant d’entendre les plus petits. Je paie des impôts ce qui me parait normal particulièrement dans cette période difficile pour de nombreuses entreprises mais également salariés mais je souhaiterai que nos fonctionnaires soient un plus au fait de la réalité et une répartition des aides au plus près de la réalité. Je ne vais pas me faire des amis mais ce n’est pas grave car demain sera plus dur qu’aujourd’hui pour des milliers de commerces et de salariés. Oui pour les impôts oui pour les aides mais sur une base réelle.
a écrit le 18/12/2020 à 9:59 :
Jean Arthuis est expert comptable.
La messe est dite en ce qui concerne "L'Economie et les Finances". Orthodoxie neoliberale, ordoliberalisme façon Schauble.
a écrit le 18/12/2020 à 9:31 :
Si j'ai bien compris on sera avec des restrictions ou confinements jusqu'à l'été. Cela veut que les restaurants, les spectacles ... ouvriront fin juin l'état doit trouver de l'argent pour les indemniser. Donc je pense que le en déficit sera plus proche des 10% et la dette de 130% . C'est un gouvernement qui ne veut prendre aucun risque et qui laissera la patate chaude au prochain gouvernement issue de la prochaine élection présidentielle.
Et là bonjour les hausses des prélèvements car en France les politiques ne savent faire que cela pour résoudre les problèmes.
Réponse de le 18/12/2020 à 12:02 :
Je suis curieux de connaître la façon dont vous avez calculé vos chiffres. Etes-vous économiste ?
a écrit le 17/12/2020 à 22:07 :
Et dire qu'il y avait soit disant pas quelques millions pour les gilets jaunes et aujourd’hui il a plus aucune limite pour aider les plus riches entreprises, les petites elles vont couler et ce président s'en moque toujours autant...
Le robin des bois des riches prouve encore qui il est...
a écrit le 17/12/2020 à 10:48 :
encore des idees pour de nouvelles taxes mais pas pour les économies qui n'ont rien a voir avec le COVID ex le gouvernement pléthorique ,la surabondance de nouveaux conseillers dans les ministere,les organismes fourre tout pour acheter BAYROU ,toutes ces conventions SANS LEGITIMITE ,autre ex dans les hôpitaux en Allemagne 25 % d'administratifs EN FRANCE 32 % etc etc
Réponse de le 17/12/2020 à 13:50 :
en cette période compliquée, on ne voit pas comment l' état pourra faire des économies sans mettre en péril l' emploi privé-qui vit aussi des investissement-consommation public- , l' emploi public qui ferait remonter le taux de chômage et d' indemnisation....l' équation n' est pas simple...mais surtout la responsabilité en incombe grandement aux différents gouvernements qui se sont succéder depuis 40 ans....de plus la population n' a pas envie de perdre les avantages (retraite par répartition, prise en charge sociale de la santé etc...)
donc vous ne devez pas -être nombreux à exprimer votre point de vue...
Réponse de le 17/12/2020 à 16:44 :
@ BREHAT vous oubliez qu'un emploi de fonctionnaire détruit trois emplois dans le prive à cause des charges qui augment .Par exemple expliquez nous à quoi bon les 15 millions alloues à Mr BAYROU qui maintenant se bagarres avec la chambre economique et sociale
a écrit le 17/12/2020 à 9:39 :
Cetet crise aura eu aussi de nombreux avantages dont celui de nous montrer qaue leur argent ne vaut plus rien et que ce fait il n'y a pas de raison que les milliards d'euros ne partent que dans l'économie virtuelle des marchés financiers hein, tant qu'à faire autant arroser tout le monde avec cet argent qui n'existe pas.

Au monopoly je préfère commencer avec 200 millions qu'avec 20 millions, ça avance plus vite et c'est moi qui décide de tout donc je fais ce que je veux comme je veux quand je veux.
Réponse de le 17/12/2020 à 16:42 :
Si l euro ne valait plus rien il ne se serait pas apprécier depuis plusieurs mois face aux dollars franc suisse et livre sterling.... au contraire il nous protège - peut être à tort- si l. Avait conservé le franc les spéculateurs us anglais et autres auraient soit obligés à une dévaluation comme par le passé soit mis la monnaie par terre... vous avez la mémoire courte ou trop jeune et plein de certitude
Réponse de le 18/12/2020 à 10:06 :
@ pompier pyromane:

C'est une pensée courtermise usée depusi des décennies et l'UE est un échec total, nous sommes à la ramasse dans tous les domaines faces aux puissances réellement crédibles hein, faut vraiment arrêter maintenant de se raconter des histoires, l'UE est un lamentable échec les chiffres n 'arrêtent pas de le hurler.

L'euro ne nous protège de rien, l'euro nous empêche de toucher le fond nous empêchant de pouvoir nous revelever. Quelle lamentable mentalité. Sans parler des américains qui commencent à surveiller de près les monnaies hein...

Vite un frexit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :