Education : Hollande tiendra sa promesse de créer 60.000 postes

 |   |  263  mots
Si l'exécutif a rempli sa part du contrat en budgétant ces emplois, il faut ensuite les pourvoir.
Si l'exécutif a rempli sa part du contrat en budgétant ces emplois, il faut ensuite les pourvoir. (Crédits : reuters.com)
Les postes qui manquaient seront inscrits dans le budget 2017.

Le compte devrait être bon. Le ministère de l'Education nationale a annoncé jeudi qu'il prévoyait la création de 12.842 postes, inscrits dans le projet de loi de finances 2017. En y additionnant les 47.158 postes créés depuis 2012, la promesse de François Hollande d'arriver à un total de 60.000 à la fin de son mandat serait ainsi tenue. Le président s'était engagé à contrebalancer en partie les 80.000 postes supprimés sous Nicolas Sarkozy.

Pour autant, si l'exécutif a rempli sa part du contrat en budgétant ces emplois, il faut ensuite les pourvoir : et c'est là que le bât blesse. Certaines matières souffrent en effet d'un déficit d'enseignants, comme les mathématiques et l'anglais, qui attirent de moins en moins de candidats. Par ailleurs, certaines zones géographiques sont délaissées. Enfin, certains postes sont occupés par des contractuels, et pas par des enseignants titulaires.

Impression mitigée

Toutes ces limites expliquent que, malgré les nombreux postes créés, certains instituteurs ne voient pas venir l'afflux espéré de collègues. Pourtant, selon le ministère, 23.639 postes ont été créés dans le premier degré (maternelle et élémentaire), 21.809 dans le second degré (collèges et lycée).

Le problème vient du fait que plus de 25.000 enseignants sont encore stagiaires. Même s'ils sont comptés comme ayant un poste "normal" du point de vue budgétaire car ils touchent un salaire complet,  ils enseignent à mi-temps seulement pendant une année, et donc ne sont pas tout le temps présents devant les élèves.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/09/2016 à 18:34 :
Qu'il tienne déjà ses promesses de campagne.....
a écrit le 22/09/2016 à 17:45 :
Il tente d' acheter des electeurs avec nos impots. Cupide et malodorant.
a écrit le 22/09/2016 à 15:42 :
60 000 sans objectif sans obigation de résultat mais 60000 de plus près à faire grève et à se plaindre pour défendre leur coporatisme qui coule la transmission du savoir-faire dans les derniers des apys au niveau classement...
a écrit le 22/09/2016 à 14:31 :
Et s'il commençait par mettre tous les profs devant des élèves ?

Nous ferions moult économies
a écrit le 22/09/2016 à 13:21 :
Promesse clientéliste, ruineuse (2,5 milliards par an en année pleine), inutile (la dégradation de l'éducatif a continué et s'est même accélérée). Il ne sera malheureusement pas possible dès 2017 de licencier les 60000 enseignants recrutés en surnombre mais il ne faudra plus remplacer aucun départ jusqu'à ce que ce sureffectif soit résorbé.
a écrit le 22/09/2016 à 10:59 :
Quand l'éducation nationale ne remplit plus sont rôle "d'escalier social" (ascenseur laisse croire que c'est sans effort), ce sont les familles qui sont discriminantes..
a écrit le 22/09/2016 à 10:46 :
Peut être les nouveaux profs nécessaires pour apprendre l'arabe à nos écoliers : il paraît que cette nouvelle matière va être un élément socle du programme scolaire cher à Hollande (alors qu'il y a très peu de profs d'arabe dans l'EN jusqu'à présent). On ne peut pas transformer facilement nos anciens profs de latin (langue vraiment morte en France désormais sauf pour les élitistes pouvant se payer un prof privé ) en nouveaux profs de langue arabe...
Réponse de le 22/09/2016 à 13:25 :
Le meilleur service à rendre aux élèves issus de la "diversité" n'est pas de leur apprendre l'arabe, mais au contraire le latin ou le grec.
Réponse de le 22/09/2016 à 14:02 :
Je suis bien d'accord avec vous. Le niveau en français de nos jeunes est accablant (en général) et renforcer cette matière surtout auprès des allogènes devrait être une priorité. Le classement PISA est éloquent quant aux performances de nos jeunes.
a écrit le 22/09/2016 à 9:59 :
haha
chaque fois qu'ils cree des postes, la france perd 5 places au PISA
des postes pour former des illetres reenchantes , ca sert pas a grand chose.......oui bon je sais, dans 8 mois y a une election...
Réponse de le 22/09/2016 à 13:28 :
Les profs recrutés actuellement ont déjà subi toutes les réformes lancées dans les années 2000. Autrement dit beaucoup ne maîtrisent pas eux mêmes quelques fondamentaux comme la capacité à écrire un français correct.
Réponse de le 23/09/2016 à 19:38 :
D'où la difficulté à recruter des candidats de niveau suffisant! Quantité et qualité ne font plus bon ménage, alors les effets d'annonce sont bons pour qui??
a écrit le 22/09/2016 à 9:38 :
Ces 60 000 postes sont-ils utiles ou non, je ne sais pas, mais Hollande non plus. Son annonce vise à récupérer des voix dans le monde de l'enseignement qui est traditionnellement favorable au PS :-)
Réponse de le 22/09/2016 à 13:23 :
Son seul espoir est d'additionner les votes clientélistes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :