EN DIRECT. Départementales : l'abstention finale estimée entre 50,5% et 51%

 |   |  841  mots
(Crédits : PASCAL ROSSIGNOL)
A midi, la participation pour le second tour des élections départementales était de deux points inférieure à celle du premier tour (15,63%) ; tendance confirmée à 17 heures avec un peu moins de 42% de participation. L'abstention finale est évaluée selon les instituts à 50,5%/51%, soit un peu supérieure au premier tour (49,83%). L'enjeu du scrutin : combien des 61 départements détenus par la gauche basculeront à droite et le nombre de ceux qui pourraient être remportés par le Front National.

La gauche ne semble pas avoir réussi à remobiliser ses électeurs, notamment ceux du PS, malgré les appels du gouvernement, et ne pourra probablement pas éviter une nouvelle déroute lors de ce second tour des élections départementales en France. A midi la participation était en baisse de deux points par rapport à la semaine dernière, à 15,63% (mais en hausse par rapport au second tour des cantonales de 2011). Et à 17 heures, la tendance restait à une mobilisation modeste : 41,94%, soit moins qu'au premier tour le dimanche 22 mars à la même heure (42,98 %). La participation pour ces départementales de 2015 est toutefois bien supérieure à celle enregistrée au second tour des dernières élections cantonales en 2011  : 36,20 %. Au final, l'abstention pourrait s'élever sur ce second tour des cantonales 2015 dans une fourchette entre 50,5% selon CSA, Ipsos et Harris Interactive et 51% selon l'Ifop. Soit plus qu'au premier tour où elle était passé sous les 50% (49,83%). Mais elle est nettement moindre qu'au second tour des cantonales de 2011, où l'abstention avait atteint 55,3%.

La droite espère prendre à la gauche une vingtaine de départements

En tête au premier tour dimanche dernier, la droite et le centre unis espèrent conquérir plusieurs dizaines de départements et le Front national en gagner un voire deux. Les bureaux de vote seront ouverts jusqu'à 18 heures, voire 19 heures dans des villes moyennes (Brest, Dijon, Chambéry, Toulon...) et même 20 heures à Bordeaux, Marseille, Nantes, Toulouse et en région parisienne. Paris et Lyon, où les fonctions des conseils départementaux sont exercées par d'autres organes (comme le Conseil de Paris dans la capitale) ne sont pas concernés, ainsi que la plus grande partie de l'outre-mer.

Après un premier tour marqué par une abstention importante (49,83 %), quoiqu'un peu plus faible qu'attendu, la gauche compte sur le réveil de ses électeurs pour éviter la perte de plus de la moitié des 61 départements qu'elle administre. Dimanche dernier, l'alliance UMP-UDI a largement emporté le scrutin et creusé l'écart, totalisant 28,7 % des suffrages contre 21,5 % aux binômes comptant au moins un socialiste.

149 cantons ayant été pourvus dimanche dernier, on vote ce dimanche dans 1905 cantons sur les 2054 concernés. La droite aligne 1602 binômes homme-femme, la gauche 1334 et le Front national 1107. Ils s'affrontent dans 1614 duels et 278 triangulaires. La droite espère ravir entre 20 et 40 départements à la gauche et devenir ainsi le premier parti local de France. La gauche est notamment menacée dans les Bouches-du-Rhône, détenues par le PS depuis plusieurs décennies, l'Isère, les Pyrénées-Orientales, sans compter la très symbolique Corrèze, terre d'élection de François Hollande.

Pas de remaniement dans "l'urgence" selon Manuel Valls

Face à la perspective d'une défaite annoncée, le Premier ministre et chef de la majorité, Manuel Valls, a averti dans Le Journal du dimanche que, quel que soit le résultat dimanche soir, "il n'y aura pas de zigzag" gouvernemental : « Le remaniement n'est pas l'urgence. Le cap sera maintenu ». Sur ce sujet, interrogé sur un possible ouverture à d'autres composantes de la gauche, notamment les écologistes, Manuel Valls a renvoyé la balle dans leur camp : « c'est à eux d'en décider ».

Alors que son propre département historique est menacé de basculer à droite, le président de la République, François Hollande a voté à Tulle, quelques heures avant de se rendre en Tunisie pour participer à une marche contre le terrorisme. "Nous allons marcher pour la Tunisie et pour les valeurs qu'elle représente pour le monde arabe. Quatre Français ont été tués là-bas. La Tunisie souhaitait la présence de la France et la France souhaitait être à côté de la Tunisie qui, rappelons-le, est à l'origine du Printemps arabe et qui a été, avec des ressortissants d'autres pays, victime d'un acte terroriste odieux. Le 11 janvier, il y avait eu une manifestation de solidarité pour la France, pour les valeurs qu'elle porte. Aujourd'hui, nous allons marcher pour la Tunisie et pour les valeurs qu'elle représente pour le monde arabe", a déclaré François Hollande à des journalistes à la sortie de son bureau de vote.

Le FN vise au moins le Vaucluse

La principale inconnue du scrutin de ce dimanche sera le nombre de départements obtenus par le FN. Le parti dirigé par Marine le Pen n'est certes pas, avec 25,2% des voix au premier tour, le « premier parti de France » qu'il clame être, mais sa progression est spectaculaire. Le FN, qui veut s'implanter au plan local, espère au moins un des quatre à cinq départements où il est en position de l'emporter. C'est notamment le cas dans le Vaucluse, terre élective de Marion Maréchal-Le Pen où le FN est arrivé en tête dans 11 des 17 cantons. Les ambitions du parti lepéniste se portent également sur l'Aisne, voire le Pas-de-Calais et le Gard. Toutefois, dans ces départements, le risque est aussi que ne se dégage aucune majorité absolue en siège, ce qui obligerait à des coalitions et rendrait très ouverte l'élection du président du conseil départemental, jeudi prochain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/04/2015 à 15:12 :
Aux départementales, on aurait une progression du vote FN avec une récurrence à 50% d’abstention, seulement on oublie que nombre de jeunes sont exclus de la vie active après les études et nombre de gens sortis prématurément sans retraite. C’est une spécificité des pays du sud de l’europe : les boomers empêchent les jeunes d’accéder à la vie active, entre 25 et 50%... à quand des indemnités ou des actions de protestation ? On se paye des rentes sur le dos de salariés précaires, on fait 90% de cdd… On parle de dents, que signifie cracher des chicots ? On parle des BANKSTERS et pourquoi pas des BOOMSTERS ? Par exemple, sur la dette on paye des dépendances aux retraités, mais quels droits aux jeunes avant 25 ans… on nous sert l’Europe bourreau des pignolos de palais à prébendes qui trônent sur leurs chômeurs… on est à FONXSTER paradise le royaume du paresseux à 604h par habitant !
a écrit le 30/03/2015 à 8:24 :
Encore un peu de patience et ces chers élus ne représenteront plus qu'eux-mêmes !
a écrit le 29/03/2015 à 20:59 :
Ce qu'il faut retenir de ces élections, c'est que plus des deux-tiers des Français ne votent plus - puisque 16% des Français ne sont même pas inscrits sur les listes et que moins d'un sur deux seulement qui est inscrit vote encore (16% de non inscrits + 51% d'abstentionnistes = 67% de non votants).
L'UMP, UDI, PS, EELV etc, tous additionnés représentent à peine la moitié des 33% de Français qui votent encore, soit en réalité à peine un Français sur six... On peut donc dire que ceux qui se présentent encore ce soir comme nos dirigeants "légitimes" et les grands vainqueurs de ces élections (UMPS/UDI/EELV), ne représentent en réalité plus qu'eux-mêmes (ce qui n'a d'ailleurs pas l'air de beaucoup les déranger...).
Réponse de le 29/03/2015 à 22:48 :
l UMPS existe bien malheureusement notre classe politique est vraiment à vomir mensonges trahison des électeurs absence totale de courage

Si on refuse de voter FN alors il ne reste que l absentention
Réponse de le 30/03/2015 à 12:57 :
Les abstentionnistes représentent 51% des inscrits. Soit 51% de 84 (100 - 16)
Donc presque 43 électeurs.
Les "non votants" représentent donc 43+16 = 59% des électeur potentiels. Pas 67.
a écrit le 29/03/2015 à 20:18 :
Etrange qd meme avant le 1er tour on annonce le FN a 30% et le soir du second il est a 20%. Et personne n en parle... pourtant perdre 10 points en 2 semaine ca devrait faire jaser.
Réponse de le 29/03/2015 à 21:12 :
Pour mobiliser les Français d'origine immigrée (qui pour la plupart se désintéressent totalement du sort de la France), il faut bien agiter l'épouvantail FN en gonflant leurs scores dans les sondages...
a écrit le 29/03/2015 à 20:13 :
Le seul vainqueur est l'abstention, qui porte le message suivant: nousvoulons des reformes structurelles, la fin du mille feuille, la baisse de la dépense publique..
Réponse de le 30/03/2015 à 9:55 :
Ne pas jouer les ventriloques avec les 51°/° d'abstentionnistes
a écrit le 29/03/2015 à 19:45 :
quand on pense que les "vainqueurs", de quelque bord qu'ils soient, vont se répandre à travers les médias, et s'énorgueillir de leur victoire, alors qu'ils ne représentent qu'un électeur sur deux. Ils ne leur viendra pas à l'esprit que ce désintérêt des électeurs tient à l'échec patent des politiques mises en place depuis des décennies , à l'image déplorable renvoyé par certains élus, trop d'élus qui ne doivent leur notoriété que par les affaires les mettant en cause intéressant la justice. A quand le réveil de tout ce petit monde ....
Réponse de le 29/03/2015 à 20:41 :
vous avez raison. Personne ne parle des 50% qui ne prennent plus la peine de se déplacer parce qu'ils ne croient plus ces politiques qui ne pensent qu'à une chose, ...avoir la place, là ou la soupe est bonne.
Réponse de le 29/03/2015 à 20:41 :
vous avez raison. Personne ne parle des 50% qui ne prennent plus la peine de se déplacer parce qu'ils ne croient plus ces politiques qui ne pensent qu'à une chose, ...avoir la place, là ou la soupe est bonne.
a écrit le 29/03/2015 à 18:40 :
entendu sur le marché ce matin "y'a plus de liste FN, j'y vais pas"
a écrit le 29/03/2015 à 18:11 :
L'UMPS a beau acheter son électorat depuis des décennies - immigrés et fonctionnaires pour le PS, et retraités vivant à crédit sur le dos des générations futures pour l'UMP - pour autant visiblement ils peinent de plus en lus à mobiliser les foules...
Réponse de le 29/03/2015 à 19:01 :
Votre analyse est des plus sommaire, je vote à gauche et je ne suis ni fonctionnaire, ni un immigré. La sociologie électorale est un poil plus compliquè que ce vous racontez...
Réponse de le 29/03/2015 à 21:18 :
Tu parles, la quasi totalité des gens votent pour ce qu'ils pensent être la défense de leurs petits intérêts personnels et leur réflexion politique s'arrête souvent à ça.
Attendez encore quelques temps que l'addition de ces 40 dernières années d'UMPS arrive sur la table et que les Français commencent ENFIN à payer les conséquences de leurs choix désastreux (comme c'est le cas en Grèce), et vous verrez l'échiquier politique changer du tout au tout.
Je le répète, les votes sont achetés et il faudra attendre par conséquent que les caisses soient définitivement vides pour voir le véritable changement politique ENFIN arriver :)
a écrit le 29/03/2015 à 17:49 :
Normal 1 er BA peut être demander l asile politique à la Tunisie ? Après sa déroute !😂👍💨🔚🔜
a écrit le 29/03/2015 à 16:49 :
Allez encore quelques heures pour voter Marine et virer les habitués et tenant . Le changement c'est maintenant .
a écrit le 29/03/2015 à 15:13 :
C'est encore beaucoup trop cette participation quand on voit l'étendue du désastre après toutes ces années de gouvernance droite - gauche et gauche - droite. A croire que les français sont heureux de leur sort.
a écrit le 29/03/2015 à 13:54 :
Normal 1er , a intérêt a revenir de Tunis au galop....! pour mieux mesurer à 20 h , via les urnes son niveau de défiance.....! et ce ne sont pas les sondages bidons de complaisances qui pourront inversé la courbe....!
Réponse de le 29/03/2015 à 17:32 :
pour donner des leçons il faut eviter les fautes d'ortographe pipolino mon amour
Réponse de le 29/03/2015 à 18:23 :
Pour jouer au professeur d'orthographe, pipolino, il faut être soi-même irréprochable en la matière, surtout sur le mot ORTHOGRAPHE...
Réponse de le 29/03/2015 à 18:55 :
bah mon gege kéke tu comprend po encore?
Réponse de le 29/03/2015 à 19:03 :
@Pipolino : je doute que les résultats influent en quoique ce soit la politique du président Hollande et il n'a pas besoin de ces élections pour savoir qu'il est très impopulaire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :