Grève SNCF : dès lundi, un retour progressif à la normale

 |   |  360  mots
Neuf TER sur dix sont annoncés, et en Ile-de-France quatre Transiliens sur cinq en moyenne.
Neuf TER sur dix sont annoncés, et en Ile-de-France quatre Transiliens sur cinq en moyenne. (Crédits : BENOIT TESSIER)
La SNCF a prévu un "retour progressif à la normale du trafic" lundi, pendant le pont du 1er mai, après le sixième épisode de grève qui a causé des perturbations samedi et dimanche, pour les retours de vacances de la zone C.

Le pont du 1er mai ne devrait pas être synonyme de cauchemar pour les usagers de la SNCF. L'entreprise a prévu un "retour progressif à la normale du trafic" lundi, pendant le pont du 1er mai, après le sixième épisode de grève qui a causé des perturbations samedi et dimanche, pour les retours de vacances de la zone C.

"Des perturbations pourront subsister en début de matinée", a prévenu la SNCF dans un communiqué, invitant ses clients à vérifier sur ses sites d'information si leur train circulera. Elle prévoit pour lundi un trafic normal pour les TGV, quasi-normal pour les trains internationaux, et trois Intercités sur quatre.

Neuf TER sur 10 en Ile-de-France

Neuf TER sur dix sont annoncés, et en Ile-de-France quatre Transiliens sur cinq en moyenne. Concernant le RER, le trafic sera normal sur les lignes A, B, R et U, et quasi normal sur la N. Quatre trains sur cinq circuleront sur la ligne P, et deux trains sur trois, ou trois sur quatre, sur les autres lignes.

Samedi comme dimanche, la moitié des TGV et un tiers des Intercités ont circulé, selon les prévisions faites vendredi par la direction qui s'était félicitée que le trafic soit "nettement amélioré" par rapport aux précédentes journées de grève.

Démobilisation progressive des conducteurs

Pour la première fois, moins de 50% des conducteurs (49,6%) avaient déclaré vouloir faire grève, contre 77% au premier jour du mouvement.

Dimanche, le nouveau secrétaire général de Force Ouvrière (FO), Pascal Pavageau, a demandé un "moratoire" sur la réforme du ferroviaire, pour permettre de reprendre "sereinement" les discussions.

Son homologue de la CFDT Laurent Berger, qui doit être reçu à Matignon par le Premier ministre Edouard Philippe le 7 mai, dans le cadre de réunions bilatérales avec l'intersyndicale CGT-Unsa-SUD-CFDT et les responsables confédéraux, a espéré des discussions sur le "fond des sujets". "L'issue du conflit, c'est d'abord les trains qui recirculent normalement mais c'est aussi que les cheminots ne se sentent pas humiliés", a estimé M. Berger.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/04/2018 à 17:27 :
La rentabilité à la SNCF où dans les hôpitaux s'oppose à la notion de services pour tous et de qualité financé par la collectivité,on préfère gaspiller l'argent public plan banlieue, service militaire d'un mois et dépenses somptuaires des politiques.
a écrit le 30/04/2018 à 11:40 :
Le petit jeu des grévistes, SNCF fait beaucoup de mal aux usagers qui ne peuvent se passer du transport ferroviaire.
Le staut de cheminot est un beau monument de l'histoire sociale de la France, mais un monument historique style ancien régime.
Les cheminots ne doivent pas croire que l'on ne les aime pas où qu'on les traite de privilégiées ou fainéants, je ne crois pas.
Un baroud d'honneur à la SNCF monument historique d'accord mais après un peu d'humanité envers les Français.
a écrit le 30/04/2018 à 11:06 :
J'espère vraiment que les grévistes auront l'élégance de suspendre leur mouvement pendant la durée des épreuves du bac.
Pénaliser les vacanciers durant les ponts, à la rigueur, mais créer encre plus de stress pour les gamins qui vont passer le bac, alors ça ce serait vraiment dégueulasse.
a écrit le 30/04/2018 à 10:54 :
nos responsables politique la plupart inconnu du public ! sont ils des derniers des cordés dans les négociations ?
a écrit le 30/04/2018 à 9:33 :
La grève à la SNCF, à raison de deux jours sur cinq depuis début avril, est sans conséquence sur la vie personnelle des trois quarts des Français, selon un sondage BVA pour Orange publié mercredi dernier.Selon cette enquête, 74% des personnes interrogées déclarent que la grève des cheminots n'a "pas de conséquences sur leur vie personnelle", 21% "des conséquences négatives" et 4% des conséquences positives (1% de non réponse). Le pourcentage de personnes évoquant des conséquences négatives montent à 35% en Ile-de-France.
a écrit le 30/04/2018 à 8:46 :
"que les cheminots ne se sentent pas humiliés" ? D'avoir pour la première fois perdu face un gouvernement qui gouverne ENFIN ? Que les usagers qui ont ratés des moments importants de leur vie soient tolérants ? Que les billets d'avions, les locations ... perdus soient des cadeaux ! On se fout complètement des états d'âmes des 30% de cheminots qui ont fait grève, de même pour le rêve de quelques étudiants endoctrinés qui se croient en 68 ... Il y a de l'ordre à remettre dans la boutique.
a écrit le 30/04/2018 à 8:45 :
Comment font ils pour vivre en faisant tant de jours de grève alors que pour moi si on me retire un jour de salaire j'ai du mal à finir le mois sans être dans le rouge.
Réponse de le 30/04/2018 à 23:09 :
cela a ete , des people ont fait une quete , pour des dons , et ils ont recolté pas mal de pognon pour les cheminots !!! ils auraient mieux fait de faire cela pour les SDF , ils en ont surement plus besoin
a écrit le 30/04/2018 à 7:19 :
Grève SNCF : dès lundi, un retour progressif à la normale....SUPEEEEERRRR !
C'est cadeau, merci !
a écrit le 30/04/2018 à 6:37 :
Ne vous inquiétez pas nous allez reprendre comme il se doit au mois de mai.
a écrit le 29/04/2018 à 22:26 :
Surtout pas commenter sur cette crotte éditoriale qu'est l'infecte La Tribune !!! Mon cul.
Réponse de le 30/04/2018 à 10:09 :
C'est pourtant ce que vous faites!
Lisez la Pravda.
Certes faut causer ruskof...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :