Jean-Hervé Lorenzi : « Il faut d'urgence relancer le produire en France »

 |   |  723  mots
Jean-Hervé Lorenzi, président du Cercle des économistes.
Jean-Hervé Lorenzi, président du Cercle des économistes. (Crédits : DR)
Pour cause de crise sanitaire, les Rencontres Économiques d'Aix-en-Provence se dérouleront exceptionnellement cette année en ligne et en direct depuis des studios de la Maison de la Radio. Pendant 3 jours, du vendredi 3 au dimanche 5 juillet, cet « Aix-en-Seine » se veut une plateforme de débats pour chercher des solutions, rebâtir l'économie sur des bases nouvelles. À l'ouverture des Rencontres 2020, entretien avec son fondateur, Jean-Hervé Lorenzi, président du Cercle des économistes.

LA TRIBUNE - Cette crise de 2020 n'est pas comme les autres ?

JEAN-HERVÉ LORENZI - Avant la pandémie de Covid-19, l'économie mondiale était déjà en fort ralentissement avec un risque de guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, une Europe relativement absente sur la scène mondiale. La crise sanitaire a accentué toutes ces tensions. La France a été particulièrement touchée, parce que notre pays a appliqué un confinement très strict et avait des faiblesses structurelles, liées à sa désindustrialisation.

La première réponse politique à la crise a été réussie. Il s'agissait de protéger l'économie, les salariés, les entreprises, avec une palette d'aides publiques : chômage partiel, prêts garantis par l'Etat, soutien aux secteurs les plus affectés, ce qui a donné les plans aéronautique, automobile, tourisme... Nous devons...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/07/2020 à 10:22 :
stop ou encore sur l'accord entre alpine et Bmw sur le prochain moteur
la ou est le désir de vendre voir de dégager alpine de Renault
et aussi la présence de Renault en f1se doit d'être stoppé
la marque est incapable de faire un moteur digne pour alpine
qui plus est badgé infinity
et la encore la vision écolos pour la destruction d'emploi ne sera pas chiffré
comme déjà beaucoup dans le passif voir les centrales nucléaire la chimie
pour combattre cette dérive il faut chiffré leur dégâts
pour que la France produise et arrête de se pénaliser
c'est absurde de racheter de l'électricité a l'Allemagne
puisque c'est avec du charbon que nos voisin produise l'Energie
a écrit le 04/07/2020 à 13:42 :
En France on a un industriel positionné sur des produits courant qui a remarquablement réussi dans un domaine ultra compétitif en introduisant de la technologie, il s'appel groupe SEB et inclus Moulinex monsieur Castex. Donc c'est possible.
Demandez à ceux qui savent faire.
a écrit le 04/07/2020 à 12:49 :
au lieu de ce concentrer sur le devenir de la France
le Medef organise la fin de l'industrie en France par son silence
a tout les plans de suppression de poste
et ou sont les actes du président
simplement il compte les points
car tout le pouvoir connaissez les risques de l'après confinement
et il ont refusé de prendre les mesures corrective
sans concertation , sans dialogue
sur de leur fonction
des Français ils s'en moque
comme l'ex 1er ministre qui vas retrouvé son job
vendre le reste des entreprises francaise aux americain..
a écrit le 04/07/2020 à 12:03 :
Très fort pour enfoncer des portes ouvertes, ce Monsieur Lorenzi !!! J’ai peur que cela ne soit un peu plus complexe que ce qu’il énonce.....
a écrit le 04/07/2020 à 0:09 :
C'est bien beau une telle incantation.
Mais produire quoi, qd et comment ??
Des productions stratégiques ds la santé, les télécoms, les transports futurs decarbones sur terre, sur mer, ds les airs, les productions de défense et de sécurité, l'indépendance alimentaire, les produits de gde consommation ??
Avec également, la question à mon sens complémentaire: sauvegarder et conforter ce qui reste encore sur notre sol ??
Et en particulier, les productions d'excellence à HT contenu technologique, ds l'aéronautique, le spatial, le ferroviaire (LGV), les composants électroniques ( incluant l'optronique et les nanotechnologies), les télécoms (5G + IoT), le complexe militaro industriel, le calcul scientifique ( dt la RD quantique), l'énergie nucléaire decarbonee pour la transition énergétique et tte la sstraitance HT de gamme ds la construction et la maintenance, ts ces ensembles étant gage d'indépendance et d'avance technologique stratégique ??
Avoir également une vision d'indépendance stratégique nationale ou au pire à l'échelon européen, sur la 1ere transformation de la matière et sa RD sur les nx matériaux ( dt les composites) avec le maintien d'unités sidérurgiques, de chimie de synthèse, de biochimie, matériaux de construction, scieries industrielles...??
Concernant les productions de biens de gde consommation, il ne reste plus gd chose, mis à part ce qui reste ds l'automobile fabriquée en France ( avec toutefois un espoir ds l'électrique, si le marché veut bien décoller).
Les produits de construction et de biens pour l'habitat, avec St Gobain multinationale française du secteur, st depuis des décennies, dominés par l'Italie, l'Espagne et l'Allemagne.
Les savoirs faire ds les produits dits bruns ou blancs st perdus depuis bien longtemps, sauf le petit électroménager dt le groupe Seb résiste au prix de délocalisations incontournables.
Le textile et la chaussure ont quasiment disparu, sauf qcqs marques HT de gamme à diffusion confidentielle essentiellement exportée.
Il y a aussi tt le secteur de l'ameublement bénéficiant d'une matière 1ere abondante et de qualité, mais tellement atomisé que les E. ont du mal à se moderniser et se renouveler face à des géants mondiaux comme Ikea. Si bien que bcp de forêts françaises alimentent les marchés internationaux de bois d'œuvre... à destination de l'Italie, l'Allemagne ou la Chine.
Reste l'industrie du luxe et cosmétiques, emblématique du soft power français, mais qui cpte tenu de sa spécificité, ne semble pas concernée par cet article.
En résumé, tt un ensemble de questions pour la priorisation et la mise en œuvre de cet immense puzzle de reconquête ds un environnement financier incitatif particulièrement contraint et la puissance quasi indeboulonnable des marques et firmes internationales établies.
a écrit le 03/07/2020 à 20:53 :
Un économiste ? Hors sol le pauvre

La france avec des petits salaires nets mais 50% de charges sociales (employeur +employé), va produire des biens 5x plus élevé que la concurrence...

Est ce que les 6 millions de personnes au chomage + tous les employés au smic vont pouvoir se payer des produits hors de prix pour une qualité basse ?
a écrit le 03/07/2020 à 19:41 :
la r&d c'est pour le CIR, pas le cice, mais vous aviez corrige
a écrit le 03/07/2020 à 19:40 :
le monde est petri de bonnes intentions!
la france fait la chasse au grand capital depuis 40 ans, l'industrie est intensive en capital, donc logiquement l'industrie est allee voir ailleurs
on tape sur le medicament en payant que dalle et en voulant du generique, et on veut une relocalisation avec des emplois bien payes pour que la cgt ait de nouveau de quoi remplir ses listes d'adherents
on vote les 35 heures payees 39, et on suggere les 28 heures payees 35, et on veut que l'industrie revienne
on a les lois florange dailymotion et toute la clique et on veut la creation d'entreprises
on veut de la transition ecolobobo, mais avec de la bonne industrie polluante, avec des emplois tres qualifies pour des gens pas qualifies mais bien payes
on te sort du principe de precaution a gogo et on veut relocaliser
mais non de dieu, a la fin faut ouvrir les yeux
PLUS PERSONNE NE VEUT S INSTALLER, sauf pour la R&D a cause du cice, et eventuellement pour certains ( petits ) sites de production, et de l'ingenierie qui coute moins cher qu'aux USA
faut voir ce que la france propose, avant d'avoir plein d'idees
et les lois hollande, avec retroactivite et demolition generale, ca a finit le peu de confiance qu'il y avait
l'addition sera a payer sur les 30 prochaines annees, voila, vous savez qui remercier et vous savez qui sera elu.E

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :