Jean-Marie Le Pen exclu du Front national

 |   |  460  mots
Le président d'honneur du Front national a été évincé ce jeudi du parti politique qu'il avait fondé en 1972
Le président d'honneur du Front national a été évincé ce jeudi du parti politique qu'il avait fondé en 1972 (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Le président d'honneur du Front national a été exclu ce jeudi par le bureau exécutif du parti d'extrême droite. Une décision que Jean-Marie Le Pen pourrait contester une nouvelle fois devant les tribunaux.

Le cofondateur du Front national, Jean-Marie Le Pen est banni de son propre parti. Le président d'honneur du parti d'extrême droite, âgé de 87 ans, a été évincé suite au vote du bureau exécutif de la formation politique, qui a trouvé la "majorité requise" pour prononcer cette décision.

« Le bureau exécutif du Front national, réuni en formation disciplinaire, a délibéré et a décidé, à la majorité requise, l'exclusion de M. Jean Marie Le Pen comme membre du Front national », annonce un communiqué diffusé jeudi 20 août à l'issue d'une longue réunion. « La décision complète et motivée sera notifiée prochainement », est-il précisé.

Convoqué pour s'expliquer sur 15 griefs

Au siège du FN à Nanterre (Hauts-de-Seine), M. Le Pen a été auditionné pendant trois heures par le bureau exécutif, la plus haute instance du parti. Convoqué pour s'expliquer sur 15 griefs, et notamment ses propos polémiques sur les chambres à gaz, le patriarche n'a pas pu se défendre devant la présidente du Parti frontiste, sa fille Marine Le Pen, ni devant Florian Philippot, numéro deux de la formation. Ces derniers, à l'origine de la convocation de M. Le Pen, estimaient leur présence impossible afin de ne pas être "juge et partie".

De son côté, le banni s'est exprimé au terme de la réunion. Il a affirmé avoir « exprimé le souhait que cet épisode un petit peu polémique soit une étape vers la réunification active du FN »« J'ai donné toutes les explications à ceux qui n'avaient pas toujours bien compris ce qui se disait ou se rapportait », a-t-il dit, tandis que Bruno Gollnisch, qui l'a assisté pendant son audition, a pour sa part fait savoir qu'il y avait eu « des moments assez vifs » pendant cette audition.

L'exclusion de Jean-Marie Le Pen survient alors que les dirigeants frontistes cherchent à éviter que les provocations du fondateur du parti n'écornent la stratégie de "dédiabolisation" engagée par Marine Le Pen, qui a succédé à son père en 2011 à la tête de la formation d'extrême droite.

Nouvelle bataille judiciaire ?

Mais cette décision sera-t-elle définitive ? Le combat entre le père et la fille se déroule également devant les tribunaux. Cet été, Jean-Marie Le Pen a obtenu deux victoires juridiques face à Marine Le Pen, avec l'annulation d'une précédente décision de suspension et la suspension de l'assemblée générale extraordinaire du Front national censée aboutir à son éviction.

Depuis plusieurs jours, l'avocat de l'ancien candidat à l'élection présidentielle de 2002, Frédéric Joachim, a signifié à plusieurs reprises que la décision du bureau exécutif fera sans doute l'objet d'une contestation devant la justice.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/08/2015 à 10:32 :
Je suis pas fan surtout depuis sa petite sortie au prof de droit Martinez qui quittait le parti, "tu nous quittes mon petit lapin alors que tu peux être là à croûter, à vie.." Un parti leurre ce FN comme beaucoup d'autres...
a écrit le 23/08/2015 à 9:28 :
Le maitre ne supporte pas que l'élève l'ai dépassé, il s'en remettra........! La vie continue et le FN survivra avec ou sans lui.
a écrit le 23/08/2015 à 9:28 :
Le maitre ne supporte pas que l'élève l'ai dépassé, il s'en remettra........! La vie continue et le FN survivra avec ou sans lui.
a écrit le 22/08/2015 à 21:29 :
Il a pas tout perdu, il s'en est mis plein les poches à la tête d'un parti factice pendant 40 ans et avec un mandat de député européen, même les eurosceptiques européens ne veulent pas du FN..
a écrit le 22/08/2015 à 13:03 :
Bof, le feuilleton continue..
a écrit le 22/08/2015 à 8:55 :
OUF
a écrit le 21/08/2015 à 21:49 :
vieux soldat ! n'accepte pas la capitulation , il reste encore d'autres batailles à gagner , on a besoin d'autres partis pour sortir le pays de l'ornière dans laquelle il sombre tout doucement .
a écrit le 21/08/2015 à 19:17 :
C'est fou jusqu’où peu pousser la vanité , à son age , un officier de l'armée Française , politique , que faut -il retenir de l'analyse de son comportement face aux promesses faites à sa fille ; sa petite fille et ses collaborateurs ;;? éternel provocateur , un responsable , un politique , n'est en fonction que pour une période donnée , au delà ... c'est place aux autres ......tout a une fin ... rien n'est propriété à vie ( sauf sa propre existante hors période de conflit militaire ) . Il a passé la main , il n'est plus le Président , il est en retraite pourquoi ce besoin de nuisance et de télé ? pour détruire son travail , drôle de comportement et de raisonnement pour tirer sa révérence .
a écrit le 21/08/2015 à 18:27 :
Jean-marie c'est le passé, Marine c'est l'avenir; Nous avons le choix!
a écrit le 21/08/2015 à 17:20 :
Le plus difficile en politique est, pour certains, de partir
a écrit le 21/08/2015 à 16:16 :
En bon marin, Jean-Marie Le Pen se voulait corsaire contre la pensée unique du global parti. Ce qui pouvait hérisser l'autre lui a servi de munitions, de boulets diront certains. Bien entendu le sujet importait peu hors cette qualité première, d'ailleurs sur ce point il n'a jamais lâché ses amarres ni hissé les voiles, seulement organisé des opérations de chargement tout en surveillant la manoeuvre à la barre de son navire à quai. Il ne cherchait pas à développer une quelconque thèse mais à s'inscrire en faux tel un corsaire. En faux de quoi ? De tout ce qui a légitimé le pouvoir d'après guerre, sous prétexte de Victoire sur l'infâme, ce qui a servi aux gouvernements qui s'éparpillaient comme des moineaux, aux colonels qui s'enfuyaient devant l'ennemi, aux pacifistes gauchistes qui préparaient l'arrivée de leurs amis internationaux, ou encore aux résistants de la dernière heure. Lui qui aura été le seul personnage civil indépendant, il aura été empêché illégalement de gouverner, quitte à faire exploser son immeuble en tentant de le tuer. Alors si ceux de ce global parti érigent en symbole une certaine manière de tuer, il la dénonce : qu'a-t-elle de plus qu'une autre, que ces bombes nucléaires que l'on a jetées sur des populations civiles et que l'on semble ignorer, toujours,lors des périodes anniversaires récentes ? Si l'on idolâtre la Victoire bien douteuse des uns, il évoque la Défense et le maintient auxquels les français furent obligés tandis que l'on dînait à Londres. Là est l'expression de son esprit corsaire qu'il pense nécessaire et suffisante pour entretenir la flamme de l'indépendance et de la France. On ne joue pas avec l'ignoble dira-t-on, mais il ne joue pas, il évoque en creux tout haut ce que beaucoup pensent tout bas, il fait comprendre qu'une guerre est forcément financée, provoquée, que tous en sont responsables, quelques uns les victimes et que la vérité est ailleurs. Et puis, ce n'est pas lui qui a commencé, ce n'est pas lui qui s'est emparé du thème pour en faire une idéologie de pouvoir et de légitimation indépassable, il n'a fait qu'y répondre à la marge. D'ailleurs ce n'est même plus d'un sujet particulier dont on parlait alors mais du tabou que l'on a voulu en faire. Lui le corsaire il a dit que l'on peut voir le passé autrement, tout comme l'on peut encore le faire pour l'avenir. Jean-Marie Le Pen c'est de la peinture abstraite et en ce sens il est très moderne, avant-gardiste même. Ainsi dans ce monde où tout ce qui n'est pas d'accord avec le global parti est considéré comme "traître" à on ne sait plus qui d'ailleurs, il est considéré comme l'ennemi et puisque la légitimité première était la dernière guerre, il sera assimilé aux nazis ! L'extrême droite ... nazie, un oxymore tant on sait que les nazis allemands comme les fascistes italiens étaient des socialistes. S'il avait été possible même, on aurait peut-être transformé Staline en général d'extrême droite. Mais l'on n'est plus à une tromperie près et comme en publicité les redites incessantes forgent une nouvelle réalité que déjà l'ami Orwell dénonçait; ... et puis le débat est passé ostensiblement des hautes sphères au grand public et lui veut comprendre sinon il s'énerve, condamne. C'est pour ne pas avoir comprise cette nuance de bleu que le "menhir"a fini par voir s'éloigner de son propre camp. A l'heure où l'on applaudit à la liberté d'expression d'un "Charlie" lourd et démagogique, on condamne Jean-Marie Le Pen finalement pour la pudeur de n'avoir pas complètement parlé.
Réponse de le 22/08/2015 à 16:59 :
Votre thèse sur ce qu il est à beaucoup de vrais . Ceux qu il le condamnent sont ceux qui veulent lutter pour conserver l indépendance de la nation car il est évident que les allemands resteront allemands avant tout , et nous n avons rien à gagner d en être le tender .Ne pas vouloir de sa part participer à cette lutte me laisse hésitant sur ce qu il est . Don Quichotte peut être ?
a écrit le 21/08/2015 à 14:33 :
Ça marche comme chez tous les gens avides de pouvoir : Ca se cannibalise peu importe les liens du sang. Ces liens ne restent qu'une bonne occasion de tuer l'autre sans remord !!
a écrit le 21/08/2015 à 9:17 :
Finalement ça marche comme chez les sith le FN, l'apprenti assassine le maître pour prendre sa place.

(excusez la faute dans le post précédent, réveil difficile.)
Réponse de le 21/08/2015 à 10:43 :
@zyaL : lendemains de fête difficiles ????
Réponse de le 22/08/2015 à 8:58 :
vous êtes excusé.
a écrit le 21/08/2015 à 9:16 :
Finalement ça marche comme chez les sith le FN, l'apprenti assassine le mettre pour prendre sa place.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :