JO Paris 2024 : une campagne de promotion tous azimuts

Lors de la manche parisienne du championnat du monde de Formule E, le monde des sports mécaniques a tenu à apporter son soutien à la candidature de Paris pour l'organisation des Jeux olympiques et paralympiques de 2024. Le comité Paris 2024 fait feu de tous bois.
Fabien Piliu
Quand les sports mécaniques soutiennent le projet olympique de Paris.
Quand les sports mécaniques soutiennent le projet olympique de Paris. (Crédits : FIA Formula E)

Les sports mécaniques seront-ils un jour au menu olympique ? La MotoGP ou la Formule 1 ou E verront-elles un jour leurs pilotes monter sur un podium olympique ? La photo diffusée dimanche sur les réseaux sociaux représentant les responsables d'écuries de Formule E - la Formule 1 électrique - leurs pilotes, leurs ingénieurs et une partie du public faisant le signe de soutien à la candidature de Paris 2024 pourrait le faire penser.

Et pourtant... Avec cette photo, le monde des sports mécaniques français voulait simplement témoigner de sa solidarité avec l'élan porté par le comité Paris 2024.

" Le deuxième ePrix de Paris, qui s'est tenu samedi sur l'Esplanade des Invalides a été une très belle vitrine pour la candidature de la ville à l'organisation des JO-2024 ", a déclaré à l'AFP Laura Flessel, la toute nouvelle ministre des Sports également présente sur le cliché.

"Toutes les manifestations, tous les événements sportifs seront des électrochocs pour montrer notre efficience. On sait organiser, on le sait. Maintenant, il faut montrer et convaincre pour avoir les Jeux. Aujourd'hui, c'est le leitmotiv", a poursuivi la double championne olympique à l'épée.

Rester prudent

A Lima, où sera dévoilé le nom de la ville hôte des JO d'été en 2024, et où elle se rendra en compagnie d'Emmanuel Macron, le président de la République, Laura Flessel  espère assister à la victoire de Paris face à Los Angeles, sa seule concurrente. Tout en se félicitant de la façon dont s'est déroulée la visite de la commission d'évaluation du Comité international olympique (CIO) en début de semaine dernière, la ministre a néanmoins montré une certaine prudence.

"On est sportifs, donc on reste toujours très proche de la réalité. On peut toujours se faire battre, surtout sur la dernière ligne droite."

Avec ce grand prix de Formule E, Paris, qui vient d'organiser avec Cologne les championnats du monde de hockey sur glace, a une nouvelle fois prouvé qu'elle était capable d'organiser tous types d'événements sportifs. Anne Hidalgo, la maire de Paris également présente sur le cliché, a également tenu à le rappeler:

"Pouvoir organiser cet e-Prix à Paris, c'est montrer d'abord la beauté de notre ville et montrer qu'on sait organiser des grands événements. C'est très important pour, notamment, la candidature de Paris aux Jeux 2024", a déclaré Anne Hidalgo.

Pendant ce temps-là, à Biarritz

De passage à Biarritz pour les championnats du monde de surf, Tony Estanguet, le co-président du comité d'organisation Paris 2024, a également assuré la promotion de la candidature parisienne ce week-end.

"Pour nous [Paris 2024], ces Mondiaux sont une belle vitrine. Ça montre qu'il y a du dynamisme, une France qui sait organiser des événements dans un peu tous les sports, et que nous ne sommes pas centrés juste sur quelques sports. C'est vraiment la diversité, aussi bien à Paris que partout en France. Pour moi, c'est un vrai argument de campagne. Il faut montrer aux membres du CIO qu'il y a cette tradition et cet engagement et que, si nous sommes retenus, ils pourront avoir confiance. Il y a une vraie expertise dans le domaine", a déclaré le triple champion olympique de kayak à L'Équipe.

Interrogé sur la distance entre la capitale et les plages françaises de surf les plus réputées, Tony Estanguet s'est montré rassurant. "Ce n'est pas du tout gênant. Au contraire même, pour nous c'est intéressant car ça nous permettra de montrer qu'il y aura une résonance nationale. Avec le foot et la voile, on sera déjà un peu présent sur tout le territoire. Et l'idée, c'est de pouvoir montrer que ce sport, qui a une tradition française dans une région très particulière, a déjà organisé un championnat du monde avec succès. Ce sera donc tout à fait possible, même si la balle ne sera pas complètement dans notre camp", a-t-il poursuivi.

Tapis rouge pour les Jeux à Paris

Le comité Paris 2024 a également profité des lumières du festival de Cannes pour faire entendre sa petite musique. Mercredi, à trois jours de la clôture de la 70e édition du Festival, une délégation "Paris 2024" a monté les... 24 marches du Palais des festivals, à l'invitation de Pierre Lescure, le président du Festival de Cannes et de Thierry Frémaux, son délégué général.

"Le cinéma et le sport moderne sont nés en même temps. Le Festival de Cannes est une manifestation, qui, comme les Jeux, célèbre ceux qui font rêver et suscitent l'émotion. Il est surtout le symbole d'une France ouverte sur le monde qui accueille la culture de tous les pays. En nous associant au Comité de candidature Paris 2024 pour cette 70e édition, nous voulons soutenir cette ambition de recevoir les Jeux et réaffirmer que le sport est aussi une culture, un partage et une célébration", a déclaré Pierre Lescure.

Dans cette délégation, figuraient Laura Flessel, la nouvelle ministre des Sports et championne olympique, Tony Estanguet et Bernard Lapasset, les co-présidents du Comité Paris 2024, Anne Hidalgo, la maire de Paris, Valérie Pécresse, la présidente de la région Ile-de-France, Denis Masseglia, le président du Comité national olympique et sportif français (CNOSF), Emmanuelle Assmann, la présidente du Comité paralympique et sportif français (CPSF) et Thierry Rey, champion olympique et conseiller spécial de la candidature.

Fabien Piliu

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 29/05/2017 à 13:15
Signaler
Les USA remporteront le contrat. Paris ne fait pas le poids et c'est tant mieux pour le contribuable. Allez faire un tour a LA, vous serez etonnes, par les installations et moyens de transports.

à écrit le 28/05/2017 à 19:50
Signaler
Le SPORT, c'est bien et ça peut même être génial. Le cirque médiatique, l'argent, la corruption, le dopage, les enjeux politiques, la publicité souillent le SPORT, ce qui fait que ce n'est plus du SPORT. C'est de la magouille sportive: Je n'adhère pa...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.