L'Insee révise à la hausse sa prévision de croissance pour 2018

Le PIB devrait atteindre 1,9% pour 2017 selon des chiffres encore provisoires publiés par l'Insee. En revanche, les projections pour le pouvoir d'achat des Français en 2018 s'avèrent bien plus pessimistes.

3 mn

(Crédits : Reuters/Gonzalo Fuentes)

Les clignotants sont au vert pour l'économie française. L'Insee a de nouveau relevé mardi sa prévision de croissance pour 2017 qu'il porte de 1,8% à 1,9%, l'économie française gardant le rythme amorcé depuis fin 2016, soutenue par l'optimisme des chefs d'entreprise. "La croissance est installée depuis fin 2016 sur un rythme solide, d'environ 0,5% par trimestre", a commenté lors d'une conférence de presse Julien Pouget, chef du département de la conjoncture à l'institut statistique. D'ici la mi-2018, "la France garderait cette cadence", a-t-il ajouté.

Un climat des affaires au plus haut

Selon la note de conjoncture trimestrielle de l'organisme public, le produit intérieur brut (PIB) devrait ainsi augmenter de 0,6% sur les trois derniers mois de l'année, puis progresser de 0,5% au premier trimestre 2018. Il devrait ensuite légèrement ralentir à +0,4% au deuxième trimestre. À ce rythme, l'"acquis de croissance" - c'est-à-dire le niveau que le PIB atteindrait si l'activité ne progressait pas sur les deux derniers trimestres de 2018 - s'établirait à fin juin à 1,7%, laissant donc augurer un bon chiffre sur l'ensemble de l'année.

À l'origine de cette bonne cadence, l'optimisme des chefs d'entreprises: le climat des affaires a atteint en novembre son plus haut niveau depuis début 2008. Outre la production qui devrait être dynamique, aussi bien dans l'industrie que les services, l'investissement des entreprises devrait rester particulièrement solide et progresser de 1,2% au dernier trimestre 2017, puis de 1,1% et 0,9% sur les deux trimestres suivants.

> Lire aussi : Le climat des affaires atteint des sommets

Le commerce extérieur pourrait retrouver des couleurs

La France devrait aussi profiter en fin d'année d'une envolée des exportations, grâce à un rattrapage des ventes aéronautiques civiles, à de bonnes exportations agricoles et au redressement du tourisme après les attentats de 2015 et 2016.

Début 2018, les exportations aéronautiques devraient par contrecoup marquer le pas et les importations augmentées pour servir la demande intérieure. Mais selon l'Institut de la Statistique, le commerce extérieur ne devrait plus peser négativement sur la croissance à mi-2018, ce qui serait du jamais vu depuis plusieurs années.

Lire aussi :Commerce extérieur : les PME françaises, mauvaises élèves de l'Europe

Un pouvoir d'achat en baisse

En revanche, le pouvoir d'achat des ménages devrait pâtir début 2018 "des effets du calendrier fiscal", selon l'Insee. Les mesures défavorables à ce pouvoir d'achat (hausse de la CSG, de la fiscalité sur le tabac et les produits pétroliers) seront en effet concentrées sur le début d'année, tandis que les mesures favorables, en particulier la réduction de la taxe d'habitation, interviendront en fin d'année.

De fait, la consommation des ménages devrait ralentir et progresser de seulement 0,3% par trimestre d'ici la mi-2018, après avoir augmenté de 0,6% au troisième trimestre 2017. Et ce malgré l'accélération des revenus d'activités, liée à la hausse des difficultés de recrutement des entreprises qui n'hésitent pas à augmenter les salaires pour attirer ou conserver des employés.

(Avec AFP)

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 20/12/2017 à 15:49
Signaler
L’exportation de produits de luxe et vente en ligne ... le taux de croissance ne sert à rien quand le système exclu 40 % de la population Française.(y compris les actifs immigrés et Français issus de l’immigration) En France , arrêtez de «  v...

à écrit le 20/12/2017 à 15:08
Signaler
... et je pense que la dette et le déficit continuent à augmenter aussi, malgré la conjoncture favorable.

le 21/12/2017 à 10:46
Signaler
Le déficit a été presque divisé par 2 par le ps au pouvoir. La dette devrait se stabiliser assez rapidement avant de décliner.

à écrit le 20/12/2017 à 13:32
Signaler
L’indice PMI flash IHS Markit https://www.markiteconomics.com/Survey/PressRelease.mvc/ba1a0afd474c4a50b1dc1a536de53f97 --- OEB, (Office Européen des Brevets) année 2016. « Objets connectés / Industrie : les demandes de brevets dans les technologi...

à écrit le 20/12/2017 à 12:52
Signaler
Et la Cour des Comptes qui avait accusé HOLLANDE d'avoir sous-estimé la croissance. Info reprise par ce gouvernement. M. MACRON va-t-il s'excuser, et la cour des comptes aussi ?

le 21/12/2017 à 10:55
Signaler
Celle qui nous expliquait en février que 1.5% de croissance était hautement improbable?

à écrit le 20/12/2017 à 11:15
Signaler
l'indicateur d'activité PMI Composite (industrie + services) est à 60, supérieur à ceux de la zone Euro et de l'Allemagne. les US sont à 53 et le UK à 55. PMI du secteur manufacturier à 59,3. niveau le plus élevé depuis plus de 17 ans. encourageant...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.