La France va financer des projets d'infrastructures en Argentine

 |   |  347  mots
(Crédits : Reuters)
L'Agence française de développement (AFD) va rouvrir un bureau en Argentine pour financer des projets de développement dans les transports et l'environnement.

"Il y a une volonté d'investir, en particulier dans des infrastructures, qui est une volonté affirmée. Nous avons beaucoup d'entreprises françaises d'excellence au niveau international dans le transport ferroviaire, le transport routier, le domaine énergétique, du traitement de l'eau", a déclaré jeudi à Buenos Aires le ministre français de l'Economie, Michel Sapin.

En visite en Argentine, avant de se rendre au Brésil vendredi et samedi, le ministre a souligné à ses investisseurs argentins que les entreprises françaises tenaient leurs engagements en matière d'investissements en Argentine.

Les entreprises du CAC 40 à la manoeuvre...

Renault construit une nouvelle usine à Cordoba, Peugeot a inauguré une nouvelle chaîne d'assemblage dans son usine de Palomar, près de Buenos Aires, Total, dans le gaz, poursuit ses investissements, de même que Air Liquide. Accor a annoncé récemment la construction de 20 hôtels d'ici 2020, triplant ainsi le nombre d'enseignes du groupe en Argentine.

L'Etat argentin essaie d'attirer de nouveaux investissements étrangers pour relancer son économie. Après une récession de 2,3% en 2016, la 3e économie d'Amérique latine donne des signes de reprises (croissance au 4e trimestre 2016) et le gouvernement table sur une croissance de 3% en 2017.

... avec des garanties

Dans la capitale argentine, Michel Sapin a rencontré le chef du gouvernement Marcos Pena, son homologue Nicolas Dujovne, le ministre des Finances Luis Caputo, avec qui il a évoqué la question des litiges en cours devant le Ciadi, organisme d'arbitrage de la Banque mondiale.

Sur ce point, l'objectif de la France, précise M. Sapin, "c'est que toutes les difficultés qui ont pu exister par le passé soient surmontées et qu'à partir de là, les entreprises françaises se sentent en sécurité, aient les capacités d'investir, d'être au service du développement de l'économie argentine".

Au sujet des négociations en cours entre l'UE et le Mercosur pour un traité de libre-échange, le ministre français a assuré que la France y était "favorable", mais, a-t-il ajouté, "nous avons des intérêts à défendre, notamment dans l'agriculture".

(avec agence)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2017 à 17:38 :
Réalité :

Toutes les nations, Chine, Allemagne, etc., se précipitent pour investir en Argentine. Pourquoi la France, qui a depuis longtemps de bonnes relations avec l’Argentine et ses voisines, Brésil, Chili, Bolivie, Pérou, etc., devrait-elle regarder le train passé ?
Surtout avec le champion Alstom, regarder le train passer serait débile !
Pour rappel, la France est, de mémoire, certainement la seule nation occidentale à avoir soutenu l’Argentine sur sa dette contractée auprès de rapaces américains.

US et UK vont ramer, et c’est bien normal, alors profitons-en !

Nombreux nous expliquaient que la France jouaient un jeu dangereux.
Pourtant, en 2015, dans le cadre du Club de paris, la France a signé un accord sur la dette avec l’Argentine. Négocié depuis 2014, l’apurement des arriérés est un accord multilatéral pour un montant total qui était estimé à 9,7 milliards de $. Le Club de Paris représente le gratin de la communauté financière internationale.
Donc, apparemment, la France n’est pas seule à tirer un trait sur le passé argentin !

Club de Paris : Allemagne, Australie, Autriche, Belgique, Brésil, Canada, République de Corée, Danemark, Espagne, États-Unis d'Amérique, Fédération de Russie, Finlande, France, Israël, Italie, Japon, Pays-Bas, Norvège, Suède, Suisse, Royaume-Uni.

Tout le monde se précipite pour faire des affaires en Argentine, la France comme d'autres.

07-2015 Arianespace a lancé depuis Kourou le nouveau satellite de télécommunications argentin ARSAT-2. L’ARSAT-1, avait été lancé depuis la base terrestre de Benavídez (Banlieue de Buenos Aires).

02-2016 Total (37,5%) met en production le champ offshore de gaz et de condensats de Vega Pléyade (10 millions de mètres cubes de gaz par jour).

06-2016 Alstom va fournir 60 voitures Metropolis pour la ligne D du réseau de métro de Buenos Aires.

08-2016 Lactalis s’y installe pour produire localement ses fromages et d’autres produits.

10-2016 Le groupe DCNS est en négociation avec l’Argentine pour la vente de 4 navires patrouilleurs, une opération totale qui oscillera entre 350 et 400 M EUR. L’information avait été révélée par La Tribune. Des OPV Gowind de 1500 tonnes. 2 des appareils seraient assemblés en France, et les 2 autres par l’arsenal de Tandanor (port de Buenos Aires).

12-2016 Eren Re va construire un parc éolien de 97,2 mégawatts en Argentine, 1er contrat sur le continent américain, et gèrera pendant 20 ans, l'électricité de ce parc.
« Nous avons pour ambition d'y installer plus de 500 MW de projets supplémentaires dans les trois à cinq ans ».
Eren Re possède aujourd'hui un portefeuille de 450 MW de projets en construction ou en exploitation et 1,5 GW en cours de développement.

12-2016 Peugeot Citröen (PSA) investira 300 M EUR dans son usine située près de Buenos Aires, pour moderniser son unité de production située d’El Palomar.
(pour concurrencer Renault)

01/2017 Le groupe français Ecocert, certification des produits issus de l’agriculture biologique, qui continue a se renforcé Amérique Latine, a officialisé l’achat du groupe argentin Argencert. Cette opération vise à renforcer la présence du groupe en Amérique Latine, après l’ouverture de filiales au Brésil, Chili, Pérou, Colombie et Mexique.

03/2017 Le groupe Accor prévoit d’ouvrir 19 supplémentaires d’ici 2020. Plus généralement, le groupe souhaite renforcer sa présence en Amérique Latine et atteindre le chiffre de 500 hôtels en 2020, contre 289 actuellement.

L’Argentine disposerait des deuxièmes ressources de gaz de schiste au monde derrière la Chine et devant l’Algérie et les États-Unis.

L’Argentine serait le 2ème pays au monde en surface de terres certifiées organiques, avec 3 millions d’hectares, derrière l’Australie.

Ne pas oublier que l’Argentine est géostratégique, il suffit d’imaginer le Canal du Panama HS !

Je pense que la France ne finance pas suffisamment à l’étranger.
a écrit le 31/03/2017 à 9:13 :
N'y aurait-il pas de projets valables (pas pour flatter l'ego d'élus locaux) à financer en France ?
a écrit le 31/03/2017 à 9:08 :
qu'est ce que c'est que cette magouille politique a un mois de l'election
vous croyez franchement que les groupes d'infrastructures qui se sont fait mettre dehors vont y retourner?
vous rigolez?
les politicards n'ont qu'a y mettre leur argent si ca les interesse, tout comme leurs copains donneurs de lecons de morale
a écrit le 31/03/2017 à 8:48 :
J'espère qu'on publiera un bilan de cette opération de promotion à risques régulièrement??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :