Le conseil constitutionnel censure une mesure sur le RSA en Guyane

 |   |  406  mots
(Crédits : Christian Hartmann)
Le Conseil constitutionnel a censuré vendredi une disposition de la loi de finances pour 2019 qui instaurait un délai spécifique de détention d'un titre de séjour pour que des étrangers, notamment non-européens, résidant en Guyane puissent percevoir le RSA

Le Conseil a également censuré une disposition qui devait s'appliquer en 2020, la loi de finances ne pouvant porter que sur 2019, et plusieurs articles considérés comme étant des "cavaliers" - c'est-à-dire n'ayant pas leur place dans une loi de finances.

Il a en revanche jugé que la loi ne contrevenait pas à l'exigence de sincérité budgétaire, alors que certains requérants estimaient notamment que les conséquences financières des réponses d'urgence à la crise des "Gilets jaunes" n'avaient pas été suffisamment prises en compte. Il a par ailleurs, comme le précise un communiqué, validé des dispositions modifiant les dispositifs fiscaux dits "Pacte Dutreil" et "exit tax".

Délai de 15 ans

S'agissant de la Guyane, la loi de finances instaurait pour certains étrangers un délai de 15 ans de détention d'un titre de séjour autorisant à travailler avant de pouvoir bénéficier du revenu de solidarité active (cinq ans pour une personne isolée assumant la charge d'enfants ou une femme enceinte isolée). Ailleurs en France - hors Mayotte - ce délai n'est que de cinq ans, souligne le Conseil.

Il relève que "ces dispositions instituent une différence de traitement" et juge que "le législateur a, en imposant un délai de détention plus long en Guyane que sur le reste du territoire national aux seules fins de lutte contre l'immigration irrégulière, introduit une condition spécifique pour l'obtention du revenu de solidarité active sans lien avec l'objet de celui-ci", lit-on notamment dans le communiqué.

"S'il appartient au législateur de définir les mesures propres à permettre de lutter contre l'immigration irrégulière, la différence de traitement instituée en matière d'accès au revenu de solidarité active ne saurait être regardée comme justifiée au regard de l'objet de la loi", poursuit le communiqué.

Le gouvernement déterminé

Le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, et celui de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, ont salué la validation par le Conseil de la quasi-totalité de la loi de finances.

La disposition censurée sur la Guyane "visait notamment à lutter contre la fraude", ajoutent-ils dans un communiqué commun, en assurant que "le gouvernement est déterminé à poursuivre les actions de lutte contre la fraude, en particulier dans le cadre de la recentralisation du RSA réalisée en Guyane et à Mayotte".

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/12/2018 à 17:20 :
Et pour macron non
a écrit le 30/12/2018 à 8:36 :
Pendant combien de temps va-t-on supporter les avis du conseil constitutionnel qui privilégie les intérêts individuels aux intérêts collectifs. Il faudra faire le bilan des pertes budgétaires engendrées par ces décisions. Le conseil Constitutionnel devient de plus en plus le gardien de l'ordre libéral et pas de l'intérêt collectif
Réponse de le 30/12/2018 à 18:20 :
Quand je lis le mot LIBERTE inscrit au fronton de toutes les mairies de France, je considère que le mot LIBERAL n'est pas un gros mot; les lois limitent plus souvent la liberté que les excès; ma fille, jeune maman, a découvert avec stupéfaction que NOS députés avaient gaspillé leur temps à voter l'interdiction de la fessée; la correction existe toujours dans le monde animal et Brigitte (BARDOT) ne s'en émeut guère!
a écrit le 29/12/2018 à 11:38 :
il faut donc relever a 15 ans le seuil en france, ou faire financer ca provisoirement avec un impot social paye par les rentiers de la republique qui gagnent en moyenne 10% de plus que dans le prive!
et en plus ca reduira les inegalites, ca fera d'une pierre deux coups
Réponse de le 29/12/2018 à 16:58 :
Vs voulez être crédible ? Arrêtez de raconter des âneries ......
a écrit le 29/12/2018 à 10:53 :
J'avoue que j'ai parfois un peu de mal concernant certains arrêts, que ce serait-il passé dans le cadre d'un état disons fort et qui imposerait sa patte dans le cadre d'un intérêt général, c'est aussi le cas de la "fumeuse" taxe dite à 3% sur les dividendes, mesure qui profite aux riches "nomades", maisons mères à l'étranger, filliales, etc, etc.. Espérons une action aussi énergique pour la colossale fraude à la sécurité sociale.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :