Le plan de relance des autoroutes est signé et devrait générer 10.000 emplois

 |   |  197  mots
Les contrats de concessions accordés aux filiales des groupes français Vinci et Eiffage et espagnol Abertis, ont fait l'objet d'un intense débat en fin d'année dernière.
Les contrats de concessions accordés aux filiales des groupes français Vinci et Eiffage et espagnol Abertis, ont fait l'objet d'un intense débat en fin d'année dernière. (Crédits : © Regis Duvignau / Reuters)
Le texte signé ce mercredi entre l'Etat et les sociétés d'autoroutes rappelle queces dernières se sont engagées à verser 1 milliard d'euros pour financer les infrastructures de transport, dont 500 millions sur les "trois prochaines années", et à geler les tarifs des péages en 2015.

L'État et les sociétés concessionnaires des autoroutes ont signé mercredi 2 septembre le plan de relance qui prévoit 3,27 milliards d'euros de travaux sur le réseau français en échange d'une prolongation des contrats de concession, annoncent les ministères de l'Ecologie et de l'Economie.

Les travaux seront à la charge exclusive des sociétés concessionnaires. Selon le gouvernement, 55% des travaux seront réalisés par des PME ou PMI non liées aux groupes autoroutiers, et devraient générer quelque 10.000 emplois.

Les concessions prolongées de deux ans et demi en moyenne

Les contrats de concessions accordés aux filiales des groupes français Vinci et Eiffage et espagnol Abertis, qui ont fait l'objet d'un intense débat en fin d'année dernière et jusqu'à la conclusion d'un accord, en avril, sont prolongés de deux ans et demi en moyenne, lit-on dans un communiqué.

Le texte rappelle encore que les sociétés d'autoroutes se sont par ailleurs engagées en avril à verser un milliard d'euros pour financer les infrastructures de transport, dont 500 millions sur les "trois prochaines années", et à geler les tarifs des péages en 2015.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/09/2015 à 15:51 :
C'est ça, ils vont "verser 1 milliard d'euros pour financer les infrastructures de transport, geler les tarifs des péages et créer 10 000 emplois". Autrement dit, le Père Noël est déjà là :-) Je crois plutôt qu'ils vont supprimer 10 000 emplois pour récupérer le manque à gagner :-)
a écrit le 03/09/2015 à 15:38 :
Voire 1 milliard car on aurait pu justifier l'accueil en France d'une partie du continent africain.
Pour les emplois verts, il faudra annoncer 6 milliards d'emplois. Attention quand même les élections approchent.
a écrit le 03/09/2015 à 14:40 :
10 000 emplois pérennes ou juste du vent ?
a écrit le 03/09/2015 à 14:04 :
comprend pas tout ... on va construire de nouvelles autoroutes ou on paiera
le prix fort pour rouler à 90 ? ... :S

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :