Le revenu de base n'est "pas la bonne réponse" à la pauvreté (Benjamin Griveaux)

 |   |  230  mots
Manque d'information, honte, complexité administratives des dispositifs d'aides... les raisons peuvent être multiples mais le résultat est là : 34% de personnes éligibles au RSA ne le touchent pas.
Manque d'information, honte, complexité administratives des dispositifs d'aides... les raisons peuvent être multiples mais le résultat est là : 34% de personnes éligibles au RSA ne le touchent pas. (Crédits : REUTERS/Heino Kalis)
Alors que 13 départements militent pour obtenir l'autorisation du gouvernement d'explorer en grandeur réelle la piste du revenu de base dans une version qui permettrait de soutenir enfin les populations qui ne touchent aucune des aides auxquelles elles ont droit, le porte-parole du gouvernement vient d'en contester le principe, au plan philosophique, dit-il, en lui opposant la valeur travail.

Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a dit jeudi ne pas croire que le revenu de base, que 13 départements souhaitent expérimenter, soit "la bonne réponse" à la pauvreté, disant préférer une société "fondée sur la valeur travail".

"On a mis au coeur du projet politique d'Emmanuel Macron le travail. Le travail, donc l'éducation (...) Moi, je considère que c'est le travail qui aujourd'hui est un facteur d'émancipation, de progression", a déclaré M. Griveaux sur France Inter.

Il ajoutait :

"Moi, je ne considère pas que le minimum de base soit la bonne réponse parce que philosophiquement je préfère avoir une société fondée aussi sur la valeur travail."

34% de personnes éligibles au RSA ne le touchent pas

Treize présidents de département défendant l'idée d'un revenu de base, versement mensuel unique issu d'une fusion de minima sociaux, ont lancé fin mars une concertation pour définir les contours d'une première expérimentation qu'ils souhaiteraient mener dans leurs territoires.

Principale cible de ce dispositif: les 34% de personnes éligibles au Revenu de solidarité active (RSA) qui n'en font pas la demande par manque d'information, par honte, ou parce que les démarches administratives leur semblent trop compliquées.

Ce "revenu de base" ne serait pas universel mais bien soumis à des conditions de ressources.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/06/2018 à 10:38 :
Une société qui est en perte de valeurs sur beaucoup de fondement propre au respect de l’humain , qui est ancrée , dans des valeurs matérialistes ( argent , envie de plus de richesse , mesurer l’humain par son portefeuille...)
sans se poser la question, est ce que c’est mérité ou pas?

ne peux pas pas «  comprendre la valeur du travail » et «  le droit fondamental humain »

la preuve : le résultat sur le terrain confirme la pensée des décideurs.

pour eux donner des miettes : c’est donner l’illusion d’une évolution pour tous et toutes.
a écrit le 10/06/2018 à 3:23 :
Parlons de la valeur travail
Ça suffit tous ces assistés qui vivent sur les gloires passée de notre révolution industrielle et des avancés gagné au court de siècles de lutes longues et incertaines

Après 2 siècles de concentration industrielle et capitalistique et sans parler des dures batailles sur l’éternel extension du droit à la propriété
Des terres ,de l’arts ( la plus grande fumisterie ) la propriété INTELLECTUEL
( absurdité intellectuel!! Ou en serait on si dans l’histoire les idées n’avait pas été partagé !! Même nos rois absolus et divin n’avait de tel prétention )

Tous les feignants qui reçoivent de l’argent à rien faire tous les mois ces rentiers qui n’ont de mérite que d’être né avec des papiers leur donnant des droits plus que divin

Les lumières avaient rêvé de la fin de l’absolutisme et de l’égalité des hommes qu’attend on nous pour la. Mettre en place
Le travail restera une valeur un besoin social donc le revenu de basse n’empêchera pas le besoin de travailler et la nécessité d’invente ou d’entreprendre bien au contraire
Il libérerait tous ces forces créatrices qui sont aujourd’hui limitée par la recherche de subsistance


Ponctionnant de plus en plus l’économie réel
a écrit le 08/06/2018 à 18:01 :
Tous les arbitrages rendus par le gouvernement dont M. Griveaux est le héraut, vont dans le sens d'une survalorisation du capital, aux dépends du travail et des travailleurs.

Ensuite, si l'on veut bien se souvenir que le premier employeur du pays c'est l'état, sa façon de traiter les fonctionnaires est la démonstration ultime de sa considération de la valeur du travail en tant que moyen d'émancipation et de développement.

Il suffit de se remémorer la longue liste des administrations françaises dont le personnel est en crise grave pour cause de maltraitance patronale, pour renvoyer les propos de M. Griveaux à leur insignifiance crasse.

D'autant plus que si M. Griveaux refuse le revenu de base, il n'a rien à proposer que des propos aussi creux que les discours de son maître.
a écrit le 08/06/2018 à 17:54 :
Conjonction de coordination

Quel que soit le système mis en place, pour qu’il soit acceptable il faut qu’il soit simple, transparent et juste. On peut rêver.
On pourrait aussi demander en échange de ce revenu une contrepartie d’activité, ne serais que symbolique pour démontrer une forme d’engagement utile à la société et à la collectivité. Il me semble que c’était comme cela qu’avait été conçu le RSA ?

Un revenu de base, intégrant tous les divers et complexes dispositifs d’assistance, ne devrait jamais dépasser un revenu du travail.
Quelque part cela revient à séparer les liens entre les revenus… et le travail fourni. Je conçois que cela soit compliqué, mais on pourrait facilement trouver des exemples de faisabilité dans les profits que dégage la simple détention de capitaux. Honnêtement gagnés et utiles à l’économie, mais un investissement spéculatif ne devrait jamais permettre de gagner plus d’argent qu’un investissement dans l’économie réelle. Sinon plus personne n'investira dans la production, donc dans le travail.

Côté valeur travail, l’idéal serait de mieux repartir ce travail, par plus de fluidité, d'alternances entre production et formation, d’adaptation aux mutations, de mobilité, ...
Ainsi que de répartir les revenus du travail par la participation.

C’est un problème de complémentarité et de régulation, plus que de substitution.
De toute façon, si l’on veut que les gens consomment il leur faut des revenus et jusqu’à preuve du contraire la consommation participe à l’économie (je présume que c'est valable en macroéconomie et en microéconomie ?).
a écrit le 08/06/2018 à 10:19 :
Je cite le motif "34% de personnes éligibles au Revenu de solidarité active (RSA) qui n'en font pas la demande par manque d'information, par honte, ou parce que les démarches administratives leur semblent trop compliquées.". Moi, je dis que quand on a une telle flemme et poils dans la main pour effectuer des démarches, ce n'est plus de l’assistanat dont on a besoin mais de soins !
Réponse de le 08/06/2018 à 14:55 :
Ils n'ont pas les moyens d'avancer les soins, et il faudrait aussi faire la demande de CMU
a écrit le 08/06/2018 à 9:10 :
La mesure essentielle consiste à appliquer la note n°6 du CAE; l'allocation universelle permettant de rétablir l'équité de cette mesure. Il faut demander l'avis à notre prix Nobel d'économie.
Réponse de le 08/06/2018 à 11:59 :
🤯 pkoi vous faites pas un CD ?
a écrit le 08/06/2018 à 8:50 :
Donner de l'argent aussi aux pauvres alors qu'ils pillent le pays pour donner seulement aux riches en toute tranquillité ?

Pourquoi ?
a écrit le 08/06/2018 à 8:40 :
une politique de mensonges ne fait pas recette
a écrit le 08/06/2018 à 1:59 :
? Macron le king des riches 🤑 ??
a écrit le 07/06/2018 à 20:29 :
Attention la valeur travail ç'est un détournement d'usage ! Ca veut dire pour les dividendiers de Neuilly auteuil passy, pendant que je dors mes actions font des petits, mes valeurs me rapportent du dividende, mon capital s'accroit sans cause, enfin si en ce moment grasse au pourvoyeur de fausse monnaie mais vrai injustices : la banque centrale, notre problème!
N'oubliez pas, Arbeit macht frei !
Réponse de le 07/06/2018 à 23:47 :
Vous avez d'autant plus raison que si le travail à de la valeur, le travail n'est pas une valeur comme peuvent l'être la liberté, la justice etc...
Réponse de le 08/06/2018 à 6:14 :
@ arthur : Tout ça c'est du baratin sclérosé d'extrême gauche. Les dividendiers sont une infime minorité. L'immense majorité des gens vivent de leur TRAVAIL. On ne peut construire une société sur l'assistance. Aider les gens dans la difficulté, je pense que c'est déjà le cas. Mais on ne peut pas généraliser l'assistanat et dissuader les gens de créer et produire. Si tout le monde profite et que personne ne travaille, on ne va pas tenir longtemps
a écrit le 07/06/2018 à 19:57 :
il faut steste l idee en se mettant d accord sur qui aurais droit a ce droit nouveaux et comment la societe peut y trouve sont compte ,ex donne un revenue aux femmes qui choisissent d elevez leurs enfant a tous ceux qu on appel les casses de la vie les grand malades ;les handicapes et j en oublie peut etre puis que ce revenue soit imposable pour les couples ;cela libererais des emplois et ferais baiser le chiffre du chomage, QUAND LES IDEES SONT BONNE ELLE NE PEUVENT QUE ABOUTIR ??? /// POUR QUE LES HOMMES SE PORTENT MIEUX IL FAUT AMELIORER LA SOCIETE LIBERTE EGALITE ET CONTRAT SOCIAL /// ROUSEAU ///
a écrit le 07/06/2018 à 18:58 :
les décrets validés par l’ump spolient des milliers de veufs et veuves de France.
ce n’est pas «  d’aide qu’on parle »
c’est de droit fondamental acquit par le travail »
a écrit le 07/06/2018 à 18:45 :
Dans les faits, le revenu de base existe déjà. Enfin, tout dépend de la définition que l'on lui donne.

Les sans emploi ont accès aux minima-sociaux, les smicards et un peu plus touchent la prime d'activité et ne payent peu ou pas d'impôts, les classes du dessus ont la propriété et la possibilité d'épargner, ensuite il y a diverse niches fiscal (il y en a avant).

Si le revenu de base signifie la fusion de revenu, il est possible de le faire pour tout le monde tout de suite et ce sans que ça ne change quoi que ce soit. Seulement certains paieront plus d'impôts qui leurs seront rendu après, ce qui peut paraitre absurde mais existe déjà (il faut faire croire que ça paye dure la haut!)

Si le revenu de base signifie un revenu suplémentaire alors il faut le financer et là je leurs souhaite bonne chance. On parlerai de 70 milliards par mois! Il faudrais parler d'inflation de monnaie... bref le bilan serait par définition nul à long terme et nuisible à l'économie actuel.

Pour ce qui est proposé, ont dirait plus une simplificiation d'accès aux minimas qu'à un vrai revenu de base.

La valeur travail invoqué par les macroniste est de fait hors sujet étant donné que l'on parle de fusion. Il permettrait seulement de dégager du temps aux demandeurs d'emploi pour... Chercher du travail plutôt que de faire de l'administratif absurde?
Réponse de le 07/06/2018 à 19:04 :
@Apo

facile de «  causer »... quand on n’est pas «  concerné »
le jour ou l’administration vous le fera «  à l’envers » en piétinant vos droits fondamentaux : vous serez sur 2 tableaux : rechercher un emploi et vous batailler contre les injustices...
ça demande de l’énergie et du cran( le cran d’être digne et humain)
Réponse de le 07/06/2018 à 19:33 :
Si les 30% des demandeurs d'emploi potentiel, qui ne demandent pas le RSA ou autre se mettaient à toucher cette argent via le revenu de base, on parlerait de 6 milliards par an... C'est beaucoup mais ces 6 milliards sont payés, aujourd'hui, par des familles en majorité ou autre comme le marché noir.

Et c'est là où je pense que le Macroniste n'est plus réceptif. Le seul point où je les rejoinds, c'est le déficit commercial. Cependant, l'écart serait de toute évidence bénigne pour l'économie. Leur refus vient du fait qu'il font peser leurs "réformes" sur les plus pauvres. Et cela vient enpiéter sur leurs plates bandes.

Donner 6 milliards aux plus pauvres alors qu'on leurs serre la ceinture...
Réponse de le 08/06/2018 à 7:35 :
@ citoyen ordinaire

Je parle justement en connaissance de cause étant donné que j'ai fait 5 ans de RSA activité en cumulant des CDD à temps partiel qui ne me permettait même pas de sortir du RSA. Aujourd'hui, je n'aurais meme pas été comptabilisé comme chômeur au sens du BIT, par ailleurs.

C'est le CDI qui m'a trouvé alors que chercher un taffe ne m'a jamais rien donné...

Quand je dit:" Chercher du travail plutôt que de faire de l'administratif absurde", je répète ce que disent tout le temps les macronistes pour faire comprendre que la simplification ne doit pas concerner que les salariés ou entreprises...
Réponse de le 08/06/2018 à 14:45 :
@ Apo,

Merci pour vos réponses.
Je comprends , vous avez eu de la chance qu’un CDI vous a été proposé pour sortir de «  ce dispositif » infernal.
Cordialement
a écrit le 07/06/2018 à 18:39 :
Ainsi donc ce pseudo revenu de base ne serrait rien d'autre que la somme des aides existantes !C'est de la mistification à but politique!Quand aux 35 % de gens qui ne touchent pas les aides sociales auxquelles ils ont droit comment ces élus socialistes comptent ils les forcer !Les socialistes font tout pour exister alors ils magouillent et noient le poisson .....
Réponse de le 07/06/2018 à 18:56 :
@ sez

quel socialiste ?
le socialisme est mort avec Mitterand.
le reste «  c’est du plagiat »

l’ump a fait plus de mal en 4 ans aux Français que 14 ans de Mitterrand( génération)

a écrit le 07/06/2018 à 17:51 :
il y a un détournement des fonds de sécurité sociales .

Est ce normal que l’ump ( droite ) a fait validé des décrets qui «  enlèvent «  le droit à la pension à un veuf ou une veuve avec des enfants à charge si le la personne n’a pas 55 révolue?

la «  mort » ne prévient pas, elle dit pas j’arrive.

ces formules de mathématiques dans les ordinateurs sont complètement à coté de la plaque par «  rapport «  à la réalité de la «  vie »

c’est là dessus que les «  politiciens » se basent pour leurs reformes sociales.

vous savez la mort n’arrive pas que aux autres.
a écrit le 07/06/2018 à 17:32 :
Le travail n'est une valeur que pour ceux exploitent la production des autres. Ma philosophie est que l'homme n'est pas destiné à être un outils de production, mais un créateur. Les animaux servent à produire les éléments nécessaires à rendre la terre habitable, l'homme à l'exploiter par sa créativité. Les darwinistes néolibéraux espère peut-être que les pauvres disparaîtront d'eux même par manque de ressources... Même à l'époque féodale on laissait les pauvres glaner gratuitement dans les champs. Pour dire le progrès réalisé par cet ACTEUR politique.
a écrit le 07/06/2018 à 17:18 :
En cumulant les "aides' ca revient au même de les distribuer ensemble mais avec plus d efficacité et d'accompagnement et de contrôle. mais comme c'était une proposition du PS Hamon, Griveaux en fait de l'idéologie à la petite semaine, que sait il faire d'autre d'ailleurs ?
a écrit le 07/06/2018 à 16:33 :
"la bonne réponse à la pauvreté"

Un décret du 30 mai publié au Journal officiel revalorise de plus de 57% les émoluments du président de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP), François Logerot, rapporte Le Parisien. Ils passent de 4 574 euros par mois à 7 182 euros nets mensuels, à quoi s’ajoutera désormais une indemnité annuelle de 9 500 euros bruts. Bonus : cette augmentation a un effet rétroactif au 1er janvier 2017.
a écrit le 07/06/2018 à 15:40 :
S'il ne ressemblait pas autant à Laurent Géra on serait presque tenté de le croire sur ce coup là, mais comme il n'a aucune idée personnelle, on peut imaginer que cela vient de plus haut.
Réponse de le 07/06/2018 à 16:36 :
qui ressemble à Laurent Géra ?
rien compris à votre message.
Vous pouvez «  reformuler » de manière claire et compréhensible ?
Merci.
a écrit le 07/06/2018 à 15:08 :
l’ump a fait validé ces lois en France.
l’ump est le principal «  responsable » de ce chaos social en France.
a écrit le 07/06/2018 à 14:50 :
Plutôt que de distribuer un petit revenu, il vaut mieux attribuer des petits boulots.
Un petit boulot est utile à la société et permet un contact avec le monde réel.
Mieux vaut un petit boulot qu'un grand rien à faire.
Qu'on ne dise pas qu'il n'y na pas de travail, il y en a plus qu'on peut en faire a condition d'accepter les petits boulots qui deviendront grands.
Réponse de le 07/06/2018 à 15:11 :
complètement d’accord avec vous.
vaut mieux travail que être dans un vide social.se sentir utile , c’est important.
a écrit le 07/06/2018 à 14:25 :
"fondée sur la valeur travail" ? Dans 12 à 15 ans 45% d'emplois vont disparaitre avec l'avènement du numérique et de la robotisation. Aujourd'hui notre pays, et il n'est pas le seul, n'arrive pas à fournir des jobs décents. Comme l'Allemagne que du travail en temps partiel, CDD sans avenir, etc, des jobs proposés qui ne trouvent pas preneur pour cause de rémunération misérable ou conditions de travail pitoyable... 85% des jeunes étudiants français veulent devenir fonctionnaire pour la sécurité de l'emploi, pour le faible temps de travail et bien rémunéré sans transpirer... Nos politiques de droite comme de gauche devraient plus tôt réfléchir comment adapter notre pays aux changements qui s'annoncent à l'avenir : économie, environnement, réchauffement climatique, etc que de se préoccuper de leur nombril. Les français on ras le bol des beaux parleurs politiciens inefficaces qui passent leur aboyer dans le vide sans apportés de solution intelligente...
a écrit le 07/06/2018 à 14:24 :
Il est consternant ce monsieur!

Le revenu de base est fait pour des personnes en situation d'exclusion telle que le travail est très loin pour eux.

Alcoolisme, handicap, maladies chroniques pathologies mentales, vieillesse... il y a un paquet de personnes qui auront du mal à trouver un emploi (du moins à court terme)! Un tout petit voyage dans la vraie vie l'aiderais peut-être!

Mais alors parler de valeur travail à ces personnes c'est franchement pas la priorité à court terme!

Assistance, accompagnement, insertion par du travail adapté... le chemin vers le travail est souvent long et malheureusement pas toujours fructueux!

Enfin, il semblerait qu'il confonde revenu de base et revenu universel, sans doute volontairement, c'est gênant venant d'un ministre.
Réponse de le 07/06/2018 à 14:49 :
@ gringo

pas toujours : c’est un fourre- tout qui fait de l’emploi pour le parc des travailleurs sociaux , arrange les magouilles de l’urssaf , l’etat, les politiques , les financiers de bercy et le sénat.

La solution : imposer la «  gratuité » de service pour députés et sénateurs et ministres qui cumulent les mandats et les missions

ça va faire économiser «  un paquet » pour créer des emplois «  utiles ».

par exemple un ministre milliardaire : interdiction de le rémunérer
ça ce sont de vrais solutions.
a écrit le 07/06/2018 à 14:22 :
Par contre un découvert bancaire gratuit se résorbant mensuellement si non utilisé, me conviendrai parfaitement si j'étais dans la panade!
Réponse de le 07/06/2018 à 14:38 :
@bref

SI «  j’étais  » dans la panade ...
vous l’êtes pas.
« parlez de ce que vous vivez » ceci est plus constructif pour le collectif.
Réponse de le 07/06/2018 à 15:31 :
Je l'ai été sans compte bancaire! Par contre maintenant, je ne suis plus a découvert donc je n'y aurai pas droit!
Réponse de le 07/06/2018 à 16:10 :
le droit a un ressource minimum n’a rien a avoir avec votre compte bancaire.

le gouvernement est entrain de «  se planter complétement » sur ce coup là.

devant un tribunal européen : c’est eux qui vont être sanctionné.
les preuves existent donc il ferait mieux de voir «  leur plan social correctement sand piquer les idées des extrémistes mais en ce basant sur « le droit universel et fondemmental »
a écrit le 07/06/2018 à 14:21 :
Par contre un découvert bancaire gratuit se résorbant mensuellement si non utilisé me conviendrai parfaitement si j'étais dans la panade!
a écrit le 07/06/2018 à 14:19 :
"Principale cible de ce dispositif: les 34% de personnes éligibles au Revenu de solidarité active (RSA) qui n'en font pas la demande ";

Normal, depuis, le 1er janvier 2016, le « RSA activité » et la prime pour l'emploi sont remplacés par un nouveau dispositif : « la prime d'activité »
a écrit le 07/06/2018 à 14:13 :
"Moi je préfère que les pauvres travaillent pour les riches afin d'accroître les inégalités."

Hahaha !
Réponse de le 07/06/2018 à 14:50 :
👍😂
a écrit le 07/06/2018 à 14:07 :
non.
toucher le rsa : n’est pas une honte.
ce qui est une «  honte » ce sont les politiques qui proposent le «  rsa » comme une solution «  en culpabilisant » les gens qui le perçoivent.

quand vous avez un gouvernement de «  droite ( ump)» qui supprime les pensions de réversions pour le veuvage de leur conjoint (e) alors que ces personnes ont cotisé comme la majorité de tous les Français.

nous pouvons nous poser effectivement des questions : sur le «  sens et le juste » dans une vie humaine dans une collectivité qui se respecte et qui est basé sur la valeur du travail...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :