Le télétravail consacre la mort du « petit chef »

SONDAGE EXCLUSIF. Selon notre sondage Ifop-La Tribune-Europe 1-Public Sénat, 36% des actifs ont expérimenté pendant ces deux mois de confinement le travail à distance.
Philippe Mabille

3 mn

(Crédits : Reuters)

Pendant que les personnels soignants, la « première ligne » et les professions essentielles (logistique et distribution), la deuxième ligne, étaient au front, 36% des actifs ont expérimenté pendant ces deux mois de confinement le travail à distance. Soit 8 millions de Français qui ont travaillé de la maison, et l'ont plus ou moins bien vécu selon l'état de préparation de leur entreprise, leur structure familiale (avec et sans enfants) et leurs conditions de logement.

Qui a télétravaillé ? Principalement les catégories supérieures (55%) dont beaucoup étaient parties dans leur résidence secondaire et les professions intermédiaires (50%), loin devant les catégories employé et ouvrier.

Majoritairement diplômés du supérieur, principalement habitants de la région parisienne ou des grandes métropoles, les télétravailleurs expriment massivement leur souhait de continuer le travail à distance, à 82%, dont plus de 50% qui souhaitent y avoir accès plus qu'avant le confinement.

Toutes les catégories sociales sont sur la même longueur d'onde, même les dirigeants d'entreprise qui y ont goûté en même temps que leurs salariés. Et, signe d'un malaise spécifique lié sans doute aux transports publics après les grèves de cet hiver, 9 franciliens sur 10 veulent continuer à télétravailler, un score supérieur à la moyenne.

LES ATOUTS ET DÉFAUTS DU TRAVAILLER CHEZ SOI

0001

Pour Frédéric Dabi, DGA de l'Ifop, la victoire du travail à distance consacre la tendance à la « mort du petit chef » : les principaux avantages perçus sont la meilleure maitrise de son temps, qu'il s'agisse de transports, ou de l'aspiration à être au calme et à faire preuve d'autonomie avec des horaires flexibles. Alors que nombre d'entreprises peinent à faire revenir leur salarié au bureau, le confinement a aussi été le révélateur d'un malaise au travail.

Si nombre de salariés ne veulent pas revenir au bureau, c'est peut-être qu'ils n'y sont pas heureux, d'où l'urgence d'un dialogue social pour tirer des leçons collectives pour l'organisation du travail. Car les télétravailleurs sont aussi lucides sur ses inconvénients : isolement des collègues, outils informatiques pas toujours adaptés, coûts de connectivité, porosité avec la vie familiale et personnelle, les limites du télétravail sont bien identifiées.

Pour les entreprises, c'est un défi de plus à relever, pour apprendre à mixer créativité et convivialité au bureau avec productivité et liberté à distance. Une chose est certaine : on ne reviendra pas en arrière. Il faudra trouver le bon équilibre vie perso-vie au boulot et adapter les organisations, les outils et les pratiques managériales à qui va rester comme la nouvelle normalité de l'après crise sanitaire, avec des conséquences sur l'immobilier, de bureau et résidentiel, et sur la vie en ville.

Lire aussi :

Philippe Mabille

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 25
à écrit le 22/12/2020 à 2:19
Signaler
Les "réjouis" du télétravail vont comprendre rapidement que ce qui peut être fait dans l'hexagone pour 2000 à 3000 € par mois pourra être bientôt fait pour 1000 € par mois avec plus de productivité hors hexagone. Les plateformes téléphoniques au Magh...

à écrit le 21/12/2020 à 23:56
Signaler
Attention de ne pas occulter les effets pervers du teletravail, qui, contrairement à ce que beaucoup croient (cf. certains commentaires ici) ne signe absolument pas la mort des petits chefs, bien au contraire. Ces derniers remplissent d'autres rôles ...

le 22/12/2020 à 0:42
Signaler
Effectivement les chefaillons pourront désormais faire de la léchouille à temps plein plutôt que maltraiter inutilement les salariés au nom du productivisme mortifère....

à écrit le 21/12/2020 à 18:00
Signaler
Trop de salariés sont en souffrance au travail à cause des petits chefs pervers et arrivistes. Trop de salariés, souvent très consciencieux, ont été obligés de démissionner ou ont subi des cancers ou des dépressions en raison du comportement de leur...

à écrit le 21/12/2020 à 15:19
Signaler
Venant de France ou la plupart des cadres ont deja 7 semaines de vacances avec les 35 heures sans compter l’empiétement du perso sur les heures de boulot,c'est sur qu'avec des cadres bossant depuis Arcachon ou le Perche, on va surement encore amélior...

à écrit le 21/12/2020 à 15:08
Signaler
Tout le monde, à commencer par ce sondage, tend à sous-estimer les petits chefs et autres chefaillon pervers, aigris et incompétents. C'est oublier un peu vite qu'ils sont les piliers de la gestion RH en France, et les bons petits soldats du Medef ...

à écrit le 24/11/2020 à 13:18
Signaler
Je comprend les gens et le télétravail, moi en maintenance de très nombreuses années j'ai jonglé avec des horaires anormaux, nuit, week-end de nuit, week-end de jour, la raison principale de ne pas tomber sous les fourches caudines de l'imbécile en c...

à écrit le 05/07/2020 à 15:08
Signaler
Dans mon entreprise, 90 % des salariés ont apprécié le télétravail. Effectivement, ils ont gagné en autonomie et ont été plus efficace d’après leurs propres responsables d'équipe. Seuls quelques grognards ont besoin de leur petite cour et sont pressé...

à écrit le 05/07/2020 à 9:41
Signaler
Le petit chef peut toujours contrôler à distance la présence des salariés avec des outils comme sametime, slack etc..ou l'on peut voir les connections des uns et des autres en temps réel.

à écrit le 05/07/2020 à 9:27
Signaler
et a moyen terme la mort des entreprises le danger est la main mise par les drh sur l'entreprise avec toute les dérives incontrôlables et que dire de ceux qui aurons plusieurs emplois dans des entreprises concurrentes voir des couples

à écrit le 04/07/2020 à 9:02
Signaler
Mort du petit chef, c'est bien ça. J'en ai connu un pénible et incapable de faire la moindre de réunion de service. Toujours avec ses petites notes. Si le télétravail évite la mort du petit alors on aura, fait un grand pas pour de meilleures relation...

le 05/07/2020 à 9:30
Signaler
le chef n'a pas a faire de réunionite il est la pour suivre et organisé la production une réunion est un manque de production

à écrit le 04/07/2020 à 0:31
Signaler
"signe d'un malaise spécifique lié sans doute aux transports publics après les grèves de cet hiver,", après les grèves cet hiver ??? quelle méconnaissance des souffrances engendrées CHAQUE JOUR ! les transports en IdF dysfonctionnent en permanence...

à écrit le 03/07/2020 à 21:18
Signaler
Comme d'habitude, ce seront les ricains qui donneront le la ...et les français suivront , ce peuple de veaux comme disait le grand Charles ... Le management français est mauvais et cela ne date pas d'hier ...

à écrit le 03/07/2020 à 17:42
Signaler
"la mort du « petit chef " Si, on pouvait rajouter deux trois couches supplémentaire du dessus ce serait bien aussi .Trop de strate stérile qui ne servent à rien à par s'empiffrer sur le dos des autres.

à écrit le 03/07/2020 à 15:08
Signaler
@matin calme Pas du tout d'accord avec votre 1ere phrase, même si en France ça pourrait prendre plus de temps qu'ailleurs et necessite moins de politique interne qu'actuellement.

à écrit le 03/07/2020 à 13:00
Signaler
Tous ces gens qui ne veulent pas revenir en entreprise seront a terme ecartes voire vires. Tuer le "petit chef" en France, voeu pieu, il restera puisqu'il est dans l'adn du francais.

à écrit le 03/07/2020 à 12:21
Signaler
Si les petits chefs disparaissent, ça fera moins d'arrêts de travail, de dépressifs, de suicides et d'invalides. La société entière y gagnera en bien être et en dépenses de santé.

à écrit le 03/07/2020 à 12:12
Signaler
Le "petit chef" est loin d'être mort avec le télétravail, il lui suffit de programmer des visios de "coordination" matin et soir et il ne s'en prive pas. Et il est vrai qu'à terme le risque est fort que les emplois de nombreux télétravailleurs soi...

à écrit le 03/07/2020 à 10:58
Signaler
Au contraire, tous ceux qui télétravaillent dans mon entourage ont constaté que la hiérarchie en manque de "victimes" sous la main mettait une pression supplémentaire. Enfin, il n'y a que les naïfs pour ne pas comprendre que le télétravail sera prog...

le 03/07/2020 à 11:41
Signaler
Vous avez une vision exclusivement conflictuelle du travail. Vous utilisez le mot "victime" pour les travailleurs et "en douce" pour le patron donc "forcément malhonnête". Vous n'êtes pas heureux dans votre entreprise, c'est clair, et vous ne voyez a...

à écrit le 03/07/2020 à 8:55
Signaler
"Si nombre de salariés ne veulent pas revenir au bureau, c'est peut-être qu'ils n'y sont pas heureux, d'où l'urgence d'un dialogue social pour tirer des leçons collectives pour l'organisation du travail" Un salarié motivé sera aussi efficace chez...

à écrit le 03/07/2020 à 8:46
Signaler
le télétravail, c'est la télé insécurité pour les salariés, l'éloignement, les petits chefs vont agir dans le dos des petites mains ... le télétravail c'est la porte grande ouverte aux violations de la confidentialité dans les affaires, le contrôl...

le 03/07/2020 à 21:30
Signaler
Aaah, encore et toujours cette même paranoïa des méchant patrons qui sont partout... Le problème, maintenant, se situe surtout au niveau des employés sur-protégés par des lois anti-patronat. À force d'être assisté depuis la naissance, on oubli...

à écrit le 03/07/2020 à 8:38
Signaler
Le télétravail généralisé (ou presque) c'est la fin prévisible du code du travail et dans un deuxième temps du salariat. On revient (avec raison sans doute) à la fin de la spécialisation des personnes, des tâches, des lieux et chacun va devoir assume...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.